• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Orélien Péréol

Orélien Péréol

Auteur, essayiste, écrit nouvelles, pièces de théâtre... Acteur. Ex enseignant, participe de la sociologie de l'Analyse Institutionnelle...

Tableau de bord

  • Premier article le 09/12/2008
  • Modérateur depuis le 26/03/2009
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 275 810 4309
1 mois 3 0 6
5 jours 3 0 6
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 128 96 32
1 mois 2 1 1
5 jours 2 1 1

Ses articles classés par : ordre chronologique













Derniers commentaires



  • Orélien Péréol Orélien Péréol 25 octobre 12:25

    @Mélusine ou la Robe de Saphir.
    Je n’ai pas le temps de lire attentivement votre commentaire, je le ferai plus tard, mais en deux mots ultra rapides : les réflexions en termes de nous et eux (ici elles et eux) ne peuvent conduire qu’à la majoration des divisions et à l’attribution de bons et mauvais points... Nous sommes tous nés d’une femme et d’un homme. Ce devrait être la considération de base.

    En contre avec vous : je ne sais pas ce qu’est une « société bien gérée » je ne sais même pas si on peut gérer les sociétés. Je cherche à dire comment les chose se passent avec l’idée qu’on pourrait se servir de ces analyses pour diminuer les tensions. Juste diminuer les tensions, ce serait déjà formidable.
    Je ne connais rien à l’astrologie et m’y intéresse guère, mais je suis Capricorne. Bon.

    Je vous remercie de discuter, d’argumenter, sur un ton sympathique. C’est très rare.


  • Orélien Péréol Orélien Péréol 25 octobre 11:21

    @Mélusine ou la Robe de Saphir.
    J’écrivais : Les femmes sont immensément aidées dans notre société. Normal ! Elles seraient en situation de faiblesse permanente. Nombre d’associations sont subventionnées pour aider les femmes. La question du sorite peut se poser : à partir de quelle quantité d’aides un groupe défavorisé cesse de l’être ? Parce qu’enfin à force de donner plus à celles qui ont moins, elles doivent bien finir par avoir autant, voire plus que les non-femmes. Comme personne ne pose cette question, la réponse ne risque pas d’apparaître. D’autant plus que ce surcroît de forces données aux femmes leur permet d’augmenter leur capacité à se présenter comme victime, seulement victime, tout le temps victime.



  • Orélien Péréol Orélien Péréol 25 octobre 10:35

    @Mélusine ou la Robe de Saphir.
    Il n’y a aucune intention dans ce fait que vous avez remarqué. Je crois vous connaître et dans mon souvenir, nous avions déjà dialogué à propos de précédents articles.

    En revanche, vous montrez dans cette surinterprétation, le mode de domination des femmes. Peu de gens savent qu’on peut dominer, c’est-à-dire commander les autres, obtenir d’eux ce que l’on attend et qui nous profite, par la déclaration qu’on est victime. Presque tout le monde croit que la domination se fait pas la force, par l’autorité.


  • Orélien Péréol Orélien Péréol 25 octobre 09:55

    @arthes
    Mes enfants ne sont plus des enfants et cependant sont toujours mes enfants.

    Il y a une difficulté, qu’un bon usage aplanit. Au cas où, j’explique : mes enfants (parents/enfants) ne sont plus des enfants (adultes-enfants) et sont pourtant mes enfants (parents-enfants).
    Dans tout cet article et dans l’émission dont je parle, qu’on peut réécouter, il s’agit du mot homme au sens femme/homme ; ça ne fait pas de problème. Quand Rezvani dit que les hommes sont des tueurs il parle femme-homme, tout du long il parle femme-homme disant que la femme c’est le bien, que l’homme c’est le mal et que l’homme (masculin s’il faut tout dire tout le temps) ne peut trouver un peu de bien en lui qu’en développant ce que Rezvani appelle « sa part féminine ».


  • Orélien Péréol Orélien Péréol 24 octobre 21:05

    @Tall
    J’ai écrit sur ce mythe selon lequel c’est la femme qui met les enfants au monde. Nous sommes tous nés d’une femme et d’un homme. Tous. Sans exception.

    Si l’enfant sort de son corps dans un acte difficile, il n’est là que parce qu’il y a de la femme et de l’homme en lui.
Voir tous ses commentaires (20 par page)







Palmarès