• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Phoebus

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 12 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Derniers commentaires



  • Phoebus 10 juin 2009 12:33

    Pas de chance Pacavoltan, l’activité solaire de ces dernières années est tout sauf exceptionnellement forte. C’est même tout le contraire. Le soleil est dans une phase de calme plat qui intrigue beaucoup les scientifiques. Il est à son plus bas niveau depuis presque un siècle. Résultat , il n’y a pas de taches solaires et très peu d’éruptions, ce qui nous vaut en réalité depuis plusieurs années une baisse, très légère, des températures plutôt qu’une augmentation.
    On ne doit pas lire les mêmes scientifiques. Question fin du monde, on repassera !

    Un petit lien, mais il y en a beaucoup d’autres.
     http://astro2009.futura-sciences.com/astronomie/2009/04/03/activite-solaire-un-minimum-exceptionnel/



  • Phoebus 7 mai 2009 11:23

    J’ai oublié d’ajouter que beaucoup de gens, dont les créationnistes, ne voient pas dans les énoncés de la Bible, pour ne parler que d’elle, une métaphore. Ils y croient littéralement, de la même manière que des générations d’hommes et de femmes avant eux. C’est bien là le problème.



  • Phoebus 7 mai 2009 11:16

    Il me semble que vous faites intervenir du politique dans un débat qui devrait rester scientifique.

    Pour le reste, étant mal préparé à discuter de philosophie, je me contenterais de quelques observations.

    Si un énoncé historique utilisant Dieu comme métaphore est démontré faux (création en six jours par exemple), pourquoi faudrait-il continuer à l’utiliser ? On peut très bien en inventer un autre plus proche de la réalité. C’est ce que fait dans une certaine mesure la vulgarisation scientifique, me semble-t-il ?

    Dieu a-t-il vraiment été évacué, et plus généralement le spirituel ? Personnellement j’en doute fort. On assiste-même à une forme de « come-back » très médiatique du religieux et en passant aussi, du communautaire (ceci pour votre remarque sur le lien social) avec beaucoup de dérives. Je ne suis pas philosophe, mais il me paraît d’ailleurs très curieux de prétendre que les énoncés métaphoriques faisant appel à Dieu puissent forger l’esprit critique. Toute l’histoire humaine montre plutôt l’inverse.

    La Science, l’histoire de nos origines, celle du cosmos par exemple, donne aussi à penser et à imaginer. Il me paraît très réducteur d’associer Science avec absence de merveilleux ou de rêverie. 

    L’énoncé démonstratif n’ a pas été "imposé comme vous le dites. Il s’est naturellement imposé face à la déroute des dogmes religieux en matière d’explication du monde, lesquels d’ailleurs étaient eux imposés, et parfois violemment.
     



  • Phoebus 7 mai 2009 10:00

    Le créationisme et l’ID, comme la panspermie d’ailleurs, ne font que reporter le problème. Si l’évolution n’est pas le produit du hasard mais d’une « transcendance » ou d’un créateur, comment ce dernier est-il apparu ? De quoi est-il « né » ? Quand ? Avec quels outils, quels moyens, a-t-il procédé à la création ? Pourquoi ?

    Les mêmes questions se posent pour l’Univers, soit des millions de galaxies, des milliards de soleils. Comment, avec quels moyens, de quoi ?
     
    Il est impossible de répondre de façon scientifique à aucune de ces questions. L’hypothèse Dieu n’est pas testable. Allez donc mettre Dieu dans une éprouvette. Encore d’ailleurs faudrait-il s’entendre sur la définition de Dieu, son aspect, sa substance. Bien des croyants semblent avoir une conception très puérile de leur créateur et pour tout dire assez égoïste : Dieu est là pour répondre aux prières de leur petite personne. Quel boulot d’être un créateur !

    Il faut aller aussi plus loin. Si on remet en question les constatations scientifiques qui sous-tendent la théorie de l’évolution, les multiples disciplines qui interviennent dans la recherche dans ce domaine (physique, biologie, géologie...), on met tout simplement en cause toute la Science, puisque tout se tient ou peu s’en faut. Les outils, théories etc. qui servent dans une discipline servent aussi dans d’autres. En conséquence, remettre en cause la théorie de l’évolution, c’est remettre en cause tout l’édifice scientifique et ce qu’il nous a apporté, comme par exemple l’ordinateur que vous avez devant-vous.

    La théorie de l’évolution n’a pas réponse à tout. La belle affaire ! La plupart des disciplines scientifiques ont des trous. La médecine est un bel exemple. Il est fort probable que la science ne parvienne jamais a expliquer tous les mystères que recèle l’Univers. Ce n’est pas pour ça que Dieu existe. Il y a un terme pour désigner cette tentative de mettre du divin là où la science ne parviens pas, ou pas encore, à trouver d’explication : c’est la théorie du Dieu « bouche-trou ». Elle est utilisée depuis longtemps. Problème, plus la science progresse, moins il y a de trous, et moins il y a de place pour Dieu.



  • Phoebus 29 avril 2009 16:10

    Tous les virus sont naturellement résistants aux antibiotiques. Ces derniers ne les affectent en aucune mesure.

    Le fait que les antibiotiques utilisés dans l’élevage industriel puisse provoquer des résistances chez les bactéries est un autre problème.

    La pratique de l’élevage industriel augmente-elle la virulence ou la fréquence de certaines maladies transmises à l’homme ? Je ne suis pas spécialiste de la question, mais à vue de nez, j’aurais tendance à penser que non. Les maladies infectieuses qui tuent aujourd’hui le plus sont en tout cas pour la plupart de vieilles compagnes de l’Homme : maladies respiratoires aiguës bactériennes, diarrhées diverses (choléra, fièvre typhoïde...), tuberculose, malaria, rougeole, sida. Total des décès par an : 12.350.000 morts par an, dont la plupart dans les pays sous développés.

    Vous dites en fait : les animaux des élevages industriels sont mal-traités, mal-nourris (c’est vrai), leur immunité est déprimée et donc ils sont plus souvent malades (c’est vrai aussi). Là où à mon avis votre raisonnement n’est pas correct c’est quand vous affirmez que parce qu’ils sont plus souvent malades , ils transmettent plus de maladies aux hommes.







Palmarès