• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

PJC1169

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 13 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Derniers commentaires



  • PJC1169 26 octobre 2012 19:32

    Bonjour,

    Essayer de secouer l’apathie de nos concitoyens, c’est ce que fait depuis 2005, Étienne CHOUARD, le « lanceur d’alerte » sur le contenu du traité constitutionnel, en proposant de participer à la rédaction d’une constitution faite par et pour les citoyens.

    Pour l’instant le succès est modéré, mais l’espoir existe.

    Si vous pensez que cela peut vous intéresser, il suffit de se rendre sur ces sites et de participer :
    http://etienne.chouard.free.fr/Europe/
    http://www.le-message.org/

    A+
    PJC



  • PJC1169 7 décembre 2011 23:33

    Bonjour Bernard,

    je voudrais juste rétablir la bonne transcription des termes anglo-saxons « biosecurity » et « biosafety ».
    « Biosafety » se traduit par « biosécurité » ou « sécurité biologique » . C’est tout ce qui concerne la protection des personnels, des laboratoires et de l’environnement en général vis à vis des micro-organismes. En résumé, on protège les hommes des mauvaises intentions des microbes.
    « Biosecurity » se traduit par « biosureté » ou « sureté biologique » . C’est tout ce qui concerne la protection des micro-organismes du vol, du détournement ou du mésusage qui pourrait en être fait et/ou qui pourrait poser des problèmes de santé humaine. En résumé, on protège les microbes des mauvaises intentions des hommes.
    Voir le texte du comité européen de normalisation pour plus de renseignements. L’Institut Pasteur organisme régulièrement un colloque sur les laboratoires de sécurité biologique et les problèmes y afférant (biosécurité et biosureté).

     smiley



  • PJC1169 7 décembre 2011 23:08

    Bonjour,

    ce qui est un peu « comique », c’est qu’il s’agit encore une fois d’un virus grippal autour duquel on fait le ramdam, alors que cela fait un moment qu’un certain nombre d’articles concernant d’autres virus ou des méthodes pour amplifier la virulence de virus existants sont parus dans des revues scientifiques de premier plans. Parfois ces découvertes sont fortuites, comme cet article du Lancet Journal paru depuis déjà quelque temps qui expliquait comment en voulant fabriquer un super vaccin, une équipe à augmenté la virulence de la souche d’origine a un tel point qu’elle tuait même les souris vaccinées qui résistaient au virus original.
    Le virus en question, l’ectromélie (ou variole de la souris) est un poxvirus (de la même famille que la variole). Autrement dit, on a livré le mode opératoire pour amplifier la virulence d’autre poxvirus et ça n’a jamais fait la une des journaux (par bonheur). Certes le virus de la variole n’est plus détenu que par deux pays , les USA et l’ex URSS (ou sont toutes les souches depuis l’éclatement de l’URSS ?), mais d’autre virus voisins existent comme la variole du singe transmissibles à l’homme avec des taux de mortalité variant de 6 à 7 % pour certaines souche et de 18 à 20 % pour d’autres (Gabon). Ces souches sont relativement faciles à récupérer dans la nature.
    N’oublions pas non plus, l’article sur la reconstitution du virus de la grippe espagnole, celle qui fit selon les estimations entre 25 et 50 millions de morts au lendemain de la première guerre mondiale. La aussi, l’article est paru sans faire les gros titres de la presse et des médias.

    Pour finir sur une note d’espoir, il n’est pas du tout sûr que le virus après ces mutations ait gardé le même pouvoir létal. Comme exemple, le cas du virus Ebola souche Reston qui en ayant muté pour devenir aérotransmissible, tout en gardant sa virulence envers les macaques à perdu celle-ci vis à vis de l’espèce humaine.

    Tout n’est pas perdu, mais il est vrai que la recherche étant de plus en plus tributaires de financement privés et de financement publics qui se raréfient, les équipes de recherches avides de reconnaissance et donc d’accès à la manne financière, manquent parfois de discernement sur les résultats que l’on peu publier et ce pour lesquels on doit se poser des questions. C’est une question d’éthique.

    De toute façon, la nature ayant plus d’un tour dans son sac, elle pourrait un jour nous envoyer une nouvelle « surprise », sans faire appel à une quelconque recherche qu’elle soit militaire ou civile. La diversité du vivant est toujours une source d’émerveillement, même quand elle risque de nous tuer. Ce qui s’est passé pour les populations européennes dont le nombre à été drastiquement réduit il y a quelques milliers d’années (je n’ai pas retrouvé les références).
     

    « Carpe Diem » smiley



  • PJC1169 7 décembre 2011 22:28

    Bonjour,

    Décimation peu aussi se comprendre comme 10% de survie, ce qui change du tout au tout la problématique de survie. c’est comme le verre à moitié plein ou à moitié vide. Ça dépend si on est optimiste ou pessimiste.

     smiley



  • PJC1169 8 octobre 2011 19:38

    jusqu’au jour ou les conseils généraux ou régionaux feront payer l’usure des routes (il faudra bien les entretenir et pour cela faire appel aux usagers responsables de l’usure) au prorata de la charge et du nombre d’essieux. Ce jour-là les autocars cesseront d’être moins cher et le transport routier se fera concurrencer par le transport ferroviaire.
    N’oublions pas que le coût et l’entretien des routes sont à l’heure actuelle payés par la collectivité. Tout comme l’a été celui des voies de chemin de fer jusqu’à un passé récent.
    Poussons jusqu’au bout la logique libérale, après nous pleurerons.







Palmarès