• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Robin Guilloux

Robin Guilloux

Je suis professeur de Lettres.

Tableau de bord

  • Premier article le 12/10/2011
  • Modérateur depuis le 17/09/2012
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 111 93 3096
1 mois 11 27 253
5 jours 4 7 113
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 0 0 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique













Derniers commentaires



  • Robin Guilloux Robin Guilloux 21 janvier 11:58

    @Decouz


    Kant ne donne pas d’exemples d’œuvres d’art dans sa Critique du Jugement, pas plus d’ailleurs Hegel dans son esthétique. Mais pour autant que nous puissions en juger, il pense à des œuvres non verbales (conceptuelles) et principalement à la peinture.


  • Robin Guilloux Robin Guilloux 21 janvier 11:56

    @Attila

    Oui, le concept de « nature » est effectivement une invention des philosophes grecs. Vous citez l’ouvrage de Descola, disciple de Lévi-Strauss qu’il faut absolument lire pour comprendre la relativité absolue du concept de nature, absolument ignoré des « peuples premiers » et principalement fondé sur l’idée (métaphysique) que l’homme ne fait pas vraiment partie de la « nature », d’un face-à-face entre l’esprit et les choses (dualisme). Bien entendu, Kant n’échappe pas à ce préjugé dont nous ne sommes pas encore sortis (ou plutôt dans lequel nous nous enfonçons de plus en plus avec la domination de la science e de la technique). Mais il a quand même le mérite de s’interroger sur le « mystère insondable » de la morphogenèse autonome (Ses analyses sont entièrement superposables à celles de Jacques Monod, même si son vocabulaire n’est pas le même) et il voit bien que nous pensons la nature sur le mode de la fabrication humaine (anthropocentrisme)


  • Robin Guilloux Robin Guilloux 19 janvier 20:11

    @Gollum

    Je crois me souvenir que le R.P. Antonin-Gilbert Sertillanges (dominicain, spécialiste de saint Thomas d’Aquin) dans son « catéchisme des incroyants » (que je vous invite à lire, mon fils ! smiley pose (très sérieusement) la question du salut d’éventuelles civilisations extra-terrestres. 

    Dans le cas où elles existeraient, Le « sacrifice » du Christ s’est-il produit plusieurs fois, sur chaque planète à « sauver », où bien une seule fois, sur la planète Terre, pour les Terriens et les habitants de toutes les autres planètes. Sertillanges opté pour un sacrifice unique sur la planète Terre... Ce qui est quand même plus sympa pour Jésus !


  • Robin Guilloux Robin Guilloux 19 janvier 09:22

    @Gollum


    Merci d’avoir lu le compte-rendu du livre de Gustave Martelet sur mon blog. Je suis d’accord avec vous sur l’insuffisance des analyses de Martelet sur Teilhard dont il fait un simple théologien plus ou moins « moderniste », dans la lignée exégétique de Schleiermacher, aujour’hui presque banale (mais il ne faut pas oublier qu’elle ne l’était pas à l’époque et qu’il existe encore des lectures littérales. 

    Tout ce qu’il dit sur le rejet par Teilhard d’une lecture littérale de la Bible est juste, ainsi que sur la nécessité, selon T de C. de l’Eglise d’admettre la théorie de l’évolution pour ne pas provoquer une nouvelle affaire Galilée.

    Mais je pense que Martelet ne va pas au cœur de la pensée de Teilhard qui est en fait une vision darwinienne du christianisme, une théorie de l’évolution depuis le début (matière inerte pour aller vers l’homme en passant par les organismes simples), une théorie de l’évolution entièrement refondue en termes judéo-chrétiens (création-révélation - rédemption - parousie) faisant intervenir un « dessein intelligent ». 

    Ça, l’Eglise ne pouvait pas et ne peut toujours pas l’accepter (la science non plus, en raison du « principe d’objectivité !), pas plus qu’elle ne peut accepter l’hégélianisme (cf à ce sujet les analyses de Karol Wojtila et le refus d’une »Phénoménolgie de l’Esprit), d’où l’extrême prudence de Martelet. 


  • Robin Guilloux Robin Guilloux 18 janvier 13:45

    Errata : « Dieu se rit de ceux qui chérissent les causes de ce dont ils déplorent les conséquences. »

Voir tous ses commentaires (20 par page)







Palmarès