• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Robin Guilloux

Robin Guilloux

Je suis professeur de Lettres.

Tableau de bord

  • Premier article le 12/10/2011
  • Modérateur depuis le 17/09/2012
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 108 86 2981
1 mois 8 20 138
5 jours 3 4 47
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 0 0 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique













Derniers commentaires



  • Robin Guilloux Robin Guilloux 15 janvier 18:52

    @Christian Labrune


    Oui. vous reprenez la différence que fait Kant (et Husserl) entre la foi et le savoir et vous distinguez légitimement entre la dimension culturelle de la religion (l’art, la littérature, l’architecture, la peinture, la musique) et la foi proprement dite qui ne sont pas du même ordre (mais ça peut aider !)

    Je pense que Mallarmé éprouvait la nostalgie d’un monde où les oeuvres de Bach et la cathédrale de Reims ont été rendues possibles. Il n’avait probablement pas la foi, mais il avait la nostalgie de la foi et il voyait dans la liturgie catholique une sorte d’opéra, un spectacle total (mais un spectacle auquel il se sentait étranger, où il ne se voyait pas comme acteur).

    Mallarmé vivait sans doute très mal (plus mal qu’un autre) la « mort de Dieu » qui a transformé les « enfants de Dieu » en « sujets de la science » (Lacan). Le mot « laïcité » vient de laikos et dési gne ceux qui ne sont pas« clercs » (les évêques, les prêtres, les diacres). On peut donc être chrétien et laïc. 

    Mallarmé admettait la séparation des Eglises et de l’Etat, mais non la « laïcité de combat »,scientiste et antireligieuse.


  • Robin Guilloux Robin Guilloux 14 janvier 21:38

    @Decouz


    Oui. Franz Rosenzweig qui fut très influencé par Hegel, puis s’en détacha pendant la Première Guerre Mondiale, pense une « philosophie nouvelle » à partir du sceau de Salomon, qui est une sorte de reprise critique de l’hégélianisme.

    L’étoile de la rédemption met en relation six éléments deux à deux : Dieu, l’Univers et l’être humain (triangle pointe en bas) d’une part et d’autre part la Création, la Révélation et la Rédemption (triangle pointe en haut). 

    La Création implique que Dieu entre en relation avec le monde. La Révélation marque l’entrée en contact de Dieu avec le Moi individuel de chacun et la Rédemption signifie une relation d’amour, d’apaisement et réconciliation avec le monde.




  • Robin Guilloux Robin Guilloux 14 janvier 09:10

    @Gollum


    Eh bien, Hegel (avec lequel je communique de temps en temps autour d’un guéridon smiley vous dirait « qu’il a fallu attendre » parce que la raison se réalise lentement dans l’Histoire et j’ajouterai que le spirituel a été instrumentalisé par le politique..

    En ce qui concerne la réalisation de la liberté dans l’Etat moderne, je suis d’accord avec vous. Bernanos explique dans La France contre les robots que les Français étaient bien plus libres sous la monarchie, avant la constitution de l’Etat moderne : pouvoir des parlements de province, absence de conscription obligatoire, sans toute cette bureaucratie étouffante et le pouvoir des machines, bien que la version française centralisatrice, puis jacobine de l’Etat moderne ait été conçue au départ par les rois de France (de Philippe Le Bel à Louis XIV)


  • Robin Guilloux Robin Guilloux 14 janvier 08:58

    @diogène

    Oui, Marx et les hégéliens de gauche critiquent l’idéalisme de Hegel. Ce n’est pas la raison, l’esprit qui à l’oeuvre dans l’Histoire, mais les forces économiques (le mode de production et les rapports de production) Marx croit, comme Hegel au « sens de l’Histoire », mais parle de remettre la dialectique hégélienne « sur ses pieds » (sous entendu : elle marche sur la tête !)



  • Robin Guilloux Robin Guilloux 6 janvier 18:01

    @Choucas

    Pour superposer les deux triangles triangle chiraux (symétriques à une ligne du plan), il faut les plier selon leur axe de symétrie et rabattre leur hypoténuse l’une sur l’autre . 

    Mais est-ce que votre exemple n’introduit pas les notions de « gauche » et de « droite » ? (triangle de gauche, triangle de droite), ce qui n’infirmerait pas la thèse de Kant, mais constituerait un exemple qui pourrait s’ajouter au paradoxe des triangles sphériques et des images dans le miroir ? 

    Dans l’exemple que vous donnez l’axe de symétrie joue le même rôle que l’équateur pour les triangles sphériques. 

    Ce qui intrigue Kant, ce n’est pas que les triangles ou les mains ne soient pas superposables ; elles le sont, par exemple, je peux placer ma main droite contre ma main gauche, mais qu’elles ne peuvent pas échanger leurs positions.

    Plus précisément, l’intuition sensible les perçoit comme occupant une position nécessaire dans l’espace que l’entendement pur ne peut pas concevoir puisqu’elles ont les mêmes propriétés.

    On peut donc dire que de même que l’existence n’est pas une qualité mais une position (cf réfutation de la preuve ontologique), la position dans l’espace n’est pas une propriété des choses.
Voir tous ses commentaires (20 par page)







Palmarès