• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Samson

Samson

"J’ai connu ce qu’ignorent les Grecs : l’incertitude."
(Jorge Luis Borges / La loterie à Babylone)

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 2 1827 29
1 mois 0 19 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique





Derniers commentaires



  • Samson Samson 5 août 00:31

    @Alren

    « Ceci est une absurdité scientifique ! »

    Sans nul doute, et au moins jusqu’à la prochaine découverte ! smiley

    Tout le bonheur de se borner aux bien étroites œillères auxquelles confine un rationalisme, totalement dévoyé de sa méthodologie d’origine pour se muer en idéologie, réside dans l’extraordinaire capacité qu’il offre à tous les castrés de l’imaginaire de pouvoir s’enorgueillir du déni d’un « réel » qui leur échappe d’à peu près toutes les manières.  smiley smiley smiley


  • Samson Samson 4 août 22:57

    @Clark Kent
    De fait !
    « N’allez pas croire que je sois venu abolir la Loi ou les Prophètes : je ne suis pas venu abolir, mais accomplir.
     Car je vous le dis, en vérité : avant que ne passent le ciel et la terre, pas un i, pas un point sur l’i, ne passera de la Loi, que tout ne soit réalisé. »
    Matthieu V, 25-26


    "Est-ce que cette peine de mort abolit les autres ? Le Nouveau Testament ne donne pas une réponse directe à cette question. « 

    Il y a déjà celle-ci !
      »ils disent à Jésus : « Maître, cette femme a été surprise en flagrant délit d’adultère.
    Or, dans la Loi, Moïse nous a prescrit de lapider ces femmes-là. Toi donc, que dis-tu ? »
     Ils disaient cela pour le mettre à l’épreuve, afin d’avoir matière à l’accuser. Mais Jésus, se baissant, se mit à écrire avec son doigt sur le sol.
     Comme ils persistaient à l’interroger, il se redressa et leur dit : « Que celui d’entre vous qui est sans péché lui jette le premier une pierre ! »
     Et se baissant de nouveau, il écrivait sur le sol.
     Mais eux, entendant cela, s’en allèrent un à un, à commencer par les plus vieux ; et il fut laissé seul, avec la femme toujours là au milieu.
    Alors, se redressant, Jésus lui dit : « Femme, où sont-ils ? Personne ne t’a condamnée ? »
    Elle dit : « Personne, Seigneur. » Alors Jésus dit : « Moi non plus, je ne te condamne pas. Va, désormais ne pèche plus. » Jean VIII, 4-11

    Le christianisme est, dans son sens profond, une religion fondée sur une peine de mort !

    Disons sur le meurtre !
    Comme l’éclaire l’ensemble de l’œuvre de René Girard, tout sacrifice est à l’origine humain. Le Dieu de la Torah n’agrée donc en toute bonne logique que le sang pour offrande, et c’est faute de pouvoir lui substituer un animal, que Caïn l’agriculteur se voit « contraint » au meurtre de son frère Abel !
    En se faisant crucifier sur le Golgotha, l’Agneau de Dieu qui enlève le péché du monde (et pas des seuls chrétiens !) rachète par son unique sacrifice - humain ! - la malédiction de Caïn et - par le mystère de la transubstantiation de son corps en pain et de son sang en vin- substitue valablement - tant au sacrifice humain qu’aux sanglants holocaustes animaux qui en sont jusque là les seuls substituts agréés - les offrandes agricoles précitées.

    Si même il y a fallu à l’Église Catholique Romaine plus de deux mille ans d’Exégèse pour en convenir, envisagée comme acte de purification sociale et religieuse du péché,, la peine de mort n’est donc pas justifiable dans le Christianisme, car le péché est racheté dès l’origine par le sacrifice du Golgotha. smiley

    En vous présentant mes respectueuses salutations ! smiley




  • Samson Samson 28 juillet 19:30

    « S’ils veulent un responsable, il est devant vous. Qu’ils viennent le chercher. Je réponds au peuple français. »
    A trop s’aveugler de sa propre suffisance aux destinées de la startup « France », le giton préféré de Rothschild transgresse allègrement toutes les règles édictées par la République pour déterminer son fonctionnement et sa bonne administration. Ce faisant, il s’aliène la « sympathie » de tous les grands corps de l’état et de la fonction publique sur lesquels - quoiqu’il en dise - il se défausse ensuite.
    Gare donc aux peaux de bananes ! !!
    D’autant qu’au risque d’inciter ces derniers à plus unanimement et fermement s’y résoudre, il ne peut en bon pervers narcissique - pour ne pas répondre de son impéritie - résister à la jouissance malsaine de provoquer les journalistes et les députés représentants de la nation qui en demandent précisément compte au nom du peuple français !

    « ... Alexandre Benalla n’est pas mon amant. »
    Au risque d’induire en doute toutes celles et ceux qui n’y eussent autrement songé, était-ce si peu évident que cela nécessite précision, ou ne s’agit-il que d’une rodomontade - ciblée - de plus à ajouter à la longue liste des provocations dont la com’ de votre très immature « premier de cordée » est manifestement plus que friande ??? smiley

    Quos vult perdere, Juppiter dementat (Virgile)
    « Jupiter rend fous ceux qu’il veut perdre »



    Bonus : Gare aux « fake news » !
    J’ignore quel crédit accorder à cette farce - ou pas ! -, mais je la trouve plutôt corsée, et la savoure personnellement sans modération ! smiley

    Bien à vous, en vous présentant mes cordiales salutations ! smiley


  • Samson Samson 28 juillet 18:20

    « S’ils veulent un responsable, il est devant vous. Qu’ils viennent le chercher. Je réponds au peuple français. »

    A trop s’aveugler de sa propre suffisance aux destinées de la startup « France », le giton préféré de Rothschild transgresse allègrement toutes les règles édictées par la République pour déterminer son fonctionnement et sa bonne administration. Ce faisant, il s’aliène la « sympathie » de tous les grands corps de l’état et de la fonction publique sur lesquels - quoiqu’il en dise - il se défausse ensuite.
    Gare donc aux peaux de bananes ! !!
    D’autant qu’au risque d’inciter ces derniers à plus unanimement et fermement s’y résoudre, il n’hésite en bon pervers narcissique pas - pour ne pas répondre de son impéritie - à recourir une fois encore à la jouissance malsaine de provoquer les journalistes et les députés représentants de la nation qui en demandent précisément compte au nom du peuple français !

    « ... Alexandre Benalla n’est pas mon amant. »


    Au risque d’induire en doute toutes celles et ceux qui n’y eussent autrement songé, était-ce si peu évident que cela nécessite précision, ou ne s’agit-il que d’une rodomontade de plus à ajouter à la longue liste des provocations dont la com’ de votre très immature « premier de cordée » est manifestement plus que friande ??? smiley

    Quos vult perdere, Juppiter dementat (Virgile)
    « Jupiter rend fous ceux qu’il veut perdre »

    Bonus : Gare aux « fake news » ! J’ignore quel crédit accorder à cette farce - ou pas -, mais je la trouve plutôt corsée, et la savoure personnellement sans aucune modération ! smiley smileysmiley

    Bien à vous, en vous présentant mes cordiales salutations ! smiley

Voir tous ses commentaires (20 par page)







Palmarès