• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Samson

"J’ai connu ce qu’ignorent les Grecs : l’incertitude."
(Jorge Luis Borges / La loterie à Babylone)

Tableau de bord

  • Premier article le 14/01/2015
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 2 1742 29
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique





Derniers commentaires



  • Samson Samson 5 novembre 23:58

    « Quelle est leur psychologie ? Il faut savoir tout d’abord que leur intérêt premier est financier, ils estiment qu’étant la région la plus riche d’Espagne il est normal qu’ils conservent le produit de leurs richesses pour eux seuls, égoïstement, ils ne sont pas partageurs. De plus ils haïssent tout ce qui n’est pas catalan, ils s’en vantent ouvertement et publiquement. »

    Remplacez « Espagne » par « Belgique » et « catalan » par « flamingant », le texte ci-dessus reste mot pour mot valable !
    Pas pour rien que les héros du nationalisme catalan trouvent « refuge » au brumeux (et fort pluvieux !) berceau du surréalisme, cet extraordinaire petit royaume dont la devise « L’Union fait la Force » (çà ne s’invente pas !) se décline en trois langues (flamand, français et allemand), et dont la lourde et fort coûteuse structure institutionnelle et administrative saupoudre savamment les compétences entre un état fédéral, trois régions (Flandres, Wallonie, Bruxelles) et trois communautés linguistiques : bonjour l’efficacité !

    A la notable différence des Catalans en Espagne, la majorité en Belgique est flamande et - si même un Flamand sur trois vote pour des formations ouvertement séparatistes (les autres n’étant, de manière à peine plus feutrée, pas en reste !) - une majorité de Flamands se trouve fort bien (de mieux en mieux même !) au sein d’un état où ils sont de toute manière les premiers et les mieux servis ! Malgré quoi, en vertu de la victimologie inhérente à tout mouvement indépendantiste qui se respecte, le politicien flamand persiste dans le maintien d’une posture flamingante toujours plus rabique et teigneuse : refus obstiné de signer la convention européenne sur la protection des minorités, vexations administratives et humiliations de toute nature à l’encontre de ces « ratte franskilloenen » (« rats fransquillons ») qui ont encore l’outrecuidance de souiller ce sol sacré « waar Vlamingen thuis zijn » (« où les Flamands sont à la maison ») comme nous le rappellent élégamment tous les panneaux routiers d’entrée en agglomération flamande, interdiction (à l’heure de l’€urope et de la globalisation des échanges, faut le faire !) de l’usage du Français pour tout contrat commercial signés dans leur région, et même jusque sur les plaines de jeux de certaines communes, ...

    Autre sujet d’étonnement : si un des arguments de vente de l’indépendance catalane consiste en un rejet fort compréhensible de l’autoritarisme franquiste, les velléités indépendantistes de leurs « amis » flamingants restent quant à elles fortement teintées par la nostalgie du claquement des bottes lors de leur éphémère assimilation à cette « Heren ras » (« race des Saigneurs ») fort habilement promue par la propagande durant l’occupation nazie et dont - à l’inverse de la plupart des Allemands -, ces « bons à rien » peinent toujours à faire le deuil.

    Tout çà pour dire que - faute de bien connaître les spécificités propres au mouvement autonomiste catalan -, l’instrumentalisation de leur revendications par le « Gauleiter » d’Anvers et ses fidèles « capos » qui - soucieux de réveiller la fibre nationaliste quelque peu assoupie de leurs propres concitoyens - n’hésitent pas à verser de l’huile sur le feu en ressuscitant le sombre mémoire de Philippe II pour mieux fustiger l’inhumanité et la rigidité d’un « ennemi » désormais commun, n’emporte guère la sympathie des francophones belges, accoutumés depuis des lustres à cette logique revancharde justifiant toutes les outrances, spoliations et autres insultes à l’encontre de leurs concitoyens wallons et francophones par leur soumission historique à la bourgeoisie « fransquillonne » fondatrice de la Belgique et de longue date reconvertie au globish de rigueur en €urocratie, ainsi qu’aux options néo-libérales les plus extrêmes et dont la N-VA (Nieuw-Vlaamse Alliantie) se veut le fer de lance..

    Les protestations de « démocratie » semblant une fois encore avoir bon dos, à qui donc, à quels intérêts « occultes » Carles Puidgemont sert-il - au mieux - d’idiot utile ? Et quels sont les cercles à la manœuvre pour tirer dans l’ombre les ficelles des revendications indépendantistes catalanes ?

    A la place des Espagnols et plus encore des Catalans, premiers dindons de la farce qui semble se préparer en coulisses, je me méfierais, ... et pas qu’un peu !!!



  • Samson Samson 30 octobre 23:07

    « La communauté internationale dont parlent Washington et ses alliés européens et latino-américains ne forment finalement qu’un club d’amis, liés par des intérêts financiers, souvent de caractère individuel et passager. »

    « alliés », « amis » ??? Le terme « vassaux » serait nettement plus approprié pour décrire la nature des liens qui les unissent !

    « Je fais voeux que le Venezuela soit la première véritable démocratie à résister et à vaincre les prétentions de l’Empire et de ses alliés. »

    Tout dépend de la vitesse à laquelle s’écroule l’Empire : l’actualité récente (Crimée, Syrie, ...) nous montre certes qu’il ne prend plus toujours les moyens de ses prétentions, mais il n’est rien plus dangereux qu’un fauve acculé.
    Souhaitons donc que le cancer qui le ronge soit déjà suffisamment avancé et l’ait suffisamment affaibli pour réduire sa force de nuisance : c’est le seul espoir pour le Bolivarisme d’échapper à ses griffes !



  • Samson Samson 30 octobre 22:07

    « La révolution cognitive qui marque le début de l’ère des sapiens ; »
    L’émergence de l’homo sapiens n’est qu’une étape dans la longue évolution de l’humanité et des technologies qu’elle a su développer : si même son apogée technologique est atteinte au moustérien, l’invention du biface est antérieure à l’homo sapiens.
    .
    A noter aussi, alors que nos technocrates n’ont que le mot « développement durable » à la bouche, la géniale « invention » du boomerang par une civilisation qui a pu rester stable et garder ses repères plus de 10000 ans, le peuplement de l’Australie et de la Nouvelle Guinée étant antérieurs à la fin de la dernière glaciation.

    « L’histoire va de plus en plus vite …. »
    J’ai été passablement surpris de découvrir, exposés dans des « musées de la vie agricole », des outils familiers utilisés sans modification majeure depuis les époques romaines, celtes ou antérieures, et dont en moins d’une génération, tant la fonction que l’usage ont été oubliés.

    "Il n’y a qu’un dieu dans la religion catholique mais tellement de saints sans parler de la « vierge » du fils et du Saint Esprit. La religion musulmane n’étant pas en reste.« 

    Les religions du Livre n’ont pu creuser leur trou qu’en s’accommodant des traditions, mythes, rites, sanctuaires, us, coutumes et fêtes antérieurs : nous n’en avons plus même conscience, mais les Saints les plus populaires du calendrier continuent de figurer héros ou divinités bien antérieurs au christianisme, et perpétuent des mythes parfois même antérieurs au néolithique et à la naissance de l’agriculture.

     »Comment sommes-nous arrivés à la notion de nation et de droits de l’homme et jusqu’où peut nous mener la globalisation née avec la naissance du capitalisme ?« 

    Personnellement, je considère que nous vivons actuellement la fin de l’ère patriarcale née au néolithique de la prise de conscience du lien entre accouplement et paternité. Si la tradition orale suffisait amplement aux nécessités d’une transmission matrilinéaire et donc »naturelle« , la substitution d’une transmission patrilinéaire - toujours présumée ou putative - nécessitait l’institution de règles pour déterminer son fonctionnement, d’où l’institution du mariage, la naissance de l’écriture nécessaire à consigner les codes et lois qui la fixaient, les religions du Livre, l’émergence de l’histoire (écrite) en lieu et place des traditions (orales) antérieures, ...
    Issus de l’écriture, les développements technologiques actuels - tout particulièrement le test ADN déterminant maintenant une paternité »biologique« - met définitivement terme à cette logique.
    J’interprète personnellement la flambée actuelle de fanatismes associés aux religions du Livre comme les derniers soubresauts de l’agonie du Patriarcat et de ses institutions.
    A noter, pour qui s’intéresse à la question, que - conformément à la tradition tant évangélique qu’ecclésiale -, l’Église Catholique Romaine a déjà symboliquement acté - et de plus d’une manière - sa fin : c’est maintenant pour elle l’heure du »chant du coq".

    Il est donc d’autant plus intéressant de nous libérer de notre complexe de supériorité « moderne » pour nous pencher sans à-priori dédaigneux sur le précieux héritage traditionnel et multimillénaire de cette aventure humaine à laquelle, depuis le premier outil, nous prenons part !

    A l’heure des réseaux informatiques, des nanos et bio-technologies, nous entrons sans conteste dans une nouvelle ère : sera-ce pour l’épanouissement d’une humanité délivrée de la nécessité du labeur pour assurer ses ressources ou pour la terreur d’une servitude technologique sans équivalent connu ? C’est à nous et aux générations actuelles d’en décider ! Maintenant !!!



  • Samson Samson 30 octobre 19:41

    « ... , la langue française se trouve désormais en péril mortel, ... »

    Quand tout.e allusion au genre.e constitue désormais un.e intolérable.e traumatisme.e à l’encontre.e des minorités sexuel.le.s qui - en fer de lance.e des joie.e.s du.de la « transhumanisme.e » et des investissements du.-de la capitalisme.e bio-tech - font actuellement l’opinion, quand - au nom du.de la droit à le.a différence - le.a « communauté LGBT » cherche à abolir tout.e norme.e genré.e pour mieux revendiquer l« ’humanisme.e » du droit pour tou.te.s à le.a location des ventre.e.s de « personne.e.s » porteur.euse.s, quand le.a « progressisme.e » se résume à relayer les revendications de minorités sexuel.le.s agissant.e.s, il.elle est bien naturel.le et normal.e d’abolir ce.tte langue.e à ce.tte point machiste.e, ringuard.e, discriminatoire.e et rétrograde.e qu’il.elle ne propose pas même de genre.e neutre.e !

    On est « progressiste.e » ou on ne l’est pas, que diable.sse !

    Et l’électeur.rice français.e semble l’avoir déjà bien compris.e, qui a élu.e le.a seul.e candidat.e au genre.e suffisamment indéterminé.e pour ne pouvoir sérieusement y penser en se rasant.e !
    Et pour jouir tou.te.s d’un.e peau des fesse.e.s aussi lisse.e que celui.elle du.de la menton présidentiel.le, à quand l’ajout des inhibiteur.rice.s de testostérone.e à le.a liste.e des vaccins obligatoire.e.s, ??? smiley



  • Samson Samson 22 octobre 01:33

    « Le jugement rendu réjouit ceux qui aident cette population en grande précarité »
    Avant cet « humanitarisme » de bon aloi prétexte aux plus douteuses aventures militaires issues de la stratégie impériale du Chaos, merci au juge de valider l’application et l’exercice des principes authentiquement humanistes qui fondent la République sur son propre territoire.
    A rebours de la logique d’exclusion actuellement en vogue jusque dans ces colonnes, je trouve ce jugement plutôt réconfortant !
    Et bien merci à vous, Monsieur Chalot, de nous en faire part ! smiley

Voir tous ses commentaires (20 par page)

LES THEMES DE L'AUTEUR

Europe TAFTA CETA Tribune Libre Charlie Hebdo






Palmarès