• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

sergeï

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 24 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Derniers commentaires



  • sergeï 21 mai 2007 12:38

    Article interressant, qui a le mérite de remettre cette affaire dans son contexte et sa complexe réalité. Evidemment, on ne peut évoquer la Colombie sans qu’apparaissent qu’aussitôt de suspectes et stupéfiantes effluves.

    Pauvre Colombie qui semble cumuler tous les maux de la terre : drogue, corruption, terrorisme, argent sale, misère, enlèvement à l’échelle industrielle, dictature, pollution chimique...

    L’attitude de Monsieur Sarkosy ne m’a pas choqué : Ingrid Bettancout étant une citoyenne française, il est normal qu’un président français s’engage pour la faire libérer, avec arrières pensées ou pas, laissons lui au moins un crédit sur ce sujet.

    Nous jugerons assez rapidement l’efficacité de sa manière d’agir. Pour reprendre sa formule (et pourtant je ne suis pas partisan du personnage), l’important, plus encore que pour tout autre sujet c’est le résultat final : sortir les otages de ce bourbier.

    Je suis surpris de l’attitude de Ulribe qui a suivi l’appel téléphonique de Nicolas Sarkozy : pourquoi cherche-t-il à humilier la France et à ridiculiser son nouveau président ?

    L’hypothèse la plus optimiste serait qu’il entend d’abord augmenter la pression sur les ravisseurs pour pouvoir négocier au mieux mais bon... C’est sûrement beaucoup plus compliqué...

    Si ça sert à quelque chose on ne peut que souhaiter bon courage à cette « femme debout » qu’est Ingrid Bettancourt.



  • sergeï 18 mai 2007 13:22

    C’est certain que le système de redistribution actuel est complétement schizophrénque.

    La solution serait d’avoir des salaires qui nous permettent de vivre décemment sans dépendre de ces foutues institutions sociales qui nous mettent dans la dépendance... Mais dans ce cas, il faut applatir un peu l’échelle des salaires de manière à ce que les plus pauvres ne se retrouvent pas complétement démunis... Je préférerais que les loyers soient moins élevés plutot que de dépendre de l’APL. Pouvoir me payer des fringues plutot que toucher un bon d’habillement et une prime de chaussure ! etc.. Je compare ce système avec celui les grandes surfaces qui multiplient les systèmes de réductions, les cartes de fidélités et autre gadgets pour que vous n’y compreniez plus rien sur les vrais prix, mais que vous soyez totalement dépendants du magasin...

    Par contre, ne pas flinguer la sécu parceque c’est un système de solidarité mais lui rendre son coté paritaire et la détacher de l’état. Pour les allocs familiales, je suis d’accord avec Sarko pour l’étendre au premier enfant mais quand même, les personnes qui touchent 3000 euros par mois en ont-ils vraiment besoin (perso, je touche 2 euros par mois pour ma fille). Quant à attendre pour voir, je pense qu’il n’y a rien d’autre à faire mais par contre je ne me fais aucune illusion : la droite, surtout décompléxée, n’est pas là pour faire des cadeaux au peuple mais aux plus fortunés pour leur permettre, le cas échéant de redonner quelques miettes aux miséreux et, si la croissance le permet, d’améliorer la croissance économique globale (ce dont personne ne se plaindra).

    Mais au premier retour de conjoncture, bien entendu, l’illusion s’effacera ...



  • sergeï 18 mai 2007 11:41

    Je crois que c’est difficile de se comprendre quand on n’a pas le même « référentiel » social.

    Je ne vous en veux pas c’est bien normal.

    je prends l’exemple des seuils dont je vous parlais : vous avez traduit immédiatement « impots sur le revenu ». mais à moins de 20 000 euros annuels avec un enfant, je n’en paye pas. P ar contre, certaine prestations sociales sont soumises à des seuils comme l’allocation de rentrée scolaire. Ou les tarifs municipaux. Qaund on peut basculer pour un manque de quelques euros au bout du mois, ces « petites différences »sont parfois salvatrices.

    L’Euro n’a pas la même valeur suivant sa position et son usage dans l’ordre des priorités et des besoins vitaux.

    Il m’est arrivé ne pas pouvoir emporter mes 10 euros de courses à Carrefour parceqqu’il me manquait 40 centimes pour compléter mes bons d’achat... Je ne vous dis pas le sentiment d’humiliation et le regard des autres : j’ai eu le sentiment de ne plus être un français comme les autres, voire plus français du tout.

    Une simple pièce de 50 centimess m’aaurait évité cette pénible (mais o combien précieuse) expérience.

    Mais je ne me plains pas, ce n’est pas le but de mes écrits. Ce n’est pas ma situation personnelle qui importe mais le témoignage que je peux apporter sur les marges de cet inframonde qu’est le quotidien des petites gens :les rides et ridules du social en quelque sorte... de loin, on ne voit qu’une surface lisse, mais qui s’y frotte en ressent la rugosité. D’ailleurs, je suis plutôt heureux de mon sort : j’ai échappé au pire et l’espérance est de retour.

    Mais aussi quel sentiment de fragilité : maladie, nouvelle période de chomage ou remise en cause d’une situation que j’ai réussi à consolider par une nouvelle loi et patatras, le balancier repart dans l’autre sens...

    Du coup, l’arrivée de Monsieur Sarkozy n’est pas pour me rassurer : comment pourrait-il être sensible à ce que je viens de vous exposer ?

    Quand à la question des transports, elle est étroitement liée à celle du logement, qui relève bien d’une politique publique : mon temps de transport et donc l’implantation de mon logement est le fruit d’un équation rigoureuse ainsi traduite : plus t’habites loin de Paris, moins tu paies d’anvantage mais plus tu y passes de temps : foin de hasard dans tout celà. La variable temps de transport et la variable prix du m2 sont étroitement liées.

    Maintenant, je pose la question :

    Qui n’applique pas la loi SRU ? Qui posséde un cabinet d’avocat défendant les propriètaires qui partiquent la vente à la découpe ? Qui va lutter conter la spéculation immobilière ?

    Quant aux possiblités de promotion quand on est agent public de catégorie C elles sont quasi nulles (concours : 10 postes pour 3000 candidats)et d’ailleurs, ce n’est pas le souci actuel de nos « managers » : économies tu feras, l’argent du contribuable tu épargneras...

    On connait la chanson...



  • sergeï 17 mai 2007 11:09

    Je suis absent de mon domicile 10 heures 30 par jour : 7h15 de boulot + 2h 30 de transport + 45 minutes déjeuner pour environ 1400 euros par mois. 6 % d’augmentation, ça me ferait en petite centaine d’euros en + dont sans doute une bonne partie me serait repris par les changements de seuils divers et variés . Je travaille dans un service public, donc souvent le samedi, quelques dimanches et aussi le soir jusqu’à 20 heures. Franchement, je n’ai pas vraiment envie de réduire de 2 heures le temps consacré à ma famille OU à des activités sociales.

    Mais je voudrais revenir à la notion de trvail. Prenons le cas d’un cadre supérieur ou d’un médecin. Ces personnes travaillent souvent plus de 50 heures, c’est vrai (parfois 70 pour les médecins). Les revenus qu’ils en tirent leur permettent peu ou prou de s’affranchir d’un certain nombre de tâches en les délégant à des professionnels : c’est une forme de redistribution...

    Exemples : la garde des enfants, des travaux à la maison et même les courses... bref, vous bénéficiez des « services à la personne » qui vous sont accessibles.

    Mais quand vous avez à peine plus que le smic pour faire vivre une famille et qu’il vous reste plus que 20 euros aprés paiement des charges, vous êtez contraint de tout faire par vous même : vous devenez peintre, plombier menuisier, electricien et même coiffeur parce quevous ne pouvez plus vous payer les services adéquats... Même les courses deviennent un vrai boulot parce que vous êtes obligé de courrir les promos d’un magasin à l’autre (parfois sans voiture). Je vous parle d’exemples vécus. Alors, Monsieur Sarkozy, avec son heure quotidienne retirée du temps supposé libre pour 100 balles de plus, il me fait bien rire.

    Il oublie que les pauves, en fait, passent du temps à travailler POUR EUX. (et je ne parle même pas des petits boulots secondaires). Il ne s’agit pas de travail salarié mais c’est quand même du boulot. N’oublions pas les taches méngères, l’éducation des enfants, en plus. Monsieur Sarkozy, il passe combien de temps en moyenne à faire les courses, à déboucher la baignoire ou à repeindre la cuisine ? Il passe combien de temps à faire la queue aux assedics aux impots, à la CAF ou aux assedics ?

    Voilà le vrai temps de travail des français : être pauvre, c’est un boulot à plein temps, stressant, épuisant, qui exige beaucoup de compétences : c’est la France qui se lève tôt, qui se couche tard, qu ne prend pas de vacances (même bien méritées)pour pouvoir simplement SURVIVRE ;

    Qu’il y ait des milliards de gens dans une situation bien pire ne console pas le pauvre, autochtone français : il ne manquerait plus que ça que la misère des autres nous console de la nôtre. La misère extérieur l’accable encore plus car les gens les plus généreux ne sont pas ceux qu’on croit. Alors, ceux qui se la pètent avec leur frime de riche parvenu, au lieu de faire la leçon à ceux qui tentent de garder leur « dignité d’eux même » (ah, ah) malgré les difficultés et tracasserie quotidiennnes devraient faire preuve d’un peu plus de modestie et de respect pour la souffrance d’autrui.

    Serviteur Monsieur



  • sergeï 16 mai 2007 11:48

    Votre ami travaille dans les banques (secteur privé) ou dans l’adminstation au sens de secteur public ?

    C’est vrai que dans le secteur public en particulier, on trouve les extrèmes : des gens qui ne font rien et des gens débordés et stressés. Ceux qui ne font pas grand’chose ne sont d’ailleurs pas responsable de cet état de fait et le vivent souvent aussi mal que ceux qui sont strssés : pour éliminer ou sanctionner les gens, on les met souvent au placard : c’est terrible.

    Du côté du personnel d’éxécution par contre, la pression devient terrible parcequ’on ne recrute plus depuis des années.

    Pour répondre à Live.

    Les tableaux de temps de travail, c’est trés bien : merci d’avoir fait cet effort d’argumentation. Cependant, c’est un peu abstrait car tout dépend de la manière dont on occuppe ces heures, de la pression hiérarchique, du rendement exigé etc...

    Et on sait que depuis les 35 heures, les français sont au taquet comme on dit, c’est à dire qu’il doivent fournir l’équivalent de 39 heures dans les 35.

    Les cadres de renault qui se suicident, c’est un extrème mais c’est symptomatique d’un mal profond : la souffrance au travail...ce n’est pas moi qui ai inventé le concept : interrogez les gens, lisez les magazines, regardez les documentaires TV...

    Vous verrez que je n’invente rien et que je ne rêve pas...j’observe et j’en tire des raisonnements en fonction de quelques critères simples : je n’aime pas ni la souffrance ni l’injustice et tout ce qui me semble les augmenter me parait de nature à être combattu.

    A partir de là, j’en fait les déductions politiques adéquates (et pas l’inverse). C’est pour celà que j’étais défavorable au projet 35 heures, tel qu’il a été réalisé mais que j’approuve, sur le long terme, la tendance à la réduction temps du travail SALARIE (auquel ne saurait se réduire la notion de travai).

    J’ai donc la prétention d’être assez autonome dans ma façon de penser, dans la mesure du possible, et le fait de savoir pour qui j’ai voté ne pourra pas vous permettre de me « classer » dans un système de pensée particulier autant qu’il en existe encore : ceux qui craignent que Monsieur Sarkozy ne réduisent le champ de leur liberté ne sont donc pas forcément des opposants dogmatiques et systématiques ... (j’ai voté pareil pour le premier et le second tour...)

    bonne journée à vous

Voir tous ses commentaires (20 par page)







Palmarès