• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

therasse

therasse

Quelques années de fac de droit. Stop aux études en troisième année, et « real orientation » de ma carrière professionnelle vers la banque et les assurances où j’ai dirigé une petite succursale pendant 13 ans. Fin de carrière dans un service crédit. Actuellement pré-retraité. 
« Hobbies passions » : le tennis, lire, écrire.
Activités actuelles :
-problèmes de hanche : le tennis, c’est quasi-définitivement compromis
- restent la lecture et l’écriture, exclusivement sur le net

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 229 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Derniers commentaires



  • therasse therasse 20 septembre 13:08
    L’IMPUISSANCE A CONNAÎTRE LES CAUSALITES NE LES REND PAS INEXISTANTES POUR AUTANT OU DE L’(IN)EXISTENCE DES DIEUX LEGISLATEURS..

    Le hasard ne devrait-il pas plutôt se nommer : « méconnaissance des causalités » ? Idem pour ce qu’on nomme liberté ? Cette conception n’est pas neuve, c’est ce que pensait Spinoza ( « L’Ethique »).

     « Si l’homme se croit doté de libre arbitre c’est qu’à la fois il s’ignore lui-même, mais qu’il a pourtant conscience de quelque chose : il ignore les causes qui le déterminent à vouloir et à se mouvoir, tout en étant conscient de ses volontés et de ses mouvements. Sa croyance illusoire en une liberté indéterminée est donc elle-même déterminée : cette croyance vient de ce qu’il n’a conscience que des effets que provoquent en lui les choses extérieures, et qu’il ignore les causes qui les produisent. C’est pourquoi l’homme se prend pour une cause libre. » Pascal Séverac, philosophe, chargé de cours à Paris à propos de Spinoza dans une édition spéciale de la revue « Le Point »

     « Telle est cette liberté humaine que tous se vantent d’avoir et qui consiste en cela seul que les hommes sont conscients de leurs appétits et ignorants des causes qui les déterminent. C’est ainsi qu’un petit enfant croit librement désirer le lait, un jeune garçon irrité vouloir la vengeance et fuir s’il est peureux. L’ivrogne croit dire par un libre décret de son âme ce qu’ensuite, sobre, il voudrait avoir tu. Ainsi le dément, le bavard, et bien d’autres de même farine, croient agir par un libre décret de leur âme et non être portés par une impulsion. Et comme ce préjugé est inné en tous les hommes, ils ne s’en libèrent pas facilement. » Spinoza - Lettre 58 (A Georg Hermann Schuller)

    Ce n’est pas le fait que la situation présente et le passé sont complexes, que l’abondance des causalités constitue un labyrinthe inextricable pour notre cerveau, que tout ça n’existe pas. La psychanalyse a par ailleurs bien montré, n’en déplaise à Onfray, qu’au delà de la conscience existe une autre réalité causale de désordres mentaux, nommée inconscient ou subconscient dont le souvenir, remonté à la conscience exerce des effets étonnants sur la vie présente et future chez les patients.

    En remontant quinze, vingt, trente générations on trouvera chaque fois un couple sans le coït duquel nous ne serions pas là aujourd’hui, ou si le coït avait été différé de quelques secondes, car la foule de spermatozoïdes qui déboula vers l’ovule aurait été différente ainsi que le vainqueur. Donc la lignée de descendants qui s’ensuivit.

    Causalité, toujours et encore.

    Evidemment on pourra s’obstiner à nommer cela hasard. Juste une question d’étiquette. Perso, je préfère « déterminisme » même si les enchaînements causaux ne sont ni perceptibles, énumérables par notre cerveau limité.

    L’impuissance à connaître des espaces inconnus ne supprime pas ceux-ci pour autant.

     Avec Spinoza, la question de Dieu était évacuée car qui dit déterminisme évacue le libre arbitre donc la morale manichéenne du bien et du mal, donc enfer et paradis car qui n’est pas responsable ne peut être récompensé ni puni. Le panthéisme apparaît dès lors comme un camouflage de Spinoza, rendu nécessaire par l’époque qui n’appréciait pas beaucoup les athées, ni leur langue qu’ils étaient tentés de couper.

     Etre excommunié, soit ! Chassé de la communauté juive, resoit ! Mais amputé de la caroncule et brûlé, on comprend aisément que le philosophe n’ait pas été « chaud bouillant » pour cette perspective-là.

     Doit-on pour autant cesser de mettre en jugement un prévenu au prétexte de ces causalités à l’infini. Assurément non ! Mais il ne s’agit là que d’hygiène sociale, il importe d’en être conscients. Plutôt une mise à l’écart d’un indésirable, d’un nuisible, que de punir le responsable d’un méfait, qui aurait «  »« choisi »«  » de le commettre.

    Une décision purement utilitariste de préservation du groupe à l’égard d’un individu qui n’a pas respecté le contrat social, celui du milieu où il a choisi de vivre. 


  • therasse therasse 9 décembre 2016 14:45

    @Byblos : Le Coran et les hadiths recommandent de « frapper au cou les infidèles », d’où les égorgements. Et la motivation des martyrs c’est l’accès au paradis pour eux et 72 membres de leur clan, avec les 70 vierges en prime.




  • therasse therasse 9 décembre 2016 14:27

    @Byblos : Evidemment ! Toutes les religions sont meurtrières car servant des dieux jaloux, bizarrement préoccupés de la croyance en eux des mortels. On comprend mal qu’un jardinier se préoccupe du sort, de la croyance des fourmis, des pucerons qui peuplent son jardin.
    Différence entre le Deutéronome et le Coran : c’est que l’Ancien testament est écrit aux environs du VIIème siècle et raconte ce qui s’est prétendûment passé depuis une création qu’on a coutume de situer 11 millénaires avant JC.
    Pour rappel le Coran ne raconte pas grand chose, il est constitué de prescrits dictés directement par l’Ange Gabriel, facteur du « Bon » Dieu à Mahomet soit dans le désert où, comme chacun des prophètes précédents, le Prophète , SEUL, aurait eu un contact avec Allah. Autre moyen de transmission : des rêves au cours de crises qui ressemblent étrangement à des crises d’épilepsie.
    Il a fallu être bien naïf pour croire Mahomet sur parole, reconnaissez-le.

     


  • therasse therasse 11 août 2016 09:52

    @cevennevive : Je ne connais pas de texte sacré autre qui promette l’accès au paradis pour le martyr, mort pour sa religion, ainsi que pour 70 membres de son clan, et ce avec 72 vierges en prime.
    Voir dans ce fil ma citation de Bukhari.

     


  • therasse therasse 11 août 2016 09:48

    @papakill En coulisses c’est l’argent et les luttes de pouvoir et de possession des matières premières qui sont la cause des tueries.
    Mais ce qui convainc la chair à canons d’aller tuer et se faire tuer, ce sont bien les idéologies donc dans le cas d’espèce, les religions.
    On peut donc dire que la cause, ce sont bien les religions, dans le chef de ceux qui sont sur le terrain et qui tuent.
    Iraient-ils mourir en martyrs sans ce ty pe de textes sacrés :
     http://stairwaytoheaven.over-blog.net/article-596100.html&nbsp ;
    EXTRAIT :

    Autres personnes que le Prophète qui pourront intércéder

    Les martyrs


    ->D’après Abu Hurayra (رضي الله عنه), l’Envoyé de Dieu (صلى الله عليه و سلم) a dit : « Au martyr, il lui sera pardonné à la première coulée de son sang. II sera marié aux houris, il intercédera en faveur de 70 membres de sa famille ». (Ibn Maja et at-Tabarani)

    Ceux qui auront mémorisé et pratiqué le Coran


    ->Le Prophète (صلى الله عليه و سلم) a dit : « Celui qui a lu le Coran, l’a appris, a considéré ce qui est licite dans le Coran comme tel et à également considéré comme tel ce que le Coran a rendu illicite, Allah le fera entrer au paradis et acceptera son intercession au sujet de dix personnes de sa maison sur qui le Feu a été rendu obligatoire ». (Ahmad, Tirmidhi qui dit : « Gharîb », Ibn Mâja, Dâramiy)

    Les pieux


    ->Anas (رضي الله عنه) rapporte que le Prophète (صلى الله عليه و سلم) a dit : « Les gens (musulmans) qui seront destinés à l’Enfer se mettront debout en rangées sur la voie des gens du paradis (les pieuses personnes). L’un d’entre eux dira : »Ô Untel ! Ne me reconnais-tu pas. Je suis celui qui, une fois, t’avais donné à boire.« Certains autres diront : »Je suis celui qui t’avais fourni de l’eau afin que tu puisses faire tes ablutions.« Ce dernier intercédera alors en faveur de celui qui est destiné à l’Enfer, et le fera entrer au paradis ». (Ibn Mâja)

    ->« Ô Notre Seigneur ! Ils jeûnaient, priaient et faisaient le Hadj avec nous ! » Allah leur dira alors : « Retirez du Feu ceux que vous connaissez… ». (Extrait d’un long Hadith de Boukhâri et Mouslim).

Voir tous ses commentaires (20 par page)







Palmarès