• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

todoynada

Du genre humain, mâle, assez âgé pour se rappeller qu’il faut courir vite, car le vieux monde est derrière nous. Assez jeune pour essayer toujours de penser par lui même. Travailleur indépendant, car n’aime pas le salariat, habite le sud-ouest. Trouve qu’il vit une époque qui n’est peut être plus épique, surement opaque, mais diablement passionante car les cartes sont en train d’être redistibuées. Se demande avec curiosité, passion, inquiétude et gourmandise dans quel monde vivra son fils quand il aura son âge, et ce qu’il pourrait bien faire pour ajouter son grain de sable dans le bon (?) plateau de la balance.
"Se reposer ou être libre, il faut choisir" (Thucydide)

Tableau de bord

  • Premier article le 03/04/2007
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 2 7 109
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique





Derniers commentaires



  • todoynada 3 juin 2008 13:54

    Par pitié, arrêtez de répondre aux trolls !!!

    La seule manière de s’en débarasser, c’est de les ignorer ! Ils nourrissent leur pauvre ego de vos réactions de colère, alors qu’ils ne méritent que le silence.

     

     



  • todoynada 23 avril 2007 19:29

    Merci pour cet article intéressant : éclairage d’un positionnement politique par la mise en relation avec un corpus d’idées.

    Quand au débat dans les commentaires, ce qui me parait intéressant est que le fond dudit débat est en fait philosophique et non pas économique : quelles hiérachies et quelles articulations établir entre les différents aspects de la société humaine ? quelles valeurs privilégier ?

    Ceux qui balaient les tendances à la solidarité, aux actes non égoïstes comme des survivances passéistes et/ou des idéalismes naïfs font je pense une erreur tout simplement énorme ; ces tendances profondes et permanentes des sociétés et individus humain(e)s sont un fait anthropologique incontournable, autant que le sont les tendances à l’individualisme et au profit égoïste. Les deux sont des faits sociaux, institués et instituants (créés et créateurs - voir Castoriadis pour ceux que ça intéresse)indispensables à la survie des sociétés humaines. Que tout les thuriféraires du marché roi et du fondement égoïste de toute action humaine s’interrogent : sans l’amour gratuit des parents pour les enfants, des conjoint(e)s l’un pour l’aute, sans l’abnégation et le sens du devoir des résistants, militants et autres idéalistes, où seraient ils aujourd’hui ?? ils ne seraient PAS, tout simplement...



  • todoynada 23 avril 2007 17:59

    j’ai été moi aussi, très longtemps, abstentionniste. Si je partage une grande part de vos analyses sur les illusions démocratiques et électorales (ne serait ce qu’il faut toujours rappeller que les élections ne sont pas la démocratie, elles n’en sont qu’une condition, peut être nécessaire, en tout cas non suffisante), ainsi que celles sur la nécessité d’envisager frontalement la décroissance plutôt que l’aménagement de la « misère riche » des prolétaires contemporains, je doute de la valeur intellectuelle et humaine de l’abstention ; croyez-vous vraiment que la majorité de vos contemporains soient dupes sur l’importance concrète, politique, des élections présidentielles ?

    Le discours populaire le plus commun, c’est à dire celui que l’on entend quand on parle avec un peu tout le monde un peu partout, et pas celui des médias, et surtout pas celui de blogs et forums qui est très loin d’être représentatif, ce n’est pas « si un tel gagne, nous sommes sauvés », c’est « de toute façon, une fois qu’on aura voté, »ils« feront ce qu’ils voudront, comme d’habitude ». La plupart des gens ne sont pas dupes ; pourtant, ils votent ; pourquoi ? a mon avis,pour des raisons de trois ordres, qui se combinent, car ils recouvrent la totalité de « l’être ensemble » des vrais gens dans la vraie vie :

    1) réel :si je rajoute ma voix à celle des autres et que X passe, ou Y ne passe pas, j’ y trouverais avantage ( moins d’impots, plus de subventions pour mon assoc, ...)

    2) imaginaire : X ou Y permet « le changement » : et si les immigrés, les riches, les pollueurs (rayer les mention inutiles...) en prenaient plein la gueule, je vivrai dans un monde plus juste...

    3) symbolique : je fais partie d’un corps social (« le peuple français »), qui a des rites qui ne sont peut être que des rites, mais les rites SONT le corps social se vivant comme tel ; et : j’accepte de sublimer ma violence et mon désaccord dans une lutte symbolique, de préférer le compromis à la guerre civile.

    S’il ya une grande part d’illusion dans le 2), et souvent mortifère (pour le mauvais autre (pendre les capitalistes ou ratoner les bougnoules), mais aussi pour soi (avoir l’illusion que l’on sera « sauvé », et de plus sans avoir à combattre et à s’impliquer, le 1) rencontre sans doute la mesquinerie, mais pas l’imbécilité : minuscule investissement (aller voter) contre gain aléatoire, mais possible et important : en gros, comme de jouer au loto (sauf que là, on peut gagner sans miser : l’abstentionniste intermittent du spectacle « y gagnera » avec le PS au pouvoir à la place de Sarko ! Mais qui est alors mesquin ?

    quand au 3), c’est celui qui explique pourquoi, perso, je vote (blanc souvent, ou Bové ce dimanche) : je ne me crois pas (plus) « au dessus » ou « à part » des français qui m’entourent ; je pense avoir moins d’illusions , un imaginaire moins simpliste ou bestial, et encore je n’en suis pas sûr, et puis ça dépend des moments.. mais surtout je suis un humain, un citoyen, un héritier de tout un passé, et un parent (j’ai un fils : que vais je lui dire : ricane, fils, tout est bêtise et pourriture ici bas, reste pur -et seul ?) dans un pays réel, ma langue, mes voisins, nos rites idiots, mariages, enterrements, repas de famille,élections... ça fait chier, c’est bête, mais c’est bon de savoir que du « NOUS » existe encore...

    En fait, et ce que vais dire provient d’une autoanalyse(je ne vous connais pas,je ne me permettrai donc pas de tenter vous analyser !), car je l’ai dit au début, j’ai été abstentionniste longtemps : l’abstention, ne serait ce pas une posture de distinction, au sens de Bourdieu : un luxe intellectuel, symbolique, pour se distinguer , être un peu abscons plutôt qu’un simple con parmi les autres... ? parce qu’au fond , en quoi voter empêcherai en quoi que ce soit d’agir au quotidien des manières, par ailleurs sympatiques, que vous préconisez ?! Alors que votre voix, + d’autres voix, peut être que Sarko sera évité ; pour vous, c’est peut être indifférent, parce que vous avez le capital intellectuel, matériel et/ou symbolique pour supporter cinq ans de Sarkozysme, mais pour beaucoup de vos contemporains (immigrés, sans papiers, prolos de base, petit fonctionnaires, RMIste décroissant...), çà peut faire une différence notable.

    Peut être que vous être très jeune également, je le suis moins... cinq ans, c’est rien, c’est beaucoup... Les petits gestes à la con, aller faire le blaireau au bureau de vote, c’est comme Noêl chez les parents, c’est ringard, c’est la petite compromission, c’est le petit respect des petites valeurs des petits autres, c’est rien, c’est tout...



  • todoynada 23 avril 2007 17:17

    Désolé de devoir dire que c’est article est indigent intellectuellement. Il n’est pas légitime de transposer une théorie économique ou biologique sur le plan politique ; la biologie est une science dure, l’économie une « science » (?) humaine, donc « molle », la politique n’est pas une science du tout.

    De plus vos deux courbes, contrairement à votre « démonstration » ne sont pas opposées, mais semblables ! 12 candidats, ce n’est pas une forme de longue traîne démocratique ?!

    Svp, n’enrobez pas vos tribunes libres d’un pseudo scientisme qui cache d’ailleurs mal vos présupposés idéologiques que vous feriez mieux d’assumer, mais peut être n’en êtes vous même pas conscient ?



  • todoynada 4 avril 2007 23:19

    de l’auteur

    @dragoncat

    Je « n’accuse » , ni Mr Bilger,ni personne d’autre d’ailleurs, « d’avoir une opinion biaisée ou orienté » : avoir une opinion, la présenter comme telle, et accepter d’en débattre : c’est ce qui fait l’intérêt d’une véritable démocratie. Ce qui me dérange, c’est l’argument d’autorité (moi qui suis un magistrat), l’arrogance sur « ces gens là », les « bandes », les désoeuvrés, les « étrangers »,la morale (le Bien et le Mal, eux et nous) qui remplace la pensée (pourquoi et comment ? dans quel contexte ?) , la simplification outrancière (la responsabilité d’une émeute de plusieurs heures rejetée sur un seul individu).

    @ tous

    Je maintiens qu’il y a un vice logique dans la hâte de Mr Bilger, et de tous ceux qui hurlent avec ce loup gris, à instrumentaliser politiquement les tensions sociales (oui, sociales, et non pas ethniques) : la politique répressive qu’ils appellent de leur voeux ? Elle a eu depuis plusieurs années deux champions revendiqués comme tels à l’intérieur et à la Justice ; ils et elle (cette politique) n’ont pas fait leur preuves : les émeutes se sont fait plus spectaculaires et plus violentes sous leur règne ; donc ils désirent plus encore de répression : que faut il entendre ? une droite plus extrême ? une police plus musclée encore ? un abaissement des garanties constitutionelles ? un pogrom anti maghrébin et anti noir légal ? qu’ils le disent clairement- mais qu’ils ne viennent pas ensuite dire qu’ils oeuvrent pour la construction d’une société plus paisible, plus civilisée, plus libre, plus digne.

    @ceux qui me soutiennent

    Merci. On se dit que ça vaut le coup de peiner à écrire un article.







Palmarès