• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

MAF

MAF

Pour l'application du jugement majoritaire au lieu du scrutin majoritaire comme mode d'élection afin de réconcilier les citoyens avec le vote démocratique. (Voir Article de 'Pour la Science' n°414, Avril 2012)
Libre penseur, contributeur occasionnel sur les problématiques de l'énergie lorsque dans les forums je visualise des mensonges par méconnaissance du sujet, surtout à cause des médias qui invitent n'importe qui pour faire de l'audimat (par exemple un membre du GIEC avec un climato-sceptique, ce n'est pas cela la démocratie, faire du 50-50 comme pour 'qui veut gagner des millions' car les climato-sceptiques ne représentent même pas 1% des scientifiques, et sont en mal de reconnaissance).
Non expert sur l'énergie, puisque seule une association d'hommes et de femmes peut le devenir. Un homme seul spécialiste d'un domaine ne peut devenir expert puisqu'il néglige tous les autres points de vue.

Tableau de bord

  • Premier article le 19/10/2013
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 1 19 13
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique




Derniers commentaires



  • MAF MAF 6 novembre 2016 15:39

    @biquet
    Ce ne sera pas à l’entreprise, qui reprendra le marché 25 ans après, de se soucier de l’adaptation de la nacelle sur l’ancien mât qui ne sera peut-être plus aux normes, qui ne pourra peut-être pas supporter une puissance plus grande. Le risque est d’avoir des éoliennes à l’abandon 25 ans après. Il existera certainement des nouveaux types de béton utilisant moins de sable, qui réutilisera des bétons recyclés. Avez-vous des exemples où les entreprises conservent les anciens mâts et ainsi faire l’économie de béton ? Il sera plus ’facile’ d’utiliser des éoliennes off-shore avec des caissons flottants. Le démantèlement sera plus aisé.



  • MAF MAF 6 novembre 2016 09:21

    @Bertrand Cassoret
    @biquet 

    Il est sûr qu’il est plus facile de démanteler une éolienne qu’un réacteur. Mais à énergie donnée produite, il est certain que la quantité de béton à démanteler sera largement plus importante pour l’éolien terrestre que pour l’électronucléaire.Il n’est pas certain qu’après 25 ans de fonctionnement, avec les technologies qui progressent en puissance, que le mât sera conservé. Le béton pose des problèmes d’érosion des cotes, avec le sable qui s’épuise. Pour la maintenance, on conserve le mât mais pas pour le démantèlement, surtout si ce n’est pas la même entreprise.Les entreprises sont concurrentes. 

    Ce débat ne porte pas sur l’attrait ou pas des énergies renouvelables ou s’il faut développer l’éolien ou pas. Il est sûr qu’il faut développer des solutions alternatives et/ou complémentaires. Le débat est de savoir OUI ou NON s’il est possible techniquement et/ou économique d’aller vers un schéma 100% renouvelables en préservant la sécurité d’approvisionnement, en préservant la stabilité sociale et économique, en préservant les matières premières, en préservant le mieux possible l’environnement, en minimisant l’impact climatique de l’énergie, en faisant le moins de morts possible, en préservant l’équilibre de la balance commerciale. En l’état actuel des choses, ma réponse serait plutôt négative.
    Il est sûr également qu’une énergie infinie poserait des problèmes de pollutions, de prédation contre la baisse de la biodiversité, de l’augmentation de l’énergie thermique dont on ne connait pas très bien les conséquences sur le climat et ce malgré une utilisation de 100% d’énergie décarbonée. 

    Allons plutôt vers un objectif de 0% d’énergies fossiles, avec un mix de 100% d’efficacité énergétique, d’énergies décarbonées, et de sobriété. On a besoin de toutes les énergies.

    Il faut 2 tonnes équivalent pétrole par personne pour avoir une société acceptable en terme de confort, d’accès aux études, à la santé, à une espérance de vie acceptable. Cela est une hérésie de penser que les 10 milliards de personnes pourront tous vivre jusqu’à 120 ans, se déplacer à l’autre bout de la Terre. Il existera toujours un petit % de personnes qui pourront faire ce qu’ils veulent. IL faut faire en sorte que l’IDH de chaque pays converge vers des valeurs acceptables, et pour cela il faut en moyenne 2 TEP par personne d’objectif pour toutes productions futures avec des tolérances selon les variations de climat. 


  • MAF MAF 5 novembre 2016 19:15

    @Bertrand Cassoret


    Les freins au tout renouvelable sont :
    -le taux de charge
    -la durée de vie de production d’énergie électrique.

    Exemple : Si nous voulons l’équivalent de 100 GW avec une seule source d’énergie qui fonctionne en permanence, il faut pour:le :
    -Nucléaire 133 GW à disposition, (taux de charge 75%)
    ou
    -Eolien 500 GW à disposition, (taux de charge 20%) (environ) 

    Mais leur durée de vie est différente, prenons 25 ans pour l’éolien, et 50 ans pour le nucléaire.Il faut pour maintenir la puissance voulue, remplacer chaque année :
    -Nucléaire : 2,6 GW/an à renouveler chaque année
    ou 
    -Eolien : 20 GW/an à renouveler chaque année.

    Rappelons qu’en 2015, il y a eu en France 1 GW de renouveler en Eolien, et en Allemagne, il y a eu 4 GW.
    Les chiffres sont certes à affiner, mais les ordres de grandeurs sont là. 

    Les chiffres sont angoissants, cela n’empêchent pas de mixer les énergies, mais il est important de rajouter, dans tous les scénarios , la puissance à renouveler par source d’énergie pour la maintenir en l’état, sans faire de croissance, ni de décroissance.


  • MAF MAF 5 novembre 2016 12:12

    @Zolko C’est bien cela le problème, l’énergie est perçue comme une facture annuelle de Gaz ou d’électricité, c’est-à-dire qu’il y a un déni de sa gestion instantanée. 


    La ressource (Uranium, Pétrole, Charbon, ....) est une affaire de long terme, mais un réseau électrique tourne en permanence avec des vitesses de remplissage de la machine (analogie avec une loco vapeur) à respecter, le vent et le soleil vont à leur vitesse (l’intermittence), s’ils veulent bien avancer. Il faut compenser car la machine est gourmande, et il existe des cotes à monter. La chaudière doit pouvoir tourner à plein régime à tout moment, il faut bien des resserves d’énergies élevées (Fossiles, Fissiles), si les énergies naturelles sont capricieuses (Vent, Soleil).

    La question à se poser : est-ce que la majorité des personnes voulant supprimer complètement les fossiles et les fissiles ont eu à un moment donné de leur cursus scolaire une appétence pour les sciences et les techniques ?


  • MAF MAF 5 novembre 2016 11:46

    Les chiffres, toujours les chiffres.

    Il y a 2 façons d’aligner les chiffes : 
    soit en tableau comme le fait un comptable, alors il apparaît ’facile’ de remplacer une énergie par une autre, 
    soit en chronogramme, c’est ce que doit gérer les techniciens et les ingénieurs des réseaux. La difficulté est donc technique. L’intermittence est une difficulté. La ’solution’ toute trouvée : le stockage. Certes à notre niveau, on sait stocker, on stocke nos aliments, Notre frigidaire les stocke dans le froid, il fonctionne en intermittence, mais il y a des pertes, il faut alimenter ce frigo, qui n’est pas complètement. Le stockage, c’est pareil, il faut de la place, de l’énergie, parfois la fiabilité n’est pas toujours là.

    Un chiffre : chaque français devrait fournir 8600 kWh par an d’électricité ’décentralisée’ si on ’voulait’ d’un coup de baquette magique supprimer toutes les ’centrales’, qui portent bien leur nom. La centralité de l’énergie permet d’obtenir des réseaux qui peuvent recevoir des énergies renouvelables venant de très loin (donc décentralisées) grâce à des tensions élevées, avec très peu de pertes. La fiabilité des réseaux est assurée par les maillages. Les énergies sont des ressources décentralisées (Gaz, Charbon, Uranium, PV, Eolien). L’Homme a créer des centrales afin d’optimiser la redistribution, d’assurer la fiabilité, de gérer la mixité énergétique. Ne soyons pas anti-centrales, c’est-à-dire Anti-Tout.

LES THEMES DE L'AUTEUR

Environnement Environnement Energie

Publicité


Publicité



Palmarès

Publicité