• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile


Commentaire de ddacoudre

sur De l'art de faire pleurer dans les chaumières...


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

ddacoudre ddacoudre 12 septembre 2007 02:17

Bonjour the reaper 95.

Tu as fait un bon article qui soulève plusieurs approches de l’initiative individuelle pour se structurer. Altruisme fait parti de notre aptitude mais se limite aux proches directs, ensuite il s’étend par culture.

La charité est un comportement qui en découle en s’appuyant sur l’empathie réelle ou égoïste.

La solidarité est l’entre aide égoïste, j’aide parce qu’en retour je pourrais être aidé si besoin est. La charité repose sur le don, sur une ressource aléatoire. La solidarité se structure autour d’un processus d’adhésion déterminé et dont plus stable.

Ces deux approches de l’entre aide peuvent être laissé à l’initiative individuelle, ou lorsqu’elle acquière une activité permanente d’une ampleur nationale être transféré à l’Etat ou aux collectivité locale. Ce qui devrait être le cas pour les restos du cœur par exemple. L’Etat n’a pas vocation à remplacer les personnes dans tout ce qu’elles entreprennent, l’Etat c’est d’abord le peuple. C’est à lui à partir d’initiative individuelle ou collective d’assumer son existence et de mettre en place les organisations dont il a besoin, mais puisque le peuple c’est aussi l’Etat, rien ne s’oppose a ce qu’il s’auto saisisse.

La seule opposition n’est que d’ordre idéologique et pratique. Idéologique c’est le faux débat public privé, pratique c’est que lorsqu’un groupement d’intérêt individuel acquière une puissance supérieur à celle de l’Etat, donc du peuple, et qu’il est de ce fait en mesure d’imposer ses vue au peuple, celui-ci est en droit de l’annexer ou de réduire sa puissance pour que le peuple reste souverain

Alors le problème que tu soulèves, qui relève de l’instrumentalisation de l’émotion dont ce gouvernement se montre friand, nous renvoie au pratique made in USA que nous avons importé comme tant d’autre chose y compris aujourd’hui la violence de bande à la mode des blacks américains.

Il y a un mimétisme sociétal sur lequel surfent les promoteurs de ces grand rendez-vous de la charité et de l’information, et ceci touche L’Europe car L’Europe s’est américanisé.

Comme tu le soulignes le fait divers constitue la plus grande parti de l’information, depuis que cela dure on ne peu suspecter le hasard.

Ainsi tous les jours je me lève en sachant que tel crimes ou méfaits ont eu lieu, que tel drame est survenu et quand ils ne sont pas assez scabreux sur notre territoire l’on va les chercher à l’étranger.

Cette répétition quotidienne ne peu pas être sans incidence sur le comportement des citoyens à qui l’on ressasse tous les jours qu’ils courent un danger pour eux ou leur proche. Cette société qui cultive le catastrophisme à en faire des spectacles nous dirige droit vers la recherche du salvateur et par là nous conduit vers le totalitarisme.

Ceci est la grande victoire du FN qui naviguait sur le thème de l’insécurité. Car maintenant c’est comme cela que ce fait la politique par thème, pathétique de préférence, qui risque de conduire à une situation dramatique ce conducteur de rallye malheureux à deux titres, d’avoir accidentellement tué et en plus d’avoir des traces de cannabis qui vont le criminaliser. De plus comme il s’agit de la mort d’un enfant il faut euthanasier tous les conducteurs de véhicules.

Les raisons se trouvent peut-être dans les financements des médias via la pub qui impose de se couler dans les désirs des plus nombreux, dans la pauvreté du débat politique qui ne s’oppose plus sur des idéaux, et ceux qui en sont encore porteurs ne sont pas vendeur.

Dans la peur, car tous ceux qui ont fait les temps glorieux des trente glorieuses sont pour la plus part toujours vivant, eux qui ont connu les débats farouches autour du programme commun, pourquoi sont-ils taisant devant la médiocrité informative,alors qu’il y atantd’information, même il n’y en a jamais autant eu.

Dans la lutte pour le pouvoir de la communication, l’art de faire pleurer dans les chaumières n’est certainement pas gratuit

Cordialement.


Voir ce commentaire dans son contexte





Palmarès