• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile


Commentaire de Spirou

sur Jamais Mahomet n'a prêché la guerre contre l'Occident


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

Spirou 11 octobre 2006 08:06

@l’auteur

Bonjour Monsieur,

Votre texte demande de nombreuses rectifications. Avant d’en venir au fond, j’ai une remarque préliminaire à formuler. Certains passages de votre article me laissent dubitatif sur votre utilisation des sources.

Ainsi, j’ai une lecture différente du passage de Tabarî lorsque vous affirmez : « Après la défaite des Beni Qaïnoqa, Mahomet eut à se poser la question fondamentale : « Faut-il égorger les hommes et emmener les femmes en esclavage comme le prescrit le Pentateuque des Juifs ? ».6 C’est l’humble Abdallah qui lui donna la réponse, une réponse évidemment négative. Mahomet acquiesça : « Retournez, dit-il aux juifs, sur vos territoires de Syrie. »(la note de votre passage fait référence à la page 179)

Si j’utilise la source traduite que vous avez employé pour rédiger ce passage je trouve : « Les Qaînoqâ, n’osant pas combattre, se renfermèrent dans leur forteresse, où le Prophète les assiégea pendant quinze jours. Ensuite ils capitulèrent et se rendirent à discrétion. Le prophète ordonna de tuer tous les hommes, de réduire en esclavage les femmes et les enfants et de piller leurs biens. Les Beni Qainoqâ étaient alliés des des Benï- Khazradj, et particulièrement de leur chef Abdallah, fils d’Obayyi, fils de Seloul, avec lequel ils avaient conclu un traité d’alliance. Abdallah supplia le prophète de leur faire grâce de la vie, tout en disposant de leurs biens. Le prophète leur accorda la vie sauve, mais il leur ordonna de quitter le territoire de Yathrib. Leurs biens devinrent le butin des musulmans, et furent partagés entre eux [...] Ils n’avaient pas de champs, ni de vergers de dattiers, mais ils avaient nombreux bétail et armes. [...] Ils partirent ainsi, se rendant en Syrie, avec leurs femmes et leurs enfants, et abandonnant tous leurs biens, que le Prophète confisca. Ensuite, il détruisit leur forteresse » (nb : le récit complet s’étale de la page de la page 178 à 179)

Dans le récit donné par Tabari, Mahomet ne dit nulle part comme vous l’affirmez « Retournez, dit-il aux juifs, sur vos territoire de Syrie ».

Comme vous pouvez le voir dans l’extrait de votre source que j’ai publié ci-dessus , la seule mention de la Syrie dans cet épisode-intitulé Expédition contre les Benî-Qaïnoqâ - est à mettre sur le compte du narrateur.[Tabarî]

De même, il est nullement fait mention du passage que vous citez « Mahomet eut à se poser la question fondamentale : « Faut-il égorger les hommes et emmener les femmes en esclavage comme le prescrit le Pentateuque des Juifs ? «  La seule référence de Mahomet au Pentateuque est située à la page 178 et est mentionné ainsi : « Le Prophète y fit venir leurs chefs et leurs parla ainsi : Vous savez par votre Pentateuque que je suis le prophète de Dieu. Croyez en moi. Si vous n’embrassez pas l’islamisme, je vous déclare la guerre. [...]

Questions : Quel est la raison d’un tel décalage entre le récit de votre source et le passage que vous en donnez dans votre article ? S’agit-il d’un effet stylistique ?


Voir ce commentaire dans son contexte





Palmarès