• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile


Commentaire de Surya

sur Le voyage dans le passé : nouvelle inédite de Stefan Zweig


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

Surya Surya 26 novembre 2008 18:27

Merci beaucoup pour cet article. smiley
Je rajouterais à votre liste un autre de ses romans, Ivresse de la Métamorphose, où Christine, une jeune femme issue d’un milieu très modeste, découvre, à l’occasion d’une invitation dans une station hupée suisse, les tourbillons et l’insouciance de la vie mondaine. Elle se laisse emporter et duper par sa nouvelle identité au point qu’elle en oublie qu’elle n’est que temporaire, qu’elle n’est qu’une invitée dans ce monde qui n’est pas, et ne sera jamais le sien.

Dans la seconde partie du roman, son retour à la fin de ses vacances à la réalité de sa condition, qu’elle ne peut plus supporter, dans sa petite ville provinciale d’Autriche, et ses désillusions la conduiront à sa perte. Cette seconde partie du roman, que Zweig a écrite en 38 alors qu’il était déjà en exil, est très sombre. Il y transparait le profond désespoir du romancier face à la montée du nazisme en Europe, période noire également présente, et même omniprésente dans la nouvelle Le Joueur d’Echecs.

Ivresse de la Métamorphose restera inachevé, un peu comme un sombre présage du destin de Zweig, dont le suicide est clairement évoqué à travers la bouche de Ferdinand, le jeune chômeur révolté que rencontre Christine.

Ivresse de la Métamorphose est, comme Le Joueur d’Echecs, un roman d’une force extraordinaire. Rares sont les écrivains qui ont le pouvoir de faire passer avec une telle justesse, une telle sensibilité et une telle intensité les sentiments humains et les émotions.

Alors merci aux éditeurs de nous avoir fait ce magnifique cadeau d’un nouveau texte de Stefan Zweig à dévorer. smiley


Voir ce commentaire dans son contexte





Palmarès