• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile


Commentaire de Ferdinand_Pecora

sur L'esprit de Munich


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

Ferdinand_Pecora 31 décembre 2010 14:55

Vous dites : « Si une nouvelle réglementation similaire était remise en ligne, elle porterait sans doute un autre nom, d’où le »like«  ! »

Permettez-moi de vous rétorquer le contraire. Aux Etats-Unis, lorsque le 10 mai 2010, Mme Marie Cantwell (démocrate) et M. John McCain (républicain) ont introduit un amendement rétablissant l’intégralité de la loi Glass-Steagall dans le passoire financière qui fut appelée la loi Dodd-Frank, dans les deux semaines qui ont suivi l’introduction de cet amendement jusqu’au vote de la loi qui n’intégra pas cet amendement, les médias, et notamment le vitrine internet des démocrates progressistes Huffington Post parlaient tous non pas tant de l’« amendement Cantwell-McCain » mais on pouvait lire sur les écrans de télévision : « Réintroduction du Glass-Steagal ».

Et j’en viens à votre deuxième point. Vous dites :

"Notons par ailleurs, qu’une telle réglementation ne résout en rien le problème de la main mise de la finance sur la planète, elle permettrait (permettait) seulement d’éviter d’impacter l’activité commerciale normale des banques en cas de crash spéculatif."

C’est tout l’enjeu. Lorsque l’amendement Cantwell-McCain a menacé les intérêts de La City de Londres d’être réintroduit, le Foreign Office britannique a appelé le Département d’Etat Us pour signifier que si les Etats-Unis réintroduisaient le Glass-Steagall, ce serait considéré comme un Casus Belli par la Couronne britannique. Pourquoi ? Parce que, dans le cadre de l’Alliance des Quatre Puissances (Etats-Unis, Russie, Inde, Chine) ces trois derniers pays n’attendent qu’une chose : que le Glass-Steagall soit réintroduit aux Etats-Unis pour le mettre en place eux-même AU NIVEAU INTERNATIONAL.

En clair, si les Etats-Unis réintroduisent le Glass-Steagall, ce sera dans le cadre d’un GLASS-STEAGALL GLOBAL. Il s’agira d’un standard bancaire international qui interdira au niveau mondial à la spéculation de mettre des Etats en faillite. Le tout est prévu d’être implanté dans le cadre d’un nouveau BRETTON WOODS (parités fixes) et de la mise en place dans les pays qui le souhaiteront du Crédit productif public.

En un mot : si les Etats-Unis réimplantent le Glass-Steagall, c’en est fini du groupe bancaire britannique Inter-Alpha qui contrôle 70% du système financier et monétaire international. C’est pour cette raison que la Couronne britannique a menacé de représailles les Etats-Unis s’ils le réimplantaient. C’est pourtant la seule solution globale à la crise globale, et comme vous venez de le lire, il est loin de s’agir d’une simple mesure technique. Il s’agit d’un changement géopolitique international majeur.


Voir ce commentaire dans son contexte





Palmarès