• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile


Commentaire de Orélien Péréol

sur « Affabulazione » Pasolini & Nordey en symbiose à La Colline


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

Orélien Péréol Orélien Péréol 25 juin 2015 10:20

C’est un spectacle magnifique.

Vous écrivez : « ce sont bel et bien les pères qui, de tout temps, envoient les fils à la guerre, »
Je ne saurais dire si cette assertion est conforme au texte de Pasolini que je n’ai entendu qu’une fois il y a un mois environ, cependant, cela me parait faux d’un point de vue anthropologique.
Si les jeunes hommes font la guerre, c’est pour obéir à leur mère, qui n’ont pas envie d’avoir engendré des poltrons (il y a des substituts genre tournois, corridas, et récemment motos, parachutisme...) et c’est aussi pour trouver une femme qui n’a pas non plus envie de se mettre avec une poule mouillée et avoir des enfants d’un homme sans courage. Que les pères organisent les occasions de faire la guerre, les disputes de territoire, les conquêtes, l’honneur... c’est fort possible mais les pères ne sauraient envoyer les fils à la guerre sans l’enthousiasme tacite, discret et indispensable des compagnes et des mères.
Voyez le Cid : « qu’il est joli garçon, l’assassin de Papa » comme disait Georges Fourest.

Voir ce commentaire dans son contexte





Palmarès