• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile


Commentaire de Paul ORIOL

sur Les demandeurs d'asile passent à la caisse !


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

Paul ORIOL 28 janvier 2016 08:57

28/01/16

Une amie ma envoyé le commentaire suivant :

"J’ai lu le texte dans lequel tu évoques le camp de Bram .

A Bram, comme dans les autres camps, il n’y eut dans un premier temps, au moment de la retirada, que des républicains espagnols. Mon grand père y était, très rapidement un agriculteur du coin lui a proposé du travail, il put sortir et faire venir avec lui, à la ferme, ma grand’mère et ses enfants qui étaient réfugiés à Condom dans le Gers. Pas dans un camp, ma grand mère avait trouvé du travail comme lingère dans un hôtel, des familles avaient pris ma mère et mes tantes en pension et mon oncle était en apprentissage chez une famille de cordonniers italiens. La famille ne s’en sortait pas trop mal, même si mon grand père, s’il était nourri et logé, ne percevait aucun salaire. On ne faisait pas seulement du trafic d’argent, de bijoux, mais aussi de bras ! La plupart des réfugiés espagnols n’avait rien à échanger. Et ceux qui avaient pu emporter des économies n’ont pu les utiliser, le nouveau gouvernement espagnol ayant déclaré obsolète l’argent de la République, ma mère conserve précieusement un rouleau de billets que ma grand mère avait cache sous ses jupes pendant la retirada. Les enfant ont été scolarisés pendant quelques mois à Bram et c’est là qu’ils ont commencé à apprendre le français .

Tout est devenu très très difficile à partir de septembre 1940 où le régime de Vichy à obligé tous les étrangers à être regroupés dans des camps . A Bram se côtoyaient de nombreuses nationalités. Ma famille est revenue au camp de Bram, puis transférée à Argelès puis à Rivesaltes où c’était très dur. Là, ma grand mère a fait appel aux familles qui l’avaient aidée au moment de la retirada à Condom et ce sont celles ci qui ont fait appel aux Quackers pour les aider à sortir du camp. La famille à donc terminé la guerre dans une colonie de Quackers où étaient recueillis des enfants de républicains espagnols et aussi des enfants juifs cachés. Ma grand-mère a de nouveau travaillé comme lingère dans cette colonie pour ne pas être séparée de ses enfants. Pendant ce temps mon grand père travaillait pour les compagnies volontaires de travail qui venaient chercher de la main d’œuvre gratuite dans les camps.

Si le trafic d’argent, de biens, se faisait individuellement (Quoique pour la population juive ...) l’utilisation de la main d’œuvre des camps était si j’ai bien compris, une une affaire d’ État .

Bon, j’arrête là mon bavardage ..."

O.C.


Voir ce commentaire dans son contexte





Palmarès