• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile


Commentaire de Perceval

sur Réponse à « Valeurs actuelles » sur les « destructeurs » de l'école publique


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

Perceval Perceval 13 septembre 2016 07:11

Valeurs actuelles n’a pas tout à fait tort. C’est bien une partie de la Gauche (la Gauche libertaire d’après 68) qui a détruit l’école républicaine.

MAi 1968 a fait très peur à la Droite ne nous le cachons pas, elle a senti (peut être à tort) le vent de 1917 et des Bocheviks passer pas loin du pays (en fait c’était des maoïstes ce qui n’est guère mieux).
Du coup la Droite et la Gauche de gouvernement se sont partagées les tâches depuis le début des années 70 (Habby était par exemple un ministre de Droite mais son collège unique une réforme de Gauche)

- pour la Droite la chose économique, la politique étrangère
- pour la Gauche le social (le care) et l’éducation 

Depuis 40 ans environ ce partage des tâches est le même (mis à part l’épisode Allègre seul ministre courageux qui tenta de casser les syndicats corporatistes qui dirigent l’école depuis des lustres)

- L’école d’aujourd’hui est bien une pure création de la gauche idéologique :

 - la fin de l’autorité entre le maître et l’élève (autorité ne volant pas dire autoritarisme)
- le nivellement par le bas avec un bac pour tous qui vaut moins qu’un Certif d’il y a 50 ans
- l’école comme une garderie sociale (le traitement social du chômage)

C’est donc bien mai 68 et ses conséquences qui ont détruit l’école et ceux qui savent raisonner, lire, écrire et compter sont désormais soit nés avant 1968 (car l’école a mis 20 ans environ à s’effondrer) soit ont fait leurs études dans des centres villes ou des écoles privées exigeantes (il en reste quelques une)

L’école publique aujourd’hui ment ment aux familles, elle ment aux enfants, elle ment à la Nation en ne préparant en rien les petits d’homme à un monde concurrentiel, exigeant et bien loin des besoins en compétences moyennes du XX ième siècle.

Prétendre que l’école irait bien c’est tromper le peuple et ne lui préparer qu’un avenir de mendiant social.


Voir ce commentaire dans son contexte





Palmarès