• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile


Commentaire de Christian Labrune

sur Pas de « regime change » à Téhéran


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

Christian Labrune Christian Labrune 7 janvier 2018 13:06

@JMBerniolles
Vous parlez de civilisation. Sur cette planète, il n’y en a plus qu’une, la même de la Californie au Japon en passant par Israël. L’Extrême-Orient, depuis la fin du XIXe siècle, s’est complètement approprié la culture occidentale, particulièrement dans ses aspects scientifiques et techniques, et l’Européen cultivé a très bien assimilé les cultures de l’Extrême Orient. Beaucoup de ceux qui se disent chrétiens s’inspirent depuis longtemps des sagesses de l’Inde et du bouddhisme. Il s’est créé un véritable syncrétisme des plus enrichissants. Dans mon quartier « Chinois » de Paris, je rencontre plus de gens venus d’Extrême-Orient que d’Européens et l’intégration s’est faite très harmonieusement dans les deux sens.

Les pays d’Orient, plus ou moins colonisés au XIXe siècle, ont su tirer parti de l’avance des colonisateurs dans certains domaines et se seront même efforcés de les battre sur leur propre terrain dans le domaine de l’économie. C’est de bonne guerre.

Il n’y a que le monde musulman qui se soit obstiné à refuser ce qu’on a appelé non sans raison le « progrès », jusqu’à l’apparition de l’idéologie post-moderne dont paraît procéder votre position. Mohammed ben Wahhab, qui vivait à l’époque de nos philosophes des lumières sous le règne de Louis XV est l’inventeur de la réforme obscurantiste qui porte son nom : le wahhabisme. L’imprimerie apparaît en Europe à la fin du XVe siècle, son usage ne sera autorisé dans l’Empire Ottoman qu’au début du XIXe siècle. Ces dernières années, la radicalisation islamiste (Califat) aura proposé comme seul avenir au monde musulman le VIIe siècle, et du côté chiite, quand on lit le Petit livre vert de Khomeiny qui continue de guider les orientations du régime iranien, on voit bien que c’est à peu près la même chose : la guerre sainte, très légitime, doit à la fin convertir toute la planète à l’islam. L’expansionnisme iranien actuel au Moyen-Orient découle de l’application stricte de ce principe. C’est de ces sortes de délires d’un autre âge que les Iraniens veulent désormais s’affranchir.

Il y a deux ans, quand on voyait les progrès du Califat, et ceux de la radicalisation dans les pays européens, il y avait lieu de s’inquiéter.

Depuis, on voit surgir une autre sorte d’islam, du côté de l’Arabie d’un bin Salman qui veut arracher son pays à l’emprise du wahhabisme et le faire entrer dans la modernité, c’est-à-dire enclencher le même processus qu’on aura vu dans un Japon qui, dans les cinquante dernières années du XIXe siècle, aura complètement intégré à un vieux système demeuré féodal les avancées des sciences et des techniques de l’Occident. Pour l’Arabie et les Emirats qui ne bénéficieront plus très longtemps de la manne pétrolière, c’est une question de vie ou de mort. Il y aura peut-être des crises et des révolutions de palais, mais dans peu d’années, la page de
l’obscurantisme sera définitivement tournée.

Il est fort heureusement inévitable que le même processus se développe en Iran puis dans une Turquie soumise à l’idéologie des Frères musulmans. Ces derniers ont déjà été écartés en Tunisie et en Egypte et ils ne tarderont pas à disparaître partout au fur et à mesure que le niveau de culture des masses se développera et qu’on donnera l’exemple du côté des états du Golfe.

Tout ce que nous pouvons faire pour hâter le processus et obtenir que les changements s’opèrent de la manière la moins sanguinaire est bon à prendre. Les nazis pensaient que le IIIe Reich durerait mille ans. Les ayatollahs iraniens, qui ont récupéré leur idéologie génocidaire et leur quête du Lebensraum sont dans la même illusion. Entre le commencement des troubles dans le bazaar de Téhéran et le départ du Shah, quatorze mois s’étaient passés. Il faudra peut-être deux ans pour abattre le régime pourri de Khamenei, mais sa chute définitive est inévitable : ces dinosaures surgis du haut moyen-âge sont irrémédiablement condamnés par l’évolution.

Vous n’êtes pas content de la civilisation contemporaine. C’est votre droit, mais vous remarquerez que vous ne risquez pas grand chose à cracher sur l’Amérique et notre monde contemporain qui s’en inspire. Si on vous proposait d’aller vivre en Iran ou en Corée du Nord jusqu’à la fin de vos jours, je ne suis pas sûr que vous décrocheriez immédiatement le téléphone pour trouver un déménageur.


Voir ce commentaire dans son contexte





Palmarès