• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Christian Labrune

Christian Labrune

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

  • Premier article le 06/02/2012
  • Modérateur depuis le 31/07/2013
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 10 10183 502
1 mois 0 189 0
5 jours 0 34 0
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 664 258 406
1 mois 1 1 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique













Derniers commentaires



  • Christian Labrune Christian Labrune 20 janvier 11:59

    Vous voulez dire qu’un jour, un couple d’êtres humains pourra donner naissance à un mutant, c’est-à-dire AUTRE CHOSE qu’un être humain ?

    ....................................................................
    @Jonas

    S’il fallait attendre ça au plan biologique, ça arriverait nécessairement, mais cela pourrait prendre des centaines de milliers d’années. En revanche, l’IA forte, qui sera tout AUTRE CHOSE qu’un être humain devrait émerger bien avant la moitié de ce siècle.

    Là encore, on reste bien dans une sorte de darwinisme, mais celui qui avait découvert les lois de l’évolution n’avait pas prévu que l’intelligence n’était pas nécessairement de nature biologique et qu’il lui faudrait même, a contrario, pour pouvoir se complexifier à l’infini, migrer vers un support d’un autre type, d’une plus grande plasticité et d’une plus grande efficacité dans le traitement de l’information.

    Quand une IA forte pourra examiner la somme des élucubrations religieuses que les hommes ont pu développer durant des siècles, elle rigolera bien.



  • Christian Labrune Christian Labrune 19 janvier 15:27

    à Cuba il y a des crocodiles de mer et à défaut, comme en Australie il y a de gros poissons à grosses dents .
    ...................................................
    @baldis30

    Nous n’avons pas de crocodiles de mer ni de requins, mais nous avons d’excellents cuisiniers (paraît-il !). Peut-être serait-il possible de remettre à l’honneur le cannibalisme et de manger les gilets jaunes. A la sauce moutarde, pour ne pas trop altérer leur couleur naturelle.



  • Christian Labrune Christian Labrune 19 janvier 15:19

    ADDENDUM

    L’admirable performance de Macron Ier me rappelle une page célèbre des Lettres persanes de Montesquieu, touchant à l’infinie crédulité des peuples.

    "Le roi de France est le plus puissant prince de l’Europe. Il n’a point de mines d’or comme le roi d’Espagne son voisin ; mais il a plus de richesses que lui, parce qu’il les tire de la vanité de ses sujets, plus inépuisable que les mines. On lui a vu entreprendre ou soutenir de grandes guerres, n’ayant d’autres fonds que des titres d’honneur à vendre ; et, par un prodige de l’orgueil humain, ses troupes se trouvoient payées, ses places munies, et ses flottes équipées.

    D’ailleurs ce roi est un grand magicien : il exerce son empire sur l’esprit même de ses sujets ; il les fait penser comme il veut. S’il n’a qu’un million d’écus dans son trésor, et qu’il en ait besoin de deux, il n’a qu’à leur persuader qu’un écu en vaut deux, et ils le croient. S’il a une guerre difficile à soutenir, et qu’il n’ait point d’argent, il n’a qu’à leur mettre dans la tête qu’un morceau de papier est de l’argent, et ils en sont aussitôt convaincus. Il va même jusqu’à leur faire croire qu’il les guérit de toutes sortes de maux en les touchant, tant est grande la force et la puissance qu’il a sur les esprits.

    Ce que je te dis de ce prince ne doit pas t’étonner : il y a un autre magicien plus fort que lui, qui n’est pas moins maître de son esprit qu’il l’est lui-même de celui des autres. Ce magicien s’appelle le pape : tantôt il lui fait croire que trois ne sont qu’un ; que le pain qu’on mange n’est pas du pain, ou que le vin qu’on boit n’est pas du vin, et mille autres choses de cette espèce"

    Lettres persanes XXIC Rica à Ibben



  • Christian Labrune Christian Labrune 19 janvier 14:59

    @Jonas

    Que la religion chrétienne ne soit pas strictement monothéiste, cela ne me choque pas le moins du monde. Au XVe siècle, avant la réforme protestante, le culte des saints, de leurs reliques, le culte de la vierge, avaient pris une ampleur démesurée, et nos églises gothiques, avec leurs chapelles multiples, fourmillent de dieux et de sous-dieux, un peu comme les temples des hindouistes.

    S’il n’y avait pas eu le totalitarisme de la Réforme, cela aurait pu perdurer, le catholicisme serait devenu une espèce de folklore syncrétique auquel on aurait cru sans y croire. C’est que la croyance, dans les polythéismes, est infiniment différente de celle qui s’observe dans le monothéisme pur et dur, et ne conduit guère au fanatisme. Paul Veyne, dans un essai bien connu, se demande si les hommes de l’antiquité croyaient à leurs dieux. Oui et non. Le shintoïsme au Japon, par exemple, continuera d’exister bien après la disparition du christianisme. Il propose une image purement poétique du monde, qui n’entre guère en conflit avec ce que la science nous fait connaître.

    Le seul monothéisme totalitaire qui continue d’exister, c’est l’islam, mais c’est aussi la première religion dont on va pouvoir observer, en peu d’années, la disparition radicale parce qu’elle n’a plus aucun rapport avec ce que nous pouvons savoir d’une nature des choses qu’elle aurait pourtant l’outrecuidance de vouloir nous expliquer avec des histoires à dormir debout d’un autre âge.



  • Christian Labrune Christian Labrune 19 janvier 14:30

    Pourquoi un Chrétien devrait il ignorer ou au contraire cautionner la violence ?

    ============================
    @oncle archibald
    Je vous concède que je vois bien qu’elle vous fait horreur, mais intellectuellement, vous ne laissez pas de la cautionner par des raisonnements qui s’apparentent quand même à des sophismes ! Etant tout à la fois voltairien et désireux, comme Leibniz, de concevoir une théodicée qui puisse expliquer l’omniprésence du mal, je vous vois contraint à une posture d’équilibriste qui n’est pas très confortable.

    Le grand mérite du bouddhisme, bien avant le christianisme, c’était de partir de cette constatation que tout existant est confronté à la souffrance, et qu’elle constitue une sorte de scandale intolérable. La figure calme et apaisée des statues du Bouddha propose une sorte de traitement qui ne vaut peut-être pas grand chose mais qui tranche avec l’image absolument atroce partout dupliquée en Occident d’un type en train d’agoniser sur une croix la pire des morts ! On y est tellement habitué qu’on n’y pense même plus, mais dans La tentation de l’Occident de Malraux, une lettre du jeune correspondant (peut-être chinois, je ne sais plus) dit bien l’horreur que cette représentation, qui ne lui est pas aussi familière qu’à nous, lui inspire.

    Non seulement le christianisme se complaît à représenter la souffrance, mais il en fait même un modèle désirable : rien de mieux dans la vie chrétienne que l’Imitation de Jésus-Christ, particulièrement si elle doit conduire au martyre. Je trouve ça extrêmement malsain, et même tout à fait pathologique.

    Que vous le vouliez ou non, quand un bambin se noie, comme dans mon premier exemple, le témoin qui pourrait tenter quelque chose et ne fait rien est un parfait salaud, et Dieu qui pourrait tout, -et même ressusciter Lazare !- et qui pourtant laisse faire, en est un autre. Il vaudrait donc mieux pour lui qu’il n’existât pas.

    Je disais que vous étiez voltairien parce qu’au fond, vous êtes plus déiste que chrétien. Vous trouvez bien des accommodements avec les dogmes, les acceptant quand ils vous conviennent, les refusant quand ils vous chagrinent, comme sur la question du paradis qui est pourtant parfaitement établie par la doxa de la Sainte-Eglise. Bref, si j’étais un inquisiteur, je vous enverrais tout droit au bûcher ! Mais notre désaccord est pour moi fort plaisant et j’y perdrais une agréable occasion de disserter quelquefois.

Voir tous ses commentaires (20 par page)







Palmarès