• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Christian Labrune

Christian Labrune

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

  • Premier article le 06/02/2012
  • Modérateur depuis le 31/07/2013
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 10 6388 516
1 mois 0 255 0
5 jours 0 52 0
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 583 216 367
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique













Derniers commentaires



  • Christian Labrune Christian Labrune 26 septembre 10:25

    @Ciriaco
    Je suis d’accord avec vous : le 68000 en assembleur, c’était une merveille, et je l’ai beaucoup programmé sur l’Atari. Le problème c’est que si on avait très vite pu trouver des ouvrages qui décrivaient la rom de l’Apple 2 et permettaient d’accéder à ses sous-programmes, sur l’Atari, à ma connaissance, cela n’avait jamais été publié. Il fallait donc réinventer toutes les fonctions mathématiques, ce qui faisait perdre un temps considérable. Le visual C++ de Microsoft sur les PC, avec un accès transparent à toutes les fonctions de Windows, en comparaison, c’était le paradis.



  • Christian Labrune Christian Labrune 26 septembre 10:07

    @barbarossa
    Au musée des Arts et Métiers, dans une autre salle que celle que j’évoquais précédemment, au deuxième étage, là où sont les premiers accélérateurs de particules, on peut voir un super-ordinateur Cray, l’un des premiers probablement. Leur structure hexagonale avait quelque chose de très esthétique. Je suppose qu’en comparaison de n’importe quelle machine ordinaire actuelle de moins de trois ans, ces mastodondes ne font pas le poids, et les premiers Américains qui ont posé le pied sur la lune ne disposaient même pas, eux, de la puisssance de calcul d’un élève de lycée d’aujourd’hui muni d’une calculette à trente euros !
    Dans vingt ans, il est bien possible que les machines à Qbits seront devenues banales, et notre quincaillerie actuelle paraîtra encore plus rudimentaire que les fossiles du commencement. La lecture de ce qui se publiait dans le magazine La Recherche au milieu des années 80 est souvent fort plaisante : on envisageait des disques durs qui pourraient atteindre prochainement des capacités tout à fait invraisemblables et proches du giga-octet !



  • Christian Labrune Christian Labrune 25 septembre 22:40

    Que l’on soit ou non croyant... le respect devant l’inspiration divine.... ou le génie
    =====================================
    @baldis30
    C’est exactement ce que j’écrivais, et sans la moindre ironie ; du moins lorsque je parlais de la beauté de la liturgie catholique.
    Sur l’inspiration « divine », j’aurais quand même tendance à être un peu plus réservé que vous.
    Votre propos m’en rappelle un autre, de Cioran -que par ailleurs je n’apprécie guère-, écrivant à peu près que Dieu doit énormément à Jean-Sébastien Bach. Pour cette fois, je trouve qu’il n’a pas tort.



  • Christian Labrune Christian Labrune 25 septembre 22:28

    @sarcastelle
    Beaucoup de films de science-fiction ont très mal vieilli et sont désormais assez ridicules. Ce qu’on voit apparaître sur les écrans cathodiques de la salle de pilotage dans Star Trek, par exemple, ressemble aux dessins filaires qu’on pouvait obtenir sur l’écran bicolore de l’Apple II. Le seul film dont les décors soient restés relativement crédibles, c’est encore l’Odyssée de l’espace.



  • Christian Labrune Christian Labrune 25 septembre 22:18

    @sarcastelle
    Les souvenirs, à la lecture de cette page, surgissent comme les jonquilles au printemps ! C’était une bien belle chose, Flight Simulator, mais très addictive. J’avais fini par être capable de poser un boeing sur à peu près n’importe quelle piste, ce qui paraît pourtant tout à fait impossible aux premiers essais, et je n’en serais probablement plus capable. Savez-vous pourquoi ce logiciel a fini par disparaître ? Dans la dernière version, que je n’ai pas, on avait ajouté le Concorde ; c’était avant qu’il s’écrase. Depuis, plus rien. Et pourtant, à partir de la base de données que constitue Google Earth, on pourrait faire quelque chose de magnifique. Le gadget que constitue le simulateur de vol sur Google n’est évidemment en rien comparable à l’ancien logiciel de Microsoft. 

Voir tous ses commentaires (20 par page)







Palmarès