• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Pas de « regime change » à Téhéran

Pas de « regime change » à Téhéran

Prémuni contre le “hard power” US par sa propre force militaire (et par ses alliances) le “régime des mollahs” a été directement ciblé par le “soft power” made in USA. La Maison-Blanche a fait tourner les rotatives de la désinformation, mais le résultat n’était pas garanti sur facture. C’est le moins qu’on puisse dire.

Donald Trump a beau assurer que “l’Iran échoue à tous les niveaux”, que “le grand peuple iranien est réprimé depuis des années”, qu’il a “faim de nourriture et de liberté”, qu’il est “temps que ça change” et qu’il “soutiendra le peuple iranien le moment venu”, c’est peine perdue. Ces proclamations grandiloquentes n’auront aucun effet sur le cours des choses. Déchaîné contre Téhéran, Washington veut saisir le conseil de sécurité. Mais la Chine et la Russie s’opposeront à toute forme d’ingérence. Il n’y aura ni mandat onusien torpillant un Etat souverain au nom des “droits de l’homme”, ni “zone d’interdiction aérienne”, ni “droit de protéger”. Que les bellicistes se fassent une raison : l’Iran ne connaîtra pas le sort de la Libye, détruite par l’OTAN en 2011.

Le châtiment venu du ciel étant décidément impraticable, Washington a joué la carte de la déstabilisation interne. Pour y parvenir, ses stratèges ont déployé toute la gamme des moyens disponibles : avalanche de propagande antigouvernementale financée par la CIA (notamment par les stations de radio émettant en persan vers l’Iran), agents de tous poils infiltrés dans les manifestations populaires, appui donné à toutes les oppositions sur place ou en exil. Incapable de procéder au “regime change” par le haut, la Maison-Blanche a tenté de l’obtenir par le bas. Prémuni contre le “hard power” US par sa propre force militaire (et par ses alliances) le “régime des mollahs” a été directement ciblé par le “soft power” made in USA. La Maison-Blanche a fait tourner les rotatives de la désinformation, mais le résultat n’était pas garanti sur facture. C’est le moins qu’on puisse dire.

Pour abattre un régime qui leur déplaît, les “neocons” de Washington ont classiquement besoin de différents types de munitions. L’expérience montre qu’il leur faut détenir au moins deux des trois atouts suivants : une forte opposition interne chez l’adversaire, une soldatesque de supplétifs, une capacité d’intervention directe. En Iran, ils ne disposaient clairement d’aucun de ces trois atouts. L’opposition interne existe, mais c’est moins une opposition au régime qu’une opposition au gouvernement. Le système politique lui donne libre cours à travers le processus électoral. La dialectique entre “conservateurs” et “réformateurs” structure le débat, favorisant l’expression des contradictions internes sans mettre en péril le régime issu de la révolution de 1979.

C’est pourquoi les masses n’ont pas investi la rue, et la grogne qui s’y exprime pour des raisons économiques ne génère pas, sauf exception, une contestation du régime politique. Il est significatif que la propagande occidentale se livre, une fois de plus, à de grossières manipulations. On a même vu le directeur général de “Human rights Watch”, Kenneth Roth, utiliser une photo des manifestations pro-gouvernementales pour illustrer le “soulèvement populaire” contre le régime. En croyant voir dans des rassemblements de mécontents le prélude à un changement de régime, Washington a pris deux fois ses désirs pour des réalités : la première, en confondant mécontentement et subversion dans les manifestations antigouvernementales ; la seconde, en refusant de voir que les manifestations pro-gouvernementales étaient au moins aussi importantes.

Cet espoir d’un “regime change” à Téhéran est d’autant plus illusoire que Washington ne détient pas davantage le deuxième atout : des hordes de mercenaires pour faire le sale boulot. Les frontières étant surveillées de près par l’armée iranienne, la réédition d’un scénario à la syrienne est impossible. En Syrie, les miliciens wahhabites furent importés en masse avec la complicité de l’OTAN, et il a fallu six ans au peuple syrien pour s’en débarrasser sérieusement. En Iran, aucun indice ne permet de penser qu’une telle invasion ait seulement eu lieu. Quelques individus ont dû passer à travers les mailles du filet, mais leur capacité de nuisance est limitée. Depuis la déroute de Daech, l’internationale takfiriste est aux abois. Le dernier carré d’Al-Qaida finira coincé dans la poche d’Idlib. L’armée syrienne avance, elle reconquiert le territoire national, et le “regime change” à Damas n’est plus à l’ordre du jour.

Pour détruire le “régime des mollahs”, Washington ne peut compter ni sur l’opposition interne, ni sur le mercenariat externe, ni sur une intervention militaire directe. L’opposition interne ne partage pas ses objectifs, le mercenariat étranger est une ressource en voie de disparition, et l’intervention militaire vouée à l’échec. Le “regime change” a réussi en Libye grâce au bombardement aérien. Il a échoué en Syrie malgré des hordes de mercenaires. Mais il n’a aucune chance de réussir en Iran. Le peuple iranien subit surtout les sanctions infligées par un Etat étranger qui lui donne des leçons de “droits de l’homme”. Que certaines couches sociales aspirent au changement est naturel, et tout dépendra de la réponse du pouvoir à leurs revendications. Le président Rohani a condamné les violences. Mais il a aussi admis la légitimité du mécontentement social, des mesures impopulaires ont été annulées, et le peuple iranien n’a pas l’intention de s’étriper pour faire plaisir au locataire de la Maison-Blanche.

La situation est difficile pour les plus pauvres, mais l’Iran est tout sauf un pays au bord de la faillite. Malgré les sanctions imposées par Washington, le pays a connu un développement notable en 2016. Son économie affiche un taux de croissance de 6,5% et l’endettement public est particulièrement faible (35% du PIB). Mais le taux de chômage est élevé (12,5%) et il frappe surtout les jeunes. Le pays connaît une crise de croissance qui avive les tensions sociales, soulignant les privilèges de la bourgeoisie marchande accentués par les réformes libérales voulues par le gouvernement. L’Iran exporte son pétrole, mais il manque de capitaux extérieurs. A l’affût de la moindre faiblesse, Washington rêvait d’un mouvement de grande ampleur, capable de faire vaciller le pouvoir. Visiblement, c’est raté, et l’agression US a manqué son objectif. Elle ne cessera pas pour autant, car l’Iran est depuis longtemps dans la ligne de mire des fauteurs de guerre.

Obsession des “neocons”, la lutte contre Téhéran remonte aux origines de la République islamique (1979). Elle fut inaugurée par une attaque irakienne dont l’Occident fournit les armes et les pétromonarchies les moyens financiers (1980-1988). Elle s’est poursuivie avec les attentats du Mossad et de la CIA, infligeant aux Iraniens ce même “terrorisme” dont les accuse la propagande occidentale. Puis elle s’est amplifiée avec l’invention de la “menace nucléaire iranienne” au début des années 2000. Il est évident que Trump se soucie comme d’une guigne des droits de l’homme et que la question nucléaire est l’arrière-plan de la crise actuelle. A Washington, l’union sacrée s’est miraculeusement reconstituée contre l’Iran. Ce pays n’a jamais agressé ses voisins, mais la possibilité qu’il se dote d’un parapluie nucléaire entamant le monopole israélien dans la région est jugé intolérable. Le “regime change” a avorté, mais il est clair que Trump torpillera l’accord de 2015.

 


Moyenne des avis sur cet article :  4.65/5   (37 votes)




Réagissez à l'article

134 réactions à cet article    


  • Massada Massada 5 janvier 08:51

    «  Pas Gaza, pas le Liban, ma vie en Iran  », affirme l’un des slogans scandés au cours des six derniers jours.

     
    La situation économique en Iran n’est pas bonne. Le taux de chômage atteint les 12% dans l’ensemble du pays et même 40 % chez les jeunes Iraniens.
    La colère populaire est également attisée par une forte corruption.
    Le financement des entité terroristes du Hezbollah et autres coutent très cher, l’Iran n’a pas les moyens de sa politique étrangère.
     
    Dans un sondage publié au mois de juin dernier par l’Université du Maryland et l’institut de sondage IranPoll basé à Toronto, deux tiers des Iraniens estiment que la situation économique de leur pays est mauvaise et 34% pensent qu’elle est très mauvaise.
     
    La situation financière de 77% des personnes interrogées s’est détériorée au cours de l’année et la plupart des sondés pensent que les conditions économiques du pays dans son ensemble empirent.
     
    Les mollahs au pouvoir sont régulièrement soupçonnés de s’enrichir personnellement. L’Iran est classé à la 131e place sur 176, dans le classement des pays les plus corrompus de Transparency international. 
     
    Les responsables politiques du pays survivront certainement à cette crise, mais le pire est peut-être à venir. smiley



    • mursili mursili 5 janvier 09:40

      @Massada

      Israël devrait travailler à la réconciliation Saoudo-Iranienne. Ce serait gagnant-gagnant. 


    • diogène diogène 5 janvier 09:47

      @mursili

      y en a qui essaient, mais c’est pas facile

      il parait qu’il y a un vieux contentieux 

      on ne sait plus très bien à qui dieu a fait des promesses

    • bouffon(s) du roi bouffon(s) du roi 5 janvier 09:53

      @Massada

      La voix de l’Eipa a parlé ^^


    • symbiosis symbiosis 5 janvier 11:18

      @Massada

      En effet, la crise est la même pour tous. Chômage, dette, mauvais résultats économiques, mécontentement, etc....
      Est-ce pour autant que les cow-boys organisent des coups d’états partout ailleurs sur la planète ?
      Non, seulement quand on ne se soumet pas à leur Cosa Nostra.


    • jmdest62 jmdest62 5 janvier 11:24

      @Massada
      Il y a aussi à balayer chez vous Non ?
      Si vous commenciez par là ...ça nous ferait des vacances.


    • Dantès 6 janvier 03:32

      @Massada

      Fausse bienveillance oblige, le pompier- pyromane fait mine de s’inquiéter pour le bon peuple iranien après lui avoir imposé de longues décennies de guerre économique et des sanctions visant ses plus démunis.

      Bons vieux dogmes judéo-wasp qui, s’ils ne fonctionnent plus du tout stratégiquement parlant, ont au moins le mérite de faire sourire par leur entêtement et leur cynisme des plus absurdes et délétères.

      Une fois l’architecture de l’état détruite, on nous parlerait certainement d’autre chose, et le paternalisme condescendant du tout médiatique n’aurait aucun émoi face à la ressurgence des marchés d’esclaves et du traffic d’organes (qui ferait bien le plaisir de quelques groupes israéliens réputés).


    • izarn izarn 9 janvier 01:05

      @Massada
      Et la situation israelienne elle est comment ? Surtout si l’aide US disparait ? Hum ?


    • Clocel Clocel 5 janvier 09:09

      M’étonnerait que les iraniens aient oublié Mossadegh et le Chah...

       Ils savent qu’il vaut mieux éviter de bouffer avec les anglo-saxons et leurs alliés attardés, même avec une grande cuillère...

      Faut durer, laisser faire les vers dans les fruits...


      • Olivier Perriet Olivier Perriet 5 janvier 09:12

        Rassurez-moi, ce texte a bien été écrit il y a 1 an, non ?


        • vesjem vesjem 5 janvier 17:58

          @Olivier Perriet
          tiens, perriet sort de sa niche


        • leypanou 5 janvier 09:34

          L’actuel président iranien H Rouhani est souvent loué en Occident comme étant un modéré -qualificatif positif-, à la différence de l’ancien Ahmadinedjad.

          Ce qu’il ne faut jamais oublier c’est quand un homme politique est loué ici, c’est qu’il est de « leur bord », autrement dit partisan du néolibéralisme économique (comme l’ancien président brésilien I Lula).

          Les difficultés économiques actuelles de l’Iran sont les résultats de choix de politique économique, qui a fait ses preuves, en particulier en France. Cet article intitulé « comment le capital financier parasite a changé l’économie iranienne en un capitalisme de casino » en apprendra un peu plus à ceux qui sont intéressés.

          Et comme toujours, l’empire et ses laquais/amis en profitent pour souffler sur la braise par un soutien et des mensonges (la tentative ridicule des États-Unis de réunir le Conseil de Sécurité en est une ; dommage que la Russie et la Chine n’aient pas fait preuve d’autant de lucidité concernant la Corée du Nord).
          Compléments de lecture : l’histoire non racontée du gouvernement « modéré » iranien.
          Ou encore ici sur la privatisation de l’enseignement.


          • Clocel Clocel 5 janvier 09:47

            @leypanou

            « dommage que la Russie et la Chine n’aient pas fait preuve d’autant de lucidité concernant la Corée du Nord). »

            Un piège à pygargue ?

            Depuis le temps que l’oncle Sam prétend avoir la plus grosse, il va bien falloir qu’il nous la montre.


          • Olivier Perriet Olivier Perriet 5 janvier 10:56

            @leypanou
            Et je rajouterais :
            dommage que vous ne fassiez pas preuve de la même lucidité et de la même cohérence en allant vivre votre rêve en Corée du Nord


          • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 5 janvier 11:31

            @Olivier Perriet
            On vous a signé un nouveau CDD pour 2018 ?


          • leypanou 5 janvier 11:34

            @Olivier Perriet
            où et quand avais-je dit que je rêve de vivre en Corée du Nord ?
            Ne pas accepter les sanctions criminelles contre la Corée du Nord c’est vouloir vivre en Corée du Nord ? Quel drôle de logique (digne de vous).


          • Olivier Perriet Olivier Perriet 5 janvier 14:38

            @Fifi Brind_acier

            Pareil que les CDI à la secte UPR


          • Olivier Perriet Olivier Perriet 5 janvier 14:41

            @leypanou
            Vous professez une telle haine pour « notre système décati » que je me demande bien comment vous faites pour y vivre quotidiennement...


          • vesjem vesjem 5 janvier 17:59

            @Olivier Perriet
            tiens, olive sort de sa niche


          • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 5 janvier 18:49

            @Olivier Perriet
            Je vais demander un salaire alors ?


          • izarn izarn 9 janvier 01:12

            @leypanou
            Bof. Trump fait le malin pour amadouer les connards néocons de parti républicain...
            C’est comme sa sortie contre la Corée du Nord et contre « rocket man »...
            Trump est un as du catch et du poker menteur.
            L’Iran n’a pas grand chose à craindre....Sauf à revoir ses contrats avec les US....


          • izarn izarn 9 janvier 01:23

            @izarn
            J’ajoute vis a vis de Massada et autres crétins :
            Vous connaissez des gonzes qui investissent en Israel ? A part des coreligionnaires à fonds perdus ? Hummm ?
            Moi je connais pas. Je ne suis pas juif, c’est pour ça... Hein ?
            Comme économie stable et durable, Israel est réputé, non ?
             smiley
            La Suisse quoi !
            Mais je préfère la vraie Suisse. C’est plus prudent.
            Jérusalem c’est sympa, surtout pour les crétins...
            Amen.


          • diogène diogène 5 janvier 09:41

            « La Maison-Blanche a fait tourner les rotatives de la désinformation »


            Notre président bien-aimé (béni soit-il) a décidé de nous prémunir contre les manigances des occupants de nouvelles-indes en nous dotant d’une protection absolue contre les « fake news ». C’est pas chez nous qu’ils pourraont se livrer à leurs manigances, les espions !

            • Clocel Clocel 5 janvier 09:52

              @diogène

              Qu’il cesse de subventionner la presse « officielle », ce sera déjà un bon début, et des économies substantielles pour le contribuable...


            • diogène diogène 5 janvier 09:55

              @Clocel

              comme disait une clitoridienne à un amant d’un soir : vous êtes mauvaise langue !

            • bouffon(s) du roi bouffon(s) du roi 5 janvier 09:56

              @diogène

              Quoi ?? smiley Vont-ils fermer toutes les chaines de télé et de radio ?? ^^


            • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 5 janvier 11:43

              @bouffon(s) du roi
              Non, ils vont poursuivre en référé, fermer les comptes et les sites qui déplaisent en haut lieu !

              La pluralité de l’information, c’est maintenant !!

              Faut-il qu’il y ait panique à bord du Titanic, pour que Macron en vienne à ces extrémités... !?


              Il faut dire que les sanctions, ça marche de moins en moins.
              La Russie a changé de fournisseurs, et pi c’est tout.
              la Chine continue à approvisionner la Corée du nord...
              Le Venezuela ne veut plus vendre son pétrole en dollar, il vend son pétrole à la Chine en yuans. L’Iran de même. Le Pakistan vient de supprimer le dollar.
              La Russie et la Chine commercent en Yuans...etc, etc
              La Chine a déclenché la fin du dollar ...

              Tout fout l’ camp, dans le camp du Bien, mon bon Monsieur... !!


            • JL JL 5 janvier 12:22

              @Fifi Brind_acier
               
               ’’La pluralité de l’information, c’est maintenant !!’’
               
               Pluralité de sources ; unicité du message. La Pensée unique véhiculée dans les mass-media, vous connaissez, non ?
               
              Lire : Les médias reflètent-ils la réalité du monde ?
               
              Lire : Johnny et l’irréalité par Alain Garrigou dans LMD


            • bouffon(s) du roi bouffon(s) du roi 5 janvier 17:59

              @Fifi Brind_acier

              La monnaie de réserve (monopole du dollar pour l’instant) sera divisée en 3, dollar, euro et renminbi (yuans) dixit la Banque Mondiale, d’ici 2025.

              En 2009, Zhou Xiaochuan, gouverneur de la Banque centrale chinoise nous disait que " L’objectif souhaitable de la réforme du système monétaire international est de créer une monnaie de réserve internationale qui est déconnectée des États particuliers ".

              Effectivement, les apparences sont trompeuses ^^


            • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 5 janvier 18:59

              @JL
              Je viens de regarder le 1er Journal télévisé de la nouvelle chaîne Russia Today, cela date un peu, c’était le 18 décembre.

              Il dure 30 minutes, sujets traités :
              - Accident de train aux USA
              - Sur Jérusalem.
              - à 8’ : Assad répond à Macron, et retour sur les 2 dernières années en Syrie
              - à 13’ Terrorisme en Europe
              - à 16’ Habitants de St Denis abandonnés.
              - à 20’ Les élections en Autriche
              - à 22 ’ Oliver Stone parle de Poutine, et compare la russophobie au maccarthisme. etc


            • izarn izarn 9 janvier 01:34

              @diogène
              Bon la désinfo made in US date de 1945....Vu les insondables conneries racontées depuis sur l’Indochine, la Chine et l’URSS sans parler de la Corée du Nord...
              Hein ?
              C’est pas nouveau.
              Faut te réveiller mon gars....
              Sort de ton tonneau...


            • Vraidrapo 5 janvier 11:02

              C’est quand même un comble que l’État le plus néfaste de la Planète se permette de faire la leçon à quiconque.
              Ce serait tellement plus simple si le Yankee avouait carrément à l’AG de l’ONU :
              « Primam partem tollo quoniam nominor Leo ! »

              ou bien corriger la coquille de leur devise :
              « In Gold we trust »


              • Massada Massada 5 janvier 11:34

                L’avocate et militante iranienne Shirin Ebadi, prix Nobel de la paix 2003 et figure dissidente en exil, a appelé jeudi les Iraniens à la désobéissance civile. 

                 
                Elle suggère aux Iraniens de ne plus payer leurs taxes ni leurs factures d’eau, de gaz ou d’électricité afin de mettre les autorités de la République islamique sous une pression économique telle qu’elle sera amenée soit à se réformer soit à s’écrouler.

                • leypanou 5 janvier 11:38

                  @Massada
                  si elle a été prix Nobel de la paix, elle a déjà prouvé sa « vraie » valeur.

                  La prochaine fois, elle appellera à prendre les armes et vous allez applaudir.


                • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 5 janvier 11:59

                  @Massada

                  C’est ça, l’idée générale d’une « révolution colorée », faire croire à une révolution.
                  Le problème, c’est que ça marche de moins en moins bien...

                  A la télé, j’ai vu une vingtaine de personnes qui s’agitaient dans une rue..., pas de quoi renverser le « régime iranien ». Il va falloir sévir, c’est une mauvaise chaîne de télé, elle aurait dû utiliser les vidéos des manifestations annuelles, quand il y a des millions d’Iraniens dans les rues !!


                  Macron va sévir, il va faire une loi pour que seules les vraies infos soient diffusées... !! Je veux dire, les infos qui arrangent Israël et les pays de l’ OTAN...

                • symbiosis symbiosis 5 janvier 12:13

                  @Massada

                  Il se dit même à mots couverts qu’elle va suggérer, fortement, très fortement suggérer au bon peuple de France tant malmené d’en faire autant....
                  Vive elle !!!!

                • vesjem vesjem 5 janvier 18:04

                  @Massada
                  t’es pas un peu semeur de merde, pourquoi cette haine, mon gars ?


                • Oceane 5 janvier 20:18

                  @Massada

                  Est-ce bien la même qui avait dit, lors de la réception de ce prix, qu’elle préférait la vieille cabane chez elle à un palace à l’étranger ? Elle a succombé au dieu dollar ?


                • Oceane 5 janvier 20:36

                  @symbiosis

                  Osera-t-elle suggérer aux sujets de Sa Majesté d’en faire autant ? Et pourquoi pas aux Noir Americains et aux « Latinos » ?


                • izarn izarn 9 janvier 01:47

                  @Massada
                  Effectivement si un prix Nobel de la paix incite à prendre les armes, c’est normal.
                  Mais bon ; Nobel c’est le mec qui a inventé la dynamite.
                  Logique.
                  Un autre prix Nobel de la paix qui a inventé Daesh : Obama....
                  Je ne sais pas qui donne le prix Nobel, mais il semble que ce soit une assemblée de sales cons...Dont vous seriez honnoré de faire partie.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires