• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile


Commentaire de GrandGuignol

sur Homo politicus : un regard anatomique


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

GrandGuignol GrandGuignol 19 janvier 22:51

@JC_Lavau

N’étant pas un expert en locomotive, ni en mécanique je ne peut apprécier toute l’information de votre commentaire sur ce sujet, néanmoins une recherche rapide sur google indique :

« À la fin de la Seconde Guerre mondiale, le manque de locomotives et lincapacité de lindustrie française, en cours de reconstruction, à livrer rapidement un grand nombre de machines neuves imposa de recourir aux constructeurs américains et canadiens. Les choix techniques faits à cette occasion bousculaient le conservatisme industriel ferroviaire français de lépoque. Cest la firme Baldwin Locomotive Works, qui dans lurgence de lépoque dessina les plans de ces machines, en modifiant pour le réseau français une locomotive qui circulait déjà depuis plusieurs années aux États-Unis, la Mikado légère USRA. Les principales adaptations portèrent sur  : la mise au gabarit SNCF, lattelage à tendeur avec les tampons, les écrans pare-fumées, le poste de conduite côté gauche, une porte de boîte à fumée à volant de fermeture central puis de type « Unifiée » (ou porte du type « Nord » ) et la pose de léchappement Kylchap sur les machines de la seconde tranche. Cest ainsi quune commande de 700 locomotives tous services (mixtes) fut passée en février 1945 pour constituer la première tranche  : les 141 R 1 à 700. Ce sont les firmes  : American Locomotive Company (Alco) à Schenectady (New York), Baldwin Locomotive Works à Philadelphie (Pennsylvanie), et Lima Locomotive Works à Lima (Ohio) qui se chargèrent de la construction. »

la suite ici

Comme toujours les pompiers pyromanes sont les premiers à proposer leurs services et industries pour reconstruire ce qu’ils ont détruit directement ou par procuration.


Voir ce commentaire dans son contexte





Palmarès