• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile


Commentaire de JL

sur Pierre Janet et la nécessité d'ausculter attentivement quelques cobayes humains


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

JL JL 28 février 2018 19:19

@Philippe VERGNES
 
Vous bottez clairement en touche ma question : Dites moi donc quels liens j’aurais détruits ici ?
 Elle vous gène, hein ?
 
 Bon, je ne me défile jamais : Racamier écrit : ’’Le pervers n’est pas plus intelligent (qu’autrui), il est seulement habile, mais il est d’autant plus habile à tromper que pour lui la vérité n’a aucune valeur en soi, le résultat seul étant ce qui compte. Il est vrai que le souci de la vérité est un frein pour ceux qui n’aiment guère la « mal-pense » ; le pervers lui, ne connait pas de ces freins.’’
 
Wikipedia :  "Liaison-déliaison Psychan. Couple conceptuel désignant la manière dont se fixe, circule et se décharge l’énergie psychique. On parle de déliaison lorsque que l’énergie circule librement avec pour but la satisfaction des pulsions et le plaisir, comme c’est le cas lors des rêves. (*)
L’énergie liée voit son mouvement vers la décharge, contrôlée, notamment par le Moi. Tandis que
les énergies liées subissent les pressions des processus secondaires de réalité, les énergies déliées se meuvent selon un principe direct de plaisir, "  (c’est moi qui souligne)
 
cIl faut une mauvaise foi qui frise la bêtise pour ne pas admettre que les deux propos parlent d’une seule et même chose, et qui n’a pas à voir avec les liens relationnels ou familiaux.
 
Ce n’est pas la pensée perverse qui détruit les liens relationnels comme vous le soutenez : ce sont les agirs du pervers qui détruisent parfois mais pas nécessairement, ces liens. La pensée perverse n’a pas pour objet de détruire les liens, mais la destruction des liens est ( incidemment un dommage colatéral) la conséquence de la pensée perverse. Nuance !
 

 
Ps. Nous avons eu cette discussion à maintes reprises. Voulez vous que je produise ici ce magnifique modèle de délire (hé oui !), ce post dans lequel vous argumentiez qu’en effet on pouvait modifier le sens des mots à sa convenance ? Et que je vous ai traité de Humpty-Duloty ?

 

(*) cf. le « délire dans la réalité », et non pas la « folie raisonnante » : on ne raisonne jamais dans les rêves. Le pervers ne raisonne pas : il combine, il calcule. Nuance.


Voir ce commentaire dans son contexte





Palmarès