• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile


Commentaire de JL

sur Pierre Janet et la nécessité d'ausculter attentivement quelques cobayes humains


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

JL JL 1er mars 2018 23:36

@Philippe VERGNES
 
Nous entretenons un dialogue de sourds, et pour cause, puisque vous faites un raffut du diable et partez dans toutes les directions au lieu de nous concentrer sur l’essentiel qui était, je vous le rappelle, la différence entre « délire dans le réel » spécificité du pervers, et folie raisonnante", le propre du paranoïaque. Secondairement la définition du concept de déliaison.
 
Systématiquement, tous vos posts partent dans tous les sens, et 90% de leur contenu est constitué d’injures à mon encontre et de hourras à votre gloire, comme si vous aviez marqué le point ce qui, quelles que soient les définitions que l’on donne aux mots, est une pratique typiquement perverse destinée à étouffer la raison.
 
Sur votre nouvelle manipulation pour m’entrainer toujours plus loin de la question initiale, je dirai ceci : Il ne faut pas confondre l’interaction « bourreau victime » avec l’interaction « pervers proie » ; ni « pensée perverse » avec « double pensée » ; ce que pourtant vous faites ici.
 
Ce que Orwell et Shengold désignent par « double pensée » n’est pas la pensée perverse mais la conséquence chez la victime, du double bind. Ce n’est pas le bourreau qui est dans la double pensée mais sa victime. Vous feriez accuser les victimes, si vous amalgamiez pensée perverse et double pensée : il convient de ne pas se laisser piéger par les mots.
 
Winston Smith n’est pas pervers, ni proie, il est victime. Je cite : ’’En parvenant à la « double pensée » (imposée par le besoin d’être secouru pendant la torture psychologique), Winston Smith continue à s’identifier à son bourreau et à aimer « Big Brother ». ’’
 
 
 Ps. au sujet du Triangle de Karpman, c’est vous et vous seul qui avez tenté d’y faire entrer Michel J. Cuny. Il faut croire que cet article vous défrise terriblement, quand on voit le al que vous vous donnez pour le décrédibiliser.


Voir ce commentaire dans son contexte





Palmarès