• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile


Commentaire de QAmonBra

sur Les gilets jaunes et la fin de la démocratie française


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

QAmonBra QAmonBra 4 décembre 2018 11:08

Merci @ l’auteur pour le partage.


Article intéressant mais j’ai « tiqué » sur cette phrase :

(. . .)"Formellement, la France est une démocratie, mais un démocratie qui a été lentement et méthodiquement vidée de sa substance par l’oligarchie au pouvoir"(. . .)

A mon avis, dès son origine, la république française n’est pas, n’a quasiment jamais été une démocratie et les causes ont été identifiées et analysées très tôt.

En complément des conseils de Jean-Jacques Rousseau exposés par « Arogavox », voici donc ceux de Maximilien Marie-Isidore Derobespierre, exprimés lors d’un discours le 29 juillet 1792 :

"La source de tous nos maux, c’est l’indépendance absolue où les représentants se sont mis eux-mêmes à l’écart de la nation sans l’avoir consultée.

Ils ont reconnu la souveraineté de la nation, et ils l’ont anéantie.

Ils n’étaient de leur aveu même que les mandataires du peuple, et ils se sont faits souverains, c’est-à-dire despotes, car le despotisme n’est autre chose que l’usurpation du pouvoir souverain.

Quels que soient les noms des fonctionnaires publics et les formes extérieures du gouvernement, dans tout État où le souverain ne conserve aucun moyen de réprimer l’abus que ses délégués font de sa puissance et d’arrêter leurs attentats contre la constitution de l’État, la nation est esclave, puisqu’elle est abandonnée absolument à la merci de ceux qui exercent l’autorité.

Et comme il est dans la nature des choses que les hommes préfèrent leur intérêt personnel à l’intérêt public lorsqu’ils peuvent le faire impunément, il s’ensuit que le peuple est opprimé toutes les fois que ses mandataires sont absolument indépendants de lui.

Si la nation n’a point encore recueilli les fruits de la révolution, si des intrigants ont remplacé d’autres intrigants, si une tyrannie légale semble avoir succédé à l’ancien despotisme, n’en cherchez point ailleurs la cause que dans le privilège que se sont arrogés les mandataires du peuple de se jouer impunément des droits de ceux qu’ils ont caressés bassement pendant les élections."

Nous étions donc avertis et un Peuple ne tirant pas toutes les leçons de son Histoire, se condamne à la revivre tôt ou tard, donc à verser de nouveau le sang des ses citoyens et nous y sommes.

En cette aube du XXI siècle, les moyens modernes d’expression et de communication nous permettent de nous passer de toutes formes de représentations.(*)



(*) Y compris les partis politiques


Voir ce commentaire dans son contexte





Palmarès