• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile


Commentaire de Arogavox

sur Traumatologie et rétablissement de l'ordre...


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

Arogavox 9 février 12:20

@Ruut
Nous avons en tous cas une preuve (supplémentaire) factuelle d’une intention de transgression des visées démocratiques, proclamée par le jupiter par qui le scandale est arrivé en France :
 (bis repetita concernant un nouveau déni de démocratie
_ cf ce lien : http://www.lefigaro.fr/vox/societe/2019/01/24/31003-20190124ARTFIG00294-fin-de-l-anonymat-sur-internet-quand-emmanuel-macron-veut-hygieniser-l-information.php )

Cette affirmation (issue de votre 2e lien) est une flagrante profession de foi anti-démocratique et anti-constitutionnelle :

« il faut une parole scientifique qui ne vaut pas la même chose que celle d’un simple citoyen »

(Rappel, au cas où : notre Constitution prône une égalité en dignité ! 
L’universalité du suffrage exige le principe « un homme, une voix »

 principe qui n’a aucune raison de ne plus être respecté passés les instants de passages aux urnes !)

La faute de péroraison de notre jupiter vient de son incapacité à entendre (comprendre) le très profond bon sens de l’humilité vraie exigée par l’idéal démocratique.
 Les choix politiques d’une démocratie ne sauraient viser à la résolution de questions mathématiquement ou scientifiquement posées (sans quoi il ne resterait qu’à se mettre sous la coupe d’un robot doté d’intelligence artificielle) : ce sont des choix humains, par des humains, et pour des humains, visant à respecter la « Volonté générale » ! 
 Dès lors, peu importe que la « Volonté générale » semble « erronée » selon les dires d’une ’parole scientifique’ : il faut la respecter en démocratie. Et on comprend aisément pourquoi lorsqu’on a pris conscience que toute conscience humaine évolue ; et évolue, en démocratie, grâce au « sapere aude » de chacun !
 Dans une aristocratie (visée jupiterienne) où les gens démissionnent de leurs « courage de se servir de leur propre entendement » pour s’en remettre à la ’détermination’ (aux caprices) d’une prétentieuse « élite », comment imaginer que la Volonté générale puisse s’amender dans le sens d’une meilleure adaptation ? : dans ce cas, même avec des ordres pertinents, mais incompris, la Volonté générale, contrariée plutôt que d’être convaincue, reste en fait figée et sans expérience !
 Ce n’est qu’en laissant à tout le peuple la liberté de se tromper, et de corriger ses erreurs, non plus par dogme mais en pleine connaissance de cause, que la démocratie vraie lui permet de développer une culture mature et responsable !

 Contrairement à l’a priori d’un jupiter qui déraisonne sans résonner (sans entrer en résonance avec l’esprit de ses ’sujets’) le principe « un Homme, une voix » peut permettre une prise en compte scientifique, par le peuple, plus pertinente et plus pérenne que celui d’une soumission à des « élites ». La qualité démocratique d’élites dignes de ce non est de savoir transmettre ses savoir, expérience et conscience : de savoir convaincre. Plutôt que d’accorder 100 fois plus de poids à un plus-égal-que-les-autres qui pourra aboyer ses ordres à 100 ’rien’ qui obéiront sans comprendre, ne vaut-il pas mieux que celui-là sache convaincre 100 égaux qui propageront la même conscience que lui ?
 Il faut croire que ce sens de l’humilité est trop « populiste » pour notre jupiter 


Voir ce commentaire dans son contexte





Palmarès