• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile


Commentaire de HClAtom

sur Marché du travail du « numérique » : la grande esbroufe ?


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

HClAtom HClAtom 14 septembre 2019 09:46

Merci pour cet article.

Votre comparaison de l’émergence du digital avec l’émergence de l’électricité est très pertinente : ce n’est pas chez EDF que les emplois ont été créés, mais dans les entreprises qui se servaient de l’électricité.

L’informatique est destinée à faire mieux et plus vite que l’humain sur certaines tâches. Par conséquent pour ces tâche l’informatique remplace l’homme, et fait dès lors monter le chômage. Au moins dans un premier temps.

Mais il faut rester optimiste car le bénéfice réalisé avec l’automatisation peut être réinvesti dans le métier, et ainsi créer des emplois non informatiques, mais qui n’auraient pas pu exister sans elle. Par exemple l’automatisation du contrôle aérien n’a occupé que peu d’informaticiens, mais il a permis de multiplier les vols et donc d’embaucher plus de pilotes et de stewarts (au détriment du climat hélas).

Pour ce qui est du codage informatique, il est souvent présenté comme l’image d’Épinal de ce que fait « l’informaticien ». C’était vrai au XXème siècle, mais cela tend de plus en plus à devenir faux. Aujourd’hui les bibliothèques de programmation sont très évoluées et consistent souvent à utiliser des modules déjà tout programmés. Par exemple avec Angular un seul codeur est nécessaire à développer une application qui en réclamait 10 au XXème siècle. Aujourd’hui dans une équipe projet les graphistes, communicants, « products owners » métier, encadrants, etc. sont aussi nombreux que les codeurs, voire plus. 

En matière de codage on arrivera vite à la création de logiciels sur de simples clics de souris, de drag and drop de modules, à l’instar de ce que propose l’appli en ligne du MIT « App Inventor ». Il y aura alors besoin d’encore moins de codeurs qu’aujourd’hui. En revanche je ne doute pas que cela facilitera l’émergence d’activités, et d’emplois, autres que celui de codeur.

Je reste donc un poil plus optimiste que vous.


Voir ce commentaire dans son contexte





Palmarès