• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

HClAtom

HClAtom

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

  • Premier article le 27/11/2013
  • Modérateur depuis le 06/09/2014
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 10 369 909
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 0 0 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique













Derniers commentaires



  • HClAtom HClAtom 23 juin 00:00
    Merci pour cet excellent article.
    Il me semble néanmoins que l’humanité se rue littéralement sur l’innovation du réseau (Google, Facebook, Twitter, téléphone mobile, achat et transactions en ligne...) sans se poser d’ailleurs suffisamment de question, à mon avis. J’y vois donc une frénésie qui ne ressemble en rien à la défiance que vous décrivez, mais plutôt à une volonté (fusse-t-elle inconsciente) de bouleverser le monde. Peut-être pour la première fois.


  • HClAtom HClAtom 30 janvier 21:21

    @student404

    Je vous réponds ci-dessous, mais je bondis ici en aparté sur un point que vous évoquez, celui de la matière noire, fort intéressant effectivement.

    Mon article « Theorem of the keplerian kinematics » (TKK) propose, mine de rien, une solution à ce problème. Dans le §3.3 je donne l’expression de l’énergie mécanique d’un mobile keplerien, qui dépend uniquement de sa vitesse de rotation (outre son excentricité).

    Bien évidemment un corps plongé dans un milieu ayant une énergie (un potentiel au sens classique) tendra à adopter cette énergie. Si l’énergie disponible est U0, son énergie mécanique EM tendra à être aussi U0 : EM=U0.

    C’est à dire que, selon l’équation 14 de mon article (en posant l’excentricité nulle pour simplifier), tous les corps plongés dans la même énergie U0 auront la même vitesse de rotation. Ainsi pour la cinématique, contrairement à l’approche newtonienne, il est parfaitement logique que les vitesses des étoiles d’un disque galactique soient identiques si elles sont plongées dans le même U0. Pas besoin de matière noire, tout est normal.

    J’insiste sur le fait que mon théorème est un théorème, pas une théorie. Grand bien vous fasse de démontrer qu’il est faux, il suffit pour cela que vous démontriez que j’ai fait une erreur de mathématiques. C’est un des grands avantages de l’approche par théorème au regard de l’approche par postulat.

    j’en finis ici avec cette aparté et vous laisse consulter ma réponse à votre post, ci-dessous.

    Ps : voici deux applications du TKK : transfer simulator et plus fun mission to mars





  • HClAtom HClAtom 30 janvier 18:52

    @QuantumPunisher,

    L’argument d’autorité et le mépris ne sont en rien des arguments scientifiques. Tout juste sont-ils bons à montrer votre incapacité à la politesse, au débat et à la science.

    Nous serions au Xème siècle, vous me fourniriez un lien vers la bible pour m’expliquer l’origine de l’être humain et m’interdire de penser autrement.

     
    Si vous pensez que la MQ est l’alpha et l’oméga de la science, et que nul n’a le droit de la critiquer, alors montrez-nous comment elle explique la gravitation.



  • HClAtom HClAtom 30 janvier 18:40

    @student40
    Merci pour votre message.

    A ma critique des postulats de la physique, vous répondez par d’autres postulats. Cela m’apparaît comme une raisonnement quelque peu circulaire. Quant à expliquer que les particules élémentaires ne sont pas en mouvement car ce sont des ondes probabilistes, je trouve l’argument imparfait, car toute onde, aussi probabiliste soit-elle, est en mouvement. N’oubliez pas non plus que l’électron est considéré par la MQ comme une onde ET une particule, selon la mesure qu’on en fait, ainsi l’approche corpusculaire de l’électron reste valable, même en MQ. Peut-être d’ailleurs avez-vous déjà vu les images de chambres à bulles, ou à fils, qui montrent clairement l’aspect corpusculaire des particules. Je vous rappelle aussi que la vitesse est considérée comme un observable en MQ.

    Si je vous lis bien, le mouvement des électrons autour du noyau de l’atome seraient dus à l’interaction subie de l’extérieur (j’extrapole peut-être). Cela m’apparaît une fois de plus comme un postulat. Cela dit ce serait effectivement une belle expérience à mener, si elle était possible, en isolant parfaitement un atome et en observant si les électrons cessent alors leur mouvement. Nous avons déjà la possibilité d’isoler un atome, certes de façon non parfaite, mais assez correcte (à quelques millièmes de °K). Aucune de ces expériences n’a montré que dans ce cas les électrons ralentissent un tant soit peu. Je doute donc de votre hypothèse.

    Quant à repousser la possibilité d’atteindre le 0 absolu par des étapes successives à l’infini, cela m’apparaît équivalent à dire que c’est impossible, l’infini n’étant pas une réalité physique, mais bien plus relevant de la « métaphysique » puisque vous évoquez cette notion. Repousser un problème à l’infini ne me semble pas être une résolution de ce problème.

    Dans le même ordre d’idées, la notion de système fermé, ou isolé puisque vous semblez faire une distinction, m’apparaît une notion purement théorique. Aucun système ne peut en effet être parfaitement fermé dans notre univers, c’est un fait indubitable, même si on peut y parvenir à peu près correctement en première approximation. Dès lors débuter la réflexion scientifique en postulant qu’un tel système est à la base de la physique réelle me semble sujet à caution.

    Mon article sur le mouvement perpétuel, certes provocateur (il faut bien rigoler de temps en temps = ;o), n’a pour but que de suggérer qu’il serait peut-être intéressant d’aborder le problème de façon différente. Par exemple, et s’il s’agit de poser un postulat fondamental, de proposer que le mouvement perpétuel est le fondement structurel de la matière, plutôt qu’une anomalie comme suggéré par le postulat de son impossibilité. Je n’oblige personne à y croire et ne souhaite l’imposer à personne, mais juste proposer d’y réfléchir, car c’est souvent en regardant les choses sous un autre angle qu’on progresse.

    Je ne nie pas l’intérêt des principes de physique, mais je rappelle qu’ils ne sont qu’approximativement vrais, car seulement valables à l’intérieur de certaines limites. Par exemple la MQ (mécanique quantique) n’explique pas le macroscopique, tandis que la MC (mécanique classique) et la RG (relativité générale) n’expliquent pas le microscopique. On peut donc en déduire que ces théories, aussi efficaces soient-elles dans leurs domaines respectifs, ne sont pas universelles, et qu’il nous faut donc persister à être critique à leur égard, si tant est qu’on veuille trouver une loi d’unification valable à toutes les échelles. Mes travaux s’intéressent donc à la recherche d’une telle voie d’unification, même si je n’ose penser y parvenir un jour, mais seulement proposer des pistes de réflexion, les plus fondées possibles.

    Je pars d’une constatation simple : TOUS les postulats posés par les humains dans leur histoire se sont un jour révélés faux (la Terre est plate, la génération spontanée, le DDT et l’amiante c’est super, une année dure 364 jours, la Terre est au centre de l’univers, un brin d’ADN est un livre composé de mots (les bases) qu’il suffit de lire séquentiellement pour expliquer le vivant, ...). Dès lors est-il raisonnable de penser que nos postulats actuels sont des vérités ? Je ne le crois pas, à preuve l"antagonisme MQ/RG, et c’est là que je vois un défaut dans notre pensée scientifique. Le maillon faible de notre science est le postulat. Il nous faut donc tout faire pour transformer ces postulats en lois, ou bien reconnaître qu’ils sont des plus critiquables, et donc tâcher de les remplacer par des lois. C’est l’objet de la plupart de mes travaux. C’est l’esprit qui m’a notamment animé pour écrire deux de mes articles « Fundamental Theorems of Physics » et « Theorem of the Keplerian Kinematics » (publiés sur vixra). J’y démontre qu’on peut expliquer l’expérience sans avoir recours aux postulats classiques de la physique (MC et MQ). Je démontre par exemple que le postulat de Plank-Einstein peut être transformé en une loi logique et irréfutable, et même valable en MC.

    Je vous remercie pour cette discussion constructive, loin des séides dogmatiques qui n’ont qu’une seule façon de penser : accepter le dogme aveuglément, sans droit d’y déroger sous peine d’insultes et de mépris, une attitude en tout point opposée au doute et au débat nécessaire à la science.



  • HClAtom HClAtom 27 janvier 21:25

    @student404
    Ma réponse ci-dessous.

Voir tous ses commentaires (20 par page)







Palmarès