• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile


Commentaire de njama

sur Syrie : les grands projets de Washington à l'Est de l'Euphrate


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

njama njama 8 novembre 11:56

Bachar al-Assad répond aux questions des Syriens sur le Nord du pays 31 octobre 2019

Question : Après tout ce qui s’est passé ; après leurs attaques contre l’État syrien, ses citoyens et son Armée ; après le rôle nuisible qu’ils ont joué tout au long de ces années de guerre ; après leur inféodation évidente à l’Américain ; après tout cela Monsieur le Président, nous Syriens, pouvons-nous revivre ensemble avec les Kurdes ?

Président Al-Assad : Soyons précis. Ce sujet est constamment soulevé publiquement et parfois en séances privées. Je sais que vous posez ces questions abstraction faite de vos convictions personnelles. Mais, ce qui s’est passé au cours de cette guerre est une déformation des concepts. Par conséquent, dire que telle frange de la population est qualitativement positive ou négative est subjectif, irrationnel et même antipatriote.

Certes, des Kurdes ont fait office d’agents et de pions inféodés à l’Américain, mais des cas similaires existent parmi les Arabes, aussi bien dans la région d’Al-Jazira [nord-est de la Syrie] que dans d’autres régions. La faute du groupe de kurdes en question est qu’ils se sont fait passer pour des représentants non seulement des Kurdes, mais aussi des Arabes et de toutes les diverses franges de la Jazira. Et, l’Américain est venu les soutenir via des armes et de l’argent, évidemment pris chez certains États arabes du Golfe, afin de consacrer leur autorité sur toutes les autres franges.

Dès lors, nous nous sommes mis à croire que tous ceux qui se retrouvaient là dedans étaient des Kurdes. Non. Désormais, nous devons en parler en tant que « partis » auxquels nous avons à faire. Quant aux Kurdes, la plupart d’entre eux ont toujours eu de bonnes relations avec l’État syrien. Ils sont toujours restés en contact avec nous, proposant des idées véritablement patriotes, réagissant positivement à l’entrée de nos troupes dans certaines régions avec autant de bonheur et de joie que les autres franges de la population. Par conséquent, leur évaluation [telle que posée par la question] est inexacte. Sinon, cela signifie que la Syrie ne sera plus jamais stable.


Voir ce commentaire dans son contexte





Palmarès