• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

njama

njama

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

  • Premier article le 22/02/2016
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 1 11247 32
1 mois 0 199 0
5 jours 0 38 0

Ses articles classés par : ordre chronologique




Derniers commentaires



  • njama njama 17 août 18:33
    en français (traduction Google)

    Le Plan Rublee Wohlthat désigne le projet de traité international entre l’Allemagne et 32 ​​autres pays (pays participants à la conférence d’Évian ) en 1939, dont l’entrée en vigueur est controversée.
    Préparation
    En date du 6 août 1938, le procureur américain George Rublee et Robert Pell étaient directeurs principaux du Comité intergouvernemental sur les réfugiés (ICR).

    En décembre 1938, des discussions officieuses eurent lieu à Londres entre Rublee et le président allemand de la Reichsbank, Hjalmar Schacht . Les entretiens ont porté sur la planification d’un programme pour « l’émigration de tous les juifs actifs de nationalité allemande et de tous les juifs apatrides d’Allemagne dans un délai de cinq ans ».

    Outre l’ accord de Ha’avara sur l’émigration des juifs en Palestine , qui avait déjà été adopté en 1933, le nouvel accord visait à permettre l’émigration dans le plus grand nombre de pays possible.

    Après le limogeage de Schacht, le 20 janvier 1939, à la présidence de la Reichsbank, Rublee a poursuivi ses entretiens avec le directeur ministériel allemand Helmuth Wohlthat à Berlin.

    Projet de contrat
    À la suite des entretiens, George Rublee a écrit le 1er février 1939 un mémorandum strictement confidentiel avec un projet de contrat, qui comprenait, entre autres, les règles suivantes :
    [...]




  • njama njama 17 août 18:01

    @Massada

    Il semblerait que votre boule de cristal vous joue des tours, qu’elle serait embuée ou vitreuse, ou que vous ne savez pas encore bien vous en servir smiley
    "Qu’aucun lien entre le sionisme et le nazisme n’a été démontré malgré tous les efforts tordus de certains intervenants d’affirmer le contraire."
    Pour satisfaire redneck de cet oubli, parmi les preuves, au moins 2 :
    (1) Une décision de la Conférence d’Evian (juin 1938), des négociations ont débuté avec succès en septembre. Le diplomate George Rublee, choisi par Franklin D. Roosevelt, rencontra à plusieurs le conseiller Helmuth Wohlthat choisi par Goering. Ces informations montrent que ces négociations se faisaient au plus niveau. Elles débouchent sur un accord prévoyant l’émigration des juifs valides d’Allemagne, l’accord Rublee-Wohlthat (1939) qui révèle l’existence d’un accord plus ancien pour l’émigration en Palestine. C’est l’accord de transfert « Ha’avara » (1933) qui a permis a plusieurs dizaines de milliers de juifs d’aller en Palestine avec tout ou partie leur capital.
    (2) Eichmann invité par les sionistes en Palestine en 1937, fait révélé lors de son procès à Jérusalem. Il noue des contacts avec l’Agence Juive en vue de faciliter l’émigration des Juifs allemands vers la Palestine, et aurait permis que quelques 17.000 Juifs émigrent en Palestine en 1939, à la veille de la Seconde Guerre mondiale.



  • njama njama 17 août 13:31

    @hdelafonte
    « Je ne vais pas vous rappeler les positions tenues par le grand mufti de jérusalem qui a été à Berlin visiter Hitler, et qui préconisait l’extermination des juifs. »

    dommage que vous ne citiez pas vos sources !?
    L’influence supposée du grand mufti de Jérusalem Mohammed Amin al-Husseini est une farce sioniste tardive pour détourner l’attention vers un supposé antisémitisme « arabo-musulman », qui serait soi-disant consubstantiel à l’islam. Ce qui est le dernier avatar de la propagande sioniste pour discréditer la résistance palestinienne contre l’occupant.
    Oui le grand mufti a rencontré Hitler en novembre 1941, ce n’est un secret pour personne, une visite très officielle. Au moins deux raisons politiques assez banales concernant cette rencontre, obtenir un soutien contre le mandataire britannique (ennemi commun), les nationalistes arabes étant opposés au partage de la Palestine, et demander à Hitler de mettre fin à l’expulsion des Juifs d’Europe vers la Palestine. Ce qui va dans le sens de la Commission Peel qui prévoyait de limiter drastiquement cette émigration juive anarchique...
    De là à prétendre comme l’a fait dernièrement Netanyahu devant le 37e Congrès sioniste mondial, à Jérusalem qu’il aurait été l’inspirateur de la « solution finale », , et que, Hitler lui ne cherchait qu’à les expulser, il y a un pas que même Mme Merkel a désavoué, et elle n’est pas la seule :
    Lors d’une conférence de presse à Berlin, en présence de Netanyahu, Angela Merkel a tenu à contrecarrer ces propos : « Nous ne voyons aucune raison de changer notre perception de l’histoire tout particulièrement en la matière, nous continuons à assumer la responsabilité allemande dans la Shoah ».
    En réaction au révisionnisme du Premier ministre israélien, la chancelière a également rappelé l’importance de la transmission de cette mémoire : « Au nom du gouvernement allemand et en mon nom je peux dire que nous sommes conscients de la responsabilité des nazis dans cette rupture civilisationnelle qu’a constitué la Shoah, nous sommes convaincus que ceci doit être transmis aux générations à venir par exemple dans le cadre de l’éducation scolaire ».

    En tant que nationaliste arabe, bien qu’il n’était absolument pas leader de ce mouvement de résistance, mais simplement autorité religieuse sans pouvoir politique comme tous les muftis, il était bien naturel qu’il résiste à la puissance mandataire, comme à l’occupation progressive de la Palestine par des hordes de migrants Juifs, conscients comme d’autres et sans originalité que la Palestine ne pouvait à l’évidence accueillir tous les Juifs de la terre.

    Prétendre que le grand mufti de Jérusalem s’était opposé au sauvetage des Juifs, c’est vouloir trouver à bon compte un bouc émissaire (islamiste ?) à l’échec de la Conférence d’Évian de juin 1938, alors même que les palestino-sionistes avaient tout fait pour la faire échouer.










  • njama njama 17 août 11:49

    @hdelafonte
    Vous dites : « le sionisme n’a jamais conduit à la dictature »
    Ce « régime » sioniste est depuis son origine une dictature qui s’exerce contre les arabes autochtones juifs, chrétiens, musulmans. Si vous ne le savez pas Israël n’a toujours pas de Constitution, et ne déclare pas de frontières officielles, ce qui lui permet de continuer à coloniser impunément Une force d’occupation « coloniale » et colonialiste serait le qualificatif approprié pour définir cette entité sioniste.

    « sa politique d’élimination des individus inférieurs. Cet aspect est documenté dans Mein Kampf (paru en 1925)... »
    Vous faites dire à Mein Kampf, ce que cet ouvrage ne dit pas.
    De l’épuration_exclusion, à l’élimination _extermination il y a un gouffre. Que les nazis ont franchi à un moment donné, il est vrai, voir Conférence de Wannsee 20 janvier 1942

    Nazisme et sionisme partageaient l’idéologie d’épuration ethnique, c’est un fait.
    « Nous devons tout faire pour nous assurer qu’ils [les Palestiniens] ne reviennent pas. Les vieux mourront et les jeunes oublieront ». David Ben Gourion, fondateur et Premier ministre d’Israël, journal du 18 juillet 1948.

    « car elle présente des individus minoritaires au sein du mouvement sioniste, et qui n’ont pas eu de réelle influence. »
    parce que vous pensez que les groupes nationalistes, organisations paramilitaires, l’Irgoun, la Haganah, le Lehi (appelé Stern gang par les autorités britanniques), ... étaient des enfants de choeur ? Ils ont à leur actif, je ne sais combien d’actions terroristes et si vous prenez les dirigeants d’Israël, beaucoup d’entre eux en ont fait partie.
    * Liste des attentats de l’Irgoun pendant la Grande Révolte arabe
    * Terrorisme sioniste en Palestine mandataire

    Mal à propos vous comparez le nationalisme arabe avec le nazisme, le premier, inspiré dès le XIX° s. par des intellectuels arabes, musulmans, chrétiens, et juifs, est pluriethnique, multiculturel, multiconfessionnel, le second, comme le sionisme, sont l’exact opposé. D’autre part, les contextes et buts sont différents, le nazisme se voulait impérialiste, expansionniste, le nationalisme arabe est anti-impérialiste, et pour la période qui nous concerne ici il s’inscrit dans une volonté d’indépendance pour se libérer des puissances mandataires britannique sur la Palestine, et française sur le Liban et la Syrie.


  • njama njama 16 août 21:19

    @redneck

    Espériez-vous torpiller l’article de Sayed Hasan et son travail avec une telle vacuité de votre commentaire... ?
    Personne n’est contre l’expression d’une controverse (liberté d’opinion) il me semble sur Agorovox...
    Merci d’essayer de mettre un peu plus de consistance intellectuelle dans vos commnetaires, tous recevables sur ce site, sans censure.


Voir tous ses commentaires (20 par page)







Palmarès