• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

njama

njama

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

  • Premier article le 22/02/2016
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 1 9967 32
1 mois 0 304 0
5 jours 0 26 0

Ses articles classés par : ordre chronologique




Derniers commentaires



  • njama njama 13 décembre 18:46

    @foufouille
    oui mais le brouilleur brouillerait aussi les portables des adultes
    un brouilleur pour enfants  ?



  • njama njama 13 décembre 17:15

    @Étirév
    Merci pour votre commentaire insolite.

    Renan ne s’apercevait pas qu’il s’agissait d’une femme, alors que lui-même, dans son Histoire du Peuple d’Israël, écrivait ceci : « David est un charmeur, prodige de grâce, d’élégance et d’esprit, capable des sentiments les plus délicats ; dès qu’on le connaissait, on s’attachait à lui, son type de figure tranchait sur les visages basanés de ses contribules. Il avait le teint rose, des traits fins et aimables, une parole douce et aisée. De très anciens textes le présentent comme habile cithariste et poète exercé. »

    Renan ne savait-il pas que David était un coupeur de prépuces de philistins ?

    Saül dit : « Vous parlerez ainsi à David : Le roi ne veut pour don nuptial que cent prépuces de Philistins, pour tirer vengeance des ennemis du roi. » Saül comptait ainsi faire tomber David aux mains des Philistins.

    Les serviteurs de Saül rapportèrent à David ces paroles. La proposition parut bonne à David pour devenir le gendre du roi. Le délai n’était pas écoulé que David se mit en route et partit avec ses hommes. Il abattit, parmi les Philistins, deux cents hommes. David apporta leurs prépuces, dont on fit le compte devant le roi, pour que David devienne le gendre du roi. Et Saül lui donna pour femme sa fille Mikal.

    Saül vit et comprit que le Seigneur était avec David et que Mikal, fille de Saül, l’aimait. Saül craignit encore plus David et Saül lui devint définitivement hostile. (1 Samuel 18, 25-29)



  • njama njama 13 décembre 17:04

    @Eric F
    la kippa, rien à voir avec l’époque biblique ... la tradition ne rapporte pas que Jésus portait une kippa smiley

    Le port de la kippa est un phénomène qui remonte seulement à un décret rabbinique au XVI° siècle vers 1565 qui ne faisait pas l’unanimité, et, aujourd’hui on peut dire que c’est devenu en grande partie un phénomène identitaire sioniste, à l’instar du port du voile tacitement décrété dans certaines catégories confessionnelles de musulmanes.

    A quand remonte le port de la kippa ?
    Eh bien contrairement à ce que l’on pourrait penser, la kippa n’est pas d’origine biblique, ni même talmudique

    C’est au début du Moyen-âge, avec la clôture du Talmud que la kippa devient petit à petit un signe de piété ; si bien que dans son Choul’han Arou’h, Rabbi Yossef Caro (le grand codificateur du XVIème siècle) va légiférer qu’il est interdit de marcher 4 coudées, soit deux mètres, la tête nue. Bien que certains maîtres à cette époque s’opposent à ce décret considérant que le port de la kippa n’est qu’un minhag hassidout « une démarche pieuse », la kippa finira par devenir un signe de ralliement autour de la Tora.
    http://www.akadem.org/medias/documents/VERBATIM-KIPA.pdf



  • njama njama 13 décembre 17:00

    @Eric F

    En fait le port de la kippa est assez récent historiquement, et actuellement il a tendance à marquer une forte référence identitaire, bref il est devenu un signe ostentatoire d’appartenance et d’allégeance bien plus au sionisme qu’au judaïsme ...
    Le port de la kippa n’a rien de doctrinaire (talmudique), tout comme le port de la chéchia n’a absolument rien d’obligatoire (wâjib) pour les musulmans. Libre à qui veut de le porter ...

    La kippa est aux juifs, ce que la chechia (ou chachia) est aux musulmans du Maroc, de Tunisie ... , ce qu’est le fez aux turcs, ce qu’est le pakol aux afghans, et ce qu’est le béret aux gaulois, un signe nationaliste !

    Normalement la kippa ne se porte(portait) que dans les synagogues, exclusivement pour le rite, seuls les juifs (très) orthodoxes la portent en permanence et beaucoup d’israéliens sionistes. Les femmes ne la portent pas pour la simple raison que la loi juive rabbinique interdit aux femmes de porter des habits d’hommes.
    Mais comme les synagogues font aussi en dehors des rites office d’ (églises) assemblées pour discuter de tout et n’importe quoi ..., dans notre époque moderne par extension l’usage pour les hommes est de ne pas y entrer sans couvre-chef. En théorie, par signe d’humilité un foulard, un mouchoir sur la tête pourrait faire l’affaire...



Voir tous ses commentaires (20 par page)







Palmarès