• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile


Commentaire de Décroissant

sur Le totalitarisme vert de gris


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

Décroissant 16 avril 13:44

@eresse
Bonjour,

Mes références sont citées plus bas : j’ai pris Wikipédia réputé neutre pour ne pas entrer dans la polémique pro/anti nucléaire. Mais l’on pourrait aussi citer :

https://www.andra.fr/les-dechets-radioactifs/tout-comprendre-sur-la-radioactivite/inventaire

https://www.liberation.fr/france/2019/03/28/648-piscines-olympiques-de-dechets-nucleaires-en-france_1716285/

https://www.laradioactivite.com/site/pages/ClassementDechets.htm

https://www.laradioactivite.com/site/pages/Duree_Dechets.htm

https://www.revolution-energetique.com/dechets-nucleaires-un-rapport-international-tire-a-nouveau-la-sonnette-dalarme/

https://www.greenpeace.fr/espace-presse/dechets-nucleaires-le-territoire-francais-envahi-de-poubelles-radioactives/

etc...

J’ai aussi pris grand soin de parler de déchets radio-actifs (au sens large) même si beaucoup ont focalisé sur l’adjectif exponentiel. C’est sûr que si l’on ne considère que les déchets nucléaires dits « de haute activité », le diamètre est restreint (quoique le combustible MOX que l’on présente comme un recyclage, une fois utilisé dans les centrales, redevient un déchet ultime venant grossir le tableau : petite entourloupe).

Jancovici est effectivement un érudit fin connaisseur du nucléaire mais aussi un habile propagandiste : chacun défend son pré-carré.

En fait, mon propos était de dénoncer l’assimilation à mon sens abusive du nucléaire à une énergie propre, quasi écologique en glissant la question des déchets (encore une fois au sens large) sous le tapis ( « La France est l’un des pays les plus propres d’Europe, remercions notre parc de centrales nucléaires.  ») sans même parler de la dangerosité latente. La dernière sortie d’Arnaud Montebourg : Fukushima / 0 mort, Tchernobyl / 0 mort est très représentative de l’efficacité d’une communication lénifiante qui ne présente qu’une version tronquée d’un sujet plus large.

A l’inverse, dans son dernier livre (Sable mouvant, fragments de ma vie), Henning Mankell, atteint du cancer qui va l’emporter, évoque le troll maléfique que la Suède va léguer à la postérité. Et alors que nous nous préoccupons aujourd’hui du réchauffement climatique, lui se projette à la prochaine période de glaciation, dans environ cinq mille ans, suivie d’une période plus douce mais avec aucun habitant en Suède à cause du froid et d’une nouvelle période glaciaire dans vingt mille ans où la glace recouvrira la Suède d’une épaisseur de mille cinq cent mètres, laminant le paysage comme un glacier avec sa moraine. Pour en venir à son questionnement : si lors du réchauffement des êtres humains repeuplent ce territoire sans repère, comment pourront-ils reconnaître et se protéger de ces dépotoirs souterrains de déchets nucléaires à 100.000 ans de durée de vie installés dans la roche mère ?

Le nez dans le guidon, il nous manque parfois ce recul humaniste et un peu de hauteur pour englober une question qui excède les limites de notre propre existence.


Voir ce commentaire dans son contexte





Palmarès