• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile


Commentaire de franco-chinois

sur Et les Etats-Unis inventèrent le « choc des civilisations »...


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

franco-chinois 30 juin 15:15

https://www.aljazeera.com/opinions/2018/5/28/alas-poor-bernard-lewis-a-fellow-of-infinite-jest (ci-dessous, une partie de l’article, traduit à l’aide de DEEPL)

« Hélas, le pauvre Bernard Lewis, un compagnon de plaisanterie infinie » Sur Bernard Lewis et « son extraordinaire capacité à se tromper sur tout », par Hamid Dabashi ( chaire Hagop Kevorkian d’études iraniennes et de littérature comparée à l’université Columbia )

Il est inconvenant de rappeler les horreurs d’un homme horrible à sa mort. Mais Bernard Lewis n’était pas un voyou ordinaire. Il a contribué à causer d’énormes souffrances et à faire couler beaucoup de sang dans ce monde.

Islamophobe notoire, il a passé une longue vie à étudier l’Islam afin de diaboliser les musulmans et de mobiliser contre eux les puissantes forces militaires de ce qu’il appelait « l’Occident » : Quel genre de personne passerait sa vie à étudier des gens qu’elle déteste ? C’est une proposition assez bizarre. Mais voilà, c’est précisément ce qu’a fait le regretté Bernard Lewis.

Il était le principal idéologue de la politique de haine envers l’Islam et les musulmans après le 11 septembre.

« L’amitié - et la parenté idéologique - du Dr Lewis avec le sénateur Henry M.  »Scoop« Jackson (D-Wash.), faucon de la guerre froide et partisan d’Israël, nous dit-on, lui a ouvert des portes importantes dans la capitale, lui conférant finalement un statut privilégié parmi les principaux planificateurs de la Maison Blanche et du Pentagone avant l’invasion de l’Irak en 2003.

Voilà l’héritage le plus récent de Bernard Lewis. L’invasion, l’occupation et la destruction de l’Irak.

Mais l’affiliation de Lewis avec les puissances de mort et de destruction allait bien plus loin que cela. L’Afghanistan et l’Irak sont aujourd’hui en ruines, des millions d’Arabes et de Musulmans ont été assassinés, marqués à vie, soumis à l’indignité de l’occupation militaire et des camps de réfugiés, en grande partie à cause de la dénigrement systémique des Musulmans que Lewis a mis en avant dans ses livres et ses articles, et qui ont informé des générations d’officiers impériaux.

Pour eux, Lewis était la source de ce qu’est l’islam et de ce que sont les musulmans. Lorsque le président américain Donald Trump a déclaré »l’islam nous déteste« , c’est Bernard Lewis qui parlait. Lorsque le premier conseiller à la sécurité nationale de Trump, Michael Flynn, a déclaré »L’islam est... comme un cancer", c’est Bernard Lewis qui parlait...


Voir ce commentaire dans son contexte





Palmarès