• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > En devenant Erectus, l’homme a dû obligatoirement modifier son (...)

En devenant Erectus, l’homme a dû obligatoirement modifier son comportement sexuel

C’est une constatation, nous sommes tous des bipèdes, en dehors de la période de la prime enfance où nous marchons à quatre pattes. Tous bipèdes donc, sauf les culs-de-jatte, ça va de soi, nous aurait si bien rétorqué Georges Brassens ! En revanche, l’immense majorité des mammifères est quadrupède, à l’exception des grands anthropoïdes ou pongidés qui se déplacent en position intermédiaire. Nous ferons l’impasse sur les mammifères sauteurs comme le kangourou ou la gerboise, non par paresse ou esprit simplificateur, mais le lecteur véritablement passionné par la sexualité de ces animaux peut se reporter aisément à des traités de zoologie. Un article sur la pulsion érotique du wallaby serait à la fois trop élitiste et trop confidentiel.

Les premiers hominiens vivaient probablement en forêt comme les gorilles et les orangs-outans et n’avaient aucune raison pratique de se redresser totalement. Si l’on en croit Yves Coppens et d’autres chercheurs, c’est le fait d’aller en savane qui à poussé nos lointains ancêtres à se tenir à la verticale pour voir venir le gibier ou les prédateurs carnassiers au dessus des hautes herbes. Cela a pris des millénaires, mais la bipédie s’est finalement imposée. Après, on connait la suite de l’évolution qui passe par le feu, la roue, l’écriture, l’imprimerie, les allumettes, la fusée Ariane, les fours micro-ondes et les pizzas livrées à domicile !

Jusqu’à une époque préhistorique, les hommes avaient gardé de leur animalité des sens encore très développés et en particulier l’odorat. Cette animalité sera contestée par les croyants de toutes les religions, mais il suffit de lire les ouvrages de Desmond Morris, « Le singe nu » (1968) puis le « couple nu » (1972) pour s’interroger avec lui et se demander si l’homme au lieu de « descendre du singe », n’en serait pas tout bonnement un lui même, la 183ème espèce, selon Desmond Morris.

Or, à quoi sert l’odorat ? A beaucoup de chose : entre autres à sentir venir le feu, à reconnaitre l’odeur des carnassiers et autres animaux dangereux, à anticiper la présence d’un ennemi potentiel ayant une odeur différente des membres de sa horde, à humer les aliments et à reconnaitre ceux qui sont comestibles par expérimentation et transmission de celle-ci. Mais comme chez tous les mammifères, l’odorat permet aussi de reconnaitre un partenaire sexuel, au mâle d’identifier les périodes de rut des femelles du fait des différences d’odeurs induites par l’imprégnation hormonale. Cela est aussi fort utile pour un mâle isolé, ours, chien ou loup, d’identifier le passage d’un autre animal de son espèce, d’en reconnaitre le sexe et dans certains cas la distance ou il se trouve et quand il est passé et aussi à l’intimider. C’est ce qui s’appelle marquer son territoire, soit par l’urine, soit par la défécation, soit encore par des sécrétions péri anales pour certaines espèces.

Tout cela est facilité par un long museau, des flairs et la position horizontale du quadrupède. Et quand on se retrouve entre animaux, il est plus facile de renifler les partes génitales d’une éventuelle partenaire que lorsque l’on est debout. En se redressant, l’homo erectus est peut-être devenu chaud lapin, si l’on en croit Serge Reggiani, mais il a progressivement perdu en capacités olfactives.

Imaginons maintenant que du fait de l’évolution, du hasard, ou de la volonté divine, si l’on est croyant, que l’homme ait pu développer une civilisation avec langage, écriture et progrès, mais soit resté quadrupède. Hypothèse purement académique, car l’étude des coupes anatomiques de cerveau décrivant la répartition de la sensibilité et de la motricité montrent une hypertrophie des zones concernant la main et plus particulièrement le pouce. C’est la main qui a développé le cerveau chez les hominiens jusqu’à ce qu’il atteigne sa taille actuelle avec l’arrivée de l’homo sapiens. Donc si l’on veut rester totalement scientifique et rationnel, on doit admettre que la position bipède est à l’origine du progrès. Mais rêvons un peu et laissons nous aller à une éventualité de civilisation quadrupède. Dans le domaine de la littérature, Jonathan Swift y avait déjà pensé en imaginant un lieu où les être censés et doués de raison seraient des chevaux, les Houynmns, et les être inférieurs et frustres des humains, les Yahoos. Mais l’auteur irlandais des voyages de Gulliver avait aussi de l’imagination dans le domaine sexuel. La fille du roi des Géants utilisant le héros du roman comme une sorte de godemiché et l’incommodant du fait de la puissance de ses odeurs corporelles.

Restons donc dans l’hypothèse d’un quadrupède doué d’une raison supérieure capable d’inventer une civilisation. Et là, on voit que le bat blesse. Car même avec l’invention des vêtements ne laissant pas le cul à l’air, on peut mal imaginer l’existence du métro et encore moins du RER, avec des passagers entassés ayant le nez au niveau des organes génitaux des autres voyageurs. Certains proposeront la solution islamiste de wagons séparés pour hommes et femmes, comme dans le métro du Caire, mais c’est faire fi de l’homosexualité qui mettrait certains voyageurs dans une situation embarrassante. Car l’homosexualité n’est pas l’apanage du bipède dans la nature.

Par contre la position debout permet une plus grande imagination et multiplie les possibilités de varier les plaisirs dans l’accouplement. Les Bonobos, qui sont plus souvent en position érigée avant d’être en position érectile se permettent quasiment toutes les prouesses des humains. Et n’ayant été évangélisés, ils n’ont ni a priori ni aversion pour celle du missionnaire, mais ils en pratiquent bien d’autres car la bipédie n’empêche en rien le face à face.

Mais continuons sur la lancée de l’hypothèse quadrupède. En admettant que la main ait pu s’adapter pour rester un organe de la marche en même temps que de l’écriture, on peut se demander alors comment réussir à draguer au bureau en étant à quatre pattes. Disons tout de suite que cette position aurait tout de même l’avantage de permettre des fellations, cunnilingus et autres travaux d’approche à l’écart de regards indiscrets, le mobilier de bureau faisant office de hautes herbes, comme au bon vieux temps de la savane. Il serait aussi plus facilement admissible et fréquent de mordre la nuque de sa partenaire pendant l’acte sexuel comme le font les grands félins. Par contre, les tentatives de copulation verticale dans les toilettes d’un train ou d’un avion seraient beaucoup plus hasardeuses.

Curieusement, la position quadrupède limiterait si ce n’est supprimerait la pédophilie, car ayant une sexualité encore très liée à l’odorat, ce qui n’est plus beaucoup le cas à présent, l’individu éprouvant un désir sexuel rejetterait immédiatement l’impubère à l’odeur, faute d’imprégnation hormonale suffisante. Il ne s’accouplerait qu’avec des partenaires sexuellement matures, ce qui éviterait toutes les arguties juridiques actuelles de l’affaire Polanski à celle des footballeurs. Ainsi l’âge légal autorisant les rapports sexuels serait calqué sur la maturité physiologique. Des quadrupèdes pourraient donc se renifler la verge ou la vulve au bureau, dans le bus ou l’ascenseur entre adultes consentants sans avoir recours au Club Méditerranée ou aux clubs échangistes et autres boites à partouze.

On peut bien évidemment imaginer tout une série d’attitudes et de comportements totalement modifiés par la position à quatre pattes, tant au niveau sexuel que social. Mais, là, il faudrait tout un volume pour en venir à bout.

Cela dit, notre statut de bipède ne nous empêche pas de réutiliser notre odorat à des fins sexuelles. Nous en avons encore l’instinct ancré au plus profond de nous. Mais notre mode de civilisation, finalement assez récent, il date tout au plus de 7 à 8000 ans, nous a fait oublier l’utilisation de notre nez. En théorie, rien ne nous interdit de nous en servir à nouveau. Hélas, et il ne s’agit pas uniquement de sexualité, le désir de se comporter comme nos semblables nous incite trop souvent à l’autocensure et à rentrer dans le rang des bien-pensants.


Moyenne des avis sur cet article :  3.19/5   (31 votes)




Réagissez à l'article

25 réactions à cet article    


  • PhilVite PhilVite 21 juillet 2010 13:04

    Cette partie des voyages de Gulliver m’avait échappée. Damned, quelle aventure !  smiley


    • Dominitille 21 juillet 2010 14:14

      Georges Yang marche sur la tête !


      • Georges Yang 21 juillet 2010 16:28

        Non, c\est une histoire sans queue ni tete pour se mettre en jambes


      • norbert gabriel norbert gabriel 21 juillet 2010 15:20

        «  »Un article sur la pulsion érotique du wallaby serait à la fois trop élitiste et trop confidentiel.«  »

        mais néanmoins fort instructif, voire suggestif ?? pour ranimer les libidos assoupies, allez, c’est un devoir d’utilité publique , n’hésitez pas.


        • norbert gabriel norbert gabriel 21 juillet 2010 15:24

          Pour résumer, le quadrupède est passé à la station debout pour copuler en position couchée, voilà l’histoire de l’humanité.


          • Radix Radix 21 juillet 2010 16:09

            Bonjour

            La principale évolution, si l’homme était resté quadrupède, c’est que nos vélos auraient quatre pédales et pas de guidon !

            De quoi aller rapidement dans le mur... On en aurait gagné du temps !

            Radix


            • Marc P 21 juillet 2010 16:15

              Mais où va t il chercher tout ça ???

              Ajoutons que selon certaines hypothèses, c’est la bipédie qui en modifiant le port de la tête a permis le développement du larynx et l’accès à la parole. S’ils en étaient privés cela pénaliserait à n’en pas douter y compris à de chauds lapins...... Peut être « la nature » a t elle du choisir en un odorat développé et la maîtrise de la parole, qui sait ?

              Si notre odorat était plus développé, n’est il pas à craindre que bien souvent nous nous sentions agressés par les odeurs imperceptibles à notre odorat défaillant.... On risquerait même de cauchemarder en se les remémorant ce qui est à peu près impossible à un homme contemporain.

              La théorie de l’homme qui se redresse en quittant les arbres a pris un peu de plomb dans l’aile depuis que la séparation du continent de part et d’autre du rift n’explique plus l’évolution des hominidés...

              Enfin je ne savais pas qu’au Caire ils pratiquaient les wagons sexués, par contre je le savais pour Tokyo...

              Incroyable ce Yang quand même et d’une lecture très divertissante...


              • Georges Yang 21 juillet 2010 16:33

                J\aime bien la photo, de quoi devenir erectus pour de bon


                • rocla (haddock) rocla (haddock) 21 juillet 2010 16:35

                  Ceux qui comprennent pas Yang c’ est des bi-bêtes  smiley


                  • eugène wermelinger eugène wermelinger 21 juillet 2010 16:40

                    Et ben mon Georges, yang’a qui en ont appris des trucs !!!



                    • antonio 21 juillet 2010 17:39

                      AH ! M Yang, il faut éradiquer tout ce qui rappelle notre animalité, donc BANNIR les odeurs corporelles ! celle des pieds, j’ai rien contre ( nos voutes plantaires ne sont pas toutes égales devant la macération !) mais pour le reste : voyez la foultitude de déodorants qui paradent sur les étagères des supermarchés ; il faut sentir bon mais surtout pas l’humain. Ils sont tous plus performants les uns que les autres et choisir est difficile.
                      Depuis quelques années, l’homme est aussi « une femme comme les autres » et à lui aussi les déodorants aux formes plus phalliques les unes que les autres.

                      Ajoutez à cela les parfums, les eaux de toilette, les produits-douches aux vertus les plus diverses ( il en est qui sont anti-stress !), les bains moussants, etc...

                      Les prix ne sont pas donnés ; bref, pour parler vulgairement, je dirai que les industriels de l’hygiène, de la beauté se font des c....... en or !

                      Dans les appartements et maisons, c’est pareil : il faut DEODORISER d’où là encore bien des produits proposés. Ca doit sentir le muguet, la violette ou autres parfums plus exotiques les uns que les autres mais surtout PAS les odeurs de cuisine !
                      Combien de femmes ne font jamais ni frites, ni poissons, ni choucroute, ni choux-fleurs,ni soupe à l’oignon, ni terrines A CAUSE de l’odeur ( j’ai dit les femmes ; certes , il est des hommes qui cuisinent et j’en connais ; mais je ne veux pas ouvrir le débat. De plus, avec le « prêt à manger » beaucoup d’humains ne savent plus cuisiner.)

                      Finalement, nous sentons tous la même chose et bien des cuisines se ressemblent par l’absence d’odeurs. Formatage, formatage...

                      Mais restons optimistes : on peut encore « lever le nez », se trouver « nez à nez », «   » parler du nez « , on peut dire » à vue de nez « ,  » avoir du nez « ...

                      Mais SURTOUT, quand on a  » quelqu’un dans le nez « , il ne faut pas » BAISSER LE NEZ " !


                      • Georges Yang 21 juillet 2010 20:19

                        J’avais deja ecrit sur la puanteur et sur les deodorants


                      • Fergus Fergus 21 juillet 2010 17:44

                        Salut, Georges.

                        Intéressantes réflexions sur les différents aspects du lien entre sexe et bipédie. Cela dit, si le sexe est important dans la vie d’un individu, il ne l’est peut-être ni plus ni moins que les arts de la table ou l’échange des idées. Et je trouve cela très bien car rien ne me semble plus stupide que les ricanements imbéciles ou les plaisanteries stupides sur les carences véritables ou supposées de telle ou telle personne en matière de performances sexuelles.

                        La principale qualité d’un homme n’est en aucun cas dans la longueur de son pénis ou la durée de ses pénétrations !


                        • Georges Yang 21 juillet 2010 20:16

                          Remarquez Fergus que je ne parle pas de performance, mais d’evolution des especes
                          Cela dit, des quadrupedes evolues auraient developpe d’autres manieres de table


                        • Lisa SION 2 Lisa SION 2 21 juillet 2010 18:22

                          Bonjour GeeWhy,

                          je me demande si c’est pas dans le singe nu que j’ai pu lire la phrase suivante : « l’homme moderne a un comportement sexuel digne du singe en captivité » De quoi réfléchir à notre condition.

                          Dans un autre article du site, j’avais noté cette autre phrase intéressante. La femme qui veut séduire immanquablement un homme doit humecter son cou, c’est à dire près de l’endroit où celui-ci va l’embrasser, d’un peu de sa sécrétion vaginale. Pour finir et mettre un dernier coup de pied de nez à la première fortune de France, entièrement due à la luxure factice des femmes et leur goût prononcé pour les produits de beauté à base de mort de bébés phoques, le jt de fr2 montrait hier comment le peuple plein de bon sens se badigeonne d’huile d’olive sur les plages...


                          • silversamourai silversamourai 21 juillet 2010 20:51

                            Bonjour,

                            n’oublions pas que notre cerveau compense largement l’affaiblissement de notre sens olfactif  :
                            « elle ne porte rien
                             d’ autre qu’un peu
                             d’essence de Guerlain
                             dans les cheveux »

                            Au vu du chiffre d’affaire de la parfumerie,
                            à travers les âges et les contrées,
                             nous sommes nombreux à rejeter
                            la senteur unique...

                             


                            • Halman Halman 21 juillet 2010 21:58

                              "C’est la main qui a développé le cerveau chez les hominiens jusqu’à ce qu’il atteigne sa taille actuelle avec l’arrivée de l’homo sapiens."

                              Non, c’est la vue qui a développé le cerveau depuis que nous étions de simples mamifères nocturnes à l’époque des dinosaures.


                              • Icopas 21 juillet 2010 22:44

                                ouais bon, quadrumane et en plus avec une queue préhensile les neurones auraient dû frétiller et le passage à une bêbete bipédie adaptée à la marche aboutir à une involution...

                                des scénarios sur l’intelligence matraqués régulièrement ressortent plus du réflexe que de la démonstration et conduisent plus à un réflexe pavlovien qu’un acquis raisonné dans toutes nos belles histoires.

                                Si nos ancêtres primates étaient arboricoles on peut penser qu’il est possible que la verticalité ils l’aient eu d’abord dans les arbres et que la descente vers le sol ait amené logiquement à une tendance importante à la bipédie pour une partie.
                                Avec des difficultés liées aux problèmes d’un appareil squeletto-musculaire pas construit au départ pour des déplacements longs. Mais le scénario d’un redressement progressif de la quadrupédie vers la bipédie parait difficile .


                                • herbe herbe 22 juillet 2010 09:17

                                  Article original ! j’aime ...

                                  Voici quelques chemins de traverse pour continuer la balade (blog féminin iconoclaste, prudes s’abstenir ...) :

                                  http://sexes.blogs.liberation.fr/agnes_giard/2010/07/ca-ne-sent-pas-que-la-rose-mon-amour.html

                                  http://sexes.blogs.liberation.fr/agnes_giard/2008/01/un-parfum-de-va.html

                                  http://www.vulva-original.com/de/


                                  • Georges Yang 22 juillet 2010 10:33

                                    J’adore le lien sur les odeurs d’accident, l’anti 5 de Chanel !


                                  • Georges Yang 22 juillet 2010 10:53

                                    Peu de commentaires, et pourtant je fais tout pour que l’on pense a autre chose que Woerth et les banlieues
                                    A une epoque, ce site etait totalement intoxique par HADOPI
                                    Decidement, il existe des effets de mode


                                    • Mmarvinbear Mmarvinbear 22 juillet 2010 12:03

                                      "Curieusement, la position quadrupède limiterait si ce n’est supprimerait la pédophilie, car ayant une sexualité encore très liée à l’odorat, ce qui n’est plus beaucoup le cas à présent, l’individu éprouvant un désir sexuel rejetterait immédiatement l’impubère à l’odeur, faute d’imprégnation hormonale suffisante." : Même pas... Les bonobos n’ont aucun tabou même à ce sujet...


                                      • Mmarvinbear Mmarvinbear 22 juillet 2010 21:50

                                        Il y a un passage dans les « vies des 12 Césars » de Suétone... Il y décrit Néron (je crois...) comme ayant coutume de nager nu avec des petits garçons qu’il laissait aller entre ses jambes...

                                        D’un autre coté, il n’aimait pas Néron. Allez savoir s’il n’en a pas rajouté...


                                      • T.REX T.REX 22 juillet 2010 12:12

                                        Mon cher Yang,

                                        Quand vous écrivez « entre adultes consentants » c’est avec jeu de mots ou non ? 

                                        Car chez vos humains quadripèdes on devrait dire : « entre adultes sentant le con ! » 

                                        Vos hypothèses ne tiennent pas la route car vous projetez des quadripèdes dans un monde conçu pour des bipèdes, par exemple des humains à quatre pattes n’utiliseraient pas un bureau comme vous le dites pour travailler, c’est inadapté ! Ou les bureaux comme le métro et tout le reste auraient une autre forme.

                                        Je ne sais d’ailleurs pas plus que vous laquelle ! Cela montre la limite de notre imagination de Bipède. Il faudrait vivre quelques mois à quatre pattes pour réimaginer le monde ! Bon moi je préfère aller me coucher ....de préférence avec la sauvageonne de la photo d’illustration. 

                                        Restons Yin Monsieur Yang !

                                         

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires