• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > Joe Dassin et le romantisme français

Joe Dassin et le romantisme français

« Et si tu n’existais pas,
Dis-moi pourquoi j’existerais
Pour traîner dans un monde sans toi
Sans espoir et sans regret. »
(Joe Dassin, Pierre Delanoë et Claude Lemesle, 1975).

Il y a quarante ans, le 20 août 1980 à l’heure du déjeuner, le chanteur français Joe Dassin s’est écroulé d’une crise cardiaque à Papeete qu’il avait rejoint pour quelques jours de vacances après une année de tournée éreintante (il avait eu sa première crise cardiaque le 1er avril 1969). Il n’avait que 41 ans (né le 5 novembre 1938 à New York) et, étrangement, il a été enterré discrètement le 31 août 1980 dans un cimetière juif de Los Angeles, très loin de ses "adorateurs-trices" français(es : j’inclusive ici au féminin car cela a du sens). Sa famille, qui était américaine (son père, Jules Dassin, né en 1910 et mort en 2008, était un cinéaste américain), avait dû s’inquiéter de ces fans qui pouvaient perturber le recueillement des proches (Johnny Hallyday a suivi ce même genre de "finitude" à Saint-Barthélémy).

Joe Dassin était aussi un citoyen américain, car né aux États-Unis et il a passé son enfance aux États-Unis (à Brooklyn puis Los Angeles) avant d’atteindre, à l’âge de l’adolescence, la Grande-Bretagne, l’Italie, la Suisse et …Grenoble (où il a passé le baccalauréat avec mention), le père tournant en Europe pour fuir le maccarthysme. Il retourna faire ses études supérieures aux États-Unis (il y décrocha un master en ethnologie) et avait envisagé de consacrer sa vie à l’écriture. Fan de Boby Lapointe et de Georges Brassens, il s’achemina vers une carrière de chanteur un peu par "hasard" en 1964.

Le français n’était donc pas sa langue maternelle, ce qui peut se confirmer par un très (très) léger accent dans ses chansons. Bien que d’origine américaine, Joe Dassin fut l’un des meilleurs porte-parole de la culture française dans le monde, avec la vente de plus de 50 millions de disques, dont 17 en France, et il fait partie de ces artistes disparus (comme Claude François) qui continuent à vendre bien après leur mort (en 2010, il était en quatorzième position des chanteurs ayant le plus vendu de disques en France !). Il suffit d'ailleurs de voir les audiences sur Youtube pour en prendre la mesure (plusieurs dizaines de millions de vues, parfois plus d'une dizaine de milliiers de commentaires...).

Toujours étrangement, je me suis mis à apprécier beaucoup Joe Dassin… en Russie. Il faut dire que beaucoup de Russes adorent l’écouter, comme Édith Piaf, comme Patricia Kaas, entre autres. En fait, pas si étrange que cela, pas étonnant que les Russes l’apprécient parce que Joe Dassin, effectivement, a un vrai fond slave : son grand-père Samuel Dassin était originaire d’Odessa et a émigré aux États-Unis.

Malgré les immenses succès qu’il a eus, Joe Dassin a aussi connu des périodes difficiles, de reflux de succès parfois (puis de rebondissement avec de nouveaux "tubes") et des périodes noires comme la consommation de drogues (il a même été arrêté par la police en 1977) : « Il a brûlé la chandelle, tiré la corde jusqu’à ce qu’elle cède. Je me souviens lui avoir dit, au moment de notre séparation [en 1976], que s’il continuait ainsi, il ne serait plus de ce monde dans cinq ans… Mais c’était son choix. Et je le respecte. Joe reste l’homme de ma vie, et la seule preuve d’amour, c’est de comprendre les gens. À un moment, il a voulu que j’ouvre la porte pour qu’il puisse s’envoler. ». Ces mots sont de sa première femme Maryse le 17 novembre 2014. Sa seconde femme, Christine, mère de ses deux enfants (orphelins très tôt), est morte en 1995 à 45 ans.

Il y a des météores dans certaines existences, et il n’aurait pas été inimaginable que Joe Dassin fût encore de ce monde à l’âge de 81 ans. Ses chansons, elles, continuent toujours à inonder et à enchanter le monde… En voici quelques-unes, trouvées sur l’Internet.



1. "Guantanamera" (Joe Dassin et Jean-Michel Rivat) en 1966






2. "Les Dalton" (Joe Dassin, Jean-Michel Rivat et Frank Thomas) en 1967






3. "Le petit pain au chocolat" (Joe Dassin et Pierre Delanoë) en 1968






4. "Siffler sur la colline" (Joe Dassin, Jean-Michel Rivat et Frank Thomas) en 1968






5. "Les Champs-Élysées" (Joe Dassin et Pierre Delanoë) en 1969






6. "C’est la vie, Lily" (Joe Dassin et Pierre Delanoë) en 1969






7. "L’Amérique" (Joe Dassin et Pierre Delanoë) en 1970






8. "Taka takata" (Joe Dassin, Al Verlane, Richalle Dassin et Claude Lemesle) en 1972






9. "Salut les amoureux" (Joe Dassin, Richelle Dassin et Claude Lemesle) en 1972






10. "Et si tu n’existais pas" (Joe Dassin, Pierre Delanoë et Claude Lemesle) en 1975






11. "Ça va pas changer le monde" (Joe Dassin, Pierre Delanoë et Claude Lemesle) en 1975






12. "Salut" (Joe Dassin, Pierre Delanoë et Claude Lemesle) en 1975






13. "L’Été indien" (Joe Dassin, Pierre Delanoë et Claude Lemesle) en 1975






14. "Il était une fois nous deux" (Joe Dassin, Pierre Delanoë et Claude Lemesle) en 1976






15. "À toi" (Joe Dassin, Jean Baudlot, Pierre Delanoë et Claude Lemesle) en 1976






16. "Blue Country" (Joe Dassin, Pierre Delanoë et Claude Lemesle) en 1979






Aussi sur le blog.


Sylvain Rakotoarison (18 août 2020)
http://www.rakotoarison.eu


Pour aller plus loin :
Joe Dassin.
Zizi Jeanmaire.
Suzy Delair.
Jean Ferrat.
Juliette Gréco.

_yartiDassinJoe02

 


Moyenne des avis sur cet article :  1.21/5   (14 votes)




Réagissez à l'article

12 réactions à cet article    


  • In Bruges In Bruges 19 août 17:08

    On a des nouvelles du chat, honteusement retenu de force par Dassin sur la photo du bas ?

    Je faxe aussitôt à BB.


    • Septime Sévère 19 août 17:37

      Merci, et pour demain j’espère Sheila. 


      • Germain de Colandon 19 août 20:40

        @Septime Sévère

        Et moi, Dario Moreno !


      • ETTORE ETTORE 20 août 09:06

        Allez Rakoto.....bientôt les Frères Jacques !


        • Surya Surya 20 août 14:50

          Je lis les commentaires et je n’en reviens pas ! Ce que les gens peuvent être négatifs et grincheux sur Agoravox ! Dites ça vous arrive d’être un minimum heureux et de bonne humeur ?

          Ce site est en train de devenir franchement déprimant, alors heureusement qu’il reste encore des auteurs comme Sylvain Rakotoarison pour publier des articles sympas comme celui là. Ça me rappelle un peu l’époque foldingue agoravoxienne, il y a une bonne douzaine d’années, où on publiait des playlists l’été. J’aurais presque envie de dire que c’était le bon temps, et l’ambiance sur le site était alors bien différente...

          J’adore Joe Dassin, il avait une pêche pas possible, et je continue à l’écouter très règulièrement. J’aime toutes les chansons que vous avez mentionnées, plus d’autres, comme « Dans les yeux d’Emilie » par exemple (surtout le refrain), que je trouve superbe.

          C’est très bien qu’il ne soit pas oublié.


          • ETTORE ETTORE 20 août 19:31

            Surya 2

            Je lis les commentaires et je n’en reviens pas ! Ce que les gens peuvent être négatifs et grincheux sur Agoravox ! Dites ça vous arrive d’être un minimum heureux et de bonne humeur ?

             

            Mais on l’est, Surya, on l’est !

            Rien à voir avec Joe Dassin, .....comment dire.....C’est juste que sa « nécrologie » présentée par Rakoto ( ou un des scribes, tant la variété des thèmes et des opinions est pléthore) que le poids de ses articles passés, résonnent encore et se cumulent à chaque parution.

            Tenez.....C’est comme si vous mettiez une pièce dans un jukebox Wurlitzer, et que ce dernier, ne vous délivre qu’une canette de boisson...... pas fraiche.


            • Surya Surya 21 août 12:06

              @ETTORE
              .
              Mais je le sais bien que ça n’a rien à voir avec Joe Dassin lui même. Les commentateurs qui n’apprécient pas un auteur n’ont qu’à pas aller lire ses articles, c’est tout. Je ne vois pas l’intérêt de se pointer sur un article pour critiquer l’auteur, encore moins pour s’acharner systématiquement sur lui chaque fois qu’il publie quelque chose, et lui demander d’arrêter d’écrire tel ou tel type d’articles (par exemple les hommages).
              .
              Laissez Sylvain Rakatoarison écrire des hommages s’il en a envie, personnellement non seulement ça ne me dérange pas, mais ça me permet souvent de me rafraîchir la mémoire sur un artiste, une personalité politique... Franchement, j’apprécie vraiment.
              .
              Ce qui me gêne par contre, c’est l’obcession d’un sujet unique, ou presque unique, n’exagérons pas non plus, traité, dans 3 articles sur 4 et dans des flots de commentaires, par toute la communauté d’Agoravox pendant un certain laps de temps, le plus souvent des semaines, si ce n’est des mois.
              En plus tous les autres media (les « officiels », comme ils sont appelés par les Avoxiens, sans parler d’un autre terme que je suis trop polie eheu eheu pour citer) ne traitant également que de ça, c’est l’overdose et l’indigestion assurée.
              .
              Ce qui me gêne aussi, c’est l’attitude négative et pessimiste, grincheuse et râleuse de la plupart des commentateurs (et de beaucoup d’auteurs...) sur... tout. Et c’est de ça dont je parlais hier. Ils ne voient que le verre à moitié vide. Et ceux qui bougonnent en permanence sur la société telle qu’elle est ne proposent jamais aucune solution. Ils ne font que bougonner. 
              .
              Une des choses que j’apprécie chez Sylvain Rakatoarison, c’est qu’il ne ronchonne jamais, et il a une attitude positive (me semble-t-il) sur les sujets qu’il traite dans ses articles.
              .
              Voilà, j’en ai fini avec ce long commentaire pour expliquer pourquoi ce site est devenu, au fil des ans, déprimant. 


            • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 21 août 12:19

              @Surya

              Bonjour. En total accord sur l’ensemble de votre commentaire. Bises


            • Surya Surya 21 août 13:13

              @Aita Pea Pea
              Bises à vous too, et mes excuses à l’auteur pour avoir, et par deux fois en plus, fait une faute d’orthographe dans son nom de famille. 


            • totof totof 21 août 04:50

              Je me souviens quand Dassin est mort, j’étais gamin et, vraiment, ça a provoqué une grande joie en moi parce que ce mec allait cesser de polluer l’atmosphère avec ses chansons débiles.


              • Cela me rappelle surtout qu’à une certaine époque nous (pas moi) étions vraiment naïfs....J’espère que l’actuelle nous ouvrira les yeux. Enfin, cela ne mange pas de pain...même au chocolat. 


                • Pierre 1er septembre 12:49

                  Pauvre romantisme, pauvre France...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité