• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > L’islam à la conquête de l’Occident par Jean-Frédéric (...)

L’islam à la conquête de l’Occident par Jean-Frédéric Poisson

Jean-Frédéric Poisson est le président du Parti chrétien-démocrate. Ancien député, élu local, il a présidé la commission d’enquête parlementaire sur les moyens de Daech, et piloté les travaux de la commission des lois sur l’état d’urgence. Avec ce nouvel ouvrage, il analyse en détail un document stratégique, adopté par de nombreux Etats musulmans à l’automne 2000, qui vise « à installer à la place de la société occidentale déclinante une civilisation de substitution, l’islam, seule religion susceptible de rendre les hommes heureux  ».

L’auteur pose un constat que nous relevons : « Il est nécessaire de marteler que l’islam ne se conçoit pas autrement que global. Sa revendication n’est ni seulement spirituelle, ni seulement juridique, ni seulement éthique, ni seulement politique : la revendication de l’islam est la charia tout entière, c’est-à-dire la mainmise sur tous ces éléments à la fois.  » Il prend le soin de préciser son propos : «  Dans le cadre de la charia, il est évidemment interdit de critiquer l’islam de quelque façon que ce soit, sauf à se retrouver, comme l’ont été d’innombrables intellectuels, journalistes, opposants politiques, clercs d’autres religions, emprisonné ou exécuté.  » Poisson écrit avec beaucoup de justesse « que le seul fait de traiter la question du droit ou non de critiquer l’islam dans un pays occidental, où en principe la liberté de penser, de croire et de s’exprimer est garantie par la Constitution, constitue une reculade à l’égard de cet Islam global. »

Dans le même ordre d’idées, l’auteur rappelle un fait politique relativement occulté par les médias dominants : « Le maire du Havre, aujourd’hui Premier ministre, a décidé de jeter à la poubelle huit mille portions de mousse au chocolat qui devaient être servies dans les cantines municipales, au motif que cette mousse était préparée à base de gélatine contenant du porc.  » A l’heure où les pouvoirs publics nous martèlent constamment un message écologique et érigent la lutte contre le gaspillage alimentaire comme une priorité, sans oublier les 5 à 9 millions d’individus qui, sur le territoire national, vivent sous le seuil de pauvreté (1), cette décision s’apparente à un véritable scandale. Il existe néanmoins un autre aspect - probablement plus important - sur lequel Poisson insiste : « Cette décision de pur renoncement n’a qu’une seule signification : une capitulation pure et simple devant la pression exercée par certains membres de la communauté musulmane, au mépris des règles en vigueur dans les écoles républicaines. » Il ajoute même qu’ « une décision de cette nature n’a qu’un effet, encourager les revendications identitaires et les conforter, en faisant preuve en l’espèce d’une forme de naïveté dangereuse - ou du moins d’une confiance exagérée. »

Au sujet du fameux documentqui est le cœur de l’étude proposée par Poisson, nous lisons avec intérêt : «  Il y a un quart de siècle, les organisations islamiques internationales entamaient une réflexion stratégique destinée à clarifier leur rôle et leurs objectifs à l’égard des communauté musulmanes occidentales. Cette réflexion stratégique devait aboutir à l’adoption et à la publication d’un texte intitulé ‘Stratégie de l’action culturelle islamique à l’extérieur du monde islamique’.  » Poisson propose d’en retracer l’histoire et les intentions.

Il mentionne souvent l’ISESCO : Islamic for Education, Science and Culture Organisation (2). Celle-ci indique sur son site le contexte ou les origines de sa création : «  L’idée avait germé dans l’esprit des dirigeants, des leaders et des pionniers de la renaissance de l’aube du réveil du monde islamique.  » En définitive, et comme l’explique l’auteur, « il s’agissait de donner corps à l’un des objets de la solidarité islamique.  » Lire la Chartede cette organisation, pour comprendre et connaître ses objectifs, relève d’un impératif majeur. La conviction des fondateurs de l’ISESCO établit que « l’islam, religion de paix, de tolérance et d’ouverture, représente un mode de vie et une force spirituelle, humaniste, morale, culturelle et civilisationnnelle, et qu’il a apporté et continuera d’apporter une contribution constructive et essentielle à l’édification du monde islamique et au progrès de la civilisation humaine. »

Très concrètement, comme le prouvent les passages rapportés par Poisson, « la charte fondatrice de l’ISESCO, tout comme la charia, puise son inspiration dans le cadre exclusif de la culture islamique, dont la propagation est également la seule finalité.  » Le texte se poursuit dans le même esprit, en indiquant que « l’ISESCO soutiendra toutes les organisations islamiques, officielles ou non, publiques ou non dans le monde entier. La condition est qu’elles adoptent comme cadre d’action le référentiel civilisationnel islamique, qu’elles s’attachent à promouvoir le vrai Islam et l’identité islamique, dans l’intention de soutenir les musulmans établis en dehors du monde islamique. »

Le commentaire de la « Stratégie  » ne laisse aucune équivoque : « la question centrale de [cette organisation] est comment faire progresser la charia en Europe ? Et non pas comment aider les musulmans occidentaux à mieux vivre leur foi au quotidien. » Poisson précise, en se basant sur ces documents, que « l’islam a [ainsi] le devoir de protéger ses enfants là où ils sont en fragilité, et, dans le même temps, de former ces mêmes enfants à user des faiblesses et bénéficier des services et des opportunités offerts par les civilisations adversaires pour renforcer leur présence et leur domination. En fait la présence et la domination de l’Oumma. »

Le plus surprenant reste que « finalement, l’ambition de ce document n’est pas si cachée que ça. Il s’agit de profiter de la sécularisation des sociétés occidentales et de la faiblesse qui en découle pour implanter l’islam, le propager petit à petit, et le proposer à la fin du compte comme un nouveau modèle social. Les auteurs du document - en fait les Etats musulmans - considèrent que les communautés musulmanes occidentales doivent profiter intelligemment de la période difficile de transition que traverse l’Occident. Ou plutôt, puisque celui-ci semble sorti du christianisme sans avoir trouvé une colonne vertébrale de substitution, il est nécessaire d’en profiter pour faire de l’islam le nouvel horizon de l’Occident ». Poisson en tire subséquemment la conclusion logique que «  le passage consacré à la fixation des communautés islamiques à l’extérieur du monde islamique est révélateur de cette volonté de tirer avantage de cet état du monde occidental  ».

L’interrogation que nous pouvons légitimement nous poser est : pourquoi en venir à commenter ce document ? Poisson répond que sa volonté consiste à « alerter les responsables politiques occidentaux. Il est de bonne politique, au moins à titre d’information, de s’interroger sur les stratégies des grandes organisations internationales. Lorsque cinquante-sept Etats musulmans (arabes ou non) prennent la peine, sur une durée de presque vingt-cinq ans, d’élaborer une stratégie d’action destinée aux pays dans lesquels nous vivons, la moindre des choses est d’en prendre connaissance, de manière détaillée et finie, et d’en tirer les conséquences et conclusions pratiques.  » De fait, il demeure important d’étudier ce document stratégique, car à ce jour il reste « inconnu, ou en tout cas fort peu connu de l’opinion publique et des responsables politiques français. »

Rappelons encore une fois qu’il s’agit d’un texte officiel, qui « émane des instances représentatives par excellence du monde musulman. Il a été élaboré par les organes les plus officiels et les plus élevés des organisations qui rassemblent ces Etats.  » N’oublions pas de citer l’OCI (Organisation de la Coopération Islamique) qui s’est donné « pour objectif de faire entrer la sphère des états arabes musulmans dans le concert international ».

Ainsi, l’intention de Poisson se dévoile avec une lucide transparence dans son ouvrage : face à ce document, «  l’importance de son contenu, son orientation délibérément et foncièrement pratique et concrète, le fait qu’il constitue un véritable plan d’action destiné à tous les responsables associatifs musulmans implantés en Occident requièrent de porter à la connaissance du grand public ce texte fondateur, et d’en expliciter les déclarations, les intentions et les non-dits  ».

La « Stratégie » indique clairement le chemin que suivent les communautés musulmanes installées en Europe : « Par réaction à la pression laïciste ressentie par les musulmans, il est nécessaire de renforcer l’attachement des jeunes aux principes de leur foi, à l’authenticité de la religion, et spécialement à la présence de cette expression dans l’espace public. C’est un devoir essentiel de sauvegarder l’identité culturelle islamique, pour lutter contre tout ce qui unit à la foi elle-même, et à l’attachement à l’islam.  » Comment mettre cela en pratique ? Deux sortes d’actions sont dévoilées : « la première est le renforcement des caractères culturels de la communauté musulmane et l’affirmation de l’attachement à l’identité islamique. La seconde est l’éducation des musulmans occidentaux. C’est un objectif stratégique de leur inculquer les principes et les fondements même de la culture islamique. »

Il est plus que pénible de voir des musulmans se plaindre constamment de leurs conditions de vie dans les pays occidentaux où ils ont choisi de venir s’installer, ou de rester. Nous rejoignons l’auteur quand il écrit : «  Après tout, puisque les musulmans occidentaux sont si mal traités dans leurs pays hôtes, pourquoi les pays musulmans n’engageraient-ils pas un grand plan d’accueil des musulmans occidentaux dans les pays musulmans ? » Au niveau des individus, chaque musulman se sentant opprimé sur le Vieux Continent pourrait, par lui-même et sans coercition, envisager une migration dans son pays d’origine ou dans un autre pays musulman. J’en connais qui ont agi en ce sens, mais ils sont vraiment trop peu nombreux. Cependant, certains chefs d’Etat ne donnent pas le bon exemple en venant recevoir des soins en France…

Nous savons pourtant que de nombreux pays musulmans ne sont pas avares de critiques envers les pays européens au sujet du « sort réservé » à leurs coreligionnaires. Comme si ces derniers subissaient quotidiennement des lois discriminatoires et des ratonnades. Ces accusations frisent le ridicule, la mauvaise foi, et surtout l’incohérence, comme le dit très bien Poisson : « Ces accusations lues sous la plume de représentants officiels des Etats musulmans sont insupportables, surtout lorsqu’on connaît la manière dont ces Etats eux-mêmes traitent les étrangers qui séjournent sur leur sol. Des pays qui réinventent chaque jour l’esclavage moderne en exploitant les travailleurs étrangers, pour ne citer que cet exemple, seraient bien inspirés de s’astreindre au silence. »

L’auteur énonce que « le sentiment d’appartenance à l’Islam transcende lui aussi toute forme d’autorité ou de vie communautaire autre que musulmane. » Est-ce vraiment choquant ou surprenant que des musulmans désirent se reconnaître dans leur appartenance à l’islam ? Nous ne le pensons pas. De même, les musulmans croient - et ils se trompent là-dessus - détenir la vérité religieuse. Ils souhaitent donc que le monde devienne musulman. N’est-ce pas une des suites logiques de leur foi ? Pour eux, Abraham Père des croyants était musulman ! En réalité quel est le vrai problème : la faiblesse et la nullité des dirigeants européens ou le fait d’avoir en face de soi un islam organisé et conquérant ?

Poisson propose à cet égard une analyse très pertinente et pointue de la «  Stratégie  », mais qui s’en tient malheureusement au cadre républicain. Toutefois, il ne s’arc-boute nullement dans une posture dénonciatrice ou défensive. Pour sortir de l’impasse dans laquelle nous sommes, il propose différentes pistes - certaines intéressantes, d’autres plus contestables -, afin d’essayer d’éviter un affrontement qui nous pend au nez à plus ou moins longue échéance. Il écrit - entre autres - qu’il faut en finir avec l’amalgame qui consiste à penser que le catholicisme et l’islam sont pareils. Selon lui, il convient d’appliquer réellement la loi de 1905 et de la faire évoluer si besoin. Il propose de lutter contre l’islamisation et l’influence néfaste des pays étrangers, tout en renonçant à vouloir organiser l’islam mais en protégeant les réformateurs. Il évoque également le sujet « d’un Concordat pour les musulmans » et veut que ceux-ci abandonnent leur projet de conquête. Il souhaite qu’une critique scientifique et intellectuelle de l’Islam voit le jour sans pour autant le détruire… Vaste programme que chacun sera libre de juger pertinent ou non.

Ce document stratégique est officiel. Il est évident qu’il aurait dû être connu et commenté depuis fort longtemps. Poisson corrige ce manque en étant le premier responsable politique français à le faire connaître dans le détail, afin que chaque Français soit au courant…

Ceci nous remettra bien entendu à tous en mémoire la fameuse Charte islamique universelle des droits de l’homme, en cours de toilettage, qui précise bien ne reconnaître de droits aux hommes et aux femmes que dans le cadre de la charia...

Franck ABED

(1) Chiffré donné par L'Observatoire national de la pauvreté et de l'exclusion sociale

(2) Organisation Islamique pour l’Education, la Science et la Culture


Moyenne des avis sur cet article :  2.19/5   (36 votes)




Réagissez à l'article

54 réactions à cet article    


  • Massada Massada 23 mars 18:21

    Un grand merci à l’auteur de nous faire découvrir ce livre fort interessant.
    Je termine de lire The Operator de Robert O’Neill et ensuite je me mettrai à la lecteur du livre que vous présentez.


    • Arthur S Arthur S 23 mars 18:57

      @Massada

      Tiens, pendant que vous êtes là, je voulais vous demander quelque chose.

      Vous êtes au courant de cette histoire ?

      « Le prétendu groupe sioniste, Mouvement d’action et défense Masada, qui a pratiqué un attentat à la bombe contre une librairie parisienne de l’Organisation de libération de la Palestine (OLP) en octobre 1972 et deux autres attentats à Cannes et à Nice en 1988 avant d’être arrêtés en 1989. Avec ces attentats, ce groupe (en réalité néo-nazi) cherchait à attiser la haine entre les juifs et musulmans de France »

      source


    • Massada Massada 23 mars 19:02

      @Arthur S
       
      Je ne connais pas cette histoire.


    • Arthur S Arthur S 23 mars 19:03

      @Massada

      vous pourriez vous renseigner ?


    • Massada Massada 23 mars 19:33

      @Arthur S

      Désolé ça concerne la France.

      Je vis en Israël et n’ai pas de contacts avec des personnes en France connaissant cette affaire


    • phan 23 mars 20:16
      Le pauvre Jean-Frédéric Poisson s’était fait assassiner (politiquement) pour avoir osé parler des lobbies sionistes aux Etats-Unis. Mais bon, c’était il y a deux ans, c’était la campagne des élections présidentielles, et il s’appelait Poisson… OD

    • JPCiron JPCiron 23 mars 22:39

      @Arthur S

      Bonjour,

      Je suis allé sur votre lien : https://fr.wikipedia.org/wiki/Fausse_banni%C3%A8re


      Si j’ai bien compris, il s’agit d’une stratégie violente d’infiltration « avec faux-nez » (fausse bannière).


      Les terroristes israéliens « avec faux nez » des années 80 se sont aujourd’hui retrouvés « dans les allées du pouvoir » selon le journal israélien HAARETZ : https://www.haaretz.com/israel-news/.premium.MAGAZINE-how-a-group-of-jewish-terrorists-ended-up-in-israel-s-halls-of-power-1.6244028


      Cet autre épisode est aussi cité par votre lien :

      <<

      De 1979 à 1983, les services secrets israéliens mènent une campagne à large échelle d’attentats à la voiture piégée qui tua des centaines de Palestiniens et de Libanais, civils pour la plupart, revendiqués par le « Front pour la libération du Liban des étrangers » (FLLE). Le général israélien David Agmon indique qu’il s’agissait de « créer le chaos parmi les Palestiniens et les Syriens au Liban, sans laisser d’empreinte israélienne, pour leur donner l’impression qu’ils étaient constamment sous attaque et leur instiller un sentiment d’insécurité.  » Le chroniqueur militaire israélien Ronen Bergman précise que l’objectif principal était de «  pousser l’Organisation de libération de la Palestine à recourir au terrorisme pour fournir à Israël la justification d’une invasion du Liban. (source : Rémi Brulin, « Quand Israël créait un groupe terroriste pour semer le chaos au Liban », Orient XXI,‎ 20 juin 2018 (lire en ligne [archive], consulté le 21 juin 2018)

      >>


    • Garibaldi2 24 mars 01:59

      @JPCiron

      https://fr.wikipedia.org/wiki/Affaire_Lavon

      ’’Environ 125.000 juifs sont partis d’Iraq pour Israël vers la fin des années 40 et en 1952, la plupart parce qu’on leur avait menti et qu’ils étaient paniqués des bombes dont j’ai appris qu’elles étaient sionistes. ’’

      ’’J’ai écrit cet article pour la même raison que j’ai écrit mon livre : pour dire au peuple usaméricain, et particulièrement aux juifs usaméricains, que les juifs des pays musulmans n’ont pas émigré volontairement en Israël ; que, pour les forcer à partir, des juifs ont tué des juifs ; et que, pour gagner du temps afin de confisquer toujours plus de terres arabes, les juifs ont rejeté à de nombreuses reprises de véritables initiatives de paix de leurs voisins arabes. J’écris au sujet de ce que le premier Premier ministre d’Israël a appelé le « sionisme cruel. » J’écris à son sujet parce que j’en faisais partie.’’

      Récit complet par Naeim Giladi des opérations sous faux drapeau en Irak.

      http://www.tlaxcala.es/pp.asp?reference=1089&lg=fr


    • JPCiron JPCiron 24 mars 08:47

      @Garibaldi2

      Effectivement.

      Par ailleurs, Alain Cypel (ORIENT XXI) rappelle que «  Le sujet du « transfert » de la population palestinienne hors du futur État juif avait été longuement débattu au Congrès sioniste de Zurich en 1937, or ces débats furent maintenus secrets (ils le sont restés jusqu’aux années 1990). Et lorsque l’épuration ethnique fut mise en œuvre en 1948-1950, elle apparut suffisamment déshonorante aux yeux des dirigeants sionistes pour qu’ils la nient (en accusant les victimes d’être la cause de leur propre malheur).  » (Article « Comment l’occupation a fini d’imposer la mentalité coloniale à la société israélienne  » ORIENT XXI – Alain Cypel – 13 juillet 2017 )


      Après avoir expulsé 700.000 Palestiniens, le plan était de les remplacer par des Juifs « orientaux ».

      Pour ce faire, il y a eu ces actes terroristes en Irak que vous signaliez déjà il y a quelque temps (et que j ’avais intégré à ma note sur Le Sionisme : https://www.agoravox.fr/ecrire/?exec=articles&id_article=209989 )

      Il y a a aussi eu une série d’actions du Mossad au Maroc, pour vider ce pays de ses Juifs et les transférer en Israel. (150.000)



    • Garibaldi2 24 mars 17:16

      @JPCiron

      A lire : https://jssnews.com/2017/01/16/linterview-qui-tue/

      traduction intégrale d’une interview de Benny Morris de 2004 parue dans The Gardian (assortie de quelques commentaires habituels de la part d’un média sioniste !).

      Il y a un article de Wikipedia sur le plan Daleth, plan dont personne ne parle jamais dans nos médias.

      Article sur le départ des Marocains juifs vers Israël :

      http://www.slateafrique.com/90941/maroc-israel-histoire-tumultueuse-des-juifs-marocains

      le documentaire est visible intégralement ici : https://www.youtube.com/watch?v=LcZoLaMvaP0


    • JPCiron JPCiron 24 mars 21:51

      @Garibaldi2

      Merci pour les liens et la grosse vidéo. Je regarderai.

      Dans son interview, le père Morris n’y va pas avec le dos de la cuillère !

      Mais c’est aussi mon intuition... le pire est à venir.

      Déjà, la définition de la nation par Herzl suppose la confrontation à l’infini ;
      < I will give you my definition of a nation, and you can add the adjective « Jewish. » A nation is ...a historical group of men of a recognizable cohesion held together by a common enemy. That is in my view a nation. Then if you add to that the word « Jewish » you have what I understand to be the Jewish nation. ..And the common enemy is the anti-Semite.>

      Et c’est l’état d’esprit du Sionisme (version intégriste) actuel : ils se croient entourés d’ennemis qui veulent leur mort. C’est ce que disent les membres du Gouvernement Israélien quand ils se rendent à l’AIPAC : « Israel is a villa in the jungle ».

      Pour pouvoir accroître le territoire, il faut des conflits. Au besoin par le nucléaire (Merci la France !). Donc, il y aura des conflits. Et les Évangélistes qui attendent leur seconde visite du Messie ont besoin -croient-ils- que l’Etat d’Israel progresse. Le support des USA sera fort pendant encore plusieurs décades.

      Les lobbies pro-Israel sont surpuissant sur les politiciens US, et ils s’attaquent maintenant sérieusement à l’Europe. Déjà, les Etats Européens sont « aux arrêts » : ils causent mais ne bougent pas.


    • JulietFox 25 mars 10:29

      Suite au massacre des athlètes Israéliens en 1973 en Allemagne, le Mossad poursuivit à travers le monde, les responsables, mais se trompa d’individu :

      Le frère du chanteur Chico Bouchikhi, leader des Gipsy Kings, a été assassiné à Lillehammer en Norvège, devant sa famille. Le Mossad l’avait confondu avec Ali Hassan Salameh, suspecté d’être l’un des responsables du massacre de Munich.



    • kader kader 26 mars 07:04

      @Massada
      il s’est fait tapé sur les doigts par la kommandantur, il a compris la leçon, maintenant il s’attaque à l’islam... comme tout le monde.


    • kader kader 26 mars 13:28

      @Massada
      cet article concerne l’Europe alors de quoi tu te mêles ?


    • Clouz0 Clouz0 23 mars 18:57

      "Ceci nous remettra bien entendu à tous en mémoire la fameuse Charte islamique universelle des droits de l’homme, en cours de toilettage, qui précise bien ne reconnaître de droits aux hommes et aux femmes que dans le cadre de la charia...


      Wikipedia :

      La Déclaration des droits de l’homme en islam, adoptée au Caire le 5 août 1990 par l’Organisation de la conférence islamique, est une adaptation particulière de la Déclaration universelle des droits de l’homme aux pays musulmans. Cinquante-sept États l’ont ratifiée.

      Placée sous l’influence de la charia, cette adaptation se traduit notamment par une forte imprégnation religieuse, l’affirmation de la primauté divine, la limitation de la liberté de choisir sa religion et d’en changer, de la liberté d’expression et par l’inégalité des droits entre l’homme et la femme.


      No comment.



      • Gloubi 23 mars 19:38

        C’est à ses fruits qu’on reconnaît l’arbre : où vit-on le plus heureux, le plus libre, dans le dar-el-islam ou dans le dar-el-harb  ?


        • ZenZoe ZenZoe 23 mars 21:34

          Remarquez, de la mousse au chocolat faite avec de la gélatine de porc, il n’ont rien perdu les gamins. Cétait de la daube cette mousse.


          • Montdragon Montdragon 23 mars 21:52

            Mauvais titre :


            L’islam bras armé du millénarisme juif.


            • Attila Attila 23 mars 23:37

              « À l’origine, c’est à la demande de nos alliés que nous nous sommes investis dans la création d’écoles coraniques, de mosquées et dans la propagation du wahhabisme dans le monde musulman »

              « Nos alliés ont exigé de nous que nous utilisions nos ressources pour accomplir cette tâche »

              Les révélations du Prince Mohamed Ben Salmane ont fait le tour du monde, toute la presse arabe en a parlé. Les gouvernements des Etats-Unis ont fait pression sur l’Arabie Saoudite pour qu’elle diffuse son islam radical.

              Si on ajoute le fait que les Frères Musulmans ont été soutenus et financés par la CIA (Lien), il est très clair que ce sont les gouvernements des États-Unis qui ont utilisé l’islam radical pour leurs intérêts. Il s’agissait, au départ, de contrer l’influence de l’Union Soviétique dans les pays arabes laïcs : Égypte, Tunisie, Algérie, Irak, Syrie.

              Révélations de la Secrétaire d’État américaine du gouvernement de Barack Obama, Mme Hillary Clinton devant une Commission d’Enquête Parlementaire, déclaration sous serment :

              « Nous avons recruté des moudjahidines, nous avons dit à des groupes islamistes arriérés en Arabie Saoudite : venez et apportez votre wahhabisme, et nous leur avons donné de l’argent et des armes pour aller se battre contre les soviétiques en Afghanistan. Quand les soviétiques sont partis, nous aussi, les américains, nous nous sommes retirés et nous avons laissé ce pays avec ces groupes islamistes arriérés avec de l’argent et des armes. Cela a donné les Talibans et Al Qaeda.

              C’est nous qui avons créé tout cela ! »

              L’islamisme et le terrorisme islamique sont une création des États-Unis. Les islamistes sont des agents du colonialisme occidental.

              Lien

              .


              • Jonas 24 mars 00:50

                @Attila"Si on ajoute le fait que les Frères Musulmans ont été soutenus et financés par la CIA, il est très clair que ce sont les gouvernements des États-Unis qui ont utilisé l’islam radical pour leurs intérêts."

                Ce ne sont pas les américains qui financent l’islam radical en France. Les maires et les élus collaborent activement à la structuration de l’islam radical à des fins électoralistes et pour acheter la paix sociale.

                Le maire d’Épinay-sur-Seine Hervé Chevreau par exemple, sous la pression de la communauté musulmane, a financé entièrement aux frais du contribuable, une mosquée flambant neuve à hauteur de 2,8 millions d’euros.

                On peut citer pêle-mêle Nicolas Sarkozy, François Hollande, Bernard Cazeneuve, Manuel Valls, François Fillon, Jean-François Copé, Roland Ries, Fabienne Keller, Jacques-Alain Benisti, Hélène Mandroux, Gérard Collomb, Marie-Pierre Mouton, Rémi Muzeau, Jacqueline Rouillon, Didier Paillard, Patrick Braouezec, William Delannoy, Dominique Potier, Alde Harmand, Jean-Louis Costes, Stéphanne de Paoli, Michel Sainte-Marie, Pierre-Yves Martin, Alain Juppé, Laurent Fabius, Christiane Taubira, Corinne Dupont, Charlotte Blandiot-Faride, Anne Hidalgo, Alain Maurice, Nicolas Daragon, Guy Delcourt, Sylvain Robert, Michel Bisson, François Baroin, Guy Jeanne, Marie-Anne Chapdelaine, René Vandierendonck, Philippe Marini, Gilles Poux, Jean-CLaude Gaudin, Laurent Wauquiez, Hugues Rondeau, Chantal Brunel, Philippe Rio, Claude Vazquez, Yvon Robert, François Deligné, Marie-Christine Letarnec, Azzedine Taïbi, Michel Beaumale, Jean-Luc Rigaut, Frank Vernin, Éric Piolle... qui ont participé personnellement à la diffusion de cette idéologie terroriste et mortifère sur le sol français.


              • njama njama 24 mars 11:37

                @Attila
                MBS dit vrai

                Les dirigeants européens, français, belges, italiens,...  tous informés par leurs réseaux diplomatiques ne pouvaient ignorer que le wahhabisme était une version intégriste et rétrograde de l’islam. Les Grandes Mosquées de Lyon, Bruxelles, Rome, et bien d’autres ont été financées par l’Arabie Saoudite. Faut-il donc s’étonner après d’une mouvance salafiste en €urope ?

                > Jusqu’en 1973 [sous Pompidou-Giscard] , la Grande Mosquée de Paris est le principal lieu de culte musulman en France. La grande mosquée de Lyon * est construite quasi-entièrement avec des fonds du roi Fahd ben Abdelaziz Al Saoud

                * En 1981, Valéry Giscard d’Estaing déclare, pendant la campagne présidentielle, que l’État financerait la construction d’un centre culturel pour la communauté musulmane de Lyon

                En 1994, le Conseil Islamique Rhône-Alpes (CIRA), association loi 1905, est créé. Création par l’ACLIF et le CIRA de la Société Civile Immobilière « Mosquée de Lyon » chargée de la gestion du patrimoine de la Mosquée de Lyon. Le 30 septembre 1994, c’est l’inauguration de la mosquée par Charles Pasqua, ministre des cultes, Michel Noir, maire de Lyon, l’ambassadeur d’Arabie saoudite et les autorités civiles et religieuses

                -----------------
                L’édification de la grande mosquée de Bruxelles le fût sur la demande du roi Baudouin, sollicitant le concours financier du monarque d’Arabie Saoudite et l’invitant à l’inauguration en 1978 pour lui en remettre la clé  ! depuis cette mosquée est gérée par des imams saoudiens et l’État belge verse des subventions au prorata de la représentativité des musulmans en Belgique, comme pour les autres religions et associations laïques reconnues.
                Aujourd’hui, elle accueille également une école et un centre de recherche islamique dont les objectifs sont de faire connaitre la foi musulmane3.
                https://www.agoravox.fr/commentaire4949758
                ---------
                La grande mosquée de RomeLa ville de Rome a fait don des terrains à la communauté musulmane en 1974, mais ce ne fut qu’en 1984 que la construction de la mosquée fut initiée sur les plans des architectes Paolo Portoghesi, Vittorio Gigliotti et Sami Mousawi. Elle a été fondée par le prince afghan Muhammad Hasan et son épouse et financée par le roi Fayçal d’Arabie saoudite. L’inauguration du lieu de culte a été faite le 21 juin 1995.

                La mosquée héberge le Centre culturel islamique italien.


              • Pierre Régnier Pierre Régnier 26 mars 19:53

                @Jonas

                C’est dans votre présent commentaire que l’essentiel est dit.

                L’article et le livre de Poisson montrent clairement que la conquête du monde pour l’amener à sa soumission totale au Dieu de l’islam n’est pas cachée par les dirigeants de cette religion. Elle est même proclamée comme un devoir pour tous les musulmans.

                Mais c’est la négation de cette évidence par des aveugles volontaires ou des franchement lâches responsables politiques, français et européens de toutes tendances, qui réalise aujourd’hui l’islamisation de la France et de l’Europe.


              • kader kader 27 mars 07:49

                @Pierre Régnier
                j’adore les pseudos comme pierre régnier et christian labrune.. tres francisés


              • Pierre Régnier Pierre Régnier 27 mars 21:36

                @kader

                J’écris ici sous mon nom et mon prénom. C’est aussi sous mon nom et mon prénom que j’ai édité DÉSACRALISER LA VIOLENCE RELIGIEUSE en 2016.

                C’est aussi sous mon nom et mon prénom que j’ai publié, il y a 4 ans, MES CAMARADES DE GAUCHE VONT-ILS ENFIN S’INDIGNER POUR CETTE BONNE RAISON ? (l’illustration n’était pas de moi, les mélenchoniens n’ayant jamais été mes camarades de gauche) que vous pouvez lire ici :

                https://ripostelaique.com/mes-camarades-de-gauche-vont-ils-enfin-sindigner-pour-cette-bonne-raison.html

                C’est aussi sous mon nom et mon prénom que j’ai rédigé et publié ma LETTRE OUVERTE À L’AMBASSADEUR DES PAYS-BAS À PARIS, rappelée à la fin du texte précédent, et que vous pouvez lire ici :

                https://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/lettre-ouverte-a-l-ambassadeur-des-82314


              • Jonas 24 mars 01:16

                L’ISESCO et son document « ‘Stratégie de l’action culturelle islamique à l’extérieur du monde islamique », ne sont que quelques conséquences du projet EURABIA élaboré dans les années 1970 par une multitudes d’organisations européennes et islamiques, pour arabiser et islamiser l’Europe contre une baisse du prix du baril de pétrole lors de la crise de 1973.

                Analyse de quelques institutions et documents officiels du projet EURABIA, la transformation de l’Europe en une extension du monde arabo-musulman.


                • njama njama 24 mars 09:21

                  L’auteur pose un constat que nous relevons : « Il est nécessaire de marteler que l’islam ne se conçoit pas autrement que global.

                  ah ! parce que le catholicisme ne se conçoit pas que global !

                  pourtant les papes n’ont jamais cessé de relancer la mission prosélyte...

                  « La mission du Christ Rédempteur, confiée à l’Église, est encore bien loin de son achèvement. Au terme du deuxième millénaire après sa venue, un regard d’ensemble porté sur l’humanité montre que cette mission en est encore à ses débuts et que nous devons nous engager de toutes nos forces à son service. C’est l’Esprit qui pousse à annoncer les grandes œuvres de Dieu : « Annoncer l’Evangile, en effet, n’est pas pour moi un titre de gloire ; c’est une nécessité qui m’incombe. Oui, malheur à moi si je n’annonçais pas l’Evangile ! » (1 Co 9, 16). »

                  Jean-Paul II, Redemptoris missio, 1.

                  https://eglise.catholique.fr/approfondir-sa-foi/vivre-sa-foi-a-tous-les-ages/vivre-en-chretien/371720-quest-ce-que-la-mission/


                  • Jonas 24 mars 11:30

                    @njama « ah ! parce que le catholicisme ne se conçoit pas que global ! »

                    Bien sûr, catholicisme, ça veut dire universel.
                    L’Élise catholique romaine a été le ciment de la civilisation européenne, en unifiant pendant des siècles les différents clans et tribus qui se combattaient (pictes, bretons, normands, alamans, saxons, germains, burgonds, etc...), à l’origine de ses valeurs morales et spirituelles, les catholiques avaient la charge des hôpitaux, des malades, des pauvres, de l’éducation des enfants et de leur instruction (jusqu’en 1905).
                    Tous les villages de France et d’Europe ont une Église au coeur de leur commune.
                    L’état français a été construit intégralement pendant plusieurs siècles par des rois et reines très chrétiens catholiques (Clovis, Charles Martel, Pépin le Bref, Charlemagne, Aliénor d’Aquitaine, Philippe Auguste, Blanche de Castille, Saint Louis, Philippe le Bel, Charles VII, Louis XI, Louis XIII, Louis XIV, Louis XV, Louis XVI...), en rassemblant patiemment et méticuleusement les provinces, les régions et en luttant contre les hérésies destructrices de l’unité de la nation (catharisme, protestantisme, invasions islamiques, etc...).
                    Toutes les institutions françaises, hôpitaux, associations caritatives, écoles, universités, tribunaux, parlement, cour des comptes, poste, ponts et chaussées, banques, cathédrales,... que vous connaissez aujourd’hui ont été pensés, structurés et édifiés sous la France catholique.
                    Pourquoi croyez-vous qu’il y ait une croix catholique au sommet de l’université de la Sorbonne, et sur le dôme du Panthéon ?
                    Pourquoi le plus vieil hôpital de Paris s’appelle Hôtel-Dieu ?


                  • Julien S 24 mars 23:02

                    @njama
                    .
                    parce que le catholicisme ne se conçoit pas que global !
                    .
                    C’est une remarque aussi fine et analogue à celle du serre-tête du député Taché. 


                  • njama njama 24 mars 09:28

                    Jean-Frédéric Poisson bien que de longue date du sérail de la droite débarque de la lune...

                    « Giscard d’Estaing, il avait, au moins en 1980, une petite tendresse pour l’islam, qu’il expliquait en ces termes à l’un des membres de son cabinet :  Pour combattre le communisme nous devons lui opposer une idéologie. A l’Ouest, nous n’avons rien. C’est pourquoi nous devons nous appuyer sur l’islam »


                    Giscard d’Estaing le principal rédacteur de l’ultra-libéral et anti-laïque Traité constitutionnel européen...


                    • njama njama 24 mars 09:33

                      source : Les intégrismes religieux, instruments de la réaction politique
                      Texte intégral de l’exposé n°43 du 1er février 1991

                      Les puissances occidentales n’ont d’ailleurs pas vu d’un mauvais œil le développement des mouvements islamistes. Elles espéraient s’en servir comme d’un contrepoids à l’influence des pro-soviétiques et comme un frein aux luttes sociales.

                      L’un des chefs de la CIA au Moyen-Orient, Copland *, révéla dans son livre le Jeu des Nations qu’à partir des années cinquante la CIA encourageait les Frères Musulmans pour contrer l’influence communiste en Egypte. Et, toujours selon lui, ce phénomène s’est ultérieurement accentué. Quant à Giscard d’Estaing, il avait, au moins en 1980, une petite tendresse pour l’islam, qu’il expliquait en ces termes à l’un des membres de son cabinet : « Pour combattre le communisme nous devons lui opposer un idéologie. A l’Ouest, nous n’avons rien. C’est pourquoi nous devons appuyer l’islam » .

                      http://www.lutte-ouvriere.org/documents/archives/cercle-leon-trotsky/article/les-integrismes-religieux


                    • njama njama 24 mars 09:37

                      .

                      En écrivant « Le Jeu des nations –L’immoralité du pouvoir public », [The Game of Nations : The Amorality of Power Politics (1970)], l’Américain Miles Copeland avait certes conscience de lancer une bombe. Un diplomate qui avait lu son manuscrit lui avait reproché de révéler « un tas d’informations qu’il aurait mieux valu oublier », et de ternir l’idée que les Américains se faisaient de leur gouvernement. C’est ainsi que ce livre fut édité en Grande-Bretagne et non aux États-Unis. Spécialiste des questions arabes au département d’État, Miles Copeland a tenu, à Washington, de 1955 à 1957, le rôle de Nasser dans ce « jeu des nations » dont il nous explique les règles. Il a également été envoyé en mission –des missions très spéciales…- au Moyen-Orient à cette époque cruciale. Le mécanisme qu’il démonte permet de se faire une idée, sinon de comprendre, comment se sont « montés » -et se montent toujours…- la plupart des coups de théâtre qui se jouent sur les scènes des pays du sud, des nations émergentes, des Etats africains, de la zone du Moyen-Orient…, etc. Il ne s’agit pas d’histoire dépassée. En reprenant les confidences de ce spécialiste des manœuvres « underground », méthode pas uniquement américaine, nous reposons une question qui nous semble fondamentale : sommes-nous toujours dans un monde régit par quelques principes de base, que cautionnerait le Droit International Public, censé être le garant de l’idée que les Etats sont souverains (…) –l’ont-ils été vraiment un jour ? 

                      http://www.reflexions-politiques.net/article-nasser-et-la-cia-54492329.html

                      https://en.wikipedia.org/wiki/Miles_Copeland_Jr.

                      http://www.amazon.fr/The-Game-Nations-Amorality-Politics/dp/0671205323

                      dommage, pas encore une traduction en français ...


                    • Attila Attila 24 mars 23:16

                      @njama
                      Merci de cette citation de Giscard, la preuve qu’il est bien un atlantiste forcené.

                      .


                    • Ouam Ouam 24 mars 23:51

                      @Attila
                      "..Merci de cette citation de Giscard, la preuve qu’il est bien un atlantiste forcené.

                      "
                      Nous le savons tous, enfin j’ose l’esperer, et...
                      Monarc 1er encore plus !, si d’autres l’ignorent encore smiley
                       
                      Oui (G d’E) il a meme dit recemment que sa plus grande erreur etais le génocide programmée du peuple francais
                      https://francais.rt.com/france/54570-regroupement-familial-plus-grands-regrets-valery-giscard-estaing
                       
                      Et ce jour sur France info... un entretient avec un grand ponte russe qui explique l’europe (sa mort du à l’islamisation)

                       
                      https://www.francetvinfo.fr/replay-radio/micro-europeen/micro-europeen-serguei-lavrov-lheritier-russe-de-talleyrand_3224561.html

                      Ce qu’il dit sur l’Europe qui est islamisée à environ 3mn 10s...est plus que clair.


                    • zygzornifle zygzornifle 24 mars 09:49

                      « Les mosquées sont nos casernes, les coupoles nos casques, les minarets nos baïonnettes et les croyants nos soldats. » Erdogan en 1998 - 1er ministre turc depuis 2003 reprenant à son compte les paroles du poète turc Gokalp Ziya.

                      On peut aussi méditer sur les propos de Houari Boumediene, président algérien s’inspirant du même Gokalp Ziya et déclarant, en 1974, à l’ONU : « Un jour, des millions d’hommes quitteront le sud pour aller dans le nord. Et ils n’iront pas là-bas en tant qu’amis. Parce qu’ils iront là-bas pour le conquérir. Et ils le conquerront avec leurs fils. Le ventre de nos femmes nous donnera la victoire ». C’est la guerre des utérus.


                      • zygzornifle zygzornifle 25 mars 08:52

                        @zygzornifle

                         ça fait mal la vérité hein ?


                      • placide21 24 mars 11:20

                        Les algériens ont utilisé une méthode qui a très bien fonctionné avec les pieds noirs ( lesquels étaient nés en Algérie). « La valise ou le cercueil »


                        • njama njama 24 mars 11:42

                          @placide21
                          « La valise ou le cercueil » un truc de l’OAS...

                          Sans valise ni cercueil, les pieds-noirs restés en Algérie
                          mai 2008
                          Depuis quarante-cinq ans, les rapatriés ont toujours soutenu l’idée qu’ils avaient été « obligés » de quitter l’Algérie au moment de l’indépendance en 1962, car, menacés physiquement par les « Arabes », ils n’auraient pas eu d’autre choix. Pourtant, à la fin de la guerre, deux cent mille pieds-noirs ont décidé de demeurer dans le nouvel Etat. Témoignages de personnes qui y vivent encore aujourd’hui.
                          [...] « Nous vivions de facto avec un sentiment de supériorité. Nous nous sentions plus civilisés »

                          Mais, si la raison véritable de cet exode massif n’était pas le risque encouru pour leur vie et leurs biens, qu’y a-t-il eu d’autre ? Chez Jean-Bernard Vialin, la réponse fuse : « La grande majorité des pieds-noirs a quitté l’Algérie non parce qu’elle était directement menacée, mais parce qu’elle ne supportait pas la perspective de vivre à égalité avec les Algériens ! »
                          [.......]
                          Entre 1992 et 1993, la chercheuse Hélène Bracco a parcouru l’Algérie à la recherche de pieds-noirs encore vivants. Elle a recueilli une soixantaine de témoignages, dont elle a fait un livre, L’Autre Face : « Européens » en Algérie indépendante (8). Pour cette chercheuse, « la vraie raison du départ vers la France se trouve dans leur incapacité à effectuer une réversion mentale. Les Européens d’Algérie, quels qu’ils soient, même ceux situés au plus bas de l’échelle sociale, se sentaient supérieurs aux plus élevés des musulmans. Pour rester, il fallait être capable, du jour au lendemain, de partager toutes choses avec des gens qu’ils avaient l’habitude de commander ou de mépriser ».
                          [...]
                          https://www.monde-diplomatique.fr/2008/05/DAUM/15870


                        • L'Astronome L’Astronome 24 mars 15:40

                           

                          Toute religion a deux faces. L’une de ces faces est l’exotérisme, qui est le côté superficiel, qui s’adresse à la foule, à la populace. Il suffit de faire ses prières, de faire certains gestes, d’aller au temple, à l’église, à la mosquée, et vous allez tout droit au paradis par l’autoroute du soleil. L’autre face, plus intérieure et consciente, s’appelle l’ésotérisme, qui se rapproche un peu du mysticisme, c’est-à-dire du dialogue direct entre l’âme et Dieu. Tant que les religions ne tableront que sur le côté exotérique (idéologique, machinal, superficiel), rien à espérer ; les « fidèles » ne resteront qu’un ramassis d’abrutis manipulables.

                           

                          L’islamisme a essayé de conquérir tout le bassin méditerranéen. Les islamistes ont conquis le sud de l’Europe, l’Afrique du Nord. Il a fallu la Reconquista espagnole pour les repousser. Il a fallu Charles Martel, il a fallu les Croisades pour les repousser.

                           

                          On attend une nouvelle Reconquista pour rejeter une religion et un façon de vivre qui sont totalement étrangères à l’Europe.

                           


                          • Claire Claire 24 mars 17:41

                            Si un médecin témoins de Jéhovah demandait à être exempté de faire des transfusions sanguines au motif que ça heurte ça foi religieuse, le conseil de l’ordre le radierait sur le champ. Pourtant les médecins catholiques sont autorisés à ne pas pratiquer l’avortement. Si le catholicisme et l’islam obtiennent de telles faveurs ça n’est pas qu’ils soient plus dominateurs, mais simplement qu’ils comptent plus d’adeptes et ont ainsi un pouvoir d’influence supérieur. Mais quelle que soit la religion, son pouvoir n’est rien en comparaison de la puissance dominatrice du modèle économique et social occidental. Le Catholicisme est aujourd’hui une religion en fin de vie qui perd continuellement des adeptes sans jamais en retrouver. Ce n’est qu’une question de temps avant qu’il n’en soit pareil pour l’Islam. Le jeu de la démocratie et la société de consommation travaillent contre toutes les religions. Si les Musulmans étaient des fanatiques, ils auraient répondus aux appels de daesh quand celui-ci les incitait à tuer des Occidentaux par tout les moyens. Mais les Musulmans occidentaux ne sont d’ores et déjà plus que des consommateurs dociles. Daesh s’est lourdement trompé sur eux... Hi Hi Hi ! 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès