• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > « Le Gros Diamant du Prince Ludwig » convoité & hyper déjanté au (...)

« Le Gros Diamant du Prince Ludwig » convoité & hyper déjanté au Palace

Des « Faux British » au « Gros Diamant du Prince Ludwig », il y a beaucoup plus qu’un lien de filiation puisque non seulement, de part et d’autre de la Manche, les auteurs anglais et les adaptateurs francophones se sont succédé à eux-mêmes au gré des récompenses respectives attribuées.

 

JPEG - 113.9 ko
LE GROS DIAMANT DU PRINCE LUDWIG
© Christophe Raynaud De Lage

  

Ainsi en France, ces deux pièces, Molières de la Comédie l’une après l’autre en 2016 & 2018, ont su fédérer professionnels, critiques et grand public d’une manière quasiment plébiscitaire.

Mais surtout, l’état d’esprit absurde a pleinement réussi son passage d’une pièce à l’autre, alors même que son principe de fonctionnement s’avérait fort différent.

En effet, si la maladresse chronique est au cœur de la problématique surréaliste dans « Les Faux British », ce serait plutôt l’incompétence généralisée qui mènerait le déséquilibre intrinsèque au sein du « Gros Diamant ».

 

JPEG - 154.6 ko
LE GROS DIAMANT DU PRINCE LUDWIG
© Christophe Raynaud De Lage

  

Dans cette double perspective, les personnages respirent le « bon chic bon genre » anglais caricatural style Agatha Christie pour la première et affichent l’extraversion outrancière façon Monthy Python pour la seconde.

Bien que les adeptes de celle-ci ne soient pas nécessairement d’emblée fans de celle-là & vice versa, cependant comme les deux spectacles ont en commun prioritaire de mettre les rieurs de leur côté, les préférences s’estompent au profit, à chaque fois, d’une formidable soirée où il suffit de se laisser aller à (sou)rire pour que la bonne humeur communicative devienne le passeport sine qua non dédié à la loufoquerie estampillée autant qu’à l’acrobatie burlesque mise au pinacle.

 

JPEG - 148.5 ko
LE GROS DIAMANT DU PRINCE LUDWIG
© Christophe Raynaud De Lage

  

C’est donc ainsi que débarque au Palace une bande de Pieds Nickelés en quête du Gros Diamant comme d’autres le seraient du Graal.

Se coltinant à des décors rébarbatifs défiant les lois de la gravité n’ayant, elle, jamais aussi bien porté son nom, les responsables de l’ordre public, pas franchement détachés du cordon ombilical les reliant au chaos indifférencié du bien et du mal, se retrouvent donc en porte à faux pour garantir l’inviolabilité du trésor suprême confié par le Prince Ludwig à l’institution bancaire.

Cette course poursuite d’avec la morale mise en question se superposera à celle de l’Amour protéiforme alors que l’invraisemblance se disputera à chaque étape du quiproquo franchie pour mieux retomber l’instant d’après dans l’illusion optique, la répétition du gag sans fin, la résistance sans faille au bon sens. 

 

JPEG - 106.1 ko
LE GROS DIAMANT DU PRINCE LUDWIG
DR.

  

Au demeurant, c’est la délectation permissive qui l’emporte haut la main et c’est donc un régal que de contempler cette troupe se débattant avec les lois de l’attraction universelle dans l’alternance des rôles et des fonctions qui se confondent en une entité drolatique indivisible pour le meilleur karma de chaque spectateur.

Signalons notamment à ce titre l’arrivée actuelle de Carmen Maria Vega dans le rôle de Caprice sur le « Gros Diamant » alors que précisément Miren Pradier le quitte pour rejoindre la reprise opportune au Saint-Georges des « Faux British » en piste depuis 2016.

  

JPEG - 73.5 ko
LE GROS DIAMANT DU PRINCE LUDWIG
© Theothea.com

  

Qu’on se le dise ! Grâce à cet ingénieux binôme à l’affiche, ça va décoiffer de plus bel sur les planches parisiennes !

  
photos 1 à 3 © Christophe Raynaud De Lage
photo 4 DR.
photos 5 à 7 © Theothea.com
   
LE GROS DIAMANT DU PRINCE LUDWIG - ***. Theothea.com - de Henry Lewis, Jonathan Sayer & Henry Shields - adaptation Miren Pradier & Gwen Aduh - mise en scène Gwen Aduh - avec Aurélie de Cazanove, Miren Pradier ou Carmen Maria Vega, Pierre Dumur, Lionel Fernandez, Jean-Marie Lecoq, Pascal Provost, Nicolas Reynaud, Stephan Imparato, Guillaume Collignon, Mathide de Repley, Jean-Philippe Bêche et les musiciens en alternance Jean-Baptiste Artigas, Julien Pouletaud, Aidje Tafial, Xavier Ferrand, Mano Razanajato & Erick Borelva - Théâtre Le Palace

  
  

JPEG - 75.9 ko
LE GROS DIAMANT DU PRINCE LUDWIG
© Theothea.com

   

JPEG - 63.1 ko
LE GROS DIAMANT DU PRINCE LUDWIG
© Theothea.com

   


Moyenne des avis sur cet article :  3.8/5   (5 votes)




Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès