• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Extraits d’ouvrages > Carl Gustav Jung, « Ma Vie »

Carl Gustav Jung, « Ma Vie »

 « Tous mes écrits sont pour ainsi dire des tâches qui me furent imposées de l’intérieur. Ils naquirent sous la pression d’un destin. Ce que j’ai écrit m’a fondu dessus, du dedans de moi-même. J’ai prêté parole à l’esprit qui m’agitait. Je n’ai jamais escompté que mes ouvrages déclenchent une forte résonance. Ils représentent une compensation apportée à mon monde contemporain et il me fallait dire ce que personne ne veut entendre.  »

Carl Gustav Jung figure parmi les grands explorateurs dans la conscience chez qui l’on retrouve l’exigence constante de développer ses réflexions tout en prenant en compte leurs liens avec la Totalité, dans une perspective intégrale pourrait-on dire de nos jours. Son travail semble en cela particulièrement pertinent à (re)découvrir en ce début de XXIème siècle ou sapiens prétend tout savoir sans pourtant prendre le temps de se questionner suffisamment sur ce qui est à connaître ni sur ce qu’est la connaissance.

Ainsi serions-nous parvenu à la fin de l’histoire et ce n’est plus qu’une question de temps avant que les dernières questions sur l’existence aient trouvé une réponse ou plutôt que l’on ait développé un nouveau divertissement rendant caduc tout questionnement existentiel. Et pourtant, à l’heure où nos satellites supervisent chaque centimètre carré de notre belle planète et où nos déchets s’accumulent des plus hauts sommets aux abysses les plus profonds, notre esprit demeure une terre étrangement méconnue susceptible de fasciner tous les esprits assoiffés de découverte et d’aventure.

En cette aventure, les découvertes scientifiques comptent autant que les explorations introspectives. Le travail de CG Jung est consacré à ce deuxième aspect de la connaissance de Soi et sa trajectoire est indubitablement riche en enseignements et en inspirations. « Ma Vie » est un travail qu’il décide de corédiger vers la fin de sa vie. Il s’agit en fait d’une approche du « mythe de sa vie » et non une autobiographie au sens habituel du terme. Ainsi, tout au long des pages, on le sent encore porté par une recherche continue sur le sens de son être et de sa trajectoire, sur ses liens à la totalité, sur ce qu’est un être humain et plus important encore ce qu’est être !

Dès sa plus tendre enfance, Jung se trouve confronté à ce qu’il appelle son numéro 2, une voix intérieure qui le pousse à penser et à agir en des voies dont le sens prend du temps à se délier. Il tend ainsi très vite à donner de l’attention à ses manifestations inconscientes, qu’il s’agisse de rêves ou de symboles et manifeste très tôt l’intuition que « la ‘connaissance réelle’ repose sur un instinct ou sur une participation mystique avec autrui. On pourrait dire que ce sont ‘les yeux de l’arrière-plan’ qui voient, dans un acte impersonnel d’intuition ».

Tout au long du livre, on peut suivre la genèse et le déploiement de sa vie et de son œuvre et les liens profonds entre l’une et l’autre. Jung incarne ce qu’il écrit d’une manière profonde, ce qui donne un rayonnement particulier à ses écrits… De ses études à ses voyages nombreux (Afrique du Nord, Amérique Latine, Kenya, Ouganda, Inde…) en passant par sa conception de la vie après la mort (si tant est que l’on ait une vie avant la mort : comme il l’écrit : “La vie non vécue est une maladie dont on peut mourir”), on ne peut s’empêcher d’être admiratif devant un esprit qui manie un intellect exigent et un sens de l’émerveillement presque enfantin… J’ai souvent pensé à Jodorowsky et à sa psychomagie dans les expériences dont Jung témoigne aussi bien dans son enfance que dans la construction de la tour de Bollingen, véritable tentative de matérialisation de sa psyché.bollingen_tour_cgjung_la_pierre

Malgré cela, on ne sent nullement poindre d’accents ni moralisateurs ni dogmatiques dans sa pensée. On sent la verve de l’homme en recherche, de l’esprit inspiré, et non les pesantes recommandations de celui qui prétend avoir trouvé. A l’image du reste de son œuvre, la lecture de « Ma Vie » invite fortement à l’introspection, ainsi qu’à l’expression de notre altérité. Bien que sans cesse préoccupé par la mise en avant des convergences entre les différents mythes et les différentes spiritualités portées par notre espèce, Jung demeure un fervent défenseur de l’individualité : « J’aurais eu l’impression de commettre un vol si j’avais tenté d’être instruit par les ‘saints’ et d’accepter, pour moi, leur vérité. Leur sagesse est à eux, et à moi n’appartient que ce qui provient de moi-même. »

Alors que les syncrétismes et autres spiritualités low-cost ont le vent en poupe pour combler notre manque de profondeur, cette approche demeure particulièrement pertinente. Je laisserai Jung conclure et vous invite à lire cet ouvrage par vous-même à l’heure où

 « nous vivons plus dans l’avenir, avec ses promesses chimériques d’âge d’or, que dans cemavie_2 présent que l’arrière-plan d’évolution historique n’a pas encore atteint. Nous nous précipitons sans entrave dans le nouveau, poussés par un sentiment croissant de malaise, de mécontentement, d’agitation. Nous ne vivons plus de ce que nous possédons, mais de promesses ; non plus à la lumière du jour présent, mais dans l’ombre de l’avenir où nous attendons le véritable lever du soleil. Nous ne voulons pas comprendre que le meilleur est toujours compensé par me plus mauvais. L’espérance d’une plus grande liberté est anéantie par un esclavage d’Etat accru ; sans parler des effroyables dangers auxquels nous exposent les brillantes découvertes de la science. Moins nous comprenons ce que nos pères et nos aïeux ont cherché, moins nous nous comprenons nous-mêmes et nous contribuons de toutes nos forces à dépouiller l’individu de ses instincts et de ses racines, si bien que devenu particule sans masse, il n’obéit plus qu’à l’esprit de pesanteur. »

 ML (2018) Source : https://wordpress.com/post/unmultiple.wordpress.com/440


Moyenne des avis sur cet article :  4.14/5   (7 votes)




Réagissez à l'article

149 réactions à cet article    


  • Gollum Gollum 6 janvier 10:25

    Certainement un des livres les plus fascinants qu’il m’ait été donné de lire..


    Jung fut tellement en avance qu’il l’est encore !

    Esprit profondément curieux au sens vrai du terme qui n’hésita pas à interroger, sans à priori négatif comme on le voit trop souvent chez les « scientifiques », des disciplines étranges telles que l’alchimie, l’astrologie, le Yi Jing…. n’hésitant pas non plus à aller voir du côté prophétique et annonçant une quasi ère de l’Esprit.

    Théoricien des phénomènes reliés entre eux non pas par la causalité mais par une synchronicité riche de sens, qui lui permit de soutenir un Unus Mundus à l’image de ce que proposait déjà Plotin à l’aube de notre ère.

    Malheureusement ce phénomène de synchronicité est devenu une mode new-âge au point que de parfaits abrutis ou de parfaites hystériques (on en a des exemples ici sur ce site) croient en avoir toutes les cinq minutes afin de se sentir au centre du monde dans une inversion proprement infernale, et narcissique, au lieu de placer le Soi au centre de leur vie.

    Jung fut aussi le créateur d’une typologie riche : la dialectique introversion/extraversion, comme les quatre fonctions, fonctions de jugement (pensée et sentiment) et fonctions de perception (intuition et sensation), fonctions modelées sur les quatre éléments traditionnels, pour qui sait voir, et qui est le germe d’une nouvelle logique et dialectique, non aristotélicienne, de type taoïste, logique quadripolaire et non plus binaire. Que Jung n’explora pas suffisamment profondément, manquant quelque peu d’esprit dialectique. 

    Cette insuffisance fut palliée plus tard par la logique quaternaire de Raymond Abellio, qui venait du monde marxiste, et put ainsi nous fournir la logique de demain.

    • @Gollum


      Vous oubliez Fulcanelli mon cher. Ou vulcain au lit sans les acariens. 

    • Gollum Gollum 6 janvier 16:40

      @Mélusine ou la Robe de Saphir.


      Pourquoi aurais-je dû parler de Fulcanelli ? Le sujet est sur Jung. Jung n’a jamais parlé de Fulcanelli. 

      Donc pourquoi devrais-je parler de Fulcanelli on se le demande. smiley

    • @Gollum


      vous êtes complètement schizo ou vous la jouez à la Shawford. Vous vantez l’astrologie et tout le bric à brac New age et après vous me le reprochez. A quoi on joue. Je pensais que vous ne me lisiez pas,...

    • Gollum Gollum 6 janvier 16:58

      @Mélusine ou la Robe de Saphir.


      La schizo c’est vous. Incapable d’avoir la moindre pensée cohérente.

      Je vante une certaine astrologie de qualité. Qui n’a rien à voir avec le new-âge, phénomène récent. L’astrologie a plusieurs siècles d’existence.

      Jung non plus ne fait pas partie du new-âge même si celui-ci l’a récupéré bien évidemment.

      Et Guénon non plus. Fulcanelli pas davantage.

      Je vous lis (euh pas tout car c’est imbuvable) car vous êtes un cas assez symptomatique de l’époque.. Mais ça demanderait un long développement.

      Shawford fait le clown mais est parfois capable de beaucoup mieux. J’ai pu le constater et j’ai eu un échange fructueux avec lui. J’avoue avoir été surpris.

    • @Gollum


      Bizarre, mais certains comprennent PARFAITEMENT. Juste un problème classique de concurrence.

    • Avant d’être Jungienne je fus totalement freudienne. J’ai suivi le chemin sans sauter les étapes (jeu de l’OIE). Ce qui me donne un avantage sur vous.


    • Gollum Gollum 6 janvier 17:32

      @Mélusine ou la Robe de Saphir.


      Ce qui me donne un avantage sur vous.


      Vous êtes très forte. Vous savez, de source sûre, si je suis passé par l’étape freudienne ou pas. Bravo. smiley


      Ceci dit vous prétendez qu’il faut passer par Freud pour aller à Jung. On ne voit pas le rapport. Le paradigme freudien et celui de Jung sont quasi incompatibles. Donc nul besoin de passer par Freud. Dont le cadre théorique d’ailleurs est faux c’est admis par beaucoup maintenant.. 


      Donc passer par un cadre théorique foireux pour évoluer je ne suis pas sûr que cela soit judicieux..

      Mais c’est vrai que la rigueur (malgré un Saturne culminant) vous ne savez pas trop ce que cela veut dire.. d’ailleurs, au fond, vous vous en foutez. smiley



    • @Gollum


      Freud a clairement défini LE CADRE ? Comme quand on fait de la plongée sous-marine, il faut s"assurer de la qualité de ses équipements. Afin de connaître les joies de la créativité sans le dérapage mystico-psychotique genre : Janis Joplin, Billie Holliday, Amy Wine house et tant d’autres qui n’ont pas su gérer, les plongées et s’y sont brûlés les ailes. Pour votre info, je n’ai JAMAIS touché à aucune substance. Juste le travail sur les rêves ;

    • @Gollum


      Effectivement avoir un bon Saturne est l’essentiel. Lire Erin sullivan

    • alinea alinea 6 janvier 20:10

      @Gollum
      Absolument d’accord ! jamais passée par Freud, mais par Reich, oui ! smiley
      Pas de rapport, on est d’accord, néanmoins... dissidence !
      Quant à Jung, les freudiens sont incapables de le comprendre !


    • @alinea

      C’est bien les pseudos se découvrent et le masque tombe. Le vieux fond antisémite refait surface.

    • Philippe VERGNES 6 janvier 20:26

      @ Bonsoir alinea,


      Sur le fait que les freudiens soient incapables de comprendre Jung, ce dernier en donne de pertinentes explications, selon moi, dans le chapitre V réservé à Sigmund Freud de ce livre Ma vie. C’est encore un problème de cerveau droit / cerveau gauche (très schématiquement) dans notre société ou plutôt d’opposition entre mental intuitif et mental rationnel alors qu’il s’agirait plutôt de les faire fonctionner de façon complémentaire comme l’avait suggéré A. Einstein (cf. citation sur le don sacré et le serviteur fidèle).

    • laertes laertes 6 janvier 20:36

      @alinea : moi je suis passé par Freud et ses avatars français (Lacan etc), Reich et Alexander......... Et puis après plusieurs années d’auto endoctrinement j’ai découvert que la psychanalyse était inefficace en tant que pratique et superduper efficace en tant que théorie (souple, adaptable, englobant tout recyclant).......... Quant à Freud, je le considère comme un charlatan aux théories fumeuses souvent erronnées après quelques découvertes retentissantes. D’abord Onfray, mais j’avais des doutes et puis la littérature freudienne clinique qui peut être considérée comme du foutage de gueule et de l’abus de confiance. Je ne parlerai pas de sa ridicule autoanalyse ni de celle qu’il a essayée d’élaborer avec Vinci. Ce type s’est pratiquement tout le temps trompé quand il s’est agi d’analyser psychologiquement les individus célèbres ou non célèbres. Celle qui reste dans ma mémoire est sa relation avec Mussolini et l’analyse sommaire de sa personnalité.
      Quel contraste avec le véritable génie de cet authentique psychologue qu’était Jung . Lui, il avait compris qui était Mussolini sans jamais le rencontrer. Je comprends pourquoi les freudiens (ceux qui restent et qui conservent encore en France une influence scandaleuse) n’aiment pas Jung. Ajouter cela l’antisémitisme et l’affaire est ficelée pour les freudiens.


    • alinea alinea 6 janvier 21:08

      @Philippe VERGNES
      On s’est bien compris !! cela rejoint nos derniers échanges ! mais , comme vous l’avez lu sans doute, me voilà repeinte en antisémite !!
      Mais il est vrai que, comment s’appelle-t-elle, cette historienne, freudienne, de la psychanalyse, son nom m’échappe à l’instant, avait dit de Jung qu’il était pro nazi !!!
      Ces deux exemples prouvent, s’il en était besoin, que cette incompréhension est indépassable !!
       smiley


    • Roudinesco. Sauter l’étape Freud, c’est effectivement risquer de sombrer dans l’antisémitisme. Autrement dit : évacuer le père. La strusture perverse est bien plus fréquente chez l’homme que la femme. Le nazisme en est l’exemple type qui sacralisait le phallus. Les juifs sont symboliquement plus lunaires que solaires (en référence au Culte solaire nazi). La lune réfléchit le soleil. C’est à dire qu’il passe par l’ombre et l’obscurité pour « y voir clair ». 


    • alinea alinea 6 janvier 21:20

      @laertes
       smiley
      J’aurais des tas de choses à raconter sur les psychanalystes lacaniens !!
      À ce propos un analyste que j’aime énormément, c’est Roustang ; beau livre sur Freud et Lacan !! ah ah !
      Sinon, j’aime bien Bauchau aussi, pourtant freudien à l’origine, mais,à ce que j’en sais, n’ayant pas été adepte, au sens « école ». Il faut dire qu’il sort du commerce de la psychanalyse proprement dite et s’aventure dans des récits dont la finesse de pensée et la sensibilité m’ont beaucoup touchée.


    • alinea alinea 6 janvier 21:27

      @Mélusine ou la Robe de Saphir.
      Roudinesco !! Merci
      Je n’ai pas « sauté » l’étape Freud, mais je n’ai absolument pas pu accrocher trois minutes ! je n’aime rien chez Freud, rien de ce qu’il dit de son œdipe, de l’inconscient, la pulsion de mort, etc, ne m’a apporté quoique ce soit.
      Je ne fais aucun jugement de valeur par rapport à ma propre expérience, mais je constate qu’il s’agit de deux mondes, deux cerveaux, comme le dit si justement P. Vergnes !!


    • alinea alinea 6 janvier 21:31

      @Mélusine ou la Robe de Saphir.
      je ne connais pas Erin Sullivan, dommage !! avec Saturne exalté en 1, je suis sûre que ça me redonnerait le moral !


    • @alinea


      Ascendant capricorne et Saturne conjoint à Vénus au MC en scorpion Idéal comme profil psy. Perso, j’ai super bien accroché à Freud, jusqu’à ce que je fasse des rêves disons de nature « incroyables » (inconscient collectifs) et qui ne pouvaient avoir de liens avec mon enfance. C’était trop beau, trop extraordinaire. Exemple, je rêve d’une pièce de théâtre montée par dont je n’avais entendu parler et la pièce s’appelait Benvenuto. Le thème : un sculpteur qui construit un décor. Un psy a qui je relatais ce rêve me dit : mais c’est Berlioz qui a écrit cet opéra (Benvenuto Cellini). Peu familière de Berlioz, je vais vérifier dans le dictionnaire. Né le même jour que moi. De telles bizarrerie vous mènent lentement sur d’autres chemins ;

    • @alinea


      Lisez-là, elle est extraordinaire. En plus, elle organise des croisières en Méditéranée à la rencontre des Dieux. 


    • Ascendant capricorne et Saturne conjoint à Vénus au MC en scorpion Idéal comme profil psy. Perso, j’ai super bien accroché à Freud, jusqu’à ce que je fasse des rêves disons de nature « incroyables » (inconscient collectifs) et qui ne pouvaient avoir de liens avec mon enfance. C’était trop beau, trop extraordinaire. Exemple, je rêve d’une pièce de théâtre montée par un sculpteur dont je n’avais jamais entendu parler et la pièce s’appelait Benvenuto. Le thème : un sculpteur qui construit un décor. Un psy a qui je relatais ce rêve me dit : mais c’est Berlioz qui a écrit cet opéra (Benvenuto Cellini). Peu familière de Berlioz, je vais vérifier dans le dictionnaire. Né le même jour que moi. De telles bizarrerie vous mènent lentement sur d’autres chemins.


    • Maitre Ratatouille Ratatouille 6 janvier 22:55

      @Gollum
      le petit fils de SChuon Décédé il y a peu

      miss Interlok et l’Ami suisse.

      .


      .beaucoup de vidéos et varié
       une par jour ça va,c’est faisable

    • velosolex velosolex 7 janvier 00:49

      @Mélusine ou la Robe de Saphir.
      Il m’est arrivé de toucher parfois à des substances, mais c’était comme richard virenque, en dépit de mon propre grés. De toute façon c’était il y a longtemps. De toute façon ’j’ai jamais tué de chat, ou c’était il y al longtemps......A so long time, du temps de Suzanne down by the river.... Janis Joplin était une pauvre folle qui avait besoin de la foule pour hurler sa détresse et sa vanité. La première bien plus belle que la seconde toujours médiocre, ce fil sur lequel elle jouait, entre fée et sorcière.

       Mais l’écouter chanter encore « cry baby » ou « Me and browny mac ghee » me donne la chair de poule, casse les murs du temps, me fait monter les larmes aux yeux sur mon toit. 
      Savoir construire un feu nous donne des indices de ce qu’il faut faire avec la vie quand on ne veut pas se brûler les ailes ; Je reconnais qu’en vieillissant j’ai eu de la chance, quand je laissais trop facilement le bidon d’essence, à proximité des flammes.
      A 20 ans on a la gueule qu’on hérite, à 50 60 la gueule qu’on mérite, Encore une tranche de philosophie populaire distribuée par ma mère, dont le fantôme me hante. J’en inventerais le concept de numéro 3. Je viens d’un monde où l’on estimait beaucoup monsieur de la fontaine. Il suffit de lire Pinocchio pour savoir que ceux qui font rêver les jeunes à la fête foraine n’ont qu’une idée, les emmener avec eux au pays des idiots. Il aurait du comme la chèvre de monsieur seguin écouter sa bonne fée, la numéro 2. 
      L’esprit est le seul hallucinogène efficace. Il s’éteint tout à fait quand on fournit au cerveau des substances, et se centrifuge et se potentialise pourvu que l’on fixe le monde avec assez d’intensité, d’emprise et de détachement, avec le sourire railleur qui fait le meilleur amortisseur sous cette mer de nuages ; 
      J’ai du m’endormir un moment. Mille excuses, je croyais que j’étais allongé sur un canapé. . 

    • Gollum Gollum 7 janvier 09:54

      @alinea

      Reich je connais peu. Le peu que je crois avoir compris ne m’a pas branché.

      Sur le reste du post bien d’accord.

      Les freudiens ne peuvent pas comprendre parce qu’ils s’inscrivent dans un paradigme matérialiste et mécaniste de la science officielle.

    • Gollum Gollum 7 janvier 10:01

      @Philippe VERGNES

      Sur le fait que les freudiens soient incapables de comprendre Jung, ce dernier en donne de pertinentes explications, selon moi, dans le chapitre V réservé à Sigmund Freud de ce livre Ma vie. C’est encore un problème de cerveau droit / cerveau gauche

      C’est plutôt la différence de paradigme, à mon sens, Freud s’inscrivant dans celui, scientiste, matérialiste et mécaniste, de la science de l’époque, alors que Jung postule un univers plein de Sens, un inconscient autonome et intelligent (les freudiens sont horrifiés, pour eux c’est de l’animisme) et qu’il prend au sérieux nombre de choses vues comme superstitions par les autres (Yi Jing, sens du hasard, astrologie, alchimie (une alchimie toutefois revue à la sauce Jung) et les religions asiatiques..

      Jung fréquenta le cercle Eranos, auquel participèrent tous les esprits frères de son temps : Mircea Eliade, Henry Corbin, et bien d’autres.

    • Gollum Gollum 7 janvier 10:05

      @alinea

      mais , comme vous l’avez lu sans doute, me voilà repeinte en antisémite !!

       smiley Le phénomène bien connu de la projection au sens de Jung. Mélusine n’a pas dû dépasser le stade de l’ombre qu’elle n’a même pas exploré en profondeur.

      Moi j’ai été qualifié suppôt de Marine Le Pen. smiley Alors que je ne peux pas supporter son sourire niais… et que je n’ai jamais posté quoique ce soit en rapport avec l’immigration, l’Islam et autres… 

      C’est une brillante psy notre Mélusine. smiley

    • alinea alinea 7 janvier 12:12

      @Gollum
      Il a écrit un livre sur l’Alchimie, était très branché sur la numérologie...toute connaissance ante Lumières, ce qui me fait dire que je suis obscurantiste !!! pour faire la nique aux « scientifiques » !!
      Ce que dit Vergnes, et que nous partageons, c’est que le « cerveau gauche » est rationnel, se contente de la science et de la juxtaposition des faits dans un déroulement linéaire ; incompatibilité d’humeur avec la pensée arborescente qui navigue dans le temps avec un esprit plus agile que n’importe quelle fusée qui le fait dans l’espace !! smiley


    • Philippe VERGNES 7 janvier 12:12

      @ Gollum,


      En m’adressant à alinea, je faisais référence à une discussion antérieure sans entrer plus dans le détail, mais nous disons bien la même chose... de façon différente. Il y a bien une différence de paradigme entre Freud et Jung. J’ai « survolé » ce problème de différence de paradigme dans un précédent article : « Se comprendre ou s’entretuer : question de logique ? »

      Cette différence peut également être représentée par la théorie du cerveau droit / cerveau gauche de façon succincte et réductrice, mais cela donne une idée : Freud était cerveau gauche, donc scientiste, matérialiste et mécaniste ; Jung, quant à lui, était plutôt cerveau droit, donc intuitif, émotionnel et symbolique (ce qui, soit dit en passant, est tout de même « l’essence » de la psychanalyse). Cela se voit très nettement dans leur oeuvre respective, mais comme le disait Albert Einstein : « Le mental intuitif est un don sacré et le mental rationnel un serviteur fidèle. Nous avons créé une société qui honore le serviteur et a oublié le don » (c’était la citation d’après laquelle nous avions échangé avec aliena dans une précédente discussion... pour resituer l’historique).

    • Philippe VERGNES 7 janvier 12:27

      @ alinea,


      LOL ! Nous avons posté nos réponse à Gollum en même temps.

      Tout à fait, cependant, ce que je m’évertue à dire également, c’est que nous avons besoin d’une pensée « réunifiée » qui prenne en compte et allie les capacités de chacun de nos deux cerveaux (droit et gauche, mental intuitif et mental rationnel, pensée linéaire et pensée en arborescence, système 1 et système 2, etc., selon les théories). Cela est beaucoup... beaucoup plus difficile, car bien souvent, nous gardons nos habitudes de fonctionnement avec nos préférences, cerveau gauche pour les uns (majoritaire dans notre société puisque organisée pour cela) et cerveau droit pour les autres (généralement les « exclus »). Il n’est pas simple de faire un pas les uns vers les autres, mais ce que je constate, c’est que seuls ceux qui ont un fonctionnement prédominant cerveau droit sont capables de faire un pas vers ceux qui utilisent prioritairement leur cerveau gauche. Jamais l’inverse... et je ne me l’explique pas bien encore si ce n’est que les « cerveaux droits » ont une empathie plus développée que les « cerveaux gauches ». D’ailleurs, il a été scientifiquement démontré que l’excès de rationalité diminué fortement l’empathie.

    • alinea alinea 7 janvier 12:48

      @Gollum
      Reich s’est plutôt branché sur la société et je dois dire que sa psychologie de masse du fascisme est un monument ; question psy, son portrait du petit homme décoiffe !
      Beaucoup plus politique et terre à terre que Jung, rien à voir en fait, ce n’en est pas moins un visionnaire, un génie ; ceci dit, essayant de remettre le nez dans ses bouquins, je dois avouer que son écriture est rébarbative, seulement, quand j’avais dix-huit ans, il m’ouvrait tellement d’horizons que cela ne m’a pas gênée le moins du monde !


    • alinea alinea 7 janvier 13:20

      @Philippe VERGNES
      Les cerveaux droits voient plus large et n’ont jamais de certitudes qui les bloquent, disons que si elles sont nécessaires dans l’évolution, on les sait temporaires.
      Le cerveau gauche peut-être, pour les « droitiers », un recul, un surmoi, une capacité d’organisation, d’anticipation et peut-être, à chaque étape, cette propension à établir des schémas.
      Je pense que l’on fonctionne comme un langage, ou plutôt le langage fonctionne comme nous, c’est-à-dire une organisation cohérente à chaque étape qui ne reste jamais un amas de connaissances,ou d’observations, en vrac et désorganisées, mais toujours susceptible d’éliminer et de s’accroître, on pourrait dire : se perfectionner.
      J’aime les périodes de ma vie où tout est chamboulé, les remises en cause mais l’excitation devant un horizon qui s’ouvre ; quel qu’en soit le domaine d’ailleurs ; cela peut se confiner à un seul mais reste rarement sans effet sur le tout !


    • Gollum Gollum 7 janvier 13:25

      @alinea

      Merci pour ces mises au point sur Reich. J’aurai bien mis le nez dedans mais je suis débordé… hélas..

    • Gollum Gollum 7 janvier 13:38

      @Philippe VERGNES & alinéa


      Oui je connais cette dichotomie entre hémisphère droit et gauche.

      Notons d’ailleurs que cela illustre ce que je disais quelque part sur le Yang qui peut être Yin et inversement puisque le cerveau gauche a une mentalité de droite en fait (rationalité) et le cerveau droit a une mentalité de gauche… smiley

      J’ai pris l’habitude plutôt de parler de paradigme matériel ou de paradigme spirituel.

      Mais cela revient quelque peu au même.

      c’est que seuls ceux qui ont un fonctionnement prédominant cerveau droit sont capables de faire un pas vers ceux qui utilisent prioritairement leur cerveau gauche. Jamais l’inverse

      Pour moi cela vient de ce que l’esprit inclut (ou comprend) la matière et pas l’inverse.
      L’analogie est évidente.

      D’ailleurs, il a été scientifiquement démontré que l’excès de rationalité diminue fortement l’empathie.

      Là encore voire le signe de la Vierge, signe de la rationalité et qui est en même temps celui d’une absence d’empathie.. Le signe opposé des Poissons est bien évidemment inverse de cette façon d’être.

      Sinon d’accord pour la réunification. Elle s’opère, dans le zodiaque, en deux phases. La phase Sagittaire, union du corps et de l’esprit, de l’animal et de l’humain. Mais on reste quelque peu au niveau humain. Et la phase Poissons, réunion de l’humain et du cosmique. Dans les deux cas cela va de pair avec des difficultés pour la rationalité (exil de Mercure).

    • Philippe VERGNES 7 janvier 14:28

      @ Gollum et alinea,


      Oui... il y a tant de manière de se représenter la chose qu’il est pour moi absurde d’opposer toutes ces interprétations et traductions possibles du fonctionnement humain. Je préfère de loin rechercher ce qui peut les unir, alors qu’une pensée trop rationnelle recherchera prioritairement les points de divergences. Le paradigme matériel et le paradigme spirituel est également une autre façon de se représenter la chose tout comme peut l’être le yin et le yang. Nous sommes bien d’accord. C’est la raison pour laquelle j’ai dis que nous parlons de la même chose, mais pas avec les mêmes mots. Malgré parfois leurs quelques divergences, toutes ces théories s’enrichissent les unes les autres. Enfin... selon moi ! D’où l’importance de faire un pas vers l’autre (reconnaissance de l’altérité) que les « cerveaux gauches » qui dominent actuellement notre société, tout du moins au plus haut sommet des institutions et du pouvoir, ne peuvent pas faire. Bref, briser ce cercle vicieux n’est pas évident.

      La supériorité de l’esprit sur la matière... effectivement, c’est une explication plausible au phénomène précédemment évoqué. Oui également sur les doutes qui habitent les « cerveaux droits », ce qui les exposent à certaines formes d’abus.

      Autre remarque concernant le fait que ce sont toujours les « cerveaux droits » qui font un pas vers les autres et non l’inverse : j’ai également remarqué que les « cerveaux gauches » ont un GROS problème pour se confronter à leur Ombre et n’ont de cesser de la projeter sur le premier qui passe à portée, individu, groupe ou société, etc. ; alors qu’à l’inverse les « cerveaux droits » avaient plutôt tendance à supporter plus qu’il n’en fallait leur propre part d’ombre allant parfois même jusqu’à prendre en charge celle d’autrui pour en atténuer l’impact.

      Qu’en pensez-vous ?

      En tout état de cause, merci pour ces échanges.

    • @Philippe VERGNES


      Parfaite ambidextre, le problème est réglé.

    • Gollum Gollum 7 janvier 15:06

      @Philippe VERGNES


      Autre remarque concernant le fait que ce sont toujours les « cerveaux droits » qui font un pas vers les autres et non l’inverse : j’ai également remarqué que les « cerveaux gauches » ont un GROS problème pour se confronter à leur Ombre et n’ont de cesser de la projeter sur le premier qui passe à portée, individu, groupe ou société, etc. ; alors qu’à l’inverse les « cerveaux droits » avaient plutôt tendance à supporter plus qu’il n’en fallait leur propre part d’ombre allant parfois même jusqu’à prendre en charge celle d’autrui pour en atténuer l’impact.


      Intéressant. Je pense que les cerveaux gauches sont à majorité de tendance extravertie. Ils n’ont donc aucune vie intérieure. Donc tout ce qui est intérieur, non reconnu, la fameuse ombre, va bien évidemment être projeté sur l’autre ou les autres. Avec tous les phénomènes de bouc-émissaire. C’est la faute à… d’autant qu’ils sont dominés par la rationalité donc la tendance à partager en bon ou mauvais, la fameuse logique binaire. D’où confrontation latente… 

      À l’inverse les cerveaux droits sont à tendance introvertie. Plus en phase avec leur intériorité. S’ils sont en déséquilibre par rapport à l’extérieur, à cause d’une négligence vis-à-vis de celui-ci, l’extérieur à tendance à devenir envahissant et il se passe un phénomène d’éponge absorbante..

      Ils seront alors incapables de résistance à cet extérieur. Cela peut prendre différentes formes jusqu’à vouloir jouer un rôle de « victime », support des projections extérieures..

      C’est pour cela qu’une bonne hygiène mentale consiste à être en équilibre entre les différentes tendances. Être introverti mais en lâchant suffisamment de lest à l’extraversion pour que le monde extérieur ne devienne pas source de problèmes. Cela veut dire accorder un certain crédit au monde dit extérieur. De même l’extraverti devra accorder quelque importance à l’univers intérieur.

      De même les 4 fonctions doivent être en équilibre. Accorder autant de place à la pensée qu’au sentiment, à l’intuition qu’à la sensation. C’est d’ailleurs la condition obligatoire pour l’émergence du Soi.

      Au Moyen-Âge on avait les 4 vertus cardinales, qui étaient quelque peu en analogie avec ces 4 fonctions. Tempérance, Force, Justice, Prudence. Là aussi il fallait qu’il y ait 25 % de chaque pour être un homme véritable. À mettre en lien avec les 4 éléments traditionnels bien sûr.

    • alinea alinea 7 janvier 16:22

      @Gollum
      et Philippe vergnes
      Ici, j’ai envie de citer Jung (approximativement bien sûr !) : il est nécessaire de se réconcilier avec son inconscient ( le jungien !) ; pour ma part, j’extrapole le lien de cette réconciliation à l’animalité.
      Aussi,un cerveau gauche au service d’un cerveau droit réconcilié avec son inconscient, et les deux avec son animalité, me paraît être, si en proportion suffisante dans la population, un bon atout pour que le monde aille mieux !
      Gollum : je fais partie de ces cerveaux droits qui, au cours du chemin, se sont laissé déborder, voir envahir, voire plus, par l’extérieur ! je suis en phase rétablissement, mais comme je me suis laissé détruire copieusement, « Ils seront alors incapables de résistance à cet extérieur », j’en suis à la phase « un », pleine de récurrences !
      ( je suis du genre à être littéralement ravie de votre retour sur ce site ! smiley )


    • alinea alinea 7 janvier 16:27

      @Gollum
      Je dirais que s’il y avait un seul livre de lui à lire, c’est bien « Le meurtre du Christ » !


    • Gollum Gollum 8 janvier 10:24

      @alinea

      il est nécessaire de se réconcilier avec son inconscient ( le jungien !)

      Oui. Tâche d’une vie entière en général. Mais je me demande si Jung n’a pas quelque peu péché par optimisme. J’en veux pour illustration le fait que les « thérapeutes » jungiens sont quelque peu à la ramasse et pas à la hauteur…

      Se réconcilier avec son animalité. Oui. Tâche du centaure Sagittaire. On vient de loin sur ce plan. Rappelons le crime de lèse-majesté de Darwin nous reliant aux primates.. Tiens au fait, Darwin était Sagittaire (Asc), et a fait ses découvertes à la suite d’un… voyage. smiley
      Nietzsche, avec sa Lune dans le signe, proclame qu’on ne peut aller dans les hauteurs sans descendre dans les profondeurs. À rebours ici du mythe chrétien qui ne veut que monter.

      je fais partie de ces cerveaux droits qui, au cours du chemin, se sont laissé déborder, voir envahir, voire plus, par l’extérieur ! je suis en phase rétablissement, mais comme je me suis laissé détruire copieusement

      Oui je ne suis pas étonné, je vous voyais bien ainsi. smiley J’ai quelque peu traversé une phase similaire. Là, je suis clairement dans la sobriété relationnelle. Qu’est-ce que ça allège ! smiley

       je suis du genre à être littéralement ravie de votre retour sur ce site ! 

      Ça, c’est très gentil. Bisous. smiley (Bon, pas sûr que ça dure)

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

marko


Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès