• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Extraits d’ouvrages > Extraits de l’article : L’inavouable « essence du nazisme (...)

Extraits de l’article : L’inavouable « essence du nazisme »

Dans le Magazine Littéraire ancienne version, n°551, janvier 2015, on tombe sur l'article L'inavouable "essence du nazisme". Extraits.

 

Patrice Bollon a écrit :

Dans un essai passablement confus [Reductio ad hitlerum, une théorie du point Godwin], François de Smet explore les interprétations possibles de cette arme massive du "politiquement correct", que le philosophe Leo Strauss (1899-1973) avait appelée en son temps la reductio ad hitlerum. François de Smet y voit le symptôme d'une époque, la nôtre, perdue dans un relativisme moral où tout se brouille, incapable de se repérer face à "la contingence, de définir les notions de bien et de mal autrement que par la référence à un événement historique traumatisant". L'analyse est juste, mais un peu courte.
On peut se demander si le point Godwin ne constitue pas aussi, tant pour l'accusateur que pour l'accusé, une façon d'échapper à cette analyse introspective, qui n'a toujours pas été faite, de ce qui, dans nos raisonnements et leurs présupposés non questionnés, participe du nazisme honni.
Rien de moins, rien de plus.
C'est ce soupçon, bien plus politiquement incorrect que les débats vaseux actuels sur Pétain et les Juifs, qui court dans trois ouvrages récents.
  • Les Anormaux, Götz Aly, Flammarion, 2014
  • Miroir de l'Occident. Le Nazisme et la Civilisation occidentale, Jean-Louis Vullierme, Toucan, 2014
  • La Loi du sang. Penser et agir en nazi, Johann Chapoutot, Gallimard, 2014
[Selon Götz Aly] l'"Aktion T4" [l'eugénisme] n'était, en somme, que la préfiguration extrême de cette généralisation du calcul économique dans le domaine de la santé qu'on appelait dans les années 1970-1980 les techniques de "rationalisation budgétaire" (RCB). Ses objectifs matérialisent "l'utopie biopolitique d'une société d'individus performants" qui est devenue la nôtre. Enfin, loin d'être d'horribles nazis assoiffés de sang, nombre de ses soutiens dans le corps médical étaient reconnus comme les représentants d'une médecine progressiste [...]
[Selon Jean-Louis Villuerme] tout autre qu'un "hapax", un événement isolé, produit d'une espèce de génération spontanée, le nazisme ne serait [...] que le réaménagement radical d'attitudes mentales et autres partis pris idéologiques-cognitifs traditionnels qui se seraient "potentialisés" les uns les autres pour engendrer l'horreur. Parmi ceux-ci, Jean-Louis Villuerme distingue l'hyperrationalité technicienne, le nationalisme, l' "anempathisme" ("la disposition à n'éprouver aucune communauté de souffrance avec les cibles") des guerres coloniales, l'historicisme (l'idée que nous pouvons "créer le réel" par la volonté) et le positivisme juridique, postulat selon lequel le droit est une émanation du peuple, qu'on peut donc changer à loisir - porte ouverte à tous les terrorismes d’État.
Comme [Jean-Louis Villuerme] le rappelle, le Fürher s'était beaucoup inspiré, dans Mein Kampf, des théories "suprémacistes" blanches du publiciste américain Madison Grant (1865-1937) [...] qui passait alors pour le fin fond de la "Science". Il vouait un culte au motoriste Henry Ford, plus encore pour ses méthodes de gestion industrielle que pour son antisémitisme [...]
Et il établissait un lien fort entre son entreprise de colonisation de l'Est européen, avec asservissement programmé des Slaves, et la conquête de l'Ouest par les "Nordiques" américains fondée sur l'extermination des Indiens. Quant à son nationalisme et à son positivisme juridique, ils dérivaient en quasi droite ligne de 1789 ...
[Johann Chapoulot, à] rebours des interprétations en termes d'irrationalisme du nazisme, [montre que] ce dernier présentait une grande cohérence intellectuelle. Celle-ci était fondée sur l'idée d'une nature législatrice - où, selon les préceptes du darwinisme social, toute vie était conçue comme un combat, où les forts devaient nécessairement évincés les faibles, etc. - qui avait vocation à tout expliquer de façon scientifique [...]
Johann Chapoulot exhume les normes de perception et de raisonnement que le régime avait réussi à faire passer pour "naturelles", et donc irréfutables. Dans ce cadre de référence, tout prenait alors un autre sens. Comme tous les régimes politiques nouveaux, le nazisme avait procédé à une "révolution normative" [...] à ce jeu, les pires agissements confinaient à des devoirs paradoxalement moraux. Une construction qui explique la référence (dévoyée) à l'impératif catégorique kantien que fit Eichmann lors de son procès à Jérusalem [...]
De ces réflexions et interrogations, une leçon [...] se dégage [...] nous portons en nous les éléments constitutifs [du nazisme], mais nous devons nous défier de tout ce qui [...] se voit à chaque seconde sacralisé par les institutions et les médias. Même les sociétés les plus civilisées peuvent basculer dans l'hystérie collective.

Admirable article.

Vivrions-nous alors, à l'heure du "transnazisme" ? transnationales-socialisme ?

 

Voir aussi, sur AgoraVox :

 

Mal' - LibertéPhilo

 


Moyenne des avis sur cet article :  2.14/5   (22 votes)




Réagissez à l'article

111 réactions à cet article    


  • bob14 bob14 3 mai 10:34
    Nazisme pas encore fini..en Allemagne on y trouve des fanatiques en grand nombre, que le gouvernement accepte...Dans le reste du monde c’est la même chose...est là c’est par millions ?

    • Morologue Mal’ 3 mai 13:26

      @bob14. Bob, ça parlait non pas des groupuscules, mais du « nazisme génétique » dans nos procédures.


    • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 3 mai 15:41

      @bob14


      On ne peut juger de l’essence d’une idéologie qu’au vu de ses objectifs et de sa cohérence interne ; ce qui en résulte dans la réalité découle surtout de ce qu’en font les acteurs et de leurs idiosyncrasies...et n’est donc prévisible qu’avec une marge d’erreur qui croit avec le temps....

      pjca

    • Morologue Mal’ 3 mai 18:53

      @Pierre JC Allard. Oui.


    • Morologue Mal’ 3 mai 19:08

      @Lonzine. L’argumentation est épatante. Je suis « convaincu ».


    • Hecetuye howahkan Hecetuye howahkan 3 mai 10:36

      Salut, rien sur la république de Weimar qui a ruiné l’Allemagne après la première guerre mondiale ....avec le blocus imposé a ce pays etc ..

      A lire éventuellement peut être..



      • Hecetuye howahkan Hecetuye howahkan 3 mai 12:56

        @Hecetuye howahkan

        sinon sur le nazisme, il y a plein de sites, de livres, certains interdit ...un jours j’ai eu une intuition et ai commencé a fouiner partout, tout ce que je trouvais sur le bolchevisme...

        wow................

        j’ai commencé à faire pareil avec l’entre deux guerres, la pseudo révolution Française, Napoléon, etc et ce n’est plus wow mais WOW...et tout se recoupe totalement..

        qui cherche, du moins sur ce genre de sujet, trouve..

        sur la pseudo sagesse, l’intériorité, la pseudo spiritualité etc , là par contre qui cherche ne trouve rien..


      • Morologue Mal’ 3 mai 13:27

        @Hecetuye howahkan. Ce n’est pas article historique, mais sur nos méthodes contemporaines, managériales, etc.


      • Hecetuye howahkan Hecetuye howahkan 3 mai 13:44

        @Hecetuye howahkan

        salut....le simple mot nazisme dans le titre amène l’histoire et réciproquement, de même que nos pseudo méthodes de management viennent elles aussi des méthodes fascistes, dictatoriales , etc

        tout est lié...et là je ne faisais que dérouler la ficelle ..il fallait alors ne pas le mettre ni en parler...car utiliser le mot nazisme et en interdire l’explication même vague ou suggérer de ne pas en parler autrement me semble très suspect ..etc


      • Morologue Mal’ 3 mai 13:47

        @Hecetuye howahkan. N’empêche.


      • julius 1ER 6 mai 09:25

        @Hecetuye howahkan


        tu critiques la République de Weimar ???? 

        mais il semble que l’Allemagne sous la République de Weimar s’était plutôt bien redressée ..... surtout grâce à la masse de Capitaux américains largement diffusés dans les années 20.... 

        et qui se sont enfuis lors de la Crise de 29 provoquant justement l’effondrement de celle-ci !!!

        comme quoi on peut faire différentes lectures de l’Histoire n’est-ce pas Howkhan , cela dépend juste du côté où on se place !!!!

      • Morologue Mal’ 6 mai 10:37

        @julius 1ER. Oui.


      • Je remercie Mal d’osez aborder de face les origines du nazisme. Bernard Dugué m’ayant exclue des commentaires, j’aurais pourtant aimé apporter quelques éclaircissements bien utiles. Ne pas confondre surdoués et personnalités schizoïdes et psychotiques. Exemple : un surdoué en technologie informatiques (hackers) peut très bien être intégré parfaitement par la société et même en constituer un parfait rouage.Ceci pour dire qu’être « normal » dans une époque apparemment « normale » peut constitiuer une vrai danger dans une époque qui vacille. Un idividu qui est capable de retenir entièrement un les numéros de téléphone d’un bottin, n’est pas un surdoué mais un psychotique. Par contre, une personne qui préfère ne pas devenir : Rhinécéros comme dans le livre de Ionesco, n’est pas un surdoué, mais un clairvoyant. Voilà, cela pour dire que la « normalité » comme dans l’expérience de Milgram peur se révéler un formidable rouage dans un système totalitaire. Lire : La mort est ùon métier de Robert merle.


        • Morologue Mal’ 3 mai 13:27

          @Mélusine ou la Robe de Saphir. Oui.


        • Claude Simon Claude Simon 3 mai 17:58

          @Mélusine ou la Robe de Saphir.

          Intéressant.

          Et comment, vous qui êtes encline à la psychiatrie, expliqueriez-vous la clairvoyance ?

        • @Claude Simon

          Déchirer le Voile de Maya ou des illusions. Ce n’est pas donné à tout le monde. Il faut être solide pour rencontrer l’ombre dans l’inconscient et perdre toutes nos illusions sur ce qu’est le bien et le mal et en accepter en toute conscience toute l’ambivalence et les complexités. Je suis Divergente, intuitive, empathique mais pas hystérico-émotive, pas surdouée (nulle en informatique, faible en langue, en physique,...). Je crains la normalité ou soi disant moyenne et me méfie du système démocratique (ce qui me met en marge de la société sans être marginale.Une banale névrosée. Voilà, ce que j’aurais aimé écrire sur le site de Bernard Dugué qui m’a exclue des commentaires. 

        • Méduse Méduse 3 mai 22:28

          @ Mélusine ou la Robe de Saphir.

          Dugué aussi se fourgue comme divergent, Dugué aussi possède the vérité, Dugué aussi pense qu’il devrait être le criterium. Etc, etc.


        • corrigé : Je remercie Mal d’osez aborder de face les origines du nazisme. Bernard Dugué m’ayant exclue des commentaires, j’aurais pourtant aimé apporter quelques éclaircissements bien utiles. Ne pas confondre surdoués et personnalités schizoïdes et psychotiques. Exemple : un surdoué en technologie informatiques (hackers) peut très bien être intégré parfaitement par la société Zuckerberg) et même en constituer un parfait rouage.Ceci pour dire qu’être « normal » dans une époque apparemment « normale » peut constitiuer une vrai danger dans une époque qui vacille. Un individu qui est capable de retenir entièrement les numéros de téléphone d’un bottin de téléphone, n’est pas un surdoué mais un psychotique. Par contre, une personne qui préfère ne pas devenir : Rhinécéros comme dans le livre de Ionesco, n’est pas un surdoué, mais un clairvoyant. Voilà, cela pour dire que la « normalité » comme dans l’expérience de Milgram peur se révéler un formidable rouage dans un système totalitaire. Lire : La mort est mon métier de Robert Merle.


          • Morologue Mal’ 3 mai 13:28

            @Mélusine ou la Robe de Saphir. Oui.


          • Méduse Méduse 3 mai 11:19

            Hitler promettait de faire la grande Allemagne et de faire la paix (cf. le discours hallucinant de Hess in ’der Wille zu Macht’ de Riefenstahl). En un mot, il promettait aux individus de mettre un terme à l’état de division dans lequel vagit leur être et de mettre un terme définitif à ce conflit continu.


            • Morologue Mal’ 3 mai 13:28

              @Méduse. Je m’attendais à ce que vous finissiez par dire « merci ». Le confit, père du devenir - Héraclite.


            • Méduse Méduse 3 mai 13:36

              @ Mal’

              Merci d’expliciter.


            • Morologue Mal’ 3 mai 13:44

              @Méduse. Je dis que ce sont des promesses en l’air. Quant au « merci », je vous ai sûrement lu trop vite.


            • Méduse Méduse 3 mai 14:44

              @ Mal’

              Hitler avait la faculté toute personnelle d’entrer dans l’inconscient d’une frange de la population ; il a découvert ça sur le tas, en faisant des harangues dans des brasseries dans les années 20. Contrairement à ce qu’on pense cet homme était pragmatique et sa vocation assez tardive, il a longtemps tâtonné (pas seulement en goûtant la peinture mais aussi l’architecture et la musique). Des disciplines artistiques, c’est-à-dire visant à communiquer et à représenter l’au-dedans. La plupart des témoins ayant assisté à une de ses harangues parlent de ’communion’, de ’ferveur religieuse’. ’Ein Reich, ein Volk, ein Führer’ n’est jamais que la reprise d’un truc plus ancien ’ein reich ein Volk, ein Gott’. Il s’inscrit de surcroît dans un contexte apocalyptique millénariste ; la foule est sensible chez lui bien plus à la notion de décadence qu’à celle d’antisémitisme.

              Mais bon, l’histoire est écrite par les vainqueurs, comme l’on dit.


            • Méduse Méduse 3 mai 14:46

              @ Mal’

              Hitler admirait Ford non pas parce que ce dernier était un irréductible antisémite mais pour ses prouesses et innovations industrielles.


            • @Méduse


              Lire : Mario et le magicien de Thomas Mann. Les juifs n’étaient pas haïs parce que perçus comme la lie de la société (comme le furent les tziganes), mais au contraire parce qu’ils étaient perçus comme supérieurs et donc une menace. En résumé comme chez le manipulateur ou pervers narcissique, ils portaient atteinte à leur image narcissique.
              Cavaliere Cipolla

              Son apparence apparaît comme étant grotesque et ridicule. Il est petit, avec un visage déformé et les yeux perçants. Il porte le costume classique d’un magicien. Il porte également un fouet, et se maintient en forme avec le cognac et les cigarettes. Cipolla humilie exclusivement le peuple.


            • Morologue Mal’ 3 mai 15:37

              @Méduse. "Hitler admirait Ford non pas parce que ce dernier était un irréductible antisémite mais pour ses prouesses et innovations industrielles." - C’est ce que dit l’article, en substance.


            • Méduse Méduse 3 mai 15:42

              @ Mélusine ou la Robe de Saphir.

              Please, bébé, ne venez pas me gaver avec ces contes de bonne femme dont on nous rabat les oreilles depuis des décades. Hitler a une théorie de la décadence qu’il emprunte à un tas de littérature (son antilecture de Nietzsche et de l’Übermensch par exemple, Spengler qui était très estimé à l’époque, etc) ; son truc est la pureté originelle et la corruption. Il a fait des tas de victimes et pas exclusivement juives.

              https://fr.wikipedia.org/wiki/Eug%C3%A9nisme_sous_le_r%C3%A9gime_nazi

              loi de stérilisation eugénique = 1933

              conférence de Wannsee = 1942

              Le premier camp de concentration, Dachau, est ouvert en 1933 ; y sont emmenés les ’déviants’ (y compris opposants politiques) ; ce n’est qu’ensuite que les Juifs de Bavière y seront parqués.
              Les lois dite de Nüremberg, loi sur la citoyenneté du reich où l’antisémitisme devient d’Etat ? 1935.
              La Kristallnacht ? 1938

              Ps : ne me sortez pas que vous avez été mariée avec un juif, ça ne prouve rien et on s’en cogne.


            • @Méduse

              Une méduse qui se cogne, cela doit faire : splach.

            • @Méduse
              « (son antilecture de Nietzsche et de l’Übermensch par exemple, Spengler qui était très estimé à l’époque, etc) ». Mais c’est exactement ce que je dis plus haut. Vous êtes très fatigante même médusante. Echanger avec vous, c’est de la mélasse. Au moins avec Mal, nous nous comprenons parfaitement. 


            • Méduse Méduse 3 mai 16:02

              @ Mélusine ou la Robe de Saphir.

              Je vous connais suffisamment à présent, je tiens votre perception du réel et des choses comme absolument délirantes. Je vois que vous n’avez pas encore mobilisé la ressource de l’astrologie pour appesantir votre galimatias qui tient plus du criaillement de la pie que du chant des oiseaux, ça ne saurait tarder selon moi.


            • @Méduse

              Vous ne seriez pas un nouveau pseudo de Kalach par hasard. Un coup je suis gentil , un coup méchant. Dire tout et son contraire. la manipulation dans sa parfaite expression (en plus proche de Gollum,...ou autre pseudo). L’objectif trollesque étant de casser l’échange en racontant n’importe quoi et son contraire.

            • Méduse Méduse 3 mai 16:26

              @ Mélusine ou la Robe de Saphir.

              Ce qui ressort de vos deux derniers messages, c’est que vous venez ici pour qu’on vous fasse du bien. Sublimation.


            • Morologue Mal’ 3 mai 16:48

              @Méduse. Et vous, du mal (?). Soyons sérieux une seconde.


            • Méduse Méduse 3 mai 16:58

              @ Mal’

              Re : merci d’expliciter.


            • Morologue Mal’ 3 mai 17:29

              @Méduse. Expliciter quoi, au juste ? ... Il semblerait que @Mélusine ou la Robe de Sapir ait raison, de vous juger vide. Vous ne faîtes pas les relations qu’il faut, vous faîtes des relations à faux, et vous déniez les relations qui ne font pas défaut. Impossible d’échanger ainsi, quoique vous en jouiez la comédie, et que vous êtes dans le rôle de la victime, au moins potentielle, de grands méchants interlocuteurs. Le rôle de bourreau - pas plus que celui de sauveur : très peu pour moi. Vous êtes la négation « vivante » du contexte.


            • Morologue Mal’ 3 mai 17:34

               @Mélusine ou la Robe de Saphir. « Au moins avec Mal, nous nous comprenons parfaitement. » Ce qui est sûr, c’est que nous avons en commun de n’être ni des dogmatiques, ni des académiques, mais des sceptiques de sens antique http://www.liberte-philosophie-forum.com/f138-sceptiques quelles que soient par ailleurs nos divergences. Or, l’époque est aux dogmatisme-académismes de tous acabits et autres ressorts, par trop mécaniques dans la démarche. Nous avons certainement en commun de ne pas nous rendre à cette non-vie de la signifiance, qui confine tout ce qui ne blaire pas à l’insignifiance ...


            • Méduse Méduse 3 mai 22:14

              @ Mal’

              Ho, des preuves, monsieur le juge.
               


            • Morologue Mal’ 3 mai 23:08

              @Méduse. Wesh.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès