• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Parodie > Edouard Philippe au « Téléphone Sonne » (France Inter)

Edouard Philippe au « Téléphone Sonne » (France Inter)

Ceci est une parodie.

« Bonsoir à toutes et tous. Un Téléphone sonne XXL, ce soir avec Edouard Philippe, Premier Ministre. Tout de suite un premier appel. Soyez la bienvenue ! »

« Bonsoir, je m'appelle Bastienne Le Vivicomte, je suis Gilette Jaune et franchement le gouvernement nous tond. Hier encore, il me restait à peine un ticket de métro. Et demain, serons-nous intégralement rasés par la nouvelle taxe sur les transactions réglées en espèces ? »

« Hum ! heu... merci Bestianne... heu... il faut que vous puissiez vous exprimer... heu, dans un cadre létal heu... légal, bien entendu....hum... Il faut plus de transparence... »

« Monsieur le Premier Ministre, nous sommes à bout. »

« Je le pense profondement... »

« J'ai pensé printemps et j'ai voté pour Macron. Où est la Vaseline promise en mai 2017 ? Le Nutella en promotion chez Heidi Preiz, ça va un temps... »

« Ce sont des choix à faire, certes douloureux. Nous ne reculerons pas. Nous sommes sur le bon chemin. Pas forcément celui bénéficiant du plus large consensus, mais l'opinion ça se travaille. Il faut un certain doigté et je pense que le Président nous a récemment montré la voie de ce côté-là. Je comprends cependant pourquoi beaucoup ne restent plus assis... »

« Qu'avez-vous à répondre, Bastienne, à ce message rassurant et consensuel du Premier ministre ? »

« Nous envisageons, nous le collectif des Femmes-GG-Du-Dimanche, de, dès les premiers bourgeons, défiler dans le plus simple appareil, pour montrer nos stigmates... On espère ainsi que la raideur des matraques s'amollira et que le jet continu de LBGT40 s'épuisera précocément... »

« Nous n'avons pas de tabou, vous le savez, hum ! heu... notre Président donnant l'exemple.. heu... en s'affichant volontiers avec de jeunes éphèbes... Hum ! heu... »

« On demande pas grand chose, d'avoir de quoi vivre après le 10 du mois, d'acheter un bifteck à nos gosses de temps à autre... Et en réponse, on nous éborgne ! On nous... »

« On a bien compris votre désarroi Bastienne, laissons répondre Edouard Philippe... Edouard aux lendemains d'argent, comme on vous surnomme gentiment à La Défense... le quartier d'affaires, pas le Ministère... »

« Hum ! Je ne commenterai pas ce qualificatif, car heu.. le silence est d'or est ma devise. Heu... pour en revenir à nos moutons : chacun peut s'exprimer dans le grand débat voulu par le Président. Hum, hum ! Et contrairement à ce que clame l'opposition (ou ce qui l'en reste après notre OPA réussie de 2017), loin de moi l'idée d'enfumer qui que ce soit ! Ce débat foisonnant n'a pas d'équivalent, pas de précédent...Hum ! heu... c'est quelque chose de tout à fait neuf ! Il y a quatre thèmes de désencerclement, choisis précautionneusement par le Président et hum ! heu... ensuite une liberté totale, je dis bien totale, de faire part de ses opinions... hum... dans un cadre préfectoral, avec le périmètre de sécurité de 15 kilomètres que prévoit le programme Canari Nassé. Ensuite, le Président tranchera, car c'est à lui de le faire et non à ... hum, un quelconque quarteron de députés frondeurs ou à une foule haineuse... »

« Par un référendum, éventuellement ? »

« Pourquoi pas ? Chère Fabienne Fransintès. Hum ! heu... si nous propageons cette rumeur dans les rédactions autorisées, ce n'est pas pour de la gnognotte... hum ! heu... Michel Antipatix, Patrick Coït-hein, Anne Lapipe Sofist, Léa Salmigondey et Yves Talcchi ne sont pas émolus pour des prunes, hum ! heu... pardon par l'argent public, pour rien ! Quant à Laurent Mouchardoffer, Christophe Parpitié ou Jacques Geignard, ils n'ont pas été aussi bien inspirés dans leurs éditos enflammés, sans être assurés d'un potentiel renvoi d'ascenseur ! Encore une fois l'argent public n'est point mal réparti, croyez-moi... De plus, et c'est un scoop dont je vous donne la primeur, chère Fabienne : nous avons déjà les questions, hum ! heu... à choix multiples mais à réponses cadrées ; je ne vous en dirai pas plus, pour ne pas biaiser le débat en cours, hum... hum. »

« Bien, je pense que Bastienne sera satisfaite par les engagements du gouvernement. Au revoir et bon vent. Edouard Philippe, quelles sont les réformes nécessaires ? »

« Je me permets d'insister ici sur la priorité de notre gouvernement : il faut revaloriser le travail ! »

« Vous seriez donc pour une revalorisation des salaires !? »

« Non-non-non ! heu enfin... c'est pas exactement ça. Avec le OUIFI, qui remplace le GIFI de 2009, qui lui même succède au FIDJI de 1993 ; donc avec ce nouveau dispositif sur l'imposition du patrimoine, indexé sur la valorisation annuelle per capita des offres d'achat en taux ajustés du cours de l'année précédente, au prorata des revenus de biens détenus en propriété propre ou concédée, et non pas acquis par autrui ou au bénéfice d'un organisme agréé... ou pas, d'ailleurs... eh bien, ce dispositif clair va permettre dans un bref délai, c'est à dire avant même les élections - ce qui nous importe avant tout - il va nous permettre de revaloriser le facteur travail. Le ruisselement n'est pas qu'une théorie incomprise, c'est aussi et avant tout une manière saine de réformer la France. »

« Les auditeurs auront bien compris que vous êtes là pour ça, Edouard Philippe : pour expliquer les réformes qui ne sont pas toujours bien comprises... »

« Toutafé, c'est mon rôle d'expliciter l'application stricte des Grandes Orientations de Politique Economique fixées par la Commission européenne ; notamment la transposition du Droit communautaire ; car on entend plein de fausses informations à ce sujet... Certains propagent même l'idée que nous ne déciderions plus de rien à Paris. C'est totalement faux. Tenez, ce matin-même au Conseil des ministres : nous avons décidé d'envisager la plantation des chrysanthèmes sur tous les ronds-points de France. Pour cela, il faudra que, d'ici la Toussaint, bien entendu, cessent les bivouacs sauvages. »

« Vous avez bien raison, Monsieur le Premier Ministre, de débunker les Fake News partout où elles se trouvent... »

« Permettez-moi encore d'ajouter que, comme le disait Madame de Staël : L'important, c'est d'être pas clair et abscon en toute chose... »

« Ce ne serait pas plutôt l'inverse ? »

« Ma langue a sans doute fourché, je disais : L'important, c'est d'être absclair et con en toute chose... heu non ...bref... tout le monde aura compris ! »

« Et pour ceux qui n'auraient pas encore saisi la profondeur élastique de Mme de Staël, je rappelle que l'émission L'as-tu lu mon p'tit loup ? de Denis Téchoux est à réecouter en podcast. Une autre question au standard de France Inter ! Soyez le bienvenu !? »

« Bonsoir, c'est Jean-Pédestrian à l'appareil ! Publicitaire chez Putacis Lavach Corporaid à la ville et foulard rouge, à la ville aussi. Bravo, M. le Premier Ministre pour tout ce que vous avez fait pour - enfin - réformer la France depuis presque deux ans. »

« Merci Jean-Pédant, de l'appareil d'En Marche ; je crois que nous nous connaissons, n'êtes-vous pas natif du Havre comme moi-même ? »

« Non, moi c'est Evreux, vous confondez avec Laurent Perruquier, c'est nerveux. Je pourlèche aussi, mais à un autre niveau... plus modeste, disons sous-régionnal. »

« Votre question au premier ministre ! »

« Edouard... heu... Monsieur Edouard, que comptez-vous faire encore pour la majorité de Français qui vous soutiennent et qui, comme moi, en ont marre des factieux ? »

« Comme vous le savez, nous avons déjà fait beaucoup pour les 1 % et surtout les 0,1 % qui nous ont permis de ... »

Un instant, Gérard Philippe... on me parle dans mon oreillette... Je vous interromps car nous apprenons à l'instant qu'un groupe de plusieurs centaines de gilets jaunes vient d'envahir la Maison Ronde. Notre service de sécurité, essentiellement des travaillleurs détachés chypriotes et lettons ; sous-payés et peu motivés, a été rapidement débordé. Attendez... oui... on me dit que le péril jaune, mené par l'historienne du sous-prolétariat, Han Hi Lacloix-Liz, serait déjà à France Culture et aurait confisqué l'antenne ! Leur slogan : Révolution culturelle 2.0. »

« Permettez-moi d'intervenir, Fabienne, hum ! Heu... c'est un véritable scandale, une atteinte aux fondements de la République ! Et je mèse mes pots ! Heu... permettez que je joigne mon collègue Castaner afin qu'il nous envoie quelques escadrons de Gendarmes mobiles pour nous évacuer... hum...  [bruit de touche de smartphone] Allô Crica ? Oui, tu es au courant ? Oui... Comment pas avant trois heures ! Mais d'ici-là nous serons tous transformés en confettis de Carnaval ! Et le GIGN ? hein ? à Strasbourg pour exfiltrer Juncker et Verhofstadt  ? Mais on s'en fout de ces deux gugusses. Et le Raid ? Autour de l'Assemblée Nationale ? Tapalermalin pris en otage ? Sans blague ? Gavé de force au pinard à la buvette ! Ils ont de la rancune les Pestebrunards... Mais qu'est-ce qu'on fait, alors ? T'as pas quelques flics de derrière les fayots, genre BAC ? Oui, je sais dans le XVIe, ça court pas les impasses à matraques. Comment ça : ils vont se faire démonter ?! C'est des Playmobils ou quoi, tes baqueux ? Ils n'ont plus leurs Flashballs ? Ah ben oui, évidemment, interdits par la Cour internationale de Justice de La Haye... Et le PR, il est où ? En sécurité au fort de Bregancon ? »

« Je vous coupe Edouard Philippe...On m'annonce dans mon oreillette, que France Info a été prise d'assaut par la branche autonome soralienne anti-national-sioniste, au sein des – je cite - Gilets jaunes révolutionnaires dissidents, mais pas fondamentalement antieuropéens, voire plutôt pour. C'est inquiétant, ça rappelle les heures les plus sombres de l'histoire du service publique, en mai 68... Quoi ? Comment ? A l'appel de l'Intersyndicale CGT-FO-SUD-NORDPRESSE, L'Orchestre philarmonique de Radio France se déclare en grève illimitée ! »

« Flûte traversière ! si les syndicats s'y mettent aussi, on est cuits. Pourtant, on n'arrête pas les subventionner, c'est incompréhensible, une telle ingratitude. »

« Notez, Edouard Philippe, que le syndicat CQFD n'y participe pas. »

« Encore heureux qu'il nous reste un syndicat jaune ; de vrais jaunes contre les faux jaunes. Zut, où ai-je mis le numéro de mon fidèle gardien de syndicus politicus ... Ah voilà... [sonnerie] Salut Laurent, c'est urgent là, on est bloqué à France Inter, t'aurais pas quelques gros bras briseurs de grève illimitée ? Quoi ? La Boucherie Elerem ​ ? [un ange passe près du berger] Ah, c'est toi Aurore, j'ai dû me gourer de numéro dans ma liste... demande du Berger à la bergère... Désolé ! Ca va toi ? Non ? Tu es réfugiée dans les toilettes non genrées ? Oui, je sais, celles où il n'y a jamais personne. Ca doit bien ch..r au Palais Bourbon. Qui ça ? Tourtereaux ? Obligé par des 15 du mois de fumer 15 gitanes sans filtre ? La vache, qu'est-ce qu'ils lui mettent, les salauds de pauv... hem..Tu vois, quand je te dis qu'il faut toujours tenir sa langue de p...parlementaire... Surtout, tais-toi, monte sur la cuvette et mets toi du sparadrap. Bon, je te quitte car ça va sûrement chauffer ici aussi...Oui, t'inquiète pas c'est France Inter. Bisous »

« Edouard Philippe, on m'annonce que Marlène Schiappa vient à l'instant de se réfugier dans nos studios ! La voilà, d'ailleurs... Asseyez-vous, Madame la Sous-secrétaire d'Etat à l'égalité hommes-femmes... »

« Ah pardon : femmes-hommes, dans l'ordre alphabétisque, j'y tiens... Excusez-moi... oufff, je suis encore toute essouflée... pfiou... car j'ai longtemps tourné en rond... houlà... avant de finalement enfoncer la première porte.. keuf keuf keuf... qui était malheureusement fermée et... eingang bang... »

« Que s'est il passé ? Racontez-nous ! »

« Ouf ! ben, je suis toute chose... voilà, pouf, j'étais invitée à FIP pour notre programme de poilinisation de l'antenne...Car ouais, c'est intolérable qu'en 2019 .. en 2019 hein !? on ait encore une radio où des femmes-objets sussurent la météo des vents et la circulation des vécules et excitent les mâles dominants qui après vont harceler des femmes... ouais, j'dis bien des femmes innocentes. Nan, mais allô quoi, c'est dingue de vivre encore comme au Moyen-Âge... »

« ...Et donc, il n'y a plus de speakerines maintenant ? »

« On poilinise mais faut pas avoir peur, hein ?! Ca pique pas... lol. Ouais, on a mis quelques mecs... Pas dégueus d'ailleurs, relol... Enfin... c'est pas des mâles dominants... on les a bien cotchés... ils vont d'ailleurs être scotchés sur un char fleuri FIP pour la fête des genres... »

« D'accord, et les Gilets jaunes, ils ne vous ont pas trop secouée ? »

« Naan, personne ne me secoue, moi ! C'est pas demain la vieille ! Une femme libre doit pouvoir se secouer toute seule. Je leur ai tiré la langue - naaah ! - et j'ai pris une TrotinetteLib abandonnée. Ensuite, j'ai descendu deux étages sur le c.., enfin... j'ai trotté, mais comme une cloche, dans le sens FIP-France Info et là, j'ai rencontré plusieurs affreux masculinistes, rasés d'la tête et tatoués d'partout... et alors...mais naan, vous croyez que je vais tout vous dire ! Taratintin ! Je raconterai ça dans mon prochain bouquin... »

« D'accord, restez avec nous, Marlène... Edouard Philippe, un commentaire ? »

« Fabienne, vous avez raison de me poser la question, je ne me réfugierai pas derrière mon petit auriculaire. D'abord, je promets d'acheter votre futur livre, Marlène ; un geste solidaire face à des brutes sans foi ni loi... Ensuite, heu... je vais à l'instant appeler l'Etat-Major pour envisager une solution radicale... »

« L 'armée, vous ne craigniez pas que... »

« Ecoutez, c'est dans des moments pareils, qu'on reconnaît un grand chef d'Et... heu... de gouvernement... heu... le Président étant indispos... empêché. »

« Ces paroles qu'écoutent des millions d'auditeurs resteront dans l'histoire ! »

« Merci Fabienne ! Je sais que je peux compter sur la solidarité de votre profession. Un instant que je trouve mon téléphone ultra-sécurisé Taupex pour contacter notre PC anti-atomique... Tiens, il n'est pas dans ma poche... Marlène, ne seriez-vous pas assise dessus, par hasard ? »

« Naan, j'crois pas. Fais-vibrer ton Tampex, mon doudou, pour voir... »

« Si vous vous rappelez du numéro, Edouard Philippe, tenez, faites-le sonner avec le mien ! »

« Merci Fabienne. [bruit de touche de smartphone] Bizarre, ça sonne, mais on ne l'entend pas ici... Ah quelqu'un décroche... Qui ? Alexandre ? Mais où es-tu et que fais-tu avec mon téléphone ultra-sécurisé ?! Où ? Au poste ! Encore ?! Ah, pas en France... Comment ça, pas en France ! Où ça alors ? Tu ne peux pas me le dire ?! Secret-défense !!! Mais t'as tiré mon téléphone Tarpex... quand est-ce que tu vas me le rendre ? J'en ai besoin là pour appeler l'Etat-Major ! Tu pourrais les appeler toi, s'il te plaît ? C'est urgent. Ouais, qu'ils envoient tout de suite des parachutistes à Radio France. On est assiégés. Comment ça, à Aix-La-Chapelle ? Le QG de l'armée transféré là-bas en urgence ?! Mais personne ne me dit rien... Quel bordel... Et le PR, il est à Brégançon ou à Aix-La-Chapelle ? Sans nouvelles depuis deux heures ?! Mais... et son téléphone ultra-sécurisé Toupex, y répond pas ? Comment ?! C'est toi qui l'a aussi !!! Comment ? Un policier islandais va te confisquer tous tes téléphones ! Mais on fait quoi là ?! Quoi ? [tut...tut...tut] »


« Monsieur le Premier ministre, que comptez-vous faire pour sauver la République et accessoirement le Service public de la vindicte populaire ? »

« Heu... hum ! Laissez-moi réfléchir... »

« Moi j'sais, y a qu'une seule solution ! »

« Laquelle, Marlène Schiappa ? »

« Déclarer la guerre à l'Italie ! »

« Edouard Philippe, acquiesez-vous à l'idée lumineuse de la Sous-Sec... »

« Faudrait déjà pouvoir contacter l'Etat-major... »

« Moi, j'peux y rouler, j'ai laissé ma trotinette dans le couloir ! La Chapelle, j'connais bien, j'y vais souvent m'y promener en minijupe ! »

« Marlène... Aix-La-Chapelle, Marlène ! »

 « Attendez, je vous coupe tous les deux, on me dit dans mon oreillette qu'un Gilet jaune égaré a été capturé par la patrouille des 25 humoristes de France Inter. Tenez, d'ailleurs, le voici baillonné ! »

« Laissez-le moi ! Laissez-le moi ! »

« Non, Marléne. Ne lui arrachez pas les yeux. Nous ne sommes pas des barbares, par Jupiter ! J'ai une meilleure idée... J'ai dans ma serviette un produit qui saura délier sa langue, pour qu'on sache enfin si Salvino et Di Mayi sont derrière tout ça !  »

« Moi, j'mets jamais rien dans ma serviette. Question de principe. »

« Que nous sortez-vous là, Edouard Philippe ? »


« Ceci. Le professeur québécois Sevère Burnet a récemment mis au point ce produit à base de propamétalol, le RealNews ; une molécule qui diminue l'impact émotionnel d'un souvenir traumatique et donc parfait dans le cas présent... »

« Mmmhhhhmmm ! Mmmhmhhhmmm ! »

« On reste calme. Après cette petite injection indolore, nous allons être enfin fixés sur l'ennemi transalpin ! »

« Je commente pour les auditeurs : tandis que Marlène Schiappa, sous-secrétaire d'Etat à l'égalite femmes-hommes et aussi à la lutte contre les FakeNews, est assise à califourchon sur notre cobaye jaune devenu vert, tout en lui tenant les membres, Edouard Philippe, premier ministre de la France, se prépare à lui faire une injection postérieure.  »

« Il se débat le vilain bougre... »

« Aïeheiiiin ! Mais ça va pas, doudou, non ?! »

« Oups... pardon Marlène, je vous ai piqué ! »

« Mais c'est intolérable Doudou, qui te permet de darder ainsi une femme par derrière ?! »

« Hé ho ! Vous n'aviez qu'à bien vous tenir, Marlène... Et puis, à ma décharge, difficile de viser ailleurs ! »

« Marlène,vous ne souffrez pas trop, j'espère ? Les auditeurs vont s'inquiéter... »

« Non, oui... oui, non... Je ne sais pas... Je ne sais plus... »

« Marlène, vous commencez à nous faire peur, là ! Répondez-nous ! Secouez-vous ! »

« c... t..., p.... »

« Comment ? Parlez plus fort ! Que dites-vous ? »

« Coffi-tiii ? pliiiiiize, coffi-tiii ?... »

« Vous nous avez quittés, Marlène... Dès que possible on vous rapatriera en Corse, si, d'ici là, les Italiens n'ont pas envahis l'Île de Beauté. C'est moche. Edouard Philippe, un commentaire ? »

« Heu... je... hum hum... Je crois qu'il est temps pour moi de tenter une sortie en trotinette, en direction de la Rue de Varenne... »

 

Articles précédents :

Emmanuel Macron invité à la Matinale de France Inter (24/10/2018)

https://www.agoravox.fr/culture-loisirs/parodie/article/macron-invite-a-la-matinale-de-208843

Peut-on rire de tout ? Le Téléphone sonne, France Inter (18/11/2016)

https://www.agoravox.fr/culture-loisirs/parodie/article/peut-on-rire-de-tout-le-telephone-186650

La matinale de l'été (les attentats, ce que l'on sait), France Inter (15/09/2016)

http://www.agoravox.fr/culture-loisirs/parodie/article/la-matinale-de-l-ete-france-inter-184608

La Norvège, 22 ans après le non à l’Europe, Le téléphone sonne, France Inter (13/07/2016)

http://www.agoravox.fr/culture-loisirs/parodie/article/la-norvege-22-ans-apres-le-non-a-l-182766

Géopolitique II, Poutine et le Caucase, France Inter (11/04/2016)

http://www.agoravox.fr/culture-loisirs/parodie/article/geopolitique-ii-france-inter-179805

Boomerang - France Inter (22/03/2016)

http://www.agoravox.fr/culture-loisirs/parodie/article/boomerang-france-inter-179088

La Russie, le grand jeu dangereux, 7/9 de la semaine, France Inter (27/02/2016)

http://www.agoravox.fr/culture-loisirs/parodie/article/la-russie-le-grand-jeu-dangereux-7-178176

7/9 du dimanche, France Inter (8/02/2016)

http://www.agoravox.fr/culture-loisirs/parodie/article/7-9-du-dimanche-france-inter-177412

Sarkozy invité de la Matinale, France Inter (19/12/2015)

http://www.agoravox.fr/culture-loisirs/parodie/article/sarkozy-invite-de-la-matinale-175603

Valls invité de la Matinale, France Inter (24/11/2015)

http://www.agoravox.fr/culture-loisirs/parodie/article/valls-invite-de-la-matinale-france-174526

Géopolitique I, France Inter (27/10/2015)

http://www.agoravox.fr/culture-loisirs/parodie/article/geopolitique-france-inter-173390


Moyenne des avis sur cet article :  4.65/5   (17 votes)




Réagissez à l'article

7 réactions à cet article    


  • pierre 9 mars 18:03

    Excellent, merci



      • toyet 10 mars 09:42

        ça serait drôle si cela ne fonctionnait pas, mais Macron a gagné ! les gilets jaunes sont écrabouillés. Quand on voit la bande à Mélanchou se ridiculiser sur les plateaux télé pour être sûr de faire un mauvais score aux européennes, oui tous pourris, aucun parti ne défend les intérêts du peuple, tous veulent notre asservissement. Votons pour la grosse blonde pour semer le bordel prémisse à une révolution sociale 


        • arax arax 10 mars 12:16

          @toyet
          A mon avis le mouvement des Gilets jaunes est loin d’être réduit par le gouvernement, pour plusieurs raisons :
          1 > Le soutien aux revendications par une majorité de Francais, et ce, après trois mois
          2 > La participation hebdomadaire d’environ 100 000 personnes, qui ne sont pas toujours les mêmes, donc de beaucoup plus en fait ; ce qui est inédit.
          3 > Le grand débat va faire un flop retentissant.
          4 > De plus en plus de condamnations internationale vis-à-vis de la stratégie du maintien de l’ordre
          5 > L’extension du mouvement à d’autres pays européens
          6 > La baisse du pouvoir d’achat et la désindustrialisation se poursuit.
          7 > La LREM va être durement sanctionnée aux Européennes
          8 > Macron est totalement discrédité sur la scène internationale, s’étant, de plus, mis à dos une partie des pays européens.
          9 > Tout comme son discours de la Sorbonne, la lettre de Macron aux Européens est un tissu d’âneries et de délires fédéralistes qui doit bien faire sourire à Berlin.
          10 > Une grave crise bancaire se profile car rien n’a été réglé il y a dix ans.


        • arax arax 10 mars 12:17

          @toyet
          Le RN est discrédité d’emblée par son refus de sortir de la zone Euro.


        • Eric F Eric F 11 mars 11:57

          @toyet
          Macron remonte lentement la pense à cause de l’essoufflement et de la lassitude, ses objectifs électoraux sont modestes : être le premier parti aux européennes. 25% lui suffirait, la gauche est morcelée et la droite parlementaire laminée (Juppé et Rafarin ont rallié la macronie). Reste effectivement la blonde qui le talonne, mais est elle aussi proche de son plafond de verre, et par ailleurs son programme n’est pas la « révolution sociale » mais plutôt la « révolution nationale ».


        • Eric F Eric F 11 mars 12:14

          La parodie est amusante, mais ça fait penser qu’il y a trois mois on pensait que le PM allait sauter et qu’il y aurait une dissolution de l’assemblée, en fait il a réussi à passer l’hiver et a regagné 6 points depuis son plus bas de décembre ...à seulement 28% de pour et 68% de contre cependant.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès