• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Sports > Alaphilippe a peut-être perdu le tour de France à cause de la durée du (...)
#82 des Tendances

Alaphilippe a peut-être perdu le tour de France à cause de la durée du protocole d’arrivée et du temps accordé aux interviews des médias

Pour les amateurs de cyclisme, le dernier Tour de France a été un régal, car assez riche en rebondissements, d'autant que pendant 14 jours jours, le maillot jaune a été sur les épaules du français Julian Alaphilippe !

Julian Alaphilippe a endossé le maillot jaune en gagnant la 3e étape le 8/07/19, et il le conservera pendant 14 jours (avec au passage en étant le gagnant de la 13e étape qui était l'étape contre la montre : wiki.

Donc notre Julian, pendant deux semaines, a dû bon gré mal gré se prêter aux cérémonies protocolaires des arrivées, et en plus donner de son temps (de récupération) aux très nombreuses sollicitations des médias !

La cérémonie protocolaire de la remise des maillots, des minutes néfastes pour la récupération physique des coureurs !

Chaque arrivée d'étape est suivie d'une cérémonie protocolaire qui consiste en la remise des maillots spécifiques, à commencer par celui du vainqueur de l'étape, puis ensuite ceux des classements (général, montagne, points, jeune).

La présence des porteurs des différents maillots est obligatoire à la cérémonie protocolaire. L'article 21 du règlement du Tour de France stipule : "Tout lauréat qui refuse de se prêter, en tenue de compétition, aux opérations protocolaires d’arrivée ou de départ est pénalisé (sauf cas de force majeure dûment reconnu par les officiels)" : Ici. Je n'ai pas trouvé le montant de la pénalité, mais pour info : Alaphilippe mis à l'amende après avoir zappé la presse : sanction 1.000 francs suisses soit 910 € d'amende : Ici.

Le sport moderne (et en particulier le cyclisme) est rentré dans une ère de « science médicale », c'est ainsi que l'alimentation, l’effort, la récupération et le repos obéissent maintenant à des règles et à des protocoles, avec notamment pour les cyclistes, sitôt l'épreuve terminée (pour le tour de France l'étape), chaque coureur pour éliminer l'acide lactique qui s'est accumulée dans les muscles de ses jambes (voir plus bas), « passe » obligatoirement par la séance home-trainer ! (il en est de même pour les départs des étapes, ou toutes autres épreuves contre la montre : Ici). Sur l'utilisation de l'home-trainer (échauffement, ou élimination del'acide lactique), regarder les résultats Google : Ici. A la télé, j'ai regardé quelques arrivées d'étape, et parfois, j'ai perçu brièvement des images d'un coureur dans une séance d'home-traimer pour éliminer l'acide lactique qui était stocké dans les muscles de ses jambes, hélas pour l'instant sur le web, je n'ai pas trouvé une vidéo pour l'inclure dans mon article !

L'acide lactique kézako ?

Regardons ensemble ce que dit Wikipédia sur l'acide lactique, et notamment le paragraphe : "Effort musculaire et fermentation lactique" : Ici… et maintenant comment l'éliminer, et là il y a deux méthodes, l’alimentation (boissons diverses nourritures, etc.) et surprenant pour les coureurs du tour de France, après leurs longs efforts physiques (de plusieurs heures), et bien ce n'est pas le repos ou la sieste, mais au contraire l'exercice physique dit « Récupération active », immortalisé par ces mémorables séances d'home-trainer. Sur ce sujet, j'ai trouvé plusieurs liens, l'un d'eux évoque une séance d'home-trainer qui sera suivie d'une « récupération dite passive » : source, et vous pouvez également consulter cette autre source : Ici... et en regardant aussi cette page du Point, vous remarquerez que le premier paragraphe indique : « Pas une seconde a perdre » : Ici. Autre page très intéressante sur ce sujet (même si cette dernière date du 08 juillet 2017) :

Son titre : "Tour de France. Comment les coureurs récupèrent-ils après l’effort  ?"

Une fois la ligne franchie, les coureurs du Tour de France doivent déjà se projeter sur l’étape du lendemain. Home-trainer, collations, cryothérapie, massage, tous les moyens sont bons pour permettre à l’organisme de récupérer. Éclairage avec Jean-Jacques Menuet, le médecin de l’équipe Fortuneo-Oscaro.

Pas un instant à perdre. Alors que les coureurs du Tour de France viennent de terminer l’étape, après plus de cinq heures d’efforts, ils doivent déjà se projeter sur l’étape du lendemain.

De la ligne d’arrivée à l’hôtel…

Une fois arrivé au bus de son équipe, un coureur monte sur le home-trainer. Durant dix à quinze minutes, il tourne les jambes. «  Cela va lui permettre de véhiculer une partie de l’acide lactique formée pendant l’effort  », indique Jean-Jacques Menuet, médecin de l’équipe Fortuneo-Oscaro. Après cet aspect physiologique, il est essentiel de prendre en compte le côté nutritionnel de la récupération. En montant dans le bus, un coureur prend une boisson, qui est un mélange de Saint-Yorre et de jus de raisin. Mais aussi une collation. «  Durant 90 minutes, les muscles absorbent tout ce qui est mangé. Les coureurs suivent donc une alimentation adaptée en glucides, protéines et minéraux. Ils vont prendre du riz au lait, de la semoule ou une salade de pâtes.  »

Durant le trajet vers l’hôtel (souvent autour d’une heure), les coureurs de l’équipe Fortuneo-Oscaro s’équipent de bottes. Grâce au système Game Ready (cryothérapie), elles font circuler de l’eau froide (1 à 5°) au niveau de leurs jambes, «  qui va refroidir les muscles qui ont travaillé mais aussi optimiser le retour du système veineux via la compression. Jean-Jacques Menuet, médecin de l’équipe Fortuneo-Oscaro : Source.

Conclusion !

Pendant deux semaines, Julian Alaphilippe, du fait qu'a chaque arrivée d'étape il a dû se plier aux contraintes des séances protocolaires (remises du maillot, interviewes en direct après des différents médias (radio, Télé, presse écrite), conséquence il perd des dizaines de précieuses minutes, alors que pendant ce temps ses adversaires, eux, les utilisaient pour les mettre à profit pour récupérer !

... alors un message perso à Christian Prudhomme directeur du Tour de France !

Je vous entendu dire plusieurs fois que votre souci principal était la sécurité et le respect des coureurs... et bien justement ce qui me chagrine un tantinet, c'est le protocole d'arrivée avec sa remise des maillots respectifs : jaune, vert, à pois, blanc, qui au total, comme dirait l'autre, dure un certain temps. Pour info, je ne regarde presque plus le Tour à la télé, car il y a une chose qui me gonfle, c'est que le réalisateur fait trop joujou avec ses manettes, il s'en suit un perpétuel changement d'images, et souvent les images que nous voyons à l'écran ne sont absolument pas raccord avec le ou les commentaires que l'on entend, donc c'est pénible de chez pénible... à moins que ce soit bibi le vrai pénible... toujours est-il qu'avant, il y a une bonne dizaine d'années, les protocoles d'arrivées, je les regardais en entier, mais maintenant ces derniers sont de l'histoire ancienne. Autre fait qui m'interroge, la durée de ce protocole (surtout pour une course à étapes), qui je pense est préjudiciable pour la récupération des coureurs. Alors au lieu d'un protocole « statique », pourquoi ne pas le remplacer par un protocole plus sportif, comme par exemple la remise des maillots spécifiques alors que le coureur fait sur un home-trainer sa séance de pédalage pour éliminer l'acide lacrique de ses jambes ? Le coureur n'aurait même pas la peine de descendre de son engin, il lui suffirait juste de s’arrêter de pédaler quelques petites minutes. Je pense que de telles scènes « auraient de la gueule » et le public comme les téléspectateurs, sachant les raisons de la cause (grâce à des informations préalables), applaudiraient ! A l'heure actuelle, avec les techniques et matériaux nouveaux, un tel dispositif n'est pas du domaine de l'impossible.

… Ah !, j'ai oublié, qu'en pensent les coureurs et leurs directeurs sportifs ?... et comme ont dit, idée à méditer et à réfléchir !

Egan Bernal : le vainqueur du tour de France, est néanmoins un phénomène, et quid de l'altitude sur l'organisme ?

C'est le Colombien Egan Berna : wiki, qui âgé de 22 ans a remporté le tour 2019. En consultant son palmarès, nous voyons que nous sommes en présence d'un « phénomène » car en plus, ce dernier a des capacités physiques exceptionnelles : source, et comme il passe beaucoup de son temps chez lui en Colombie dans la ville de Zipaquirà qui est a une altitude de plus de 2600 mètres : wiki, il peut bénéficier ainsi de tous les effets bénéfiques que l'altitude apporte pour les sportifs : sources. Il est certain que la particularité de son lieu de résidence a de l'influence sur sa condition physique. Concernant sa ville de résidence Zipaquerà, avec une recherche sur le web, j'ai trouvé une page où est mentionné ce tableau climatique, nous pouvons donc en déduire qu'avec de tels relevés, la possibilité de neige devrait être assez mince, ce qui lui laisse de nombreux jours pour faire du vélo, mais d'après ces relevés nombre de jours avec la pluie (à l’extrême droite) et assez importante, en moyenne plus d'un jour sur deux, donc pour l’entraînement sur route, ben, il lui faut juste prévoir des vêtements de protection pluie ! De plus, si la ville de Zipaquirà (2600 mètres) est sous la neige, d'un « coup de voiture », il est possible par exemple de descendre de 500 mètres, et à 2100 mètres, les effets bénéfiques de l'altitude sur l'organisme pour les sportifs agissent toujours !

Julian Alaphilipe, lui, réside bien plus bas, en Andorre aux alentours des 1.000 mètres : source ( outre un régime fiscal avantageux, d'autres cyclistes pros, et également d'autres sportifs, résident eux aussi en Andorre : Ici).

Quid de l'altitude sur l'organisme ?

Nous venons de voir que le Colombien, vainqueur du tour 2019, réside en haute montagne, et profite surtout du fait que l'altitude augmente la production de globules rouges (résultat de la moindre concentration de l'air en oxygène) : source. Un autre coureur de renom, Christopher Froome, quatre fois vainqueur de tour de France parcourt le monde pour s’entraîner en altitude : USA, Afrique du Sud, et notamment en Espagne à Tenerife sur le fameux Mont Teide : wiki, et ses 3500 mètres d'altitude, puis ce sont les pentes du Zoncolan en Italie qui ont été son terrain d’entraînement : source.

En France, pour que les sportifs puissent bénéficier de l'altitude, nous avons dans les Pyrénées le Centre national d'entraînement en altitude - CREPS implanté à Font-Romeu à 1850 mètres : wiki, mais pourquoi ne pas utiliser la station de ski la plus haute d'Europe qu'est la station de Val Thorens perchée à près de 2.300 ms d'altitude : wiki ?

En période hivernale pour les véhicules, l’accès à la station de Val Thorens est obligatoire avec des équipements spéciaux (chaînes, pneus neige), donc la route est souvent très glissante, et elle ne permet pas la pratique du vélo de course dans des conditions de sécurité, mais avec le home-trainer l’entraînement en altitude n'est pas interrompu !

Liens en annexes :

Julian Alaphilippe offre son maillot jaune à un enfant frigorifié : Ici (si nous pouvons saluer le geste humanisme et paternel de Julian, par contre questions sur les adultes qui accompagnaient le môme ?)

Usé par son tour de France, Alaphilippe va prendre « un peu de vacances » : source.

« L'utilisation » de l'altitude pour les sportifs de haut niveau est maintenant monnaie courante, même que maintenant il est proposé à la vente ou il est possible d'installer des chambres à hypotoxie : Ici, avec celles-ci, en basse altitude, vous pouvez faire des séances d’entraînement home-trainer avec la raréfaction de l'oxygène, comme si vous étiez en haute montagne ! Sur ce sujet, autres résultats Google, et notamment : celui-ci.

 Avec le home-trainer, témoin principal de l'évolution technologique, terminé l’entraînement solitaire, maintenant il peut être collectif et donner lieu à des compétitions : vidéo.

L'image qui illustre l'article à été copiée sur ce site.

Merci de m'avoir lu.

 

Gilbert Spagnolo dit P@py


Moyenne des avis sur cet article :  3.28/5   (18 votes)




Réagissez à l'article

69 réactions à cet article    


  • Fergus Fergus 7 août 13:00

    Bonjour, Gilbert

    A mon avis, Alaphilippe n’a jamais eu le niveau pour gagner le Tour. Il est avant tout un coureur de classique doté d’une énergie et d’une volonté qui lui permettent de se transcender sur plusieurs jours, mais pas au point de gagner le Tour. Si la fin d’étape vers Tignes n’avait pas été amputée, il aurait d’ailleurs d’ores et déjà perdu la course en lâchant plusieurs minutes à la concurrence ce jour-là.


    • Fergus Fergus 7 août 13:04

      Alaphilippe l’a d’ailleurs bien compris puisqu’il a d’ores et déjà annoncé qu’il ne courrait pas pour le classement général en 2020, ce qui démontre qu’il est lucide sur ses capacités.

      Pour ce qui est de l’intérêt de ce Tour, bof ! Ni le Néerlandais ni l’Allemand présents dans le top 5 n’ont tenté quoi que ce soit pour contrer l’équipe Ineos. Bref, un scénario assez classique, Alaphilippe n’ayant jamais été en situation de pouvoir l’emporter !


    • Gilbert Spagnolo dit P@py Gilbert Spagnolo dit P@py 7 août 13:58

      @Fergus


      Sur que le Colombien vient de placer la barre très très haut !


      Comme je le laisse en filigrane , je pense que ce tour a était dans le style de la fable du lièvre et de la tortue !


      attendons sereinement la revanche de l’an prochain.


      Concernant la déclaration de J. Alaphilippe : « puisqu’il a d’ores et déjà annoncé qu’il ne courrait pas pour le classement général en 2020, ce qui démontre qu’il est lucide sur ses capacités ».


      Alors déclaration sous le coup d’un déception, et éviter ainsi toutes futures « fanfaronnades » et pour pouvoir tranquillos se préparer un max pour une éventuelle revanche ?


      Technique qu’ont certains animaux et employée parfois par les humains « faire le mort pour surprendre » !


      Comme dit l’autre : Qui vivra verra !


      @+ P@py



    • Norbert 9 août 13:02

      @Fergus

      Permettez moi de vous dire que vous ne connaissez pas bien ce sport. 
      1) Ce que dit cet article est tout à fait exact. Alaphilippe a perdu beaucoup de temps de récupération.
      2) Alaphilippe n’avait pas vraiment l’équipe pour l’objectif suprême.
      3) Alaphilippe a roulé un petit peu trop dans le rouge pour gagner ses étapes. En courant pour la victoire finale il se serait contenté de bien figurer en préservant au maximum ses forces. 20 minutes avec seulement 2 pulsations « en trop » peuvent suffire à vous « cramer » pour les lendemains.
      4) Alaphilippe est un coureur surdoué qui a montré qu’il pouvait durer sur une course à étape de plusieurs semaines et bien que trop émoussé sur la fin pour pouvoir prétendre à la victoire, il ne s’est pas non plus effondré. 
      5) En courant pour gagner le tour, Alaphilippe devait renoncer en partie à ses victoires d’étape sans non plus être certain de l’emporter. Donc son calcul est logique : Prenons ce qu’il y a à prendre et on verra. 
      6) L’année prochaine Frome, Bernal et d’autres rendront la concurrence encore plus difficile et le choix d’Alaphilippe d’assurer en renonçant au classement général est pour le moins un choix rationnel surtout qu’il sera surveillé. Le punch d’Alaaphilippe est tellement impressionnant qu’il lui est plus facile d’assurer des victoires d’étapes. Sans ce talent extraordinaire il serait paradoxalement peut-être obligé d’avoir plus d’ambition au Général.

      Mais ne dîtes pas qu’Alaphilippe n’a pas le niveau. SVP.

      NB : Et je n’ai aucune sympathie particulière pour les coureurs français parce qu’ils sont français !


    • Gilbert Spagnolo dit P@py Gilbert Spagnolo dit P@py 9 août 14:34

      @Norbert

      Enfin une personne qi a compris le sens de mon article, surtout l’évidence home-trainer /récupération.

      Pour résumer comme je l’ai déjà évoqué Alaphilippe/Bernal , ben c’est pile-poil la moralité de la fable du Lièvre et de la tordue !


      @+ P@py



    • Axel_Borg Axel_Borg 12 août 15:31

      @Norbert,

      Alaphilippe vise le Ronde en 2020 car en effet pas de grimpeurs (surtout avec le départ d’Ernic Mas chez Movistar du fait des départs de Quintana et Landa) pour l’épauler chez DQS pour l’an prochain où l’Alpe d’Huez voire le Mont Ventoux pourraient être au programme, donc bien plus dur que le parcours 2019 pour les Alpes ...

      Au mieux il reviendra pour le classement général en 2021 mais attention le parcours 2019 lui était super favorable, et maintenant qu’il a fait 5e personne dans le peloton ne le laissera partir à sa guise comme il a pu le faire à Epernay tout seul ou Saint-Etienne avec Pinot à la poursuite de Thomas de Gendt ...
      Ineos a souffert du Tour manqué de Kwiatkowski le rouleau-compresseur était clairement en-dessous de ses capacités. Le proprio Jim Radcliffe le rappellera gentiment à Dave Brailsford, lui qui vise une autre poule aux oeufs d’or via l’OGC Nice.

      Pour en revenir à notre Alaphilippe national ... Excellent puncheur qui pourra gagner à Plumelec, Mur de Bretagne, Mende, Superbesse ... ce genre d’étapes mais au mieux il fera un podium et encore je suis généreux ...

      Je ne suis sur qu’il ne peut pas le gagner à moins d’un coup tactifque façon Lorient 1960 ou Futuroscope 1990 mais comment imaginer qu’il puisse bénéficier d’un tel bon de sortie, à supposer qu’il sacrifie une saison pour le Tour ce qui est le modus operandi depuis LeMond et Indurain ...

      Gros moteur et capable de souffrir sur sa salle mais trop juste en très haute altitude, on l’a vu dans le Tourmalet, dans le Galibier, dans l’Iseran et à Val Thorens.
      Comme le dit Fergus, si l’étape du vendredi était allée jusqu’à Tignes, Alaphilippe aurait fini non pas 5e mais sans doute 8e ou 9e, derrière Landa, Quintana, Uran voire Valverde au classement général de cette édition 2019.

      Il est certes meilleur qu’un Jalabert en montagne (4e en 1995 sa grande année) mais clairement pas à la cheville d’un Bernal ou même d’un Pinot dans les cols. Plus fort que Virenque en CLM mais attention j’aurais bien aimé le voir contre Dumoulin, Roglic et Froome tous absents à Pau rappelons le ...
      Et comme Prud’homme ne lui donnera guère plus de CLM individuel que cette année, je vois mal comment Alaphilippe pourrait succéder à Hinault dans de telles conditions ...

      Bref à lui de viser le Ronde (attendue depuis Jacky Durand en 1992), la Doyenne (attendue depuis Hinault en 1980), pourquoi pas Paris Roubaix (espéré depuis Guesdon en 1997), le Mondial (attendu depuis 1997 et Brochard), l’or des JO à Tokyo et surtout Paris 2024 plutôt que de s’éparpiller comme un Bardet à gagner un Tour trop grand pour lui ...

      Qu’il cherche à imiter Argentin, Bettini, Museeuw, Bartoli, Kelly, Boonen, Cancellara, Freire, Sagan, Zabel ou Gilbert, les grands maîtres des classiques depuis les années 80-90, plutôt que de vouloir à tout prix ramener la Toison d’Or à Paris ...


    • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 12 août 16:15

      @Axel_Borg

      Salut . Me disais aussi Axel n’ est pas venu sur le topic . Sinon il nous a enflammé le gamin et c’est là l’essentiel. Beau tour pour lui et pour nous derrière les téloches . Qu’il gagne un Paris-Roubaix !


    • Axel_Borg Axel_Borg 12 août 16:28

      @Aita Pea Pea,

      Oui qu’il ne fasse pas l’erreur d’un Valverde qui aurait pu gagner plus de classiques s’il avait fait l’effort de viser plus le printemps, mais trop polyvalent et prisonnier de sa nationalité espagnole, « El Imbatido » a toujours du doubler Tour et Vuelta presque chaque année, ne parvenant à gagner le Mondial qu’à 38 ans après 6 podiums (2 en argent et 4 en bronze), ce que ni Kelly ni Jalabert n’avaient fait parmi les super polyvalents ...

      Résultat pour le Murcian : zéro victoire en Lombardie, à l’Amstel ou à San Remo (je ne parle pas de l’Enfer du Nord si atypique), seulement à Liège (4) et à la Flèche Wallonne (5). Un vrai tueur des ardennaises mais moins éclectique qu’un Philippe Gilbert qui a gagné tous les monuments sauf la Primavera ...

      Paris-Nice pourquoi pas, mais clairement pour moi Alaphilippe doit viser les classiques et le Mondial en priorité, le Tour seulement pour satisfaire le sponsor et se faire plaisir sur de belles étapes, mais pas le général.


    • sls0 sls0 7 août 17:27

      En colombie on fait du vélo en altitude aussi pour avoir une température plus basse. C’est un pays humide, chaleur et humidité c’est le coup de chaleur assuré lors d’un effort intense.

      Chez moi des cyclistes on en voit qu’au dessus de 500m d’altitude.

      Rouler pépère à 25km/h avec une température de 32° mais avec une hygrométrie basse comme en Espagne la température corporelle augmentera de 0,7° au bout de 7h. Chez moi même température mais une hygrométrie élevée on atteint l’alarme des 0,7° en 37 minutes.

      Quand je retourne en France une canicule ne me dérange pas, mon corps est accimaté. Le matin il fait 29°, c’est au dessus des 25° nocturnes des normes canicules.

      Les sportifs de haut niveau on une régulation corporelle assez exeptionnelle, le fait de venir d’un pays chaud et humide peut être un plus coté régulation.

      Simpson est mort d’un coup de chaleur, le dopage avait permis de dépasser des limites physiologiques mais pas la régulation de température.

      Le coup de chaleur c’est une mortalité de 30 à 50%, ce n’est pas bénin.


      • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 7 août 21:43

        Ce fut un très beau tour malgré l’avis des cassandres . Et ce depuis longtemps.


        • Gilbert Spagnolo dit P@py Gilbert Spagnolo dit P@py 7 août 21:48

          @Aita Pea Pea

          Dommage que la retransmission téloche soit si nulle ( commentaire /raccord images )

          @+ P@py


        • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 7 août 22:04

          @Gilbert Spagnolo dit P@py

          J’ai pas trouvé...Sinon l’abandon de Pinot ça m’a pris aux tripes...tout ça pour s’être foutu un coup de genou dans le guidon... Pour les commentaires c’est vrai que Jalabert l’ est pas a foutre le feu.


        • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 7 août 22:17

          @Aita Pea Pea

          Pour Julian il évolue d’ années en années...là il a eu aussi un problème d’équipe. On verra s’il se laisse tenter pour aller voir ailleur. L’ essentiel est qu’on l’a aimé le gamin .


        • Fergus Fergus 7 août 23:26

          Bonsoir, Aita Pea Pea

          Oui, l’abandon de Pinot a été le coup dur pour le Tour car lui seul semblait en mesure de briser la domination relativement étriquée de l’équipe Ineos. Personnellement, je n’ai jamais cru en Alaphilippe. Mais il m’a quand même surpris en tenant aussi longtemps dans un rôle pas taillé pour lui au niveau du classement général.

          A l’arrivée, quelques bons moments, mais qui ne me laisseront pas le souvenir d’un grand Tour. Cela aurait pu en être un si Pinot avait dynamité le groupe des favoris, quitte à passer par la fenêtre ; Ce n’est évidemment qu’un ressenti personnel. Sans doute suis-je trop exigeant...


        • velosolex velosolex 8 août 11:41

          @Aita Pea Pea
          Salut. Le genou est le talon d’Achille du cycliste. Gianni Motta dans les années, qu’on comparait à Coppi ne se remis jamais d’un mal récurent au genou. Dumoulin traverse une année blanche, après une chute sur le genou en début de saison. Les chutes sont un gros problème dans le cyclisme. On a imposé les casques, mais les routes se sont rétrécis, et avec les équipements routiers, ( dos d’ânes, ronds points, rétrécissements) elles s’apparentent à des courses de chars romains, où l’on ajoutait ce genre d’obstacle et de piment...Mais même les gladiateurs n’avaient pas d’oreillettes. Alors qu’on interdit la téléphonie aux conducteurs, les cyclistes sont parasités par des ordres parfois débiles, et hors contexte, perturbant leur vigilance, et l’esprit de la course. Lambrecht, un coureur belge de 22 ans vient de mourir. Un espoir qui est devenu un désespoir !


        • Gilbert Spagnolo dit P@py Gilbert Spagnolo dit P@py 8 août 11:56

          @velosolex

          Ton observation sur les oreillettes est très très pertinente, sûr que parfois celles-ci perturbent l’attention du coureur dans un moment ou ce dernier doit l’avoir au maximum !


          Je me demande si l’interdiction aux directeurs des équipes ne serait pas une bonne chose, et laisser juste à la direction de course la possibilité de communiquer que des messages qui concernent la sécurité !


          @+ P@py


        • velosolex velosolex 8 août 11:59

          @Fergus
          Deux mesures essentielles pour redonner du jus au tour : Supprimer les oreillettes, et le cardiomètre, qui permet aux coureurs de ne jamais rentrer dans la zone rouge. C’est toute l’intelligence de course, et de son propre corps, qui a été ainsi aboli. 


        • Fergus Fergus 8 août 12:01

          Bonjour, velosolex

          Je partage totalement le contenu de vos deux commentaires.


        • velosolex velosolex 8 août 12:10

          @Gilbert Spagnolo dit P@py
          Il faut avoir maintenant un degré de vigilance extrême. La vision d’un cycliste s’apparente à celle d’un requin. Il est totalement myope, ne voit pas plus loin que le maillot de celui qui est devant, et les obstacles surgissent aux derniers moments. Il est évident qu’une intervention téléphonique à ces moments clés, par oreillette, peut et a été déterminant dans des chutes. 


        • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 8 août 12:57

          @velosolex

          Salut. Entièrement d’accord pour les oreillettes.


        • Jean-Paul Foscarvel Jean-Paul Foscarvel 11 août 12:51

          @velosolex
          « le genou est le talon (d’Achille) du cycliste »
          Physiologiquement, ils sont bizarrement constitués.


        • Hijack Hijack 8 août 00:49

          Bien qu’Alaphilippe n’a pas la carrure pour gagner un Tour (en dominant du début à la fin, pas obligatoirement en portant le jaune avant l’arrivée finale) ... il reste malgré tout un petit champion, comme Pinot ou Bardet. En fait, par la tête, les épaules et les jambes, on voit bien qu’il est au bout de ses limites et lui-même l’a bien compris, tout comme ses compatriotes que je cite. Je parle bien pour le Tour, car pour les classiques ... pas de souci, il fera partie des meilleurs. 

          Le jeune colombien en a étonné plus d’un ... et sa progression sera à suivre.


          • Hijack Hijack 11 août 16:23

            @Hijack

            J’ai oublié de dire que certes les cérémonies, aussi bien de départ et d’arrivée, sont inutiles, justes du mauvais cinoche. Mais que cela perturbe à ce point les performances d’un cycliste sur long parcours du Tour (aussi bien par jour, que sur sa totalité) est ridicule. Un champion peut être agacé par certains trucs traditionnels, mais que ça lui fasse perdre ses capacités physiques, faut pas rigoler ! ...


          • dr.jambon-beurre dr.jambon-beurre 8 août 05:22

            Sinon, c’était comment le dopage cette année ? Et les nouveaux moteurs électriques cachés dans le cadre ? Ou une autre nouvelle trouvaille peut être ?

            Quel spectacle pour abrutis ! Tout est faux, et c’est presque pire que les livres d’histoire ou la conquête spatiale.


            • dr.jambon-beurre dr.jambon-beurre 8 août 05:25

              @dr.jambon-beurre
              Pas faux ! Bonne analyse ! Je vous aime !

              C’est dommage quand même car l’ambiance au bord des routes est vraiment sympa. Et cette caravane et ses cadeaux qui passe à la fin, un vrai régal pour les grands et les petits.


            • Ruut Ruut 8 août 08:16

              @dr.jambon-beurre
              Il manque l’interdiction des véhicules thermiques dans l’accompagnement (journalistes inclus).


            • Gilbert Spagnolo dit P@py Gilbert Spagnolo dit P@py 8 août 09:58

              @dr.jambon-beurre

              STP ; arrête un instant de faire le grincheux ; le Tour le plus grand spectacle sportif du monde,( et gratos ), ambiance générale bon enfant, à des années lumières de l’ambiance des footeux !



              @+ P@py


            • yapadekkoaqba yapadekkoaqba 8 août 07:07

              Le favori de Macron a foiré.


              • Ruut Ruut 8 août 08:16

                @yapadekkoaqba
                C’est peut etre la malédiction LREM qui a encore frappée.


              • Gilbert Spagnolo dit P@py Gilbert Spagnolo dit P@py 8 août 10:10


                Excusez-moi d’avoir oublié de remercier les modérateurs qui ont validés mon article.


                Ceci étant dit, je vois que personne (pour l’instant ) n’évoque le paragraphe protocole arrivée !


                Dans les courses à étapes, c’est ce protocole d’arrivée ( qui est préjudiciable pour la récupération des coureurs ) qui me turlupine !


                Je cherche sur le web, les coordonnées des équipes cyclistes qui participent au Tour de France, et j’envoie un mail à leurs directeurs techniques ,.. et copie à Christian Prudhomme via ASO


                @+ P@py


                • velosolex velosolex 8 août 11:31

                  Un tour très intéressant. Pas du fait de Bernal, surement doué, mais qui n’a pas fait le spectacle, simplement attentiste, épaulée par une équipe qui est le tenant cycliste du PSG, mais grâce à deux coureurs sympathiques, atypiques, tant ils semblent liés à une époque révolue, où le flair et le cœur étaient les principaux moteurs : Pinot, et Alaphilippe, coureurs généreux, intelligents, et à forte personnalité. Que ce dernier, sublimé par son maillot est réussi à le garder si loin relève de la légende. Le coup de mou qu’il eut ensuite s’explique par cette déflation. Pinot avait toutes les chances, et le potentiel de gagner ce tour. Une bordure maladroite lui fit perdre presque deux minutes en début de tour. Pour le reste, son accident musculaire, rarissime, dans le vélo est du à une chute évitée, tient de la deveine. Il avait laché Bernal à la pédale, et je pense qu’il aurait pu gagner...Pour le reste, une comète se profile. Evenepoel, une pépite belge de 19 ans qui vient de gagner la classique espagnole, très exigeante. On le compare à Merckx, et à Hinault réunis. Pourvu qu’il soit épargné par le destin, comme ce pauvre Bjorg Lambrecht, 22 ans, promis au plus grand espoir et qui vient de mourir, victime d’une chute. Une bien triste fin, qui rappelle celle du regretté Montsérré, dans les années 70. Et tant d’autres...Le vélo est plus dangereux que la formule 1 !


                  • nono le simplet nono le simplet 8 août 11:45

                    @velosolex
                    salut à toi
                    oui, tour passionnant ...
                    pour les disparitions il y a aussi Fabio Casartelli que j’ai vécu en presque direct ...
                    et le toujours jeune Agosthino mort à 200 m de l’arrivée à cause d’un chien ...


                  • velosolex velosolex 8 août 11:53

                    @nono le simplet
                    Salut
                    Agosthino était une légende. je me souviens de son émergence : Une coureur portugais inconnu accompagnait Merckx, échappé, lors d’un championnat du monde sur route.
                    Un maçon, dur à l’effort, qui courrait au début comme un chien fou...


                  • Dédé15 8 août 18:16

                    @velosolex
                    Je partage tous vos propos, exception faite de la comparaison entre Inéos et le PSG : Jusqu’à ce jour le PSG n’a rien gagné sur le plan international.

                    A propos de Bernal, et contrairement à ce qui a été dit par ailleurs, c’est son appartenance à Ineos qui l’a fait gagner, davantage que le fait d’être colombien.

                    Cette décennie 2010 a vu l’éclosion, pour ne pas dire l’explosion, de sportifs britanniques ou appartenant à des équipes britanniques. L’événement déclenchant étant la tenue des JO à Londres en 2012.

                    Par ailleurs je vois comme vous arriver le phénomène Evenepoel...et je continue à m’intéresser à ce sport, malgré toutes les suspicions qui l’entourent ! 


                  • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 8 août 18:44

                    @Dédé15

                    Salut . En même temps la victoire d’un colombien est bien pour ce pays qui attendait ça depuis longtemps.


                  • velosolex velosolex 8 août 22:15

                    @Dédé15
                    J’ai tendance à penser que certaines personnalités prédatrices et paranoïaques sont capables plus que d’autres de s’allier avec le diable, , tel Amstrong, que beaucoup suspectaient avant qu’il ne tombe. On ne devient pas grimpeur hors pair après avoir n’été qu’un honnête rouleur. A ce titre, des coureurs comme Jalabert qui se transforma de bon sprinteur en bête de course tous terrains forçait ses admirateurs à se mettre la tête dans le sable.
                    Il faut se rappeler comment un coureur comme Christophe Bassons, qui dénonça les pratiques mafieuses, et fut obligé de mettre un terme à une grande carrière, lui que lachait Virenque dans les côtes, à l’entrainement ( tous deux de l’équipe Festina). Le courage du peloton aurait pu inverser la loi du prédateur Armstrong ..Mais c’est Bassons qui fut mis à terre ...Autre coureur sacrifié : Gilles Delion, qui gagna le tour de Lombardie et mit un terme prématurément à sa carrière, car il ne pouvait plus suivre les coureurs qu’il lâchait l’année d’avant…..
                    Comme tant, je cours sans doute moi aussi après ma jeunesse, et je garde mes quinze ans, dés que je remonte sur mon vélo, le secret de l’éternelle jeunesse, admirant davantage ceux qui me font rêver que les comptables. 


                  • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 8 août 22:39

                    @velosolex

                    La vielle histoire lorsque nous arrivions face à une cote branleux ...toi t’es x , toi t’es y ...etc ...et la pedale a fond ...doux souvenirs.


                  • Gilbert Spagnolo dit P@py Gilbert Spagnolo dit P@py 9 août 10:02

                    @velosolex


                    Tu parles à un convaincu, car comme je l’ai indiqué dans une de mes réponses à l’âge de 18 ans,( 1956 ), j’ai fais du cycliste de compétition,.. et déjà à cette époque pour les courses amateurs de 4 éme catégorie ( la plu basse ) ça ce « chargeait » à bloc , c’est pour cette raison, que je n’en ai fais qu’un an, et j’ai préféré revenir au cyclotourisme !

                    De toute façon tout les sports compétition sont sous « médocs » et autres poudres de perlimpinpin !

                    C’est peut-être pour cette raison que je regarde le tour d’un œil distrait, d’autant (’ comme je suis un pénible de chez pénible ) je ne retrouve plus les qualités des commentateurs d’autant, et les images retransmises sont « montées » par un mec ( le réalisateur :) aime faire joujou avec ses manettes ( j’en ai déjà causé ) Réalisateur :Pour les émissions purement télévisuelles, divertissement, sport, captation de manifestation, où par définition il ne maîtrise pas totalement l’action, son rôle devient principalement celui d’un metteur en images, avec comme but, celui de retranscrire l’action de façon plaisante et compréhensible pour le spectateur. ;Wiki. ( en gras, c’est bibi )


                    @+ P@py


                  • velosolex velosolex 9 août 10:58

                    @Gilbert Spagnolo dit P@py
                    J’ai fait moi aussi de la compétition. Cela m’a marqué : L’ambiance, l’odeur d’embrocation, l’excitation avant le départ, le frottage dans les sprints qui vous fait prendre des risques insensés. Mais à vrai dire, j’étais fait pour l’entrainement, qui m’apportait tant de bonheur. J’ai connu des gars qui sont passés pros. Aucun n’a percé vraiment, même s’ils étaient vraiment très doués. Comme pour le foot, l’équipe est déterminante, même si à l’époque, les méthodes étaient très empiriques. Les salaires étaient à un autre niveau qu’aujourd’hui, où malgré tout, certains les plaignent. Rester amateur était tentant, car les courses nombreuses, et les primes assurées, surtout en Bretagne, par rapport à la Normandie par exemple, où les gens étaient généreux. Mais beaucoup étaient obligés de faire le barman l’hiver, ou laveur de carreaux...Il fallait être vraiment dur au mal. Le sport a toujours été en adéquation avec chaque époque, et je me souviens d’un article dans le miroir du cyclisme, où René Vietto, parlait des coureurs des années 70 comme des privilégiés...Il venait de la génération d’avant guerre, où faire des courses de 300 bornes était la règle, et où la plupart des coureurs se vivaient comme des privilégiés, en rapport à l’ouvrier, qui montait ses tuiles sur le toit, et les murs, à la force des bras. Avec ça un enthousiasme sur le bord des routes, des gens qui suivaient le tour à la radio, des gamins qui faisaient des sprints sur un vélo trop grand dans les villages. Je suis plus jeune de vous de vingt ans, mais j’ai goutté tout de même cette fièvre, et cette adoration que les gamins avaient devant les belles montures de la vitrine d’un marchant de cycle, à coté des mobylettes. Où sont les vitrines d’antan, et l’attente sacrée du peloton, le rêve d’une machine inaccessible ?...Que les belles bicyclettes « la perle », « Bertin »ou « Gitane » vous accompagnent


                  • velosolex velosolex 9 août 11:04

                    @Aita Pea Pea
                    Ducreux, une gloire normande, et Grelin en Afrique, ou la reconversion de deux coureurs cyclistes en pieds nickelés
                    https://bit.ly/2GVx9JF


                  • Gilbert Spagnolo dit P@py Gilbert Spagnolo dit P@py 9 août 12:12

                    @velosolex


                    Je me disais, .. vélosolex, avec un tel speudo, ce « mec » à fait du vélo .


                    Ce qui a de bien avec ce sport, qui est un sport d’endurance, ( en amateur sans avoir recours à des poudres de perlimpinpin ) c’est que c’est tout bon pour la santé, ça aide quand même pour devenir plus tard un vieux schnock  !


                    .. et maintenant les jeunes sont surtout musclés des pouces, .. au point d’avoir des tendinites !!!!


                    @+ P@py


                  • Gilbert Spagnolo dit P@py Gilbert Spagnolo dit P@py 9 août 12:25

                    @velosolex


                    Dans le registre souvenirs souvenirs


                    Le coureur Zaf, voir sa fiche wikii,... et surtout la rubrique:Sa fameuse cuite !!!Ici.

                    C’était l’époque ou dans une étape qui longeait la grande bleue, tout le peloton est allé prendre un bain de mer !sources.

                    Sûr que c’était comme on dit une autre époque !!!!!


                    @+ P@py


                  • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 9 août 12:30

                    @velosolex

                    Salut . Ouahhhh ! Je serai scénariste...Il y a de quoi faire une comédie d’anthologie ! A tous lisez le papier que donne en lien Velosolex .


                  • illiadegun illiadegun 8 août 11:37
                      • La plupart des grosses écuries savaient que le Tour se jouerait dans les Alpes avec deux conditions : rester dans les clous en attendant les Alpes et surtout ne pas s’encombrer d’un maillot jaune qu’il aurait fallu défendre..

                        Si Alaphilppe (et Lefévère....) l’a conquis magistralement il n’a eu aucun souci pour le garder pendant une dizaine de jours et dès qu’il a fallu le défendre réellement les quatre derniers jours de grimpette,il a commencé à perdre des plumes...Irrémédiable...



                    • velosolex velosolex 8 août 11:49

                      @illiadegun
                      Salut
                      Le tour n’obéit pas aux certitudes. Son histoire est jalonné de surprises. Le cas le plus emblématique est certainement la victoire de Walkowiak dont personne ne s’attendait à ce qu’il se cramponne au maillot jaune. « Le tour à la walko » deviendra une expression dégradante, et peu en rapport avec l’exploit de ce coureur sympathique. https://www.google.fr/url?sa=t&rct=j&q=&esrc=s&source=web&cd=18&cad=rja&uact=8&ved=2ahUKEwj7ybHD_vLjAhVGThoKHS1EDcgQFjARegQIBxAB&url=https%3A%2F%2Fwww.liberation.fr%2Fsports%2F2017%2F02%2F07%2Froger-walkowiak-mort-du-champion-vole-du-velo_1546998&usg=AOvVaw2XBggMIDr2JBApLmLQm2Fa


                    • illiadegun illiadegun 8 août 12:07

                      @velosolex Salut..et merci pour se lien qui me replonge dans la jeunesse à l’ombre de l’Aigle de Tolède entre autres. La victoire  non usurpée  de Walko c’est presque (j’ose dire) du contre-Alaphilippe :il a su se débarrasser du maillot et se battre avec coeur dans les grimpeurs contre les mastodontes Luxembourgeois et espagnol. Irrésistible... Et Pingeon ??


                    • Gilbert Spagnolo dit P@py Gilbert Spagnolo dit P@py 8 août 12:17

                      @velosolex

                      Ah ! Walko !le gagnant du Tour 1956, cela me rappelle cette anecdote :


                      J’ai fais étant jeune coureur cycliste, première course ouverte aux licenciés et aux en non licenciés comme bibi à l’age de 17 ans, et ce avec un vélo cyclotouriste, ( je faisais avec des copains depuis 3 ans du cyclotouriste, et nous avion une « tradition », à l’entrée de chaque patelins, nous faisons « la borne », c’est-à-dire celui qui arrive le premier au panneau qui annonce le nom du patelin, ..et en général, c’était bibi .) Pour faire ma première course ça été avec mon vélo cyclotouriste, j’avais enlevé gardes-boue, portes bagages, éclairage, .. et je la gagne !

                      Après mon « exploit », je suis contacté par un marchand de cycle de Roanne qui faisait la marque de vélos Stella qui entre autre avait en 1948 recrutait Louison Bobet : ( déjà vu dans le lien précédent Ici.

                      J’ai eu droit à tout l’équipement vélo, maillots, cuissards.

                      Ben je marchais pas mal , souvent des places d’honneurs,... mais déjà à l’époque il y avait le dopage, pleins de noms de « drogues » circulaient,.. et environ 10 mn avant l’arrivée, dans le peloton, il y avait l’usage de la topette qui dégageait une odeur digne d’un bistro de Marseille à à cause du pastis !

                      Peso, j’ai toujours roulé à l’eau claire, et faire du sport de cette façon me m’a pas plu, .. et surtout je pensais déjà aux conséquence sur ma santé,...et au bout d’un an, j’ai arrêté le cycliste compétition, pour revenir au cyclotourisme, et recommencé avec 5 à 6 copains à faire la journée vélocio, ( nous partions la veille de Roanne et nous couchions dans les fermes aux alentours de Saint-Étienne ) Nous faisons également les brevets cyclos : 100,et 200 kms, et avec en copain( qui comme moi est devenu plus tard flicard ) à 19 ans, vers le mois de mai, sous la pluie toute la journée nous sonnes allés chez une de mes tantes à Chambéry ( 74 ) à 220 kms de Roanne . J’ai arrêté le vélo à 20 ans pour partir à l’armée,Au retour , 28 mois plus tard, vélo rencard, et mariage jardin , maison gosses etc ;.. et plus tard flicard moto , j’ai escorté pas mal de courses, … comme quoi la vie !!! !

                      Aller pour terminer une petite anecdote c’était en 1956, j’avais 18 ans, et avec 3 copains, nous sommes partis voir l’étape qui arrivait à Lyon. Départ de Roanne pour 100 kms en direction Lyon RN 7 par le col du Pin Bouchain (et sa fameuse histoire sur l’omelette de Napoléon ) Si mes souvenirs sont exacts, nous étions à l’entrée de Lyon en venant de Saint-Étienne Nous avons regardés la course, c’était une étape contre la montre Saint-Etienne /Lyon !( Tourd eFranc egagné par Walkowiak ) A la fin de la course , ben il à fallu retourner à Roanne ,.. et comme le temps avait passé, ben la nuit commencée à tomber , et nous sommes repassés à Tarare ( 69 ) qui se trouve à une quarantaine de kms de Lyon en direction du retour sur Roanne, et en passant, j’avais bien remarqué que des travaux étaient signales avec à l’époque des lampes à pétrole !

                      Lorsque nous avons quittés Tarare, il faisait bien noir,( et nous étions tous avec des vélos de course et sans éclairage ) donc pas possible de voir la route,..mais à cette époque , nous avions tous des yeux de chats .mais pour être vus par les voitures !!! .. Alors , j’ai eu l’idée de retourner vers les travaux « pour prendre » une lampe à pétrole, que j’ai accroché à la selle de mon vélo, et je fermais le groupe.Ben, peu après avoir attaqué la montée retour du Col du Pin Bouchain , une voiture est arrivée derrière nous,.. et nous à suivie jusqu’à l’entrée de Roanne pour nous éclairer pendant tout le trajet avec ses phares, .. ( et à l’époque la RN 7 entre Roanne et le Pin Bouchain, c’était virages sur virages) jusqu’à l’entrée de Roanne qui est en fait celle de ville qui jouxte à savoir celle du Coteau, la voiture nous à doublée avec des grands coups de klaxons, ben j’aurais toujours en moi le souvenir de ce conducteur anonyme chapeau à lui ; qui était-il, un fan du tour de France qui revenait de voir l’étape, mais qui surtout avait compris dans quelle galère nous nous étions mis de revenir sans éclairage de Lyon ! Ah ! Le copain qui également plus tard à fait flic, fatigué et sur les rotules, a préféré faire demi-tour s’arrêter à Tarare au premier bistrot, attendrir le patron pour lui demander le gîte et le couvert ;( affamé, il n’avait pas un sou sur lui, en promettant que son père qui était brigadier CRS à Roanne viendrait régler la note , ce qui fut fait ). Souvenirs souvenirs !


                      @+ P@py



                    • velosolex velosolex 8 août 12:37

                      @illiadegun
                      On reconnait les amateurs à ce genre de références...Le cyclisme n’a que faire des comptables, et une deuxième ou une troisième place obtenu au cordeau n’est pas comparable à la légende d’un cycliste qui ose, tente….Prudhomme, le directeur du tour, ne s’y ai pas trompé, qui a remercié nos deux français, sans esprit cocardier. Même s’il termine cinquième, les gamins, eux, ne s’y trompent pas. Remercions les champions qui cassent la froideur de la technologie à la « sky ». Malheureusement, l’époque initialise ce genre de comportement ou le résultat l’emporte sur la manière, même si au bout du compte il ne reste rien. Les cinq tours d’Indurain ne laissent pas l’ombre du souvenir homérique de ce duel Anquetil Poulidor en 64. J’ai aimé Pinot lors de sa victoire sur le tour de Lombardie, vainqueur « à l’ancienne ». Et Alaphillippe est de la même trempe. Le numéro un mondial, ne l’oublions pas. Le cyclisme ne s’arrête pas au tour, qui est l’apanage de coureurs au long cours, dans lequel les fahutes belges, héritiers de Van Looy et de Van Steenbergen n’ont aucune chance. 


                    • titi 8 août 16:29

                      @Gilbert Spagnolo dit P@py
                      Bonjour Gilbert

                      Ah nostalgie quand tu nous tiens


                    • Gilbert Spagnolo dit P@py Gilbert Spagnolo dit P@py 8 août 17:59

                      @titi

                      Comme tu dis Gros Minet,.. en plus, c’est à l’occasion de l’étape du 26 juillet que j’ai appelé mon « dormeur » ,Car je croyais qu’il avait couché dans une grange ( quand nous partions deux jours, les granges des paysans étaient nos chambres d’hôtels, .. et bien souvent les soirs ben nous avons droit à un bon bol de soupe !


                      .. et lors quand il m’a situé le café qui l’avait hébergé, 63 ans plus tard, j’ai compris que lorsque j’étais motard à la CRS de Roanne, quand nous faisions la patrouille Roanne / L’Arbresle.(à un vingtaine de bornes de Lyon ) . à midi nous mangions au resto, et celui-ci ben souvent il à été notre cantine . Si j’avais eu cette info à l’époque quelle rigolade avec le patron un mec super sympa !

                      @+ P@py


                    • goc goc 8 août 12:13

                      bonjour Papy

                      Comme la plus part ici, je pense qu’Alaphillipe n’est pas fait pour gagner un tour comme celui-ci, et n’aura aucune chance tant que les alpes seront traversé et que des colombiens y participeront. J’ai fait mon service militaire chez les chasseurs alpins, donc je connais un peu les problèmes de la haute montagne (surtout autour des cols d’Izoard et du Galibier). L’équipe de Bernal a profité du parcours dans les Pyrénées pour fatiguer le maillot jaune, puis a lancé la machine dans les Alpes. Je ne suis pas sur qu’un tour inversé (Alpes d’abord puis Pyrénées, et surtout quelques étapes « plates » avant Paris ) aurait fait gagné un colombien, mais là, surtout avec une étape majoritairement au dessus des 1000m, les colombiens étaient chez eux. Le français qui voudrait gagner le tour, devra rester au minimum 3 mois en haute montagne avec des entrainements journaliers, pour finir la préparation une semaine avant le début du Tour.


                      • goc goc 8 août 12:20

                        J’ai oublié de répondre a votre question sur la fatigue « protocolaire ». Perso, je ne pense pas que ça a joué. Pour preuve la victoire d’Alaphillipe sur le « contre-l-montre. De plus il ne faut pas oublier que les étapes ne commencent qu’après midi, et que le matin les coureurs font un échauffement et aussi du »protocolaire". Le sul cas ou on pourrait mettre en cause le protocole, c’est quand le coureur se prend un coup de froid (ou une gastro) a cause du mauvais temps sur l’arrivée. Mais aujourd’hui les staffs savent faire.


                      • Gilbert Spagnolo dit P@py Gilbert Spagnolo dit P@py 8 août 12:32

                        @goc

                        Je ne suis pas un spécialiste sur les moyens de récupération des sportifs , .. mais comme je le mentionne dans mon article, j’ai lu des articles qui indiquent que sitôt franchi la ligne d’arrivée qu’une séance de home-trainer avait beaucoup d’importance sur la réduction du temps de récupération ! .. et ceci pendant deux semaines , ben au final je pense que cela compte !


                        La sagesse, c’est de demander aux coureurs, c’est ce que je vais faire par l’envoie d’un mail aux directeurs d’équipes ( signalé dans une autre réponses )


                        @+ P@py


                      • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 8 août 12:44

                        @Gilbert Spagnolo dit P@py

                        Salut. Le protocole de fin d’étape a toujours été lourd il me semble ( je peux me tromper) . Derrière il y a les sponsors qui tiennent à s’afficher.


                      • Gilbert Spagnolo dit P@py Gilbert Spagnolo dit P@py 8 août 17:24

                        @goc
                        Salut montagnard,

                        Bidasses, je pense qu’a des époques différentes que nous avons crapahuté dans le même environnement.


                        Début mai 58, j’ai été incorporé au 93 éme RAM ( régiment artillerie montagne ) de Grenoble.

                        Fin août marche de manœuvres, au petit matin les bahuts nous ont déposés au somment du Col du Lautaret,( 2058 ms ) et par la piste en contrebas de la route goudronnée, (je pense que c’était l’ancien chemin muletier ) , nous avons monté au sommet du Col du Galibier ( 2642 ms ) puis redescendu à travers les « pierriers » en direction de Valloire jusqu’ à Plan Lachat , pour attaqué la grimpette de la piste qui même au Camp des Rochilles.( 2410 ms ) Au total une sacrée balade , je ne suis pas le nombre de bornes, ni la durée, déjà à l’époque je ne portais pas de montre !Sur place 3 semaines de manœuvres principalement des marches ,..pour ensuite aller en Algérie en Grande Kabylie secteur Fort National. Pour Bibi, comme j’étais chauffeur, je suis resté à Grenoble 6 mois de plus, ce qui m’a permis de resté 3mois d’hiver dans un chalet du 93 RAM à L’Alpe d’Huez où s’entraînaient des sous-offs et des officiers.C’’est bibi qui avec une jeep allais au ravito, et descendre les blessés ski à l’hosto de Grenoble ( à l’époque le service militaire était de 28 mois )

                        En 58 au camps des rochilles pour faire notre toilette, c’était des lavabos extérieurs alimentés par l’eau de fonte de neige,.. et l’eau fin août ne coulait pas avant midi.

                        Je suis retourné sur place en voiture en 2013, ( à l’époque je n’aurais pas pû monter à pied bicause arthrose à mes deux genoux ), alors par tph , je me suis démerdé de contacter ,.. un sous- offs du 93 RAM qui depuis 1976 est cantonné à Varces-Allières-et-Risset,.. et ce sous-offs m’a donné la combine pour ouvrir la porte qui barrait l’entrée de la piste à Plan Lachat et qui permet de monter aux camps des Rochilles. Souvenirs souvenir !!! !


                        .. ensuite : Le français qui voudrait gagner le tour, devra rester au minimum 3 mois en haute montagne avec des entrainements journaliers, pour finir la préparation une semaine avant le début du Tour. Ben, je l’évoque dans mon article !


                        @+ P@py  


                      • Gilbert Spagnolo dit P@py Gilbert Spagnolo dit P@py 8 août 17:28

                        @Aita Pea Pea

                        A mon avis, l’un m’emperchera pas l’autre !

                        @+ P@py 


                      • goc goc 9 août 05:53

                        @Gilbert Spagnolo dit P@py
                        moi j’ai fait mon service à Briançon au 159eme RIA en 71/72, et en plus durant le service, j’ai travaillé pour l’IGN où durant 1 mois j’ai fait « sherpa » avec ascension d’un sommet par jour (pour transporter des mires et des théodolites ). donc j’ai fait tout le secteur en long en large et surtout en hauteur. J’ai même dormi au Galibier en hiver (juste avant le tunnel, dans les vieux bâtiments, au 1er étage, vu que le rdc était sous la neige) et même a coté du refuge Napoléon à l’Izoard . Je vous passe les séjours au dessus de Montgenèvre l’hiver, et au pied du Pelvoux l’été (pré de Mme Carle).En plus, comble du masochisme, j’ai fait mon voyage de noce à St Véran.


                      • Gilbert Spagnolo dit P@py Gilbert Spagnolo dit P@py 9 août 11:45

                        @goc


                        Ah !, je vois qure tu as crapahuté sec dans les Alpes Briançonnaises.


                        Le Près de Madame Carles en 1973 à la fin des vacances scolaires, je rentrais de renfort d’été au commissariat de Saint-Tropez, et avec toute la famille ( épouse 3 mômes ) au retour sur Roanne, nous sommes passés dans le secteur du Pres de Madame Carles.

                        Dans un hameau abandonné, il y avait un groupe de hippies , et à une fontaine , une dizaine de garçons et filles tous à poils faisaient leurs toilettes,.J’ai discuté avec eux, ils m’ont dit qu’ils allaient passer l’hiver sur place, ,.. je leur ai demandé si ils avaient fait un stock de bois pour l’hiver, ben non !!!!


                        Ah, Saint-Véran ce beau village, ses alpages avec des ânes en liberté vers une vielle chapelle ( années fin 70 début 80) Il y a une dizaine d’année, j’ai lu une info qui disant que les loups attaquaient les marmottes, et ces dernières sont venues se réfugier sous les chalets,.. au grand dam des propriétaires, car elles creusent leurs terriers sous les chalets avec le risque d’affaiblir les fondations !


                        @+ P@py


                      • BERNARD BERNARD 8 août 13:37

                        Gilbert Spagnolo dit P@py

                        Il ne me semble pas que la cause puisse trouver la raison de sa perte par le principe du protocole. J’ai suivi ce tour de France toutes les étapes dans mon canapé et je me suis régalé. Le côté de la découverte et connaissance de notre si beau pays donne envie d’aller découvrir des régions inconnues. J’en profite pour saluer tous les commentateurs et l’auteur de l’article arrivant sur le site depuis quelques jours. Un point que je partage avec certains commentaires, il y a trop de techniques et la volonté du « champion » est relégué au second plan avec les « oreillettes » et l’appât des gains. A bientôt peut-être. Les échappées bidons pour voir les marques en tête durant des heures me semble ridicule, mais coûtent moins cher que des publicités payées en régie.


                        • Gilbert Spagnolo dit P@py Gilbert Spagnolo dit P@py 8 août 17:35

                          @BERNARD

                          J’ai déjà fais une réponse sur ce sujet ; Je vais demander l’avis des coureurs et des, directeurs sportifs,...et je rajoute médecins du sport !


                          @+ P@py  


                        • BERNARD BERNARD 9 août 09:50

                          @Gilbert Spagnolo dit P@py
                          Je suis surpris de votre réponse, je venais vous saluer et vlan mais il vous reste peut-être la possibilité d’organiser l’ensemble du Tour de France. Il y a toujours avec la richesse d’idées des places à prendre

                           smiley
                          Je faisais allusion aussi à la richesse de nos régions. Désolé de vous avoir dérangé, mais merci de votre réponse. Bonne journée

                        • Gilbert Spagnolo dit P@py Gilbert Spagnolo dit P@py 9 août 11:57

                          @BERNARD

                          Excuses-moi, si je t’ai fais une réponse un peu sèche, mais je voulais simplement te dire qu’avec la réponse que j’évoquais pour les coureurs ( à priori pour celui qui le subit pendant plusieurs jours ( le cas de J. Alaphilippe) que ce protocole était néfaste ( avec explications ) pour la récupération !


                          Également une bonne journée.


                          @+ P@py


                        • Gilbert Spagnolo dit P@py Gilbert Spagnolo dit P@py 8 août 19:40




                          Le Tour 2020, part de Nice .. et de suite à part de partir en direction plein Ouest, ( étapes de plaines ) ce sont les Alpes du Sud, puis celles du Nord, quid du placement des étapes dans les Pyrénées par rapport à l’arrivée à Paris et enfin combien d’étapes de plaines avant l’arrivée finale. Pas sûr que le scénario du tour 2019 se reproduise, , c’est à dire 3 étapes de montagne juste avant l’étape finale ! .. donc, il faut juste être patient un peu moins d’un an ,.. et juste un peu plus de deux mois, car le :15/10 sera dévoilé le parcours tour 2020 !


                          @+ Papy

                          P.S.


                          L’P@py pas courageux pour un sou, , ben, se garde bien de faire le moindre pronostic !!!!!!!!!!


                          • Michel DROUET Michel DROUET 9 août 08:35

                            En fait, s’il n’avait pas gagné, il aurait pu gagner...


                            • BERNARD BERNARD 9 août 09:52

                              @Michel DROUET
                              Absolument tout est la nuance dans la valeur, je peux ou je crois pouvoir mais je n’ais pas les moyens

                               smiley


                            • Gilbert Spagnolo dit P@py Gilbert Spagnolo dit P@py 9 août 10:50

                              L’an prochain, le Tour part de Nice, comme je connais pas mal la région, une étape de montagne qui serait balaise, c’est de passer par la Cime de la Bonette à 2802 ms d’altitude, qui est la route goudronnée la plus haute de France :wikii 


                              Propositions parcours.


                              -Barcelonnette
                              Cime de la Bonette, Saint Etiene de Tiné et arrivée à Issola 2000 :distance 86 kms...



                              Digne les bain s- Barcelonnette - Cime de la Bonette - Saint Etiene de Tinée- Issola 2000 distance 174 kms

                              Pour le deuxième parcours en plaçant l’arrivée à Auron ( 1600 ms ) celui-ci est réduit de 13 kms,... tout comme l’attitude car Isola 2000 est à .. 2000 ms


                              @+ P@py

                              P.S.


                              Je vais envoyer ces deux parcours à ASO !




                              • Axel_Borg Axel_Borg 12 août 15:04

                                Il y a aussi les cols de la Madone et du Turrini (célèbre via la Rallye de Monte-Carlo) près de Menton et surtout le mythe du coin, le col d’Eze juge de paix de tant d’éditions de Paris-Nice (notamment en 1972 avec Poulidor qui coiffe Merckx sur le poteau).

                                Why not la Bonette Restefond (dernier passage en 1993 dans l’étape d’Isola 2000 gagnée par Rominger devant Indurain) mais j’y crois plus après quelques étapes de transition par Toulon ou Hyères, Marseille, Avignon, le Ventoux (possiblement) et l’Alpe d’Huez (sûrement). Ce qui ferait une arrivée d’étape à Isola, Auron, Valberg ou Saint-Etienne-de-Tinée avant un transfert spot vers Bordeaux, la Rochelle ou Nantes, une descente vers les Pyrénées Atlantiques jusqu’à Pau, soit vers le Massif Central avant une descente vers les Pyrénées Orientales jusqu’à Perpignan .

                                Reste à voir où ASO mettra le petit chrono habituel de 25-30 km puisque Prud’homme a décrété que le Tour était maintenant une épreuve de montagne ...

                                Moi je dessinerais un Tour 2020 (107e édition) comme cela, avec le défaut majeur que seul le Sud de la France serait servi ...

                                1 Nice Nice (pour sprinters comme communiqué par ASO) samedi 27 juin
                                2 Nice Nice (pour grimpeurs comme communiqué par ASO) dimanche 28 juin
                                3 Nice Cannes (CLM par équipes)
                                4 Hyères Toulon Mont Faron
                                5 Manosque Mont Ventoux
                                6 Carpentras Grenoble (la Bastille si possible mais on est plus en 1977 au temps d’Hinault ...)
                                7 Grenoble L’Alpe d’Huez
                                8 Le Bourg d’Oisans Briançon
                                9 Briançon Isola 2000 (via la Bonette Restefond donc) dimanche 5 juillet

                                Transfert vers Rennes en avion lundi 6 juillet

                                10 Rennes Plumelec (Côte de Cadoudal)
                                11 Saint-Nazaire La Rochelle
                                12 Rochefort Bordeaux
                                13 Bordeaux Saint-Emilion (CLM individuel)
                                14 Arcachon Biarritz
                                15 Pau  Luz Ardiden (avec la traditionnelle visite de Macron en terre pyrénéenne, puisque depuis Sarkozy et plus encore depuis Hollande, les Présidents viennent presque tous les ans en VIP sur le Tour ... après seulement 4 visites en 50 ans, De Gaulle en 1960 à Troyes, VGE en 1975 à Paris, Mitterrand en 1985 dans le Vercors et Chirac en 1998 en Corrèze).

                                Repos lundi 13 juillet

                                16 Luchon - Plateau de Beille (le mardi 14 juillet pour la fête nationale)
                                17 Foix Ax-les-Thermes 3 Domaines Plateau de Bonascre
                                18 Carcassonne Béziers
                                19 Béziers Montpellier
                                20 Montpellier Nîmes (CLM individuel)
                                21 Marly-le-Roi Paris (puisque les Yvelines accueillent le départ de l’ultime étape pendant 4 ans pour préparer les Jeux Olympiques d’été de 2024)

                                Soit 3 chronos dont 2 individuels, 7 arrivées au sommet, 2-3 étapes pour baroudeurs/puncheurs (Mont Faron, Grenoble et Mur de Bretagne) et plusieurs arrivées pour sprinters (Nice 1, La Rochelle, Bordeaux, Biarritz, Béziers, Montpellier et Paris)


                              • moderatus moderatus 11 août 09:06

                                Bonjour Spagnolo

                                Votre article sur le tour et ses coulisses est très interessant,.

                                J’ai été un cyclotouriste amateur, j’ai toujours aimé le tour fe France, je le suis familièrement, je ne loupe pas une étape de montagne, mais une chose m’étonne.

                                L’ensemble des réactions à ce tour a été positive,

                                tout le monde l’a trouvé formidable alors que personnellement je l’ai trouvé médiocre .je dois surement me faire vieux et avoir la nostalgie des tours passés.

                                je pense qu’au pays des aveugles les borgnes sont rois , je trouve Alaphillipe un coureur moyen.

                                Il m’a manque, pour le spectacle, l’appétit d’un Merckx, la folie d’un Ocana, les capacités d’un Bahamontes ou d’un Gaul , et plus recemment , la teigne et la volonté d’un Hinault, les capacités d’un Froome.

                                Il m’a manqué aussi les attaques de seconds couteaux quiu ont souvent animé les autres tours comme Jalabert Voeckler et d’autres.

                                En plus depuis 28 ans on n’a pas gagné un tour de France.

                                Ce tour ne m’a pas emballé, je l’ai suivi , mais sans passion.

                                Unique espoir pour moi de voir les prochains tours animés le Vainqueur de 22 ans Egan BERNAL qui a gagné sans briller mais qui est capable de beaucoup mieux dans la manière et qui je pense le prouvera l’année prochaine avec une équipe renforcée.


                                • Axel_Borg Axel_Borg 12 août 14:43

                                  Désolé mais Julian Alaphilippe ne gagnera jamais le Tour de France ... C’est un puncheur pas un grimpeur, le parcours 2019 lui allait comme un gant et il a fini 5e dans un contexte où rappelons le tout de même, le Kenyan Blanc Chris Froome (quadruple vainqueur et 3e en 2018) était forfait sur blessure ainsi que Tom Dumoulin (2e en 2018) tout comme Roglic (4e en 2018), Lopez et Carapaz (priorité au Giro pour ces 3 là), le Requin de Messine Vincenzo Nibali ne jouait pas le général, et plusieurs coureurs d’envergure valant un top 10 se sont fourvoyés dans les grandes largeurs : Dan Martin, Adam Yates (Adam étant leader tandis que son frère jumeau Simon était électron libre), Fabio Aru, Nairo Quintana, Rigoberto Uran, Alejandro Valverde (qui fait ses 39 ans et/ou victime de la fameuse malédiction du maillot irisé) ou encore Richie Porte.

                                  Et che Quick Step, ce vieux sorcier du cyclisme qu’est Patrick Lefévère va logiquement construire l’avenir (pour les grands Tours) autour du jeune prodige belge de 19 ans Remco Evenepoel vainqueur coup sur coup de la Clasica San Sebastian et du Championnat d’Europe du CLM.

                                  Thibaut Pinot malgré son talent et son déclic mental depuis le dernier Tour de Lombardie est trop fragile physiquement avec cette blessure en 3e semaine qui rappelle son abandon au Giro 2018. Sans sa blessure il aurait sans doute fait un podium, après dans quel ordre face au tandem Bernal / Thomas d’Ineos, difficile à dire ...

                                  Quant à Romain Bardet, il fait la même erreur qu’Ullrich à l’époque de Lance Armstrong, une fixette sur la Grande Boucle au lieu d’aller voir sur le Giro ou la Vuelta s’il peut déjà gagner contre des coureurs comme Quintana, Valverde, Uran, Lopez, Carapaz, Buchman, les frères Yates, Porte, Aru, Kruijswijk, Mas, Soler ou Nibali par exemple ... 

                                  Ensuite, fort d’un mental de potentiel vainqueur du Giro ou de la Vuelta en 2020-2021, le coureur auvergnat pourra revenir se frotter à des stars comme Egan Bernal, Tom Dumoulin, Chris Froome, Geraint Thomas et Primoz Roglic, voire Remco Evenepoel vu sa fulgurante vitesse de progression ...

                                  Depuis Hinault et Fignon, la France n’a jamais eu de crack pour les grandes courses par étapes sur 3 semaines, ceux dont on sait clairement de suite à leur première participation à la grand-messe de thermidor qu’ils vont gagner le Tour : Greg LeMond (3e en 1984 comme équipier de Laurent Fignon chez Renault), Marco Pantani (3e en 1994 comme joker de Claudio Chiappucci chez Carrera, El Diablo abandonnant en cours d’épreuve), Jan Ullrich (2e en 1996 comme porteur d’eau de Bjarne Riis chez Deutsche Telekom), Andy Schleck (11e en 2008 comme équipier de Sastre et de son frère aîné Frank chez CSC Saxo Bank), Egan Bernal (15e en 2018 comme équipier de Geraint Thomas et Froome chez Team Sky) ...

                                  Que ce soit Marie, Mottet, Leblanc, L. Jalabert, Virenque, Moreau, Brochard, Chavanel, Voeckler, Moncoutié, Casar, aucun n’avait le coffre pour gagner le Tour, sauf éventuellement un Jeff Bernard piégé un jour de 1987 dans le Vercors après son monumental exploit sur les pentes rocailleuses du Mont Ventoux. 3e au final derrière Roche et Delgado après avoir gagné le chrono final à Dijon Prenois, le dernier gagné par un Français sur le Tour avant la victoire d’Alaphilippe à Pau le 19 juillet dernier justement ...

                                  Exception faite de Fignon le Parisien, les stars du cyclisme français venaient du monde rural, de plus en plus délaissé démographiquement, comme le montre la diagonale du vide et la crise des gilets jaunes ...

                                  Robic, Bobet (Saint-Méen-le-Grand) et Hinault (Yffiniac) de Bretagne, Darrigade (Dax) des Landes, Stablinski du Nord, Anquetil (Rouen) de Normandie, Poulidor (Saint-Léonard-de-Noblat) et Leblanc du Limousin, Pingeon du Bugey, Aimar (Toulon) et Virenque (La Londe les Maures) du Var, Thévenet de Bourgogne, Jalabert (Mazamet) du Tarn, Vietto (Cannes) des Alpes Maritimes ...

                                  Les gamins rêvent désormais de football, de basket, de rugby, de handball voire de tennis, moins de cyclisme sur route et c’est ainsi, la petite reine attirant sans doute encore moins depuis le scandale Festina de 1998 qui a ouvert les yeux sur une course qui reste tout de même un patrimoine national permettant de montrer la beauté du pays et le courage de forçats de la route dont le nom des plus prestigieux est peint sur l’asphalte des routes de France et de Navarre ...

                                  Par contre il faut espérer en Julian Alaphilippe pour le Mondial dans le Yorkshire, pour les Jeux Olympiques de Tokyo, pour tout un tas de classiques (Flèche Wallonne mais aussi le Ronde qui sera son grand objectif du printemps 2020), ainsi que pour Thibaut Pinot et Romain Bardet sur des courses de puncheurs comme Liège, l’Amstel ou la Lombardie ...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès