• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > RDV de l’Agora > Un million de signatures pour le pluralisme des médias

Un million de signatures pour le pluralisme des médias

Une coali­tion pan-européenne de citoyens, médias, jour­nal­istes et organ­i­sa­tions de la société civile (dont AgoraVox), lan­cent la col­lecte en ligne de la pre­mière Ini­tia­tive citoyenne européenne pour le plu­ral­isme des médias. L’initiative est un outil unique à l’échelle européenne et per­me­t­ à un mil­lion de citoyens de soumettre à la Com­mis­sion européenne un pro­jet législatif pour défendre leurs droits.

Ingérences sig­ni­fica­tives du pou­voir poli­tique dans la gestion et le contrôle des médias, con­cen­tra­tion exces­sive entre les mains d'empires économiques qui n'ont plus rien à voir avec des entreprises de presse, conflits d'intérêts, marchandisation de l'information : la situation de la liberté et du pluralisme des médias dans l'Union européenne ne cesse de se dégrader. 

Face à de telles sit­u­a­tions, les insti­tu­tions européennes se sont, jusqu’à présent, abstenues d’adopter une posi­tion ferme envers les États-membres. L'initiative citoyenne nous permet aujourd'hui de pousser la Commission européenne à agir dans l'intérêt général. Elle nous permet aussi de montrer qu'une Europe citoyenne et solidaire existe.

Comme le rappelle Giovanni Melogli, porte-parole de l'initiative, “Les citoyens européens ne peu­vent désor­mais plus tolérer l’hypocrisie et l’incohérence des poli­tiques européennes ». 

L'initiative demande donc à la Com­mis­sion européenne d’élaborer une direc­tive contenant :

a) une lég­is­la­tion plus effi­cace pour lim­iter la con­cen­tra­tion de pro­priété dans les secteurs des médias et de la publicité ;

b) des garanties d’indépendance des organes de con­trôle vis-à-vis du pou­voir politique ;

c) une déf­i­ni­tion pré­cise du con­flit d’intérêts pour éviter que les mag­nats des médias puis­sent occu­per de hautes fonc­tions politiques ;

d) tous les médias, écrits, audio­vi­suels ou en ligne, sont tenus de fournir à une autorité nationale les infor­ma­tions per­me­t­tant d’identifier les pro­prié­taires de ces médias

Les premiers pays par­tic­i­pant à la campagne sont la Belgique, la Bulgarie, l'Espagne, la France, la Hongrie, l'Italie, les Pays-Bas, le Portugal, la Roumanie et le Royaume Uni. 

Rejoignez la mobilisation citoyenne pour le pluralisme des médias et atteignons ensemble le million de signatures sur www.mediainitiative.eu

 


Moyenne des avis sur cet article :  4.54/5   (35 votes)




Réagissez à l'article

12 réactions à cet article    


  • viva 19 février 2013 15:28

    Il faut nécessairement demander à l’europe ? Parce que ne pas leur donner un centim, ne pas les lire ni les écouter ça fonctionne pas mal aussi.


    • Scual 19 février 2013 18:35

      Ce qu’il faudrait c’est que les médias ne soient plus des entreprises, qu’ils soient financés exclusivement par leurs lecteurs, qu’ils n’y ait pas de publicité dedans et que leur mode de fonctionnement soit démocratique.


      • Tout à fait. Il est vrai que derrière les atteintes manifestes au pluralisme des médias que vivent par exemple la Hongrie, le Royaume Uni ou l’Italie, le pluralisme est partout menacé par la marchandisation et la financiarisation de l’information. Au delà des premières revendications de l’Initiative, le débat mérite en effet de plus amples développements. Quelle place et quelles missions pour l’info de service public ? Quid de la reconnaissance du rôle des médias associatifs pour le pluralisme ? Quelles modèles alternatifs économiques et de gestion des médias ? C’est aussi tout le mode de consommation de l’info qu’il faut remettre en question avec une sensibilisation du citoyen : l’info gratuite ne peut exister. D’autant que la googlisation de l’info ne menace seulement la survie économique des médias payants mais joue aussi, par son effet d’entonnoir, sur la redéfinition de l’offre informative.
        L’objectif de la coalition à l’origine de l’initiative est de mener une réflexion à plus long terme sur les atteintes au pluralisme et de dépasser les cadres nationaux pour formuler ens des propositions concrètes à l’échelle européenne. Cette première initiative citoyenne a pour but de réagir assez vite aux atteintes les plus graves et les plus urgentes mais s’inscrit dans une démarche à plus long terme. Plus on a de signatures, plus on acquiert un poids de pression face à la Commission européenne, aux grands lobbys et à nos gouvernements.Car pour répondre au commentaire précédent, ce sont les états qui ont donné à l’Union européenne son orientation ultra-libérale. La question n’est plus de savoir si on aime ou pas l’Europe, la question est de savoir quelle Europe on veut. Si on ne s’en occupe pas, elle s’occupe bien de nous ( 70% à 80% des législations nationales en découlent ). L’initiative montre que derrière l’Europe austéritaire, une Europe composée de citoyens solidaires existe et se fait entendre.


      • bernard29 bernard29 20 février 2013 01:16

        mais il faut demander des comptes à notre gouvernement sur les aides aux journaux !!
        voir ; http://www.mediapart.fr/journal/france/110213/le-bilan-calamiteux-des-etats-generaux-de-la-presse

        vous avez dit indépendance !!! 

        (extrait :)

        Sans surprise, ce sont les fleurons des médias traditionnels qui ont le plus bénéficié de cette masse d’argent. Selon les décomptes de la Cour, entre 2009 et 2011,

        Le Monde a ainsi touché en moyenne chaque année plus de 18,4 millions d’euros d’aides directes (hors tarif TVA préférentiel).

        - Le Figaro arrive en deuxième place, avec plus de 17,2 millions d’euros par an
        , suivi de

        -Ouest France, avec plus de 15,7 millions d’euros de subventions annuelles

        pour le tableau sur toutes laides voir l’article de médiapart ou le rapport de la cour des comptes.


        • Oui, la question de la répartition de l’aide à la presse devrait aussi être remise en question. Merci d’ouvrir le débat.


        • 8119 20 février 2013 01:24

          si il faut payer pour être informé, comment s’attendre à ce que voter soit un acte lucide ?
          l’auteur dit : « l’info gratuite ne peut exister » après avoir décrié « la marchandisation de l’information »

          c’est une contradiction parce qu’elle devrait être gratuite.
          et elle existe.
          Et c’est elle (nous) qui foutons la merde ! et on est contents ! parce que ce système meurt. c’est la vie les gars ! c’est la libre concurrence !
          et en effet c’est injuste de se retrouver à la rue quand une industrie devient obsolète, c’est bien une des raisons pour lesquelles on explique depuis longtemps que ce système est injuste.

          il faut pas se demander comment il faut faire les choses, mais plutôt comment elles devraient être. la « gratuité » devrait être la norme, et le payant, l’exception.

          tout comme la santé, l’éducation, l’habitation, l’alimentation, le transport et la culture, l’information n’a aucune raison d’être donnée aux uns et pas aux autres en fonction de leur fortune (dit autrement, c’est le système qui va pas)

          c’est tout l’intérêt de « faire société » que de permettre des activités désintéressées, altruistes, généreuses et parfaitement normales du point de vue humain.

          le 4ième point de la requête ne me semble pas justifier 1 million de signatures, pourquoi faire, en réponse à quel problème faudrait-il s’attaquer aux petits médias indépendants, gratuits, et motivés uniquement par la passion de la vérité ?
          pourquoi vouloir supprimer la liberté de rester anonyme ?
          n’est-elle pas utile, cette liberté ?


          • Merci pour votre message. Quand je dis qu’il y a marchandisation et financiarisation de l’information, je veux dire par là que sa valeur économique (parts de marché, dépendance aux annonceurs) est devenue la règle, au détriment de sa valeur d’usage (une info objective, pluraliste, permettant au citoyen de se faire son opinion et d’agir).

            Je posais la question de l’information de service public (et le commentaire précédent pointe justement la question des aides à la presse). Car comme la Santé, l’éducation, l’information devrait être un service d’intérêt général accessible à tous de la même manière. Mais le médecin et l’instituteur, si passionnés qu’ils soient, sont des professionnels. Ils doivent pouvoir vivre de leur métier. Le journaliste, s’il veut faire un travail d’analyse et d’investigation de qualité, a également besoin de temps. C’est en cela que je disais que l’information ne peut être gratuite. Par opposition à l’info google, Métro et 20minutes, et aux copier-coller de communiqués d’agence, que l’on retrouve de plus en plus tels quels, sur tous les journaux.

            Le citoyen journaliste, qui joue son rôle de veille, est éminemment important. Toutefois, nous pensons que le travail de terrain, d’analyse et d’investigation, de passage au crible et de confrontation d’une pluralité de sources, demande du temps et d’être formé. Et que nous devons défendre l’indépendance de nos journalistes.


          • sisyphe sisyphe 20 février 2013 10:40

            Très mal foutu le site du lien : on ne peut pas signer, sans trop de complications.


            • C’est effectivement un vrai problème. Afin de garantir la confidentialité et la véracité de signatures pour les défendre devant la Commission, nous sommes pour l’instant obligés d’utiliser cette interface certifiée, qui n’est ni attrayante, ni fonctionnelle.

              La création d’une autre interface qui passerait l’épreuve de la certification coûterait pour l’instant extrêmement cher.

              Un groupe de spécialistes TIC est en train de travailler bénévolement à la création d’un nouveau système beaucoup mieux fait, qui pourra être certifié et mis à disposition gratuitement pour tous les citoyens qui souhaitent lancer une nouvelle initiative citoyenne.

              En attendant, les premières lancées doivent continuer avec ce système.

              Nous sommes désolés et nous comprenons le découragement qu’il entraîne.


            • Code_7 20 février 2013 13:18

              Je viens de signer, ça m’a pris 1 minute chrono ...


              Merci à l’auteur pour ce lien, je préfère donner ma signature à ce genre d’initiative que de donner un chèque en blanc tous les cinq ans à un carriériste vendu à la finance en allant voter. C’est plus rapide et plus utile il me semble. 

            • mortelune mortelune 12 mars 2013 13:02

              L’UE ! Encore l’UE ! 

              Tout ça n’est que poudre aux yeux. Il faut quitter l’UE et arrêtez de faire des pétitions dont ils se fichent. 
              Les peuples en sont à faire « la manche » pour réclamer ce que l’Europe leur vole. C’est incroyable !

              • vesjem vesjem 10 novembre 2013 23:37

                avec un peu de retard
                en ces périodes où l’on doute de tout , ne seriez vous pas la « caution démocratique » du système merdiatique français ;
                une petite pétition par ci ou par là , et quelques subventions empochées (proportionnelles au nombre de signatures)
                réponse argumentée... ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON









Palmarès



Partenaires