• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > 11 novembre

11 novembre

11 Novembre

 

Dans toutes les régions de France et de Navarre, ce 11 novembre 2018 est l'occasion de fêter un centenaire.

Mais lequel ?

Officiellement, celui de l'armistice de 1918 ! De la paix entre les peuples ? Si oui, elle aura été bien éphémère puisque de nouveau brisée moins de 21 ans plus tard. Et ce malgré la constitution de la Société Des Nations [1], "organisme international créée par le traité de Versailles pour développer la coopération entre les nations et garantir la paix et la sécurité" [2] [3].

Les discours récurrents de nos élus mettent en exergue le courage, l'héroïsme de ceux qui sont "tombés pour la patrie".

Mais tous ces morts — 1,7 million de français, plus de 18,5 millions dans le monde — étaient-ils vraiment des héros ? D'abord, qu'est-ce qu'un héros ? "Personne qui se distingue par son courage, par ses qualités ou des actions exceptionnelles" [2].

 

Tous ces hommes — bien qu'exhortés, des deux côtés du Rhin, par des discours les enjoignant à aller répandre leur sang pour le bon droit et la liberté de leur pays — sont-ils vraiment partis de leur plein gré ? Avaient-ils vraiment envie d'aller s'entretuer comme nous le donnent à penser ces photographies de wagons, en partance pour le front, sur lesquels était inscrit à la craie :" A Berlin" — "Nach Paris", sur les wagons allemands ?

Ils n'étaient certainement pas une majorité à partir avec temps d'enthousiasme guerrier et sûrement encore beaucoup moins après les premiers mois du conflit, après avoir goûté de la réalité de leur infortune. Et ils étaient très loin de s'imaginer alors l'enfer qui les attendait, que ce soit à Ypres, dans la Somme où à Verdun, et même jusque dans les Dardanelles.

Ces hommes ont-ils été des héros, au sens de la définition ci-dessus ?

Est-ce faire preuve d'héroïsme que de vouloir rester en vie, d'être contraint à en supprimer d'autres pour la même raison ? Est-ce exceptionnel que de tout mettre en œuvre pour ne pas mourir ?

Est-ce faire preuve d'héroïsme que de subir les conséquences de la décision de quelques poignées d'hommes qui "au nom de la patrie" vont envoyer au casse-pipe des enfants, des maris, des pères de famille ? Alors qu'en réalité, on sacrifie leur vie pour des seuls intérêts, financiers et de pouvoir, d'une seule minorité dirigeante ? Pendant que ces gens sont bien à l'abri de la mitraille, sachant pertinemment qu'ils ne seront jamais atteints dans leur chair : les loups ne se mangeant pas entre eux, ils ne seront jamais tués par leur ennemi. Même s'ils perdent la guerre, ils ne connaîtront pas le sort réservé par César à Vercingétorix. D'ailleurs, sont-ils vraiment ennemis ou de simples concurrents ?

Car la véritable motivation de ces décideurs, ce n'est pas la liberté des peuples, ni leur bon droit, ni l'avènement de la démocratie. La véritable motivation, c'est celle des marionnettistes qui les ont mis en place, qui leur ont donné le pouvoir de prendre les décisions pour leur propre enrichissement : usines d'armement, marchands d'armes, banques et financiers de toute nature… Ceux-là ressortent toujours encore plus riches après la destruction d'un pays, fût-ce le leur. Mais en ont-ils vraiment un ? Manifestement non, puisqu'ils prônent la mondialisation pour augmenter leur patrimoine !

 

En ce jour de commémoration, ce n'est pas un hommage que l'État devrait rendre aux héros de la guerre. Non !

La seule démarche, juste, consiste à présenter des excuses aux victimes.

A celles qui sont restées sur place, dont les dépouilles n'ont même pas trouvé une sépulture pour le recueillement des familles. Celles ensevelies dans la Tranchée des baïonnettes. A ces corps qui ont pourri pendant des jours, à moins de vingt mètres des tranchées dont ils avaient surgi, encore en vie, au coup de sifflet de l'officier, fauchés par les rafales de Maxim [4].

 

Et les autres, aussi. Ceux qui en sont revenus, invalides à divers degrés, qui ont survécu longtemps ou ont succombé quelques temps plus tard des suites de leurs blessures : gueules cassées, gazés à Ypres, n'ayant pu conserver qu'un bras ou une seule jambe, aveugles…

Tous, même physiquement indemnes, auront subi le traumatisme de cette survie, pendant quatre interminables années, dans la boue, le froid, l'insalubrité, la promiscuité, la vermine, les rats…sous l’écrasante et permanente

 

 

chape de la peur. Au rythme des bombardements qui duraient quelques heures sachant, qu'à l'issue, ce serait l'assaut : soit à subir, lorsque le bombardement venait de l'autre côté, soit de celui à donner lorsque le bombardement venait de son propre camp. Après avoir avalé la ration supplémentaire de gnole distribuée pour donner du cœur au ventre. Dans ce cas, terminer peut-être comme les camarades dont les corps finissaient de pourrir quelques mètres devant — qu'il allait falloir enjamber ou qui pourraient servir de protection, pendant quelques secondes, avant de repartir.

 

Chez les survivants, rares sont ceux qui se sont vraiment exprimés sur leurs blessures psychiques : le traumatisme était bien trop violent pour ne pas vouloir l'ensevelir dans l'inconscient. Oublier était la meilleure façon de s'en remettre. Pour certains, cela aura pris beaucoup de temps. D'autres ne s'en sont jamais remis. 

 

Des excuses, aussi, à tous les pères, toutes les mères à qui la "raison d'État" a volé les enfants.

A toutes les épouses à qui on a enlevé le compagnon et qui ont dû élever des orphelins tout en menant de front leur vie de mère et les travaux aux champs ou dans les usines.

Aux enfants qui ont dû apprendre à devenir des adultes, sans la référence paternelle quotidienne indispensable à leur équilibre. Ces mêmes enfants à qui on a fait croire que la mort de leur père était un juste sacrifice pour la Nation.

Et aux enfants de ces enfants, de génération en génération, les mêmes mots mensongers sont resservis.

 

Emmanuel Macron a bien présenté ses excuses aux Algériens pour tout le mal que les Français ont pu leur faire de 1830 à 1962. Ne peut-il pas — lui, ainsi que tous les autres dirigeants — faire un mea culpa, exprimer les regrets, la honte de l'État pour toutes ces fautes criminelles commises par ses prédécesseurs qui ont conduit à tous ces massacres ?

 

Alors, à quoi servent donc ces commémorations, telles qu'elles sont organisées, d’année en année ?

Dans la pratique, c'est une occasion supplémentaire pour les élus de satisfaire leur ego en pérorant devant un microphone, des caméras de télévision, des représentants de la presse…De manipuler les esprits en montrant une empathie qu’aucun officiel ne ressent au point de s’interdire de participer à la "prochaine dernière".

C'est aussi l'occasion, à l'issue des cérémonies, d'un bon repas entre dignitaires, sans oublier d’inviter tous les "copains" du monde entier [5].

 

Ne vous croyez pas exclus ! Nous y participons tous très largement car c'est payé avec nos impôts [6].

                                             

 

[1] 28 juin 1919

[2] Définition Larousse

[3] Un fiasco, de toute évidence. Mais l'ONU s'en sort-elle mieux ? Comptant aujourd'hui 193 pays membres (sur 205 pays au total), l'Organisation des Nations Unies a succédé, en 1946, à la SDN, défaillante. Combien de temps le monde est-il resté en paix depuis la création de cette organisation ?

[4] Maxim MG 08, modèle de mitrailleuse allemande alors en service

[5] C'est le nom qu'ils se sont attribué à une certaine époque. Aujourd'hui, ils se considèrent plutôt comme "l'Elite".

[6] Beaucoup plus que vous pouvez le penser : recensez le nombre d'institutions de la République auxquelles nous contribuons, jusqu'aux plus petites communautés de communes (Ce midi, à Barcelonnette, ils déjeunaient au Gaudissart).


Moyenne des avis sur cet article :  4.25/5   (8 votes)




Réagissez à l'article

8 réactions à cet article    


  • NEMO NEMO 13 novembre 18:16

    triste évidence, 

    mais c’est encore plus que ça : un rite intégriste communautaire, une grand messe patriotique célébrée par les grands prêtres et Pharaon lui-même, celui qui a été sacré devant la pyramide (du Louvre !)


    • samy Levrai samy Levrai 13 novembre 18:24

      Bon article « philosophique » mais qui renvoie dos à dos agresseurs et agressés comme le veut la doxa...

      Qui donc a attaqué qui ? sur quels territoires les combats ont ils eus lieu ? qui a vaincu et à quel prix ?


      • Jeekes Jeekes 13 novembre 18:43

        @samy Levrai
         

        ’’agresseurs et agressés...

        Qui a attaqué qui ? sur quels territoires les combats ont ils eus lieu ? qui a vaincu et à quel prix ?’’

         

        Franchement, qu’est-ce que ça change pour tous ceux qui sont morts au plus grand profit des ordures qui les ont envoyés se faire trouer la peau ?

         


      • samy Levrai samy Levrai 13 novembre 19:21

        @Jeekes
        Nos poilus se sont battus parce que la patrie était en danger, ils se sont battus pour les leurs que des enfoirés venaient massacrer dans leur chaumière, nous n’avons attaqué personne.
        Arrête toi aussi de renvoyer dos à dos agresseurs et agressés comme le veut les laveurs de cerveaux de masse mediatiques, ça n’est pas du tout la meme chose.


      • samy Levrai samy Levrai 13 novembre 21:20

        @samy Levrai
        C’est l’équivalent de la grande guerre patriotique russe, tu mettrais dos à dos envahisseurs nazis et les soviétiques ? Les français ont résisté contre des envahisseurs, nous ne nous battions pas pour les riches mais pour les nôtres, nos terres et la dernière fois, ils avaient pris l’Alsace et la Lorraine et ils étaient de retour... Que les stratégies militaires aient été ce qu’elles ont été est une autre chose.


      • Jeekes Jeekes 14 novembre 10:17

        @samy Levrai
         
        Je ne parle ni des agresseurs, ni des agressés.
        Je ne cherche pas les responsabilités.
         
        Je relève simplement le fait que des millions de pauvres types qui n’avaient rien demandé sont allés se faire trouer la peau pour la plus grande gloire de généraux incompétents qui se pavanaient bien à l’abri à l’arrière ainsi que pour le plus grand bénéfice des crapules de la politique et de la finance.
         
        A me souvenir du peu qu’en aient raconté mon grand-père et mes grands-oncles (du moins ceux qui en sont revenus) je ne les ai jamais entendu parler d’autre chose que d’incroyables et inutiles boucheries.
         
        Il parait que l’agresseur ait été l’Allemagne, dont acte.
        Mais le soldat de base qui y a laissé sa peau, il avait le choix ? On lui a demandé son avis ? On a voulu savoir s’il avait envie de pourrir dans la gadoue ?
         
        Si j’en renvoie certains dos-à-dos, c’est ceux qui sont à l’origine de ces massacres, pas ceux qui n’avaient pas d’autre solution que d’obéir.
         
        Et les descendants de ceux qui sont à l’origine de toutes ces guerres, tous ceux qui nous ’’gouvernent’’ aujourd’hui sont prêt à recommencer.
        Je dirais même qu’ils en crèvent d’envie !
         


      • samy Levrai samy Levrai 14 novembre 10:52

        @Jeekes
        Moi ce que je cherche à dire c’est que le club de blancs chretiens d’apartheid qui agresse le monde entier sous couvert d’« humanisme » et de « democratie » s’amuse à nous dire que c’est la faute de ceux qu’ils agressent et qu’ils sont obliges contre leur gré de ramener les pays visés à l’age de pierre pour leur propre bien. ils te disent que pour faire la guerre il faut être deux... que c’est donc la faute des victimes.


      • julius 1ER 14 novembre 11:19
        julius 1ER 14 novembre 12:04

        Merci pour cet article qui cherche au delà de la commémoration factuelle à expliquer le « pourquoi » de cette tuerie de masse car on en est encore là .....

        aujourdhui en 2018 la plupart des français ne savent pas le « pourquoi » de cette guerre abominable et pourtant il y a quelques historiens comme Pierre Hillard qui en reconstituant le « puzzle » des tenants et des aboutissants a apporté avec précision

        des éléments de réponse qui à mon humble avis sont tout à fait des vérités qu’il faudrait enseigner et qui si l’on regarde d’encore plus près sont en résonance avec notre époque ......

        la route du pétrole est le fait et la raison principale de cette guerre ....

        et tous les éléments et autres faits lui sont subordonnés car la « Révolution pétrole » venant juste après celle du charbon tombe quelques années avant 1914 et lorsque l’on constate la part prise par le pétrole dans ce premier conflit moderne que ce soit dans la marine de guerre, l’aviation (qui n’a jamais fonctionné au charbon soit dit en passant) et l’armée de terre où le cheval a commencé à être supplanté par le moteur à explosion avec les camions et les chars d’assaut, on en vient à constater qu’il fallait beaucoup de pétrole pour mener cette guerre et le problème se posait pour tous les belligérants sauf que la clef du pétrole au début du 20 ie siècle reposait pour l’essentiel sur l’Empire Ottoman( allié des allemands) ..... donc il fallait que l’Empire Ottoman dans sa forme et sa structure de l’époque , DISPARAISSE ... et c’est ce qui n’a pas manqué d’arriver !!!!!!

        à la lecture de cette explication on comprend mieux pourquoi les tentatives de paix pendant le conflit n’ont jamais abouti car une paix provisoire n’aurait tien réglé quand à l’approvisionnement en pétrole ....l’Empire britannique et Français ne pouvait se permettre de dépendre de l’Empire ottoman...

        Les accords Sykes-Picot sont des accords secrets signés le 16 mai 1916, après négociations entre novembre 1915 et mars 1916, entre la France et l’empire britannique

        la concordance, voire la concomitance des événements vont toutes dans ce sens, montée des nationalismes arabes et pan arabiques, explosion de l’empire ottoman divisé en multiples états (plus faciles à manipuler ) qu’un grand empire et l’on a là la raison profonde de cette guerre soit dit en passant la théorie du lebensraum d’A Hitler repose en partie sur le pétrole du Caucase qu’il lui fallait s’approprier à tout prix pour maintenir son effort de guerre, de même que son invasion de l’Afrique du nord avec l’épopée Rommel !!!pour diversifier les sources d’approvisionnement et couper le robinet de pétrole aux britanniques .... on a là des raisons majeures aux deux conflits et je dirai que le problème reste crucial pour de nombreux pays qui ne sont pas producteurs de pétrole !!!!

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Jean De France


Voir ses articles


Derniers articles de l'auteur

Tous les articles de cet auteur





Palmarès