• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > À quoi sert un Dieu ?

À quoi sert un Dieu ? 

Einstein aurait pu poser cette question, mais le célèbre scientifique a préféré celle-ci : « Définissez-moi d’abord ce que vous entendez par Dieu et je vous dirai si j’y crois ?  ».

Question pourtant simple ! Mais, n’ayant jamais eu de réponse circonstanciée, Einstein conclut, en 1954, au crépuscule de sa vie : « Le mot Dieu n’est pour moi que l’expression et le produit de la faiblesse humaine… la Bible une collection de légendes vénérables, mais encore primitives. »

On peut comprend, dans ce que déclare le célèbre et incontesté savant, que Dieu, n’est qu’un simple mot. Mot quelque peu vide qui ne sous-tend rien, si ce n’est un concept vénérable… une abstraction primitive. Concept inventé de toute pièce, comme nous le savons tous et toutes.

Invention par ailleurs impossible à définir par celles et ceux qui en font la promotion, comme Einstein l’a remarqué à ses dépens.

Ma question peut donc se résumer : à quoi sert ou a servi l'invention d'un Dieu ?

À quoi pensaient les personnes (uniquement des mâles… dominants) qui ont inventé leur Dieu, pour en faire le point d’ancrage, le substrat de leur future religion ?

L’invention d’un Dieu n’est pas le fruit du hasard. Elle répond à un besoin de domination, porté par un ou plusieurs mâles, qu’on appelle « gourous », « prophètes » ou même, parfois « illuminés ». C’est le principe même, de base, de création d’une secte.

Comment ? D’abord, il suffit de réunir quelques personnes, souvent mal dans leur peau, qui prennent tel ou tel individu pour leur chef naturel. Individu ayant du charisme, qui sait séduire et convaincre, bien parler, dire ce que son auditoire veut attendre, répondre aux questions du tac au tac en levant les yeux vers le ciel, fédérer et surtout promettre l’impensable, l’inimaginable pour des mortels : une vie meilleure… après la mort. Le paradis !

Aux personnes moins endormies ou demeurées que d’autres, qui doutent de l’existence du Dieu dont parle leur gourou, leur prophète… la réponse de ce dernier est simple : « Qui, selon toi, à créer tout ce qui t’entoure ? » « Qui, selon toi, a créé l’être parfait que tu es ? » « Qui, selon toi, a créé une nature aussi harmonieuse, si ce n’est le Seigneur, celui qui te parle à travers moi ? ». Bref, chaque fois que la science reste muette, même temporairement, la réponse des gourous, des prophètes, des pasteurs, des curés, des imans, des rabbins… est la même, toute faite : c’est leur Dieu créateur.

Chaque religion a commencé par être une secte ! Son gourou, son prophète… a su séduire et peut-être faire quelques tours de passe qu’il a baptisés miracles divins. Puis, attirant de plus en plus de personnes, la secte a grandi, et est devenue religion locale, puis régionale, puis nationale, enfin religion d’État !

C’est comme cela que la « secte chrétienne des premiers jours » est devenue, grâce à un individu (gourou, prophète… ?) nommé Jésus, la religion de l’Empire romain. Empire alors décadent, et sur le déclin dès l’an 350 du calendrier julien.

En l’espèce, l’histoire, la vraie, raconte qu’il y a quelque 1 600 ans à peine, l’empereur romain Constantin 1er, adorateur comme ses prédécesseurs du Dieu Soleil (Sol Invictus), s’est converti au christianisme après qu’un message de Jésus, paraît-il, inscrit dans les nuages, lui aurait promis la victoire lors de bataille du Pont Milvius. La bataille fut gagnée, et Jésus devint alors le Dieu de l’Empire romain !

Puis, la secte de ce nouveau Dieu, Jésus, est devenue religion d’État, plus tard celle d’un grand nombre de pays occidentaux, car elle était portée par des individus autoproclamés représentants de Jésus (Dieu) sur la Terre. Ils étaient dénommés rois ou empereurs. Ces rois et empereurs étaient, jusqu’à récemment (à peine 200 ans), la voix de Jésus, érigé en Dieu, dans la quasi-totalité de l’Europe, soutenus par un clergé puissant et une philosophie tout imprégnée d’obscurantisme et, bien sûr, de conservatisme.

Voilà à quoi a servi l’invention de l’un des dieux le plus connu et prospère en Occident. Ce dieu a servi à établir nombre de pouvoirs théocratiques, amasser des fortunes colossales, entretenir une noblesse et un clergé aux ordres ayant quasiment le pouvoir de vie et de mort sur tout sujet d’un Royaume ou d’un Empire.

Cela, c’était avant le siècle des Lumières !

Le procédé a été le même pour tous les autres grands dieux, passés à la postérité depuis des temps immémoriaux : Aton, Zeus, Jupiter, Odin, Brahma, Yahvé… Allah et bien d’autres encore. D’abord secte autour d’un ou de plusieurs gourous, prophètes ou autres illuminés… puis in fine, religion d’État.

C’est à cela que sert ou a servi un Dieu, quel qu’il soit ou fut de par le monde !

Belle invention ! Invention pourtant porteuse d’aucun bienfait visible et vérifiable, à moins que quelque chose m’ait échappé ou échappé à l’histoire de l’Humanité. Invention incontestablement jalonnée d’un parcours mortifère depuis la fin de l’Antiquité.

 Quelque 100 millions d’êtres humains (dont plus de 80 millions dans le Nouveau Monde après sa découverte par très chrétien Christophe Colomb. Un véritable génocide !) trucidés au nom du Dieu chrétien : Jésus !

Si l’invention créatrice du dieu chrétien a été effroyablement criminogène par le passé, jamais le bilan des autres dieux ne sera aussi macabre, même celle d’Allah… aujourd’hui quelque peu sur la sellette !

 

Crédit photo : ici.


Moyenne des avis sur cet article :  1.86/5   (21 votes)




Réagissez à l'article

80 réactions à cet article    


  • Bendidon Bendidon 4 mars 15:59

    Etes vous toujours membre de LReM (La République En Masques) comme l’indique votre profil ?

    Alors votre maître n’est pas Dieu mais l’antéchrist

    Ah Ah Ah Ah


    • Mervis Nocteau Mervis Nocteau 4 mars 16:01

      En tout cas, à sa question, d’autres ont tenté de répondre :

      Propos libres sur le divin, inspirés par le celtisme.


    • xana 5 mars 20:15

      @ l’auteur

      100% d’accord.

      Dieu ne sert qu’à rassurer les gens qui ne sont pas capables de vivre sans guide. Et à justifier la caste des prêtres.
      Dans ce sens même une souris est supérieure à un croyant car elle est capable de se débrouiller seule.


    • mmbbb 6 mars 13:08

      @Bendidon « Son Dieu » Jupiter a assassiné les gilets jaunes , blessures de guerre ! 
      Et le type vient nous faire l exégèse des crimes passés !


    • microf 4 mars 16:45

      J´ai tellement rigolé de lire rien que le titre, cela m´a suffit.

      Chez nous en Afrique on dirait ceci : lorsqu´une personne a bien mangée et bien bue, alors, cette personne se met á raconter des histoires.

      Car une personne qui a faim ne se pose jamais ce genre de question, á savoir, á quoi sert un Dieu.

      Mais plutôt il cherche ce Dieu pour lui venir en aide.

      Voilá ce á quoi sert Dieu pour certains, et, pour d´autres qui ont le ventre plein, á rien.

      Certainement que l´auteur de l´article cherche Dieu, car lorsque je ne crois pas en Dieu, je ne cherche même pas á savoir qui Il est, oú á quoi Il sert car cela ne me concerne pas, je l´ignore carrément.

      J´ai souvent écrit dans ces colonnes que discuté de Dieu est un acte de présomption, exhorter Dieu est un acte de FOI, je préfère exhorter que de discuter de Dieu, ce sont des discutions interminables de personnes aux ventres pleins.

      Mais un ventre affamé n´a pas d´oreilles á perdre dans ce genre de discussion, il cherche DIEU.

      Si l´auteur veut savoir á quoi sert Dieu, qu´il lise l´entretien de Jésus et Nicodème, il découvrira á quoi sert Dieu.

      L’entretien avec Nicodème. Jean 3, 1-9. Il y avait un homme, un pharisien nommé Nicodème ; c’était un notable parmi les Juifs. Il vint trouver Jésus pendant la ...


      • Xenozoid Xenozoid 4 mars 16:49

        @microf

        tu connais ça ? :

        • j’ai bien mangé , j’ai bien bû
        • j’ai la peau du ventre bien tendue
        • merci petit jésus


      • microf 4 mars 17:13

        @Xenozoid

        Merci, je connais, je voulais l´écrire aussi.


      • mmbbb 6 mars 13:25

        @Le Sudiste Vous trompez de débat , la réligion est désormais sauf une qui commence a envahir le domaine public , une affaire personnel .
        Par ailleurs , nous pouvons lire et nous documenter sans subir un dogmatisme religieux et être obliger de référer à un seul livre sacré .
        Quant a votre assertion sur Darwin , ce n est pas de la dissonance cognitive , c est de la méconnaissance scientifique
        Votre trait d humour confine a la cretinerie
        La science a son domaine , la religion le sien
        Il est vrai que Jesus n a pas connu le microscope electronique et je n ai pas lu dans ces diverses paraboles , la description d un genotype d un vers ou divers animalcule .

        Le pape Francois reconnait la théorie de l evolution.

        On ne trouve que des arriérés cathos que dans ce media !

        PS la génétique a ete découverte par un moine autrichien , Mendel ! Je vous le rappelle ! Le cure de mon village etat plus con je vous le confirme !

        .


      • mmbbb 6 mars 13:27

        @mmbbb« affaire personnelle »


      • Laconique Laconique 4 mars 16:55

        Je ne partage pas du tout vos délires, mais je vais vous donner un conseil : lisez Jean Soler, il vous donnera des munitions. Parce que là, c’est vraiment très léger comme argumentation. Et sur Constantin, lisez Comment notre monde est devenu chrétien de Paul Veyne : vous tombez dans la même confusion que beaucoup : la conversion de Constantin est une conversion privée, c’est sous Théodose que l’empire est devenu officiellement chrétien.


        • rogal 4 mars 20:54

          Sur Soler, je vous suis, Laconique.


        • Laconique Laconique 4 mars 21:02

          @rogal

          Oui, dédicace Gollum, on ne l’oublie pas.


        • JPCiron JPCiron 4 mars 16:58

          < L’invention d’un Dieu n’est pas le fruit du hasard. Elle répond à un besoin de domination >


          En fait, les Esprits, puis les Mythes dans lesquels interviennent des divinités, ont d’abord servi à donner un sens au monde, à expliquer un pourquoi des choses.


          En Sumer, la première divinité a été féminine. C’était il y a plus de 5000 ans.

          Peu après, les Cités-Etats se sont constituées, en suite au processus de sédentarisation/ agriculture.

          Là encore, Inanna la déesse Sumérienne de la fertilité et de la guerre était aux avant-postes.


          Inanna est plus tatd devenue Ishtar en Akkad, Ashtar (Ebla), Anat (Ougarit), Qudshu (Egypte), Shaushga (Hourrites), Ashéra/Astarté (Canaan), Aphrodite (Grèce), Vénus (Romains),... Marie.


          Peu à peu, elle devenait davantage symbole de fertilité. Vers le milieu du parcours, en pays de Canaan, elle était la parèdre de Baal. C’était sans doute quelque temps avant le roi Josias. Vers le VII ou VIII siècle avant JC.

          A ce moment, elle était la déesse d’un culte spécifique effectué par les femmes.


          Puis le dieu Yahvé a été importé du sud de Canaan (sans doute Elam/ Madian/ Hijaz) : un dieu ’’arabe’’ donc. Les prêtres et le roi ont organiser de remplacer Baal. Pour ce faire, les attributs de Baal ont été progressivement transférés à YHWH. Le culte de Baal a été réprimé.

          Une fois cela réalisé, nous avions une forme de monolâtrie avec YHWH à sa tête. Bien sûr, la Déesse était toujours dans le temple, représentée par une statue de bois. La Bible nous raconte que la statue de la déesse a été sortie du temple et brûlée.


          C’est alors que les « mâles » ont pris totalement le pouvoir en interdisant le culte de la déesse. Ses attributs ont été transférés à YHWH. Nous sommes ainsi progressivement, au fil des siècles, arrivés à un monothéisme. Celui des Israélites.


          Ce n’était pas encore celui des Juifs, car certains concepts essentiels, comme l’Au-delà = la vie après la mort, n’a été assimilé que progressivement, en s’inspirant des croyances (déjà multi millénaires) des Égyptiens, ainsi que celles des Zoroastriens.


          Il convient donc de ne pas résumer Dieu à la force brutale et par le patriarcat.

          https://www.agoravox.fr/actualites/religions/article/la-femme-victime-du-patriarcat-de-228795

          Les divinités (ou quasi-divinités) féminines ne sont pas annihilées : elles sont toujours là. Nos problèmes seront en bonne partie résolus si elles parviennent à restaurer leur influence, soit directement, soit indirectement.


          • arthes arthes 4 mars 18:29

            @JPCiron

            L’invention d’un Dieu n’est pas le fruit du hasard. Elle répond à un besoin de domination >

            Nan mais sérieux, à l’époque ou nous en sommes, vous en êtes encore à ce niveau puéril, à réinventer le fil à couper le beurre  ?

            Pas surprenant que nous passions à la décadence

            Et toutes vos démonstrations sont à fiche dans les chiottes et tirer la chasse.

            Ah Dieu, que je préfère les athées, mais les vrais !
            Ou encore certains fervents tradis qui « y croivent » 
            Enfin parmi ces derniers, ceusses qui font pas chier le monde(on se comprend )
            Que les autres, pseudo athées sont cons
            C’est parmi les pires
            c’t’une chrétienne qui te le dis !


          • facta non verba 5 mars 12:04

            @JPCiron
            « elle devenait davantage symbole de fertilité »

            J’ai lu énormément de textes relatifs à Inanna, mais ce n’est ni l’« Amour » ni la fertilité que j’ai retenus. En revanche c’est essentiellement le sexe qui l’intéresse (et la guerre).
            Un aperçu ici :
            A study into the sexual nature of the goddess Inanna
            Pour le reste, je suis globalement d’accord.
            (Je pense que vous connaissez l’ETCSL)


          • JPCiron JPCiron 6 mars 15:09

            @facta non verba

            Bonjour,
            Il est vrai que j’ai retenu le terme qui correspond davantage à des déesses plus récentes. On sait que les Sumériens étaient très pragmatiques. De nos jours, c’est un terme un peu condescendant. Mais de leur temps, c’était une forme de génie. Quand ils parlaient d’amour, c’était certainement de la chose, moins de l’idée...

            J’ai lu pas mal de textes estampillées Faculty of Oriental Studies. 
            Je savais qu’un énorme travail avait été fait dans le Projet de Sumerian Literature. Je l’ai peu utilisé. https://etcsl.orinst.ox.ac.uk/

            En fait, je ne suis un spécialiste d’aucun sujet : je cherche des réponses à des questions que je n’avais jamais approfondi depuis bien des décades...


          • JPCiron JPCiron 6 mars 15:11

            @osis

            Je le suis aussi, grâce à Dieu !!


          • JPCiron JPCiron 6 mars 15:16

            @arthes

            Bonjour arthes,

            Vous citez l’auteur de l’Article, et vous me faites une réponse..

            On ne comprend pas à qui vous parlez, ni le sens de votre message.

             smiley


          • pierrot pierrot 4 mars 18:14

            Je pense qu’il n’y a pas de dieu.

            Mais il est impossible de démontrer ce qui n’existe pas.


            • Pascal L 4 mars 19:39

              @pierrot
              oui, il est impossible de démontrer ce qui n’existe pas, mais là, vous partez du postulat qu’il n’existe pas. En fait, même si Dieu existe, personne ne peut démontrer qu’il existe ou qu’il n’existe pas. Si Dieu existe, il n’est pas fait de chair et nous ne pouvons y appliquer un anthropomorphisme. Si Dieu existe, il existe avant même que le temps et la matière existent. Il ne peut être de notre monde et nous ne pouvons pas y appliquer un instrument de mesure.

              La théière de Russell, personne ne l’a vue, nous pouvons donc conclure avec de bon arguments qu’elle n’existe pas. Dieu, personne ne l’a vu mais beaucoup l’ont rencontré de diverses manières. Bien sûr, personne ne peut démontrer la réalité de telles rencontres, mais le nombre même de ces rencontres pose une infinité de questions. Vous pouvez appliquer la méthode de l’historien à ces témoignages et chercher des convergences ou des divergences pour établir une vraisemblance ou une invraisemblance. Vous pouvez vous-même tenter l’expérience en suivant les quelques critères dont parlent les témoins. Les chrétiens disent que le Dieu qu’ils rencontrent est totalement et inconditionnellement amour, il nous faut principalement accepter de se laisse aimer pour que la rencontre soit possible. Cela paraît très simple lorsque cela est dit ainsi, mais se laisser aimer implique de laisser au placard l’amour que nous avons pour nous même. Les chrétiens disent que l’enfer est le paradis des orgueilleux... Dieu y est absent et chacun peut se regarder le nombril sans s’occuper des autres.
              Sans preuves, la foi restera toujours un choix personnel. Mais l’amour ne peut exister sans la liberté.


            • Yann Esteveny 4 mars 20:23

              Bonsoir Pascal L,

              Il faut quelques vertus et quelques dispositions pour rencontrer Dieu. Nos contemporains ont l’esprit trop

              occupé à des choses futiles pour l’entendre. Sans même rechercher Dieu, il est possible de le rencontrer.

              Respectueusement


            • Pascal L 4 mars 23:17

              @Yann Esteveny
              Oui, vous avez raison. Dieu est toujours là où nous ne l’attendons pas. Avec un grand sens de l’anticipation, il nous dit des choses que nous ne demandons pas et qui nous paraîtrons évidente seulement des mois plus tard. Sur le moment, on se demande toujours de quoi il veut parler mais tout s’éclaircit avec le temps. Ste Thérèse disait qu’il commence par nous faire aimer ce qu’il a à nous donner. C’est une marque de son amour pour nous.
              Même dans les paroisses, beaucoup de paroissiens comptent plus sur leur propres forces que sur l’action de l’Esprit-Saint et ratent tout opportunité de rencontre. Pourtant, Dieu est toujours présent et prêt à tout nous pardonner. C’est nous qui refusons de l’écouter, souvent par peur de ce qu’il pourrait nous dire.


            • babelouest babelouest 5 mars 06:58

              @Pascal L je pense qu’il est bien plus simple de se dire : dieu n’existe pas POUR MOI, ce qui évite de se prendre la tête à vouloir démontrer à d’autres une proposition ou son contraire. Après tout, chacun voit l’univers à sa façon, qui peut varier par exemple avec la vision des couleurs.
              .
              Quant à réfléchir à ce qui se passe après la mort, il suffit de s’en tenir à ce qui se constate : quand la vie comme nous connaissons s’arrête, les constituants sont remis sur la table, prêts à resservir à de nouvelles combinaisons chimiques. Y compris peut-être un « certain logiciel » auquel on pourrait penser, à la suite d’expériences où il pouvait s’agir d’une clef mise de côté pour un prochain départ, clef dont il semble qu’elle ait un poids : entre un humain vivant, et le même qui ne l’est plus, il y aurait une différence d’environ 500 grammes. Pourquoi pas, après tout ! Pas de quoi fouetter un chat, pauvre petite bête !


            • Yann Esteveny 5 mars 09:51

              Message à avatar babelouest,

              Je vous cite : « je pense qu’il est bien plus simple de se dire : dieu n’existe pas POUR MOI, ce qui évite de se prendre la tête à vouloir démontrer à d’autres une proposition ou son contraire. Après tout, chacun voit l’univers à sa façon, qui peut varier par exemple avec la vision des couleurs.  »

              Choisir la voie la plus simple, ne pas « se prendre la tête » et voir à sa façon le monde est un raisonnement typique de notre époque.

              Pour d’autres personnes, il y a une réalité qu’il faut s’efforcer de voir et de comprendre même imparfaitement. Ces efforts constants permettent patiemment d’être plus exacte dans sa perception.

              Les fruits produits par ces deux modes de raisonnement antagonistes ne seront pas les mêmes.

              21 grammes est souvent l’écart de masse avancé entre une personne vivante et morte. C’est le titre de l’excellent film d’Alejandro González Iñárritu sorti en 2003.

              Respectueusement


            • Pascal L 5 mars 11:41

              @babelouest
              J’entendais ce matin à la radio à propos de la Covid-19 que la moitié de la population aimait l’incertitude à cause de la stimulation intellectuelle qu’elle engendrait et que l’autre moitié la refusait à cause de l’angoisse qu’elle engendrait. Nous pouvons extrapoler face à l’existence (ou pas) d’un monde spirituel qui nous échappe.

              Vous pouvez toujours vous contenter de ce que vous pouvez observer, mais il restera toujours une incertitude sur ce que vous ne pouvez ou ne voulez pas observer. Pour un chrétien cela n’engage que la vie après la mort et vous pourrez encore faire un choix lorsque ce monde sera enfin visible. Le risque est principalement que vous le refusiez, non parce que vous ne pouvez pas l’observer mais parce que toute votre vie présente vous conduira à le refuser plus tard. De toutes façons, vous envisagez déjà votre disparition totale après la mort, il ne peut donc pas exister de plus mauvaise nouvelle. Le Dieu des chrétiens ne vous fait aucun tort en vous proposant la vie éternelle dans son amour pour votre âme. Si Dieu veut vous rencontrer aujourd’hui, c’est pour que prenez conscience dès maintenant de ce programme. Laissez-le donc faire.


            • Decouz 4 mars 19:26

              C’est plutôt le monde moderne qui répond à la revendication d’une toute puissance de l’individu et non les religions.


              • Decouz 4 mars 19:33

                Voyons, on aurait besoin de dominer pour inventer une religion ? Ou pour dominer il faudrait une religion ? L’histoire contredit souvent, le pouvoir de domination appartenait au pouvoir temporel et il ne s’est pas toujours soumis à la religion, au contraire et quelles que soient les parties du monde, il y a eu affrontement entre les deux ou lutte pour la suprématie.


                • Decouz 4 mars 20:08

                  En quoi Einstein est-t-il compétent en la matière ?


                  • Decouz 4 mars 20:12

                    @Decouz
                    Et de fait il ne s’est pas prononcé.


                  • Xenozoid Xenozoid 4 mars 20:25

                    en fait on n’apprend rien




                    • Jonas Jonas 4 mars 21:56

                      « L’invention d’un Dieu n’est pas le fruit du hasard. Elle répond à un besoin de domination, porté par un ou plusieurs mâles, qu’on appelle « gourous », « prophètes » ou même, parfois « illuminés ». C’est le principe même, de base, de création d’une secte. »

                      Non, elle répond à l’appel du divin lorsque tout être humain fait l’effort de chercher au fond de son cœur : la justice, l’amour, l’ordre, la vérité, la sérénité et la stabilité.

                      La civilisation européenne s’est maintenue et a prospéré pendant des siècles car c’est une société basée sur la contemplation, la beauté divine, la réflexion, la méditation, la glorification du temps long, provenant de la spiritualité de la religion catholique.
                      Il suffit de regarder les édifices religieux construits au cours des derniers siècles (églises, abbayes, chapelles, cathédrales, cloîtres, basiliques,...), pour s’en rendre compte ; leurs minutieuses sculptures affinées dans la précision du détail, les peintures, demandent patience, talent, et surtout beaucoup de temps.

                      Or notre civilisation républicaine maçonnique, où l’homme tout puissant a remplacé Dieu, est bâtie sur l’instant présent, l’instantanéité, l’immédiateté, il n’y a plus de place pour le travail rigoureux, la beauté et la sainteté de l’âme.
                      Un simple pot rempli de merde fait office d’oeuvre d’art, les bâtiments contemporains sont sans âme (pyramide du Louvre, opéra Bastille, centre Beaubourg, etc...), construits uniquement pour des enjeux de rentabilité, de profit et d’efficacité.
                      Les cultures OGM sous serres, les pesticides, les déforestations détruisent notre planète à une vitesse encore jamais vue pour maximiser la production au détriment de la qualité des produits et de notre santé avec des additifs tels que exhausteurs de goûts, conservateurs, polyphosphates et autres colorants.

                      En France, plus de 220 000 avortements sont pratiqués chaque année, un génocide de masse à l’échelle industrielle.
                      Quand un pays tue ses enfants en masse en refusant le « miracle qui sauve le monde » par lequel Hannah Arendt désignait la naissance, il finit soit par s’éteindre, soit par être submergé.
                      Une civilisation qui ne prévoit pas l’avenir, ne se préoccupe pas du temps long, contient en ses germes sa propre destruction.


                      • Jonas Jonas 4 mars 22:05

                        « Cela, c’était avant le siècle des Lumières ! »

                        Le siècle des Lumières, c’est l’homme qui prétend s’octroyer la place de Dieu et qui croît pouvoir modeler l’homme à sa façon en voulant réaliser le paradis sur Terre.
                        Son représentant le plus emblématique fut Voltaire, raciste, intolérant, misogyne, et un antisémite obsessionnel.
                        Il n’hésitait pas à calomnier dans ses pamphlets ceux qui le critiquaient (Maupertuis en sait quelque chose).
                        Tous ceux qui ont tenté de le critiquer par écrit, ont été harcelés et incarcérés, Voltaire conduisant parfois personnellement, avec le commissaire, les opérations policières d’arrestation ou d’audition de ses contradicteurs (Phélizot, Mairault, Pierre-Charles Roy, Louis Travenol).
                        Voltaire était un fervent antichrétien, car il n’admettait pas l’idée « ridicule » qu’un noir puisse être à l’égal d’un européen, comme le prétend l’Église, qui considère tout Être humain aimé de Dieu.
                        Voltaire plaçait en effet sur l’échelle des races, le noir africain comme inférieur au macaque.
                        De ce type de doctrine (Lumières) qui ont fait table rase de la religion chrétienne, ont émergé tous les totalitarismes matérialistes et athées du XXème siècle (marxisme, communisme, léninisme, trotskisme, socialisme, national-socialisme, stalinisme, castrisme, maoïsme,...) ayant engendré plus de 80 millions de morts (extermination de femmes, enfants, vieillards) en moins d’un siècle.


                        • Jonas Jonas 4 mars 23:47

                          « Quelque 100 millions d’êtres humains (dont plus de 80 millions dans le Nouveau Monde après sa découverte par très chrétien Christophe Colomb. Un véritable génocide !) trucidés au nom du Dieu chrétien : Jésus ! »

                          Ils n’ont pas été trucidés au nom du « Dieu chrétien Jésus », mais au nom de la cupidité, du pouvoir, de l’individualisme et de la richesse matérielle.

                          L’esclavage a toujours été depuis le début de l’Humanité, une composante des sociétés humaines sur toute la planète. Il deviendra même un commerce de masse lorsque, au contact des arabo-musulmans aguerris depuis plusieurs siècles au trafic des esclaves africains (dès le VIII Siècle), les navigateurs européens du XVI Siècle imiteront et mettront en pratique les mêmes techniques de traite esclavagiste en créant une structure organisée de marchands d’esclaves (traite atlantique).
                          Alors qu’au Moyen-âge, « période obscurantiste », quatre siècles plus tôt, ces esclavagistes auraient été excommuniés par les prêtres pour mauvais traitement sur des personnes !
                          Ce sont les chrétiens qui amènent ce débat sur la table (par la controverse de Valladolid), un acte contraire aux Évangiles : l’homme peut-il continuer à exploiter l’homme ?
                          En condamnant l’esclavage dans plusieurs Bulles, les Papes avaient plusieurs siècles d’avance sur le monde profane, et ont réveillé progressivement les consciences, l’Occident devin alors LA PREMIÈRE CIVILISATION AU MONDE à abolir l’esclavage.


                          • A lire ou pas : le Guide de la Spiritualité

                            Une efflorescence spirituelle

                            La France est aujourd’hui le théâtre d’un profond renouveau spirituel qui se manifeste à travers une efflorescence d’associations et de mouvements, de centres et d’enseignements, d’activités et de pratiques. Chacun doit donc se constituer des repères pour éviter de se perdre et se diluer dans la diversité bigarrée de cette efflorescence mais aussi pour développer un esprit de discrimination capable de distinguer l’authenticité et la profondeur d’une expérience intérieure, des chausse-trappes et des faux-semblants.

                            C’est dans cet esprit que David Dubois et Serge Durand viennent de faire paraître le Guide de la Spiritualité – le plus complet jamais publié – où ils présentent les grandes traditions spirituelles (hindouisme, yoga, bouddhisme, taoïsme, christianisme, islam, judaïsme, chamanisme…) mais aussi les principaux mouvements contemporains (sagesse philosophique, non-dualité, néo-advaita, mouvement intégral…).

                            Un ensemble de fiches et d’adresses donnent des appréciations et des informations utiles sur les enseignants et les centres afin de découvrir la pratique spirituelle qui convient à chacun au plus près de chez soi. Mais cet ouvrage ne se réduit pas à un ensemble d’évaluations et d’informations pratiques. Dans leur introduction, les auteurs précisent leur intention :

                            « Nous voulons qu’à travers ce guide les gens découvrent des critères de discernement proprement spirituels. Ceux-ci modéreront et nuanceront les critères extérieurs à une démarche spirituelle qui visent à repérer les dérives. Ces critères ainsi forgés veulent permettre aux chercheurs spirituels d’éviter les mésaventures dues à de l’inauthenticité. Notre ambition est aussi la reconnaissance publique de critères d’authenticité en spiritualité afin de défendre ceux qui entreprennent l’aventure spirituelle face à des conduites injustement discriminatoires : celles-ci sont fréquentes à leur encontre, surtout dès qu’ils cheminent en dehors des grands mouvements religieux ».

                            Un gisement de sagesse

                            Les auteurs ont aussi une autre ambition : « Nous voulons participer à la prise de conscience d’un mouvement social mettant au centre une spiritualité ouverte. » Fruit d’une profonde culture spirituelle alimentée par une enquête de deux ans, le Guide de la Spiritualité permet de découvrir ce mouvement à la fois social, culturel et spirituel qui apparaît aux auteurs comme la manifestation d’une « nouvelle renaissance » :


                            • Les auteurs

                              David Dubois est docteur en philosophie comparée. Sanskritiste, spécialiste d’Abhinavagupta, il se consacre à la traduction de textes du shivaïsme cachemirien après plusieurs longs séjours en Inde. Chargé de cours au Collège International de Philosophie, David Dubois est l’auteur du blog La Vache Cosmique qui a pour pattes le shivaïsme, la Grande Complétude, la Vision Sans Tête et ... la Quatrième, la patte mystère...

                              Professeur de philosophie, Serge Durand s’intéresse depuis longtemps aux mouvements spirituels contemporains. Il expérimente plus particulièrement des philosophies « spiritualistes » non-duelles comme celle de la vision sans tête de Douglas Harding ainsi que celles qui nourrissent le mouvement intégral. Nous avons présenté ici certains travaux de Serge Durand qui transmet des éléments de sa réflexion à travers ses blogs Carnet philosophique et Foudre évolutive. Premier ouvrage à présenter le mouvement intégral en France, le Guide la Spiritualité se positionne à plusieurs reprises pour une spiritualité au-delà de la pré-modernité religieuse et de la rationalité moderne.



                            • Bendidon Bendidon 5 mars 08:43

                              @Christian proctoconspirologue
                              Absolument 

                              la proctologie est la terre plate du 21 siècle et la théorie anutique la canne de l’aveugle

                               smiley


                            • Étirév 5 mars 02:31

                              « À quoi sert un Dieu ? »
                              Soit on parle du Dieu unique, anthropomorphe, mâle, inutile, inconnu et incognoscible, relégué hors du monde, sur le trône de sa déserte immensité, et dont l’existence ne semble servir que de ferment de discorde entre les hommes,
                              Soit on fait allusion à un principe organisateur de l’Univers, qui soit à la fois l’origine et la cause de tous les phénomènes de la Nature, un principe qui donne et entretient la vie, et en absence duquel la vie disparaitrait, ou plutôt, n’aurait jamais existé.
                              BLOG


                              • karim 5 mars 08:31

                                Un Seul Dieu, Une Seule Religion, la Vraie, Celle révélée aux Prophètes et Messagers de Dieu, depuis Adam jusqu’à Mohammed en passant par Abraham, Moïse et Jésus et bien d’autres Prophètes. Tout le reste n’est que pure invention. Dieu a doté l’Homme d’organes de perception que sont l’ouïe et la vue, d’un centre d’analyse qui est le cerveau et a placé en nous même, sur terre et dans l’Univers des signes qui attestent de son existence. Et même plus, dans le Coran, seul Livre révélé dont Dieu s’est engagé à protéger, nous trouvons des vérités que la raison ne peut réfuter. Et l’Homme a été élevé et honoré de la liberté de choix, mais ceci est une lourde responsabilité puisque il sera jugé sur ses choix.


                                • P.-A. Teslier P.-A. Teslier 5 mars 09:11

                                  @karim

                                  Brahma est-il une invention ? Odin, Aton, Jupiter, Mars, Vénus, Saturne, Allah, Jésus, Mahomet, etc, etc. le sont-ils aussi ???


                                • Passante Passante 5 mars 09:16

                                  à cette étape de science avancée, on n’est sûrs que d’une chose, le virus ?
                                  c’est une question de taille, d’ombre portée, on a ce qu’on mérite.


                                • Decouz 5 mars 09:42

                                  @P.-A. Teslier
                                  Pas forcement, il faut donc considérer aussi bien dans le Coran, que dans le bouddhisme et le taoïsme ou ailleurs ce qui est dit des différentes formes selon lesquelles Dieu (ou quel que soit le nom, là aussi sur les noms il y a des doctrines) se manifeste.
                                  Il n’est pas du tout nié que l’imagination joue un rôle, mais cette imagination est de deux sortes, une imagination qui vient de Dieu et une qui vient de l’homme.
                                  Les deux peuvent transmettre un message à leur manière, celle de l’homme est une aspiration vers Dieu, celle de Dieu est un vêtement sous lequel il se montre d’une manière différente selon les temps, les lieux et les cultures.
                                  On peut prendre en compte également l’art sacré, si certains hindous pensent que Shiva a telle forme, la doctrine supérieure dit que ce n’est qu’une manière symbolique de le représenter, le symbolisme est lui-même une science précise.
                                  Quant aux noms voici quelques exemples :
                                  -dans le judaïsme, le nom a été perdu (comme dans la F.M), ou on ne doit pas le prononcer, ni l’écrire, de toute façon la prononciation même (et dans toutes les religions) est soumise à des règles de transmission et d’articulation précises sans lesquelles il n’y a pas d’effet ou des effets dangereux.
                                  -Dans l’islam, pareillement tout nom ayant une connotation positive peut désigner Dieu.
                                  -Dans le taoïsme, il ne peut pas être nommé ou plus précisément et dans toutes les spiritualités, il a un aspect qui peut être nommé, c’est ce qui correspond à ce que les chrétiens orthodoxes appellent les énergies, et un aspect qui échappe à la détermination, à la conceptualisation et à la nomination.


                                • Pascal L 5 mars 12:00

                                  @karim
                                  « le Coran, seul Livre révélé dont Dieu s’est engagé à protéger, » Comment pouvez-vous énoncer une pareille ânerie. Le Coran est une longue suite de réécritures qui a duré pratiquement deux siècle pour le principal et qui continue encore à évoluer sur les détails. Le Coran que vous lisez aujourd’hui ne date que de 1981 et il y avait encore 7 versions différentes en 1923. C’est Al-Azhar qui a uniformisé le Coran en 1924.
                                  Alors, que peut donc être la protection d’Allah sur le Coran. Pourquoi, dans le Coran, les phrases qui ne peuvent être prononcées par Allah sont précédées du verbe dire à l’impératif « Dis ! » alors qu’il reste 135 énoncés qui ne peuvent pas avoir été prononcé par Allah et qui ne sont pas précédés de « Dis ! » N’est-ce pas l’influence des mutazilites, au pouvoir de 833 à 847 ?
                                  Les traces des strates d’écritures sont extrêmement nombreuses dans le Coran et font l’objet de publications volumineuses (« Le Coran des historiens » par exemple). Le Coran contient énormément de reprises de textes antérieurs, mais pas que de la Bible. C’est un mélange sans cohérence de traditions juives, chrétiennes, zoroastriennes (les descriptions anthropologiques du paradis) avec des traces de la religion de Pétra (avec son Dieu Dusares et ses trois déesses). Les récits bibliques sont repris plusieurs fois avec des différences entre chaque reprise. Cela sent une évolution de la pensée islamique qui a eu du mal à se stabiliser. Quelle cohérence existe entre le Coran et la Bible ? Il n’y en a aucune.

                                  « il sera jugé sur ses choix » C’est exactement cette croyance qui vous retient prisonnier de l’islam. Vous êtes dans le déni de la réalité pour ne pas être confronté à cette question. C’est ainsi que fonctionnent toutes les idéologies politiques.


                                • karim 5 mars 12:36

                                  @Pascal L
                                  Si le Coran contient des reprises des textes antérieurs c’est qu’il émane de la même source. Enfin, l’Islam me libère des faux dieux, des fausses croyances et de toutes les idéologies.


                                • facta non verba 5 mars 12:57

                                  @karim
                                  Vous êtes donc sûr que Noé (le Déluge) n’est pas la reprise d’un ancien mythe sumérien ou que Salomon faisait bosser ses djinns et donnait des ordres au vent qui le portaient, lui et ses sbires.


                                • karim 5 mars 13:35

                                  @facta non verba
                                  Je crois aussi que Salomon a entendu une fourmi avertir sa communauté de rejoindre leur demeure de peur d’être écrasée par Salomon et son armée sans qu’ils ne s’en aperçoivent, je crois en Moïse qui fendit la mer avec son bâton et en Jésus qui parlait au berceau aux gens, qui soignait l’aveugle-né et qui faisait revivre les morts avec la permission de Dieu.

                                  . « Je te protégeais contre les enfants d’Israël pendant que tu leur apportais des preuves. Mais ceux d’entre eux qui ne croyaient pas dirent : « ceci n’est que de la magie évidente. »Coran




                                • Pascal L 5 mars 15:51

                                  @karim
                                  Le problème de ces reprises des textes antérieurs, c’est qu’elles ne disent pas la même chose que ces textes antérieurs. Que viennent faire des reprises de la légende d’Alexandre ou des Dormants d’Éphèse dans le Coran ? Ce ne sont pas des textes religieux ! A partir du moment où les créateurs de l’islam ont refusé l’amour inconditionnel de Dieu, la réécriture de ces textes à consisté à présenter cette nouvelle vérité. 
                                  Cette réécriture a également consisté à présenter les nouveaux maîtres des arabes de telle manière que tout ce qu’ils pouvaient dire ou faire était validé par Allah. Une drôle de manière de refuser l’association tout en plaçant Allah aux service de ces maîtres là. Savez-vous que les premiers califes se faisaient tous appeler mḥmd jusqu’à ʿAbd Al-Malik qui a préféré réserver ce terme à un seul de ses prédécesseurs et se faire appeler calife. Que devient la vérité sur Muḥammad dans ces conditions ? Ce titre n’est-il pas une manière de faire sacrer représentant d’Allah sur Terre et de mettre l’islam à son service exclusif ? Le calife ne devient-il pas un faux dieu ? Les guerres entre chi’ites et sunnites n’ont pas d’autre cause.

                                  « et de toutes les idéologies » Regardez l’islam et comparez ses méthodes aux idéologies des deux moustachus du 20ème siècle. Les méthodes sont exactement les mêmes. Le Coran est bien plus un texte réglant les comportement sociaux et politiques de la même manière que Mein Kampf, Le Capital ou le Petit Livre Rouge qu’un texte religieux. C’est vrai qu’Allah est cité partout dans le Coran, mais pour dire quoi ? juste qu’il aime tel comportement ou refuse tel autre. C’est donc un texte juridique et non religieux. C’est sûr qu’en invoquant Allah pour établir les comportements sociaux, la contestation devient plus difficile et évite les frais d’un parlement. Tout ce qu’il faut pour le pouvoir autocratique d’un calife. Au moins Jésus a récusé tout lien avec un pouvoir et nous a montré que le pouvoir absolu était l’arme de Satan (Luc 4, 5-7).
                                  D’une certaine manière, vous profitez de votre déni de la réalité car vous êtes considéré par votre groupe, mais posez plutôt la question de celui qui tire un bénéfice de votre comportement. Dans la hiérarchie de tout système idéologique, vous êtes au niveau le plus bas, celui des soldats qui défendent l’édifice. Au niveau supérieur, il y a ceux qui vous disent ce que vous devez faire, sans se l’imposer à eux-même et entre les deux, il y a les sergents-recruteurs qui usent de tous leurs charmes pour vous faire entrer dans le groupe. Quelques imams des Frères Musulmans sont des recruteurs. Etes-vous devenu musulman après avoir rencontré Dieu ? Sinon, alors pourquoi ? Est-ce Dieu qui vous punira si vous quittez l’islam ou ce sont des hommes ? Si vous pensez que c’est Dieu, alors donnez-nous des exemples d’une intervention divine dans ce sens. Les chrétiens ou les Juifs n’ont pas besoin d’une menace divine pour rester dans leur religion, alors pourquoi les musulmans ont mis en place des mécanismes de punition ?


                                • Pascal L 5 mars 16:10

                                  @karim
                                  « Salomon a entendu une fourmi » Cette légende n’est ni juive ni chrétienne, alors ?
                                  « en Moïse qui fendit la mer avec son bâton » Cette fois-ci c’est bien dans la Bible, mais pas tout à fait. C’est Dieu et non Moïse qui fendit la mer.
                                  « Jésus qui parlait au berceau aux gens » Légende non chrétienne rapporté dans un texte apocryphe : « L’Evangile arabe de l’enfance » qui date du 6ème siècle. Donc pas vraiment un texte en qui nous pouvons faire confiance.
                                  « faisait revivre les morts avec la permission de Dieu » Faisait-il revivre les morts, oui ou non ? Cette histoire de permission de Dieu est un non-sens car redonner la vie ne peut être fait que par celui qui la donne. Si Jésus donne la vie, c’est qu’il est Dieu et cette histoire de permission ne tient pas. Il fallait juste que Jésus ne passe pas pour supérieur à celui qui a été choisi par ʿAbd Al-Malik pour être le prophète des Arabes...
                                  « ceci n’est que de la magie évidente » Ce n’est pas dans les Evangiles, mais ce reproche était celui d’une petite minorité de Juifs envers Jésus et cela a été rapporté par des témoins de l’époque. Dieu n’avait bien entendu pas besoin de protéger Jésus car sa mort et sa résurrection faisaient partie du plan de Dieu. Comment peut-on imaginer un instant que le plan de celui qui voit tout et qui sait tout pouvait échouer... Mais en refusant l’Amour inconditionnel de Dieu envers l’humanité, ce plan devenait incompréhensible, d’où ces versets qui présentent une autre réalité que celle voulue par Dieu.


                                • karim 5 mars 17:09

                                  @P.-A. Teslier
                                  En dehors des Messagers du Monothéisme, tout est invention.


                                • karim 5 mars 18:07

                                  @Pascal L

                                  Vous parlez bien et je ne peux répondre à toutes vos interrogations, c’est un peu long et je n’ai pas toute cette culture sur les religions. Mais juste un point, lorsque j’affirme que Jésus faisait revivre les morts avec la permission de Dieu, vous me répondez que « cette histoire de permission de Dieu est un non-sens car redonner la vie ne peut être fait que par celui qui la donne. Si Jésus donne la vie, c’est qu’il est Dieu ». J’avoue que votre raisonnement est un peu compliqué pour moi, car d’après ce que je sais sur votre croyance, c’est que Jésus n’est que le fils de Dieu Le Père. Donc, qui du Père ou du Fils a le pouvoir sur la vie et la mort ?


                                • Pascal L 5 mars 19:18

                                  @karim
                                  Seul Dieu peut donner la vie. Si Jésus le fait, c’est qu’il est Dieu. Pour les Chrétiens, il n’y a qu’un seul Dieu en trois personnes. Trois personnes mais une seule parole et une seule action. Ils ne se concertent pas avant d’agir car chacun sait ce que l’autre va faire. Dieu ne nous dit pas comment il réalise cela, nous ne faisons que de le constater. Jésus c’est Dieu que nous pouvons contempler face à face et dialoguer avec lui. L’Esprit Saint c’est Dieu qui agit en nous mais qui n’est pas nous. La relation Père Fils est celle que Jésus avait lorsqu’il était pleinement homme au premier siècle. Il n’y a pas de raisons de changer de relation. D’après ses paroles même, Jésus existe depuis toujours. Nous voyons aujourd’hui qu’il n’est pas soumis au temps, de même que le Père et l’Esprit-Saint. Il nous voit en même temps le jour de notre naissance et le jour de notre mort et peut donc nous préparer à ce qui va nous arriver dans les temps futurs. Cela montre que Jésus existait avant le Big-Bang et la création du temps et de la matière par le Père. Satan et les démons sont eux, bien qu’ils soient des êtres spirituels, sont soumis au temps qui passe et ne connaissent pas l’avenir. Ils ne peuvent pas non plus connaître ce qui se cache dans notre cœur alors que Jésus le peut. Ils sont des créatures alors que Jésus et l’Esprit-Saint ne le sont pas.
                                  La Trinité ne peut se comprendre que si nous admettons que Dieu est amour inconditionnel. Cet amour ne peut pas être amour pour soi ou amour exclusif pour l’autre. Nous pouvons aimer Dieu et Dieu peut nous aimer, mais cet amour exige que nous introduisons les tiers dans la relation. L’amour de Dieu implique l’amour de notre famille, de nos amis, de nos relations et même de nos ennemis. Dieu le Père ne peut aimer le Fils que si l’Esprit-Saint est la relation même entre le Père et le Fils. Cette Trinité est un enseignement pour nous apprendre à aimer comme Dieu nous aime.
                                  Si vous voulez en savoir plus, le plus simple est de demander directement à Jésus. Il répond si la question est sincère et que vous acceptiez de vous laisser aimer. Il peut même répondre sans que vous ayez le temps de lui poser la question si il sait que vous allez le suivre alors même que vous n’en savez encore rien.


                                • Francis, agnotologue Francis, agnotologue 5 mars 08:50

                                  Dieu est aujourd’hui à l’humanité ce que les théories infantiles sont à l’adulte devenu.


                                  • Pascal L 5 mars 16:11

                                    @Francis, agnotologue
                                    Heureux celui qui sait tout sur Dieu !


                                  • Francis, agnotologue Francis, agnotologue 5 mars 16:41

                                    @Pascal L
                                     
                                    ’Heureux celui qui sait tout sur Dieu !’’
                                     
                                     En effet, c’est un imbécile heureux.
                                     
                                     « l’existence de dieu ne regarde que lui » Louis Scutenaire


                                  • Géronimo howakhan Géronimo howakhan 5 mars 09:22

                                    Salut, dire que Dieu, moi je dis L’Origine Ultime derrière laquelle il n’y a plus rien...au delà du temps, non née, etc n’existe pas, est déjà supposer, non affirmer, que moi trou du cul humain je sais tout...quand nous savons peut être 0.00001% de l’infini...

                                    L’infini bêtise, pure arrogance bien sur, auto-glorification, etc de ce que la pensée humaine est devenue

                                    ceci ne mérite aucun dialogue.

                                    De plus pour moi revient à nier que il y ait une origine,ultime que même une logique simple montre à tout humain que, bien que inconnue elle ne peut que avoir toujours été, absolue, intemporelle..etc

                                    c’est juste un de ces combats diviseurs apporté par les truands du sommet..

                                    Et puis il y a ceux qui ont vécu des moments que ceux qui ne les ont pas vécus vont traiter de « impossibles »...et là nous pouvons écouter ou pas du tout..il y a des menteurs, des mythomanes, et de braies « moments impossibles » absolument au delà de l’imagination humaine, que aucun mot ne peut décrire car le mot est du domaine du concret, genre une table je vois bien mais.... et est trop limitée pour décrire ce qui ne l’est pas, concret, , d’autant plus que dans ces moments toujours imprévisibles et involontaires qui ne peuvent ni être capturés ni être utilisés pour la gloire de moi moi moi moi moi , il y a un énergie étrange, qui est pure contentement sans raison, et c’est indescriptible..dans le sens ou l’essence de ces moments est au delà des mots et de la pensée humaine ... mais je dis peu importe...écoutons...

                                    Certains traduisent cela en mot comme Dieu, je dis Origine...mais en ce qui me concerne hormis cette « béatitude éveillée », désolé c’est désuet mais ça le fera,, qui est une énergie puissante, pas dans le sens Hiroshima bien sur, je ne peux savoir qu’elle en est justement L’Origine...

                                    En tous les cas quand c’est là, la peur, la souffrance, le désir...ad libitum ne sont pas de ces moments, la pensée n’analyse plus, d’autres capacités se mettent en marche d’elle meme...et ce contentement étrange est la nature de tels moments..appelons cela Dieu si on veut..

                                    Mais ceci n’est pas le propos des attaques contre la religion en général, c’est juste que on y trouve encore des éléments pour avoir de quoi résister à la cruauté humaine qui se veut le bien, encore de l’ auto admiration d’une machine qui ne sait pas qu’elle est une machine et qui va faire que nous pouvons être éradiqués avant terme disons..soi comme il y a 12800 ans et 11600 ans par des impacts sur la terre...quoi l’univers serait vivant ? quelle horreur..soit autrement..


                                    • Géronimo howakhan Géronimo howakhan 5 mars 09:39

                                      @Géronimo howakhan

                                      si vous captez l’anglais parlé..https://youtu.be/0H5LCLljJho
                                      pour les 12800 et 11600 ans..


                                    • Decouz 5 mars 09:58

                                      Citer Einstein comme référence n’est-ce pas à son tour faire preuve du même type de croyance que l’on prête aux religions ? Parce que les physiciens s’intéressent à l’origine du monde ? Mais il y a bien d’autre point de vues possibles.

                                      Et Einstein lui-même s’est trompé dans son domaine, ayant nié dans un premier temps l’expansion de l’univers. C’est d’ailleurs dans cette expansion à partir d’un point initial, contenant toute l’information de l’univers futur que certains voient un signe. Tout est parti d’un point infinitésimal et cela va dans le sens des doctrines sacrées. C’est logiquement admissible, même si non prouvable par une expérience, la logique impliquant une continuité entre les phénomènes.

                                      C’est un aspect de la question, qui concerne aussi le Dieu des philosophes, un principe unique est possible, c’est même le seul qui préserve la cohérence.

                                      L’autre aspect est la forme selon laquelle ce principe pourrait ou non se manifester aux hommes, et là on est plutôt dans le domaine de la foi, car les consciences des hommes étant diverses il faut admettre que Dieu parle aux hommes, à chaque homme selon un langage particulier qui inclut tous les domaines de l’être, et non selon un langage uniquement constitué par des équations.


                                      • velosolex velosolex 5 mars 10:45

                                        C’est beaucoup plus facile de savoir à quoi sert un tire bouchon ou un cric de voiture.

                                        Encore faut il avoir une bouteille, ou un véhicule, et avoir soif, ou crevé un pneu.*

                                        J’oubliais l’esprit de déduction.

                                        Le dieu n’a pas besoin de toutes ces conditions.

                                        Du moins vous êtes sa condition, pour qu’il existe !


                                        • Albert123 5 mars 11:16

                                          A quoi sert Dieu ?

                                          de toute évidence à occuper l’ennui de l’auteur retraité si fortement obsédé par sa haine non masquée du christianisme.

                                          ce faisant et comble de l’ironie, l’auteur par son obsession donne plus corps à la notion de Dieu que ne pourrait le faire un quelconque croyant


                                          • Yann Esteveny 5 mars 13:16

                                            Message à avatar Albert123,

                                            Monsieur P.-A. Teslier publie régulièrement des articles lamentables sur le domaine religieux qu’il ne maîtrise pas. Il se présente comme « Membre de LReM depuis le 10 mai 2017,  »Marcheur« dès juillet 2016. Tjs membre today ! ».
                                            Il est rare de voir des gens aussi bravement honnête et assumant ses responsabilités.

                                            Respectueusement


                                          • Manifestement étant donné le nombre de vos articles sur le sujet. Vous êtes la preuve évidente qu’il est nécessaire d’avoir un Dieu (en fait, dans l’inconscient : un guide un père). Dieu ne signifie que LUMIERE. Si la notion de Dieu ou d’u TOTEM qui le représente, c’est certain, la civilisation n’existerait même plus. Car Dieu a apporte le SYMBOLIQUE. Nous en serions encore au stade animal : tuer pour survivre. PAS DE TABOU. Dieu n’a pas besoin de Secte pour exister. La preuve, la gnose et la Torah. La secte est une fixation au stade de l’adolescence où les jeunes forment des clans avec un guide pour acquérir une autonomie par rapport au parents. Mais comme le dit bien Dany-Dufour dans son livre : LE DIVIN marché. L’argent à simplement remplacé Dieu. Un peu à cause de Freud grand collectionneur. mieux vaut s’attacher à des objets qu’à une personne, on prend moins le risque d’être déçu.. Et les cours de la bourse (étrange ce choix de ce mot : regardez ces personnes devant les écrans. On dirait une messe devant le faux-dieu : OR. C’est vrai que bourse est près de bouse (stade anal freudien) : Regardez bien : On dirait le Parthénon : https://www.google.com/search?q=bourse :&tbm=isch&source=iu&ictx=1&fir=TO-V6q1lhyHyQM%252Ccngg3L1SOIXWcM%252C_&vet=1&usg=AI4_-kSQ7gg3zJM8MeqjOPZzPt6ogbLGlQ&sa=X&ved=2ahUKEwjMuor_-5jvAhUQ8hoKHb2cCKIQ_h16BAg9EAE#imgrc=TO-V6q1lhyHyQM


                                            • velosolex velosolex 5 mars 15:21

                                              @Mélusine ou la Robe de Saphir.
                                              Il y en a beaucoup qui aurait besoin de repères, mais qui ne trouvent qu’un père fouettard et abusif. 


                                            • @velosolex
                                               Oui, le petit père des peuples (Staline), Mao qui remplace IMAO (antidépresseur). Quant à Hitler,....


                                            • facta non verba 5 mars 12:06

                                              « à quoi sert ou a servi l’invention d’un Dieu ? »


                                              Il s’agit de 2 choses très différentes :

                                              dans l’antiquité, les dieux primitifs servaient à expliquer ce que l’homme ne comprenait pas, par exemple : les orages, le tonnerre, la foudre, le vent, les tempêtes. On trouve ainsi de nombreux dieux de l’orage dans le moyen-orient.
                                              L’histoire du Déluge – qui sera reprise par les 3 religions abrahamiques, prouvant ainsi la fausseté de celles-ci – est un mythe sumérien (Gilgamesh) facilement explicable par la topographie des lieux, très bien expliqué dans cet article.

                                              – de nos jours, je pense qu’un croyant espère que son dieu l’aidera à vivre mieux, alors qu’absolument rien ne prouve que les prières donnent des résultats, et qu’il ira au paradis après sa mort, alors qu’aucune personne décédée n’a jamais envoyé de SMS ou d’e-mail pour décrire la vie « paradisiaque ».


                                              • Pascal L 5 mars 16:16

                                                @facta non verba
                                                Si Dieu existe, il existait avant le Big-Bang, alors vouloir absolument qu’il soit constitué d’atomes qui n’existaient pas encore ou qu’il soit soumis au temps est un non-sens. Le Dieu que vous imaginez n’existe probablement pas et vous avez raison quelque part. Mais que faire de tous les témoignages de rencontres ?


                                              • velosolex velosolex 5 mars 19:52

                                                @Pascal L
                                                Pascal justement fait l’hypothèse gagnante en la croyance de dieu
                                                -S’il n’existe pas, on a rien perdu ;
                                                -S’il existe, banco ; 
                                                Le problème c’est qu’il soumet le problème de la foi, au bénéfice, et que se faisant il en dit plus sur lui que sur dieu

                                                Mais peut être se prenait il pour dieu. 
                                                Personellement, je pense qu’il existe, Le covid existe, alors pourquoi pas Dieu ? Plusieurs arguments.
                                                -Les théories les plus folles sont celles qui sont potentiellement les plus proches de la vérité. Et assurément on ne fait pas pire ou mieux, que la croyance en dieu. 
                                                -Etant de plus le fils de dieu, je sais de quoi je parle


                                              • Passante Passante 5 mars 20:16

                                                @velosolex

                                                c’est peut-être une reformulation vulgairement intelligente d’une équation déjà posée par le christ de manière incessante, qui commence par le « parce que tu as cru, alors... etc »
                                                le tout appuyé par saint-thomas le « voir pour croire »
                                                réinversé en « croire pour voir », là est la clef...
                                                voir quoi ?
                                                une autre logique derrière les mêmes faits, l’Autre discours -
                                                où est-il ?
                                                chuchoté au début d’habaqouq :
                                                « si vous saviez ce qui se fait et se joue en ce moment même, sous vos yeux, sans que vous en ayez conscience, si vous pouviez le voir et le comprendre, vous en resteriez sans voix... »

                                                donc il y a une trame, déjà l’harmonie visible et l’harmonie invisible d’héraclite
                                                cette harmonie invisible n’est pas donnée sans un saut qualitatif et surtout risqué,
                                                qui n’a pas, comme on dit, « mis sa peau sur la table » peut rêver soupçonner...

                                                c’est cette autre logique que rimbaud nomme « à une raison »
                                                une raison alors plus rationnelle du tout...
                                                voilà pourquoi saint-paul dit bien que dieu est fou
                                                mais seulement pour des yeux strictement humains


                                              • velosolex velosolex 5 mars 20:40

                                                @Passante
                                                Joliment dit ;
                                                Les fractales de Mendelbrot sont proches aussi des portes de la perception, et du motif sacré se développant jusqu’à l’infini. 


                                              • A Dieu, je préfère sacré, la disparition de celui-ci liée à l’augmentation de pervers-narcissiques sans loi, ni scrupule et totalement cynique au contraire signera la fin de notre civilisation...Freud se disait athée mais a eu besoin de la mythologie grecque (quoiqu’actuellement on penche de plus en plus pour un Oedipe égyptien) dont l’ancêtre est Zeus. 


                                                • Et Zeus descendrait de PTAH et THOTH HERMS TRISMEGISTE. Les grecs ont beaucoup copier des Egyptiens. Les égyptiens qui avait inventé le zodiaque de Denderah qui vient d’HATHOR (Egypte. on y retrouve presque tous les dieux de la mythologie grecque : Mars, ZEUS-LION ou jupiter, ISIS ayant été remplacée par le signe de la vierge. Saturne, chez les grecs, c’était Cronos. Mercure, Hermes (le plus évident), Le cancer : KHEPRI associée à un scarabée (d’où le crabe). Chez les grec, c’est Artémis, déesse lunaire de la chasse mais aussi des accouchements). Pour la balance, nous pensons à ATHENA et le MAAT. Pour le scorpion, bous pensons d’emblée à Pluton. Et en Egypte : Anubis proche d’Osiris qui incarne la mort et la renaissance... Et ainsi de suite,...Jupiter du Sagittaire serait HORUS... 


                                                  • dixit dixit 5 mars 14:10

                                                    Pour qui est dans ce type de recherche, Maître Eckhart permet peut-être une réflexion intéressante...


                                                    • Epsilone 5 mars 14:42

                                                      Du point de vue de la rigueur de pensée, cet article ne vaut pas grand chose.

                                                      Je pense, sans doute avec vous, qu’il faut raison garder. J’ai écrit un article sur, entre autres, la question de l’existence de Dieu que vous pouvez consulter ici :

                                                      http://repenser-le-christianisme.org/il_faut_raison_garder.htm

                                                      Christian Camus


                                                      • dixit dixit 5 mars 14:48

                                                        @Epsilone
                                                        C’est illisible...


                                                      • Fernand Tristan Isolda Fernand Tristan Isolda 5 mars 16:32

                                                        A quoi sert Dieu ? Mais, camarade, à déverser toute la haine qu’on (la créature) peut avoir sur et dans le cœur (contre son Créateur)...

                                                        De fait, cet article est l’énième confirmation que lorsqu’on dénonce les crimes commis au nom de Dieu (et il est vrai qu’ils sont légions) on en commet forcément un soi-même. Non seulement l’habituel déicide (sempiternel acte de décès de la supposée « mort de Dieu », et le :« s’il existe, il faut vraiment nous en débarrasser »). Mais le rejet du seul commandement clair et net jamais proféré par le Dieu des trois monothéismes : « Aimez-moi en vous aimant les uns les autres ».

                                                        Oui, tuer Dieu c’est essentiellement tuer l’Amour qu’Il nous commande. Et croire (se faire croire) que c’est Lui qui (nous) tue alors que les armes (quelles qu’elles soient) ce sont toujours des êtres humains qui les manipulent. 

                                                        Oui, on peut toujours dire que Dieu est une invention (pour tout vrai croyant c’est au contraire une découverte). Mais ce qu’Il nous dit de plus profond, sa Loi d’Amour et de Vérité, cela dépasse tellement tout ce que la raison humaine aurait pu inventer (surtout quand il s’agit d’« aimer ses ennemis », comme nous le demande le Christ) que tous les esprits dits forts s’empressent de réduire à néant son Message (après avoir applaudi au massacre de son Messie, bien sûr !...). 


                                                        •  C BARRATIER C BARRATIER 5 mars 17:35

                                                          Je trouve plutôt rassurants tous ces dieux, éternels puisqu’immortels, tous vivants. Le danger c’est de croire qu’il n’y a qu’un seul dieu(le mien donc), d’où les guerres de religions. Dieux immortels manifestez vous par millions puisque c’est votre nombre, sinon, voilà la preuve qu’il n’existe de dieux que dans l’imagination de ceux qui en ont besoin. L’immortalité, c’est cela : exister toujours dans l’imaginaire


                                                          • Decouz 5 mars 19:34

                                                            Citons alors Max Planck : « Ayant consacré toute ma vie à la science la plus rationnelle qui soit, je peux vous dire au moins ceci à la suite de mes recherches sur l’atome : la matière comme telle n’existe pas ! Toute matière n’existe qu’en vertu d’une force qui fait vibrer les particules et maintient ce minuscule système solaire qu’est l’atome. Nous pouvons supposer sous cette forme l’existence d’un Esprit intelligent et conscient. Cet Esprit est la matrice de toute matière ».

                                                            https://www.autographes-des-siecles.com/produit/max-planck-et-lexistence-de-dieu/

                                                            On voit deux notions celle de force, qui rappelle ce qu’est la Shakti dans l’hindouisme (la déesse dans l’iconographie), dans le christianisme le symbolisme marial, ou la Mashia dans l’islam (la Possibilité universelle), mais également la notion de conscience et d’intelligence.

                                                            Deux pôles qui sont inséparables, même si dans l’expérience et la psyché humaine ils apparaissent souvent comme opposés, la pure puissance et l’organisation consciente, qui planifie.


                                                            • velosolex velosolex 5 mars 20:11

                                                              @Decouz

                                                              un bon livre, de Paul Auster. « J’ai cru que mon père était dieu »...l’écrivain dans les années 90 demande à des lecteurs de lui envoyer des témoignages vécus, les faisant penser qu’une expérience qu’ils ont fait se rapproche du divin. il recevra plusieurs milliers de lettres, et fera un recueil de témoignages. Certains étranges, d’autres bouleversants, évoquant le sacré. 
                                                              S’il fallait en citer une je citerai un expérience étrange qui m’est arrivé quand j’avais vingt ans. J’étais en inde,dans un pettit village de pécheur au sud de Madras, où m’avait invité un ami indien. Il faisait si chaud, que j’étais ce jour là en maillot de bain. J’étais allé cherché un litre de lait de buffle, avec ma laitière. Des jeunes indiens en voiture, traversant le village, m’ont repéré, le seul européen à des lieux. Ils m’ont invité à monter avec eux en voiture. Ils allaient voir des temples, ceux de Mahlabiruram...Ce n’est qu’arrivé la bas que j’ai réalise ma bêtise. J’étais presque nu, sans argent, avec une laitière à la main. J’ai déambulé entre les temples presque déserts, en bordure de mer. un bouddha était submergé par la marée. 
                                                              « Vous venez donner du lait aux dieux » m’a dit un sadhu ?...." Il a pris ma laitière et l’a déversé sur une statue de Ganesh. J’ai appris que c’était un usage, et que les dieux commandent parfois à des gens de se mettre en marche. J’étais dans un état étrange, de grande sérénité. 
                                                              Un dernier bus partait. Je leur ai demande l’hospitalité pour revenir. On m’a fait crédit. Tout le monde me souriait, avec ma laitière à la main. J’étais dans les mains des divinités. Et les enfants pinçait ma peau trop blanche, comme si je venais d’une autre planète. 


                                                            • Jonas 6 mars 08:15

                                                              A l’auteur , 

                                                              Poser la question c’est avoir besoin d’une béquille pour vivre. Faites comme quoi , laissez Dieu , s’il existe là où il est , et lui vous laissera tranquille, en plus il a tellement honte de sa création , qu’il est aux abonnés absents. 

                                                              Et puis être Dieu c’est plus facile que d’être un homme, il est parait-il est doté de toutes les qualités, sans défauts et n’ a besoin de rien. Il se suffit à lui-même et en plus il est sans concurrents. 

                                                              En revanche , être un homme , c’est une lutte constante , contre les tentations et les nombreux défauts , sans jamais atteindre la perfection , tout en combattant quotidiennement pour la vie. 

                                                              A votre avis P-A.Teslier , qui est le plus méritant Dieu où l’homme ? Qui faut-il glorifier Dieu ou l’homme ? 


                                                              • Déjà le titre : A quoi sert Dieu ???? Vous lui reprocher de ne pas vous apporter le petit déjeuner bien frais le matin..... ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité