• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Absurde Land, la dictature absurde

Absurde Land, la dictature absurde

An 2345, les plastics ont pris le pouvoir et font régner une terreur non violente pour ce qui est du contrôle social. On se demande encore comment ils ont réussi à imposer leurs idées, peut-être grâce à une promesse de non-violence. Mais la violence est encore pire, elle est insidieuse, hypocrite et bien plus traumatique. On ne tue plus, on pousse au suicide. On ne censure plus, on étouffe par le nombre. On n’attaque plus frontalement, on pousse les individus à faire ce que l’on souhaite. Les sciences cognitives ont suffisamment évolué pour établir des procédures non violentes dans le but d’arriver à manipuler les individus comme on le souhaite, dans le sens où on le souhaite, et sans qu’ils s’en aperçoivent. Un mot, une action devient le bouton que l’on pousse sur la zone cognitive que l’on veut stimuler pour déclencher une attitude, une émotion. La violence physique est mal vue, la manipulation est plus civilisée, la violence psychologique laisse peu de trace, le naturel tend à disparaître.

- Hahaha, oui bien sûr, je l’apporte demain.

Je ne supporte plus son rire et ses sourires forcés, son visage de plastique qui trahi ses compromissions passées. Tous ses gestes sont mécaniques, il n’est plus, il paraît. Mais c’est vrai qu’on est tous devenu comme ça, moi le premier. Depuis qu’il y a plus de 200 ans ils ont compris que l’image était ce qui faisait vendre, on est devenu des produits, on est formé scientifiquement à paraître pour optimiser notre vente sociale auprès des autres. Du coup on est tellement devenu obsédé par notre image, avec en fond la peur de ne pas bien se vendre, qu’on a plus rien de naturel. On pense tellement procédure d’optimisation au lieu de ressentir quoi faire qu’on est devenu complètement superficiel. Le pire c’est que tu vois les têtes de certains ça fait peur tellement tout est faux chez eux, on se demande où est la plus-value du produit, mais c’est scientifique, et puis comme ça on dépareille pas avec les autres.

Mais je me demande encore comment on en est arrivé là, à suivre toutes ces normes sociales absurdes pour survivre. Celui qui ne les suit pas est exclu, alors tout le monde se force, personne n’aime ça, mais on le fait tous. La dernière fois que je n’ai pas voulu me forcer à rire un blanc s’est installé dans la salle, tout le monde me fixait. Leurs regards semblaient me dire : « on se force tous à le faire, alors pourquoi tu ne le fais pas, tu te crois meilleur que nous ? ». Alors gêné j’ai rigolé d’un rire encore plus forcé qu’à l’accoutumé, alors tout le monde a ri, comme soulagé, un peu hystérique, surtout forcé. Hector, un nouveau venu, n’avait pas compris. Il est tombé en dépression quelques moi plus tard, enfin … ils l’on fait tomber en dépression.

Vous trouvez ça hypocrite, alors c’est que vous avez rien vu. On arrive encore à communiquer, mais celui qui ne suit pas tombe dans absurde land. On vous met dans une sorte de prison à l’envers, c’est pas que vous ne pouvez plus sortir d’un lieu où vous êtes enfermé, c’est surtout que vous ne pouvez plus rentrer nulle part, vous êtes éjecté, vous êtes enfermé dehors si vous voulez. Plus personne vous comprend, les dialogues n’ont aucun sens. Vous demandez A, on vous donne B. Vous parlez de A, on vous répond sur B et ainsi de suite. Le dialogue frontal du type « tu joues à quoi » est proscrit, la personne fera de toute manière mine de ne pas comprendre, généralement avec un sourire bien innocent. Avec les sous-titres c’est un peu comme si tu disais « bon allez arrête de me prendre pour un con » et que la personne vous réponde « non seulement je vais pas m’arrêter mais en plus tous ceux de ma clique vont faire de même jusqu’à ce que tu craques ou que tu te mettes au pas ». Si vous faites preuve de violence verbale, absurde Land s’intensifie ou c’est carrément la Répressive si tu mets les mains. De toute manière la franchise a disparu depuis longtemps, les plastics disent que ça heurte la sensibilité des gens. Du coup plus personne n’ose remettre les choses en question, sinon forcément ça va risquer de heurter ces choses en question. Alors on suit, sinon c’est absurde Land.

Demain d’ailleurs on doit remettre le rapport sur les procédures cognitives de la Répressive. Là encore la force physique n’est plus de mise, surtout avec les déviants. Ils sont aidés par les membres des classes dominantes qui cherchent à conserver leur rang, et les informateurs comme moi qui se sont fait piéger. Ça fait d’ailleurs longtemps que la Répressive n’est plus là pour assurer la paix sociale ; elle est surtout là pour protéger l’ordre établi, les classes dominantes, et mettre la masse au pas.

Vous vous demandez comment je suis devenu informateur ? Comme beaucoup, j’ai été piégé par la Répressive. Ils ont mis en place une procédure de mise au pas, ont provoqué la faute, à un moment j’ai craqué et fait un truc illégal, et là la Répressive m’est tombé dessus, officiellement j’entends. Maintenant ils me tiennent par les couilles comme on dit. Et puis n’allait pas croire que j’ai balancé qui que ce soit, l’entourage était tous des informateurs ou des civils de toute manière, alors personne à balancer. Maintenant ? Bah oui, maintenant je balance et je provoque. Maintenant je fais partie de la clique dont je parlais avant, parce que la clique c’est eux. Du coup l’autre effet de bord d’un absurde Land c’est que si vous allez vous plaindre suite à des agissements de la clique, ben vous allez vous plaindre chez ceux qui vous emmerdent, alors n’attendait pas à ce qu’ils arrêtent les leurs, ils mettront en place la procédure toupie, la procédure qui vous fait tourner en rond.

Alors quand tu craques, c’est justement la Répressive qui va innocemment te demander pourquoi t’as craqué. En fait ils attendaient que ça, que tu viennes à eux pour commencer à te cuisiner. Ils savent déjà tout, parce que c’est eux les coupables, ils te poussent à la faute pour mieux te mettre à l’amende. Alors après avoir pris un plaisir malsain à bien te faire comprendre combien tu vas prendre chère, ils peuvent même te proposer d’être tes sauveurs envers qui tu devras avoir une énorme gratitude de t’avoir tiré du pétrin … dans lequel ils t’avaient mis. Donc informateur ça va, faut voir les autres options. Bien sûr ya la prison, mais si t’as eu le cerveau trop cramé par absurde Land c’est la psychiatrie, et là tu peux même leur servir de cobaye pour leurs expériences de contrôle. Bah, c’est pas un fou qui va risquer de se plaindre, qui le croira ? Du coup c’est aussi l’option pour les opposants et ceux qui auraient trop de choses à dire, qui les croira ?

Un dernier truc, depuis que je suis devenu informateur ils ont activé ma puce radio pour qu’on puisse communiquer. Parce que je vous avais pas dit, mais à la naissance on nous loge tous une puce dans le cerveau. La masse le sait pas, et je ne sais pas tout ce que l’on peut faire avec. En gros ils débloquent les fonctionnalités en fonction de votre hiérarchie, et informateur c’est pas le haut du panier vous pensez. Je sais juste que la dernière fois que j’ai contrarié un supérieur j’ai eu un drôle de mal de crâne. Après le gars a souri sadique en voyant mon rictus, j’ai compris.

Et contrarié parce que j’ai eu le malheur de le remettre en question, une remarque en fait. Ça passe plus chez nous, à croire qu’on est tous devenu caractériel ou complexé je sais pas, on supporte plus la moindre remarque. On est tous prêt à baisser notre froc en bouffonnant en société parce que c’est devenu la norme, que soit disant faudrait pas se prendre au sérieux, mais une remise en question et vous allez voir comment on devient sérieux, surtout pas de remarques.

Bien sûr ça aide pas à évoluer, imaginez une société ou plus rien ne peut être remis en question, où la moindre remarque est prise comme une insulte en lieu et place d’une invitation à la discussion. Bah du coup la société se fige, elle avance plus, on ne peut plus rien lui dire, elle se paralyse et on lui laisse peu de temps avant de se faire dépasser par une autre. J’imagine que ça doit être une sorte de compensation, un peu comme une putain que vous insultez, si vous l’avez raqué elle dira rien, mais si vous êtes pas client et que vous lui dites même pas le centième que ce qu’un de ces clients peut lui faire elle va péter un plomb et mettre en avant le sacro-saint respect. Elle compense surtout le respect qu’elle a perdu auprès de ces clients et à qui elle peut trop rien dire. Et nous on fait pareil en acceptant de bouffonner pour travailler, on compense nos bouffonneries, nos sourires forcés, nos petites courbettes, et tous ce que les normes nous disent de faire et qu’on a pas envie de faire. Et on se retrouve à 40 balais avec une tête de plastic à force d’avoir paru toute notre vie au lieu d’être. Mais surtout pas de remise en question, faut bien compenser. Et puis entre nous, si les normes disent que c’est mal de faire des remises en question, que c’est anti-social, que ça heurte la sensibilité de notre prochain, du coup on prend le pli pour notre prochain et l’ensemble, on perd notre envie de critiquer, et au final ça limite les besoins de censure, on s’autocensure. Donc si la critique est une des bases de ce que l’on appelle une société démocratique, je crois que vous avez compris où je vis.

Ok, j’exagère un peu, on a encore la possibilité de faire des remarques mais faut qu’elles soient indirectes, une sorte de jeu de billard si vous préférez. On parle à l’un pour passer le message à l’autre. On utilise des images et toutes sortes de paraboles. Ça évite de froisser le principale intéressée, qui pourra prendre en compte ou non la remarque. Puis la réponse vous reviendra éventuellement par un tiers.

J’ai toujours trouvé paradoxale que dans une société à la pointe des sciences cognitives on ait laissé de côté le facteur du malentendu comme cause d’opposition entre les différents groupes d’une société, peut-être pour mieux se concentrer sur le côté manipulation. Parce que vous voyez le genre de bordel que ce mode de communication peut occasionner et les malentendus que ça peut occasionner si on est pas du même monde, si on partage pas les même codes. Déjà qu’en parlant clair on peut laisser des malentendus en place, alors vous imaginez qu’avec toutes ces circonvolutions pour éviter de heurter la sensibilité de l’autre on risque de laisser en place pas mal de malentendus qui risquent au final de heurter encore plus violemment les protagonistes selon les cas. Sur le long terme je ne sais pas si c’est la meilleure solution.

Et je parle même pas des cas où vous n’êtes pas près de saisir le message si vous ne vous sentez pas viser mais que l’autre a fantasmé, il risque toujours d’attendre sa réponse par un tiers ou un quelconque changement d’attitude. Mais ce qui peut aussi poser problème si le gars le prend mal, après on risque de plus savoir qu’est-ce que l’on est en train de payer si cet autre attendait une réaction en retour, tient à cette réaction et engendre un absurde Land lié à son mécontentement du fait de ne pas l’obtenir. En gros tu peux aussi être jugé et condamner sans autre forme de procès, personne viendra te dire ce qu’il te reproche, des fois tu manges tu sais même pas pourquoi, à toi de te démerder avec ça. Un beau bordel je vous dis, et que je n’arrive à supporter qu’avec mes maîtresses si on veut faire l’analogie avec une certaine nécessité de devoir pratiquer l’art divinatoire ; et d’autant plus qu’elles me donnent des avantages que mes concitoyens sont loins de pouvoir me donner. Mais bon, ça permet aussi à chacun de rester dans son groupe, d’éviter le dialogue, comme de maintenir les oppositions et les dominations. On reste dans le flou, on est jamais clair.

Mais je m’égare, je parlais d’un rapport de procédure de la Répressive. Voilà comment ça fonctionne, laisser moi vous montrer comment l’on peut aller jusqu’à détruire une personne dans un monde civilisé, et bien sûr sans violence physique, violence qui a la fâcheuse tendance de laisser des traces. Bref, on peut aller jusqu’au meurtre parfait en cas de suicide de la cible, en passant par les meurtres sociaux ou psychique. Mais, en toute courtoisie, et bien sûr dans le respect des lois en vigueur. Seront utilisés à cet effet la pression sociale et certaines techniques de manipulation.

(à suivre)


Moyenne des avis sur cet article :  4.14/5   (7 votes)




Réagissez à l'article

16 réactions à cet article    


  • jacques 24 septembre 11:03

    Bourré de fautes, mais sur le fond je n’arrive pas à comprendre, désolé.


    • Parrhesia Parrhesia 24 septembre 11:27

      Bonjour l’auteur ! et chapeau !!

      Mais à ce degré de pertinence, la moitié des lecteurs ne va pas comprendre et l’autre moitié, celle constituées par les zombies, va se coucher devant la doxa, comme d’habitude.

      La première réaction postée, celle de Jacques, confirme ma première impression.

      Attendons maintenant la confirmation de la seconde... Cela ne devrait pas tarder !!!

      Vous avez beaucoup de mérite à continuer le combat !!!

      Bon courage.


      • Opposition contrôlée Opposition contrôlée 24 septembre 11:49

        @Parrhesia
        Je m’associe à vos félicitations et encouragements.


      • SilentArrow 26 septembre 04:07

        @Opposition contrôlée
         

        Je m’associe à vos félicitations et encouragements.

        Moi également.
        Mais le texte est quand même criblé de fautes.


        • Parrhesia Parrhesia 24 septembre 12:16

          @troletbuse,
          Bonjour, troletbuse,
          Sans en avoir fait le compte précisément, le catholique que je suis estime à environ une bonne dizaine, le nombre des papes qui ont, pour une raison ou pour une autre, laissé le souvenir d« antipapes » dans la mémoire religieuse.
          Le pape François devrait, en bonne logique, venir grossir cette liste !
          Il reste maintenant à savoir si l’Eglise de nos ancêtres, qu’elle soit jugée bonne ou moins bonne à l’instar de toute entreprise humaine même lorsque celle-ci est d’origine divine ou sacrée, comporte encore suffisamment de Cardinaux assez solides pour redresser la barre !


        • troletbuse troletbuse 24 septembre 12:23

          @Parrhesia
          Cela pourrait faire régir de nombreux catholiques. Vigano dénonce depuis le début.
          Sur qu’il y a beaucoup de cardinaux qui ne disent absolument rien.
          On verra


        • troletbuse troletbuse 24 septembre 11:34

          Appel du cardinal Vigano contre la dictature

          https://www.youtube.com/watch?v=8xZHwvajtDQ


          • Adèle Coupechoux 24 septembre 12:37

            Merci à l’auteur pour cette dystopie qui s’accentue de jour en jour. Il nous faut continuer à nous défendre.

            François Paraire, syndicaliste des Médecins Hospitaliers FO : 

            « Le Pr Perronne est poursuivi à la demande de »Macron par l’intermédiaire de Martin Hirsch"


            https://crowdbunker.com/v/PC8FDe5kuA

            "...Pas de masque pendant un cours en 2020 ? Ils ont la rancune tenace, il faut faire payer les récalcitrants, Raoult, Pavan… même 2 ans après. Histoire de dissuader les autres de suivre leur exemple pour les différentes occasions qui vont forcément se présenter au cours des semaines et mois à venir. Vincent Pavan, professeur de maths, est dans le même cas que l’épouse de Louis Fouché interdite elle aussi d’enseigner… Qui a dit qu’on n’est pas dans une dictature ?" 

            https://resistancerepublicaine.com/2022/09/23/vincent-pavan-interdit-denseigner-pour-avoir-refuse-de-porter-le-masque-en-2020/?print=pdf


            • Clark Kent Clark Kent 24 septembre 13:29

              Ça n’a rien d’« absurde » !

              C’est seulement la pression qui monte, qui monte, qui monte, et les soupapes de plus en plus lourdes n’aboutiront qu’à une chose : l’explosion. Mais quand ? C’est un véritable film à suspense.


              • perlseb 24 septembre 13:46

                Dans l’ensemble il n’y a que 2 mondes possibles.

                Un monde libre, sans chefs, où les gens seraient autonomes et capables de se fédérer sans aucune aide externe pour réaliser à plusieurs (et sans contrainte) ce qu’ils veulent faire de leur temps (en plus du « nécessaire vital » évidemment qui est une contrainte animale à laquelle on ne peut guère échapper mais que chacun réduirait comme il l’entend pour maximiser son « temps libre » pendant lequel il fait ce qu’il veut dans le respect des autres, ça va sans dire). Il faut quand même l’expliquer un peu, ce monde serait un beau bordel (c’est aussi ça la liberté), sans aucune norme, où il faudrait souvent choisir un lieu géographique pour faire vraiment ce que l’on veut pour ne pas nuire à d’autres qui auraient une « culture » ou des goûts trop différents des votres. Car la nuisance est très relative, elle dépend des goûts et des désirs de chacun et une société libre s’évertue à les respecter tous autant qu’elle le peut.

                L’autre monde possible est celui de la soumission avec une hiérarchie et de nombreux chefs à des niveaux différents pour le profit d’un nombre très restreint d’exploiteurs dirigeants. Dans ce monde, très normatif, la contrainte est la règle. Si la force (et l’invention des armes) a été le premier moyen utilisé pour les premières sociétés pyramidales, il est évidemment moins coûteux d’utiliser la persuasion, la psychologie pour faire croire aux esclaves qu’ils sont libres, surtout s’ils n’ont aucune notion de ce qu’est la liberté. Dans ce monde (notre monde évidemment), si vous n’êtes pas « conformes » (larbin, comédien qui se prostitue pour « gagner » sa vie), alors le chômage a été inventé pour vous. C’est un peu coûteux de ne pas pouvoir exploiter un non larbin, mais ça force les autres à l’être plus, donc le bénéfice est évident pour les exploiteurs.


                • pierre 24 septembre 17:57

                  On dirait du frimas.... ou du lost....


                  • https://twitter.com/Direct761/status/1573776412552691713

                    Oui avec une contribution des médias à cette hystérie collective… cet extrait ci-dessous d’un non vax placé à 10m des autres invités traduit bien cette folie


                    • zygzornifle zygzornifle 25 septembre 09:31

                      An 2345

                      D’ici la notre descendance habitera sur Mars qui aura été terraformée par Elon Musk laissant la terre inhabitée fermenter ses déchets en attendant des jours meilleurs .... 


                      • Tzecoatl Tzecoatl 25 septembre 10:48

                        Les plastics mangent de la nourriture sous plastique, les gens libres la font eux-même ou l’achètent en frais en sacs de papier.


                        • saint louis 25 septembre 14:04

                          Je me demande si en 2345 i y aura encore assez d’ humains sur terre pour envisager ce scénario qu serait juste un continuité de ce que l’on vit aujourd’hui ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité




Palmarès



Publicité