• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Acquittés de Créteil : le procès en appel sera politique

Acquittés de Créteil : le procès en appel sera politique

Des féministes manifestent devant le Ministère de la Justice à Paris. Une lettre ouverte à François Hollande demande un débat public sur les « violences faites aux femmes ». Même les Femen sont venues faire leur pub sur le procès des tournantes. Le tout après de nombreuses manifestations d’indignation depuis jeudi dernier. On a vu deux ministres, des groupes féministes, de nombreux blogueurs et journalistes prendre parti et dire tout haut leur malaise devant le verdict d’acquittement de 10 accusés.

Pourtant la vraie indignation a été très peu entendue.

La vraie indignation ? Celle contre le tribunal de l’opinion, le tribunal de la rue, et contre toutes ces bonnes âmes qui refont le procès sans y avoir assisté et condamnent définitivement les acquittés. Où est Stéphane Hessel et son indignation sélective ? Silence radio.

Le tribunal de l’opinion continue à se répandre comme une gangrène et la majorité des gens tombe dans le panneau la tête la première. S’il le pouvait le peuple lyncherait les acquittés.

Saloperie de tribunal de l’opinion.

A tous les journalistes, aux féministes, aux bonne âmes qui suivent le troupeau en bêlant, aux Femen opportunistes : les acquittés sont acquittés. Les considérer comme coupables c’est commettre un déni de justice et une dénonciation calomnieuse.

Que des gens discutent entre eux sur leur conviction, que des blogueurs donnent un avis contraire, passe encore. Mais les journalistes, les associations responsables et à plus forte raison les ministres se doivent de respecter la décision de justice. Sans quoi la justice ne sert à rien.

Najat Vallaud-Belkacem n’est pas revenue en arrière. Elle a pris fait et cause contre les acquittés en soutenant « les » victimes. Elle engage l’Etat et le gouvernement par son déni vallaud-b.jpegde justice. Il ne suffit pas de soigner son brushing pour avoir le droit de cracher sur la justice ni sur des hommes acquittés. Madame BCBG, petite tueuse féministe du gouvernement mou de Normal 1er, a beau se la péter : les acquittés sont bien des acquittés. Et elle doit démissionner pour sa partialité préoccupante.

Pour mémoire le procès a eu lieu à huis-clos et personne ne peut juger du contenu des audiences ni de ce qui motive la décision d’acquittement. Remettre en question, pourquoi pas. Mais pas plus. Les 10 anciens accusés sont acquittés et leur accusatrice, celle qui avait déjà monté une fausse accusation de viol à 15 ans (sans suite pénale contre elle), est déboutée. Ce huis-clos est d’ailleurs une pantalonnade. Les accusatrices ont été entendues partout avant, pendant et après le procès. Et les accusés ? Personne ne les a entendus. Deux poids deux mesures : la parole des femmes accusatrices est surmédiatisée, celle des hommes accusés est bridée. Les violences faites aux hommes n’intéressent toujours pas.

La Féminista devrait faire profil bas et respecter la justice. A moins de vouloir montrer sa partialité et son mépris des hommes. Mais ça on le savait déjà.

Rappelons-nous que « l'avocate générale a requis des peines de cinq à sept ans de prison pour une partie de ces accusés. Pour les autres, elle s'en est remise à la décision de la cour, évoquant le "doute" et relevant le manque d'éléments à charge les concernant pour réclamer une peine », selon Corse-Matin du 10 octobre. Faire appel le jour même du verdict alors après avoir demandé le bénéfice du doute est un mauvais signal pour les hommes. L’avocate se déjuge elle-même et prend une décision démagogique.

Avec la pression publique, l’engagement des ministres et le lobbying féministe, les acquittés ont du souci à se faire : le procès en appel sera politique.


Moyenne des avis sur cet article :  2.5/5   (32 votes)




Réagissez à l'article

39 réactions à cet article    


  • Gabriel Gabriel 17 octobre 2012 10:22

    Déni de justice dites vous, pourquoi pas ! Cela n’empêche pas celle-ci de faire des erreurs, aucune personne ni aucun organisme n’est infaillible. La question est très simple, les accusés sont ils des violeurs ? Ont-ils violés les victimes ? Selon la vérité et non une interprétation de la vérité, vous serez si le verdict rendu est juste ou pas … Personnellement, je me sens mal à l’aise quant à la mise en doute de la parole des victimes. Ces femmes là ont peut-être leurs vies foutues et des petits cons risquent de se pavaner et d’être prit en exemple par d’autres débiles, à réfléchir… 


    • Alois Frankenberger Alois Frankenberger 17 octobre 2012 18:10

      Le principe en droit pénal des pays civilisés c’est qu’on condamne les personnes sur bases de preuves et pas de présomptions.

      Et pour prouver qu’il y a eu viol, il faut prodes traces d’ADN, au minimum ou des témoignages concordants.

      Et, dans tous les cas, le doute profite à l’accusé.

      On peut le regretter, mais c’est en même temps un solide garde fou contre les accusations fantaisistes.


    • La mouche du coche La mouche du coche 17 octobre 2012 21:30

      Ces femmes ont des slogans en américain. On a compris qui les commande. smiley


    • momo momo 18 octobre 2012 14:01

      Si elles ont des slogans en anglais, c’est parce qu’elle ne parle pas français. En russe, tu aurait dit quoi ? Des agents du KGB. Marre des cons ! 


    • La mouche du coche La mouche du coche 19 octobre 2012 12:48

      Momo n’aime pas qu’on lui dise la vérité. Héhé, je suis une vraie mouche du coche pour les intelligents peureux. smiley


    • Agafia Agafia 17 octobre 2012 10:29

      P’têt que l’auteur en mériterait une bonne.... tournante...
      ça le ferait réfléchir sur les conséquences traumatiques... et le parcours du combattant émaillé d’humiliations diverses quand on ose porter plainte...

      Rien d’autre à dire.... je vais aller vomir


      • Fergus Fergus 17 octobre 2012 10:52

        Bonjour à tous.

        Le problème posé par certains procès d’assises dont les délibérations portent avant tout sur la parole des uns contre la parole des autres n’est pas nouveau. Et régulièrement on voit la vox populi, parfois manipulée par les médias, s’étrangler d’indignation et crier au déni. Mais pas toujours dans le même sens : un jour, c’est aux accusés qu’elle s’en prend violemment, un autre jour ce sont les victimes qui font les fris de la vindicte, parfois dans une même affaire. Une vox populi exprimée par des gens qui n’ont évidemment pas suivi les débats, pas entendu les parties durant les audiences, et encore moins eu connaissance des conditions et du contenu de la délibération.

        Je me méfie comme de la peste de ces procès à la Justice intentés par tous ces braves gens. Non que la Justice soit rendue idéalement (de graves manquements viennent régulièrement démontrer le contraire) mais on n’a encore pas trouvé de meilleure solution pour arbitrer les protagonistes impliqués dans une affaire criminelle.

        Rappelons-nous toujours de l’affaire d’Outreau car elle est emblématique de la versatilité de l’opinion et des médias : dans un premier temps, c’est à un déchaînement de haine populaire contre les accusés d’Outreau que l’on a assisté ; dans un deuxième temps, ce déchaînement s’en est pris aux acteurs de la Justice. Quand la vox populi a-t-elle eu raison ?

        Je ne connais rien d’autre du procès de Créteil que ce qui en a été rapporté par les médias, et c’est bien insuffisant pour affirmer haut et fort où sont les victimes et où sont les coupables, même si je me suis, par la force des choses, forgé une opinion. Mais une opinion sans valeur, et c’est pour cela que je ne l’exprime pas.


        • Yves Dornet 17 octobre 2012 10:59

          comme tout démocrate je suis pour l’indépendance de la justice, ce qui me permet d’exiger d’elle : l’indépendance et non de faire la loi selon l’idéologie dominante en cours au palais. Les victimes ont droit à la justice et non aux humeurs de bobos.

          marre des outreaux, des marches blanches, des plus jamais ça...la justice n’est pas au dessus. Il serait temps que les politiques se penchent sur le sujet.

           


          • hommelibre hommelibre 17 octobre 2012 11:23

            @ Gabriel :

            Vous vous sentez mal à l’aise à la mise en doute de la parole des victimes. Encore faut-il qu’elles soient bel et bien victimes. Ce qui ne peut être affirmé ni avant un verdict, ni après une sentence d’acquittement. C’est comme ça et ce n’est pas pour rien si c’est comme ça. Au Far West on ne s’encombrait pas de procès et de droit, mais on n’est pas au Far West.

            La vérité judiciaire peut ne pas correspondre à la vérité de faits. On l’a vu à Outreau.

            Plus près de nous Loïc Sécher a fait 7 ans de prison pour rien, avant que son accusatrice devenue majeure ne se rétracte totalement et qu’il soit totalement innocenté. Idem pour Antonio Madeira (Lire : « J’ai menti », le livre de sa fille Virginie).

            Une victime n’est pas victime seulement parce qu’elle le dit. Elle doit le démontrer. Parfois cela se voit, parfois pas. C’est ainsi. Le culte rendu à la victime à notre époque est excessif. En cas d’accusation, surtout d’accusation grave (viol, assassinat par exemple), il faut vérifier et revérifier. C’est la condition d’une société de droit et non d’arbitraire. L’une des plaignantes a commis une fausse accusation de viol à 15 ans, ce qu’elle a elle-même reconnu. Elle en est donc capable. Cela ne dit pas que la deuxième accusation soit fausse elle aussi, mais qu’à tout le moins on vérifie encore plus avec elle. C’est ainsi et c’est normal. Il ne faut pas jouer avec ce genre d’accusation qui détruit très sûrement la vie d’un homme.

            On peut donc chacun avoir sa conviction intime. Il se trouve que cette conviction est généralement forgée sur l’émotion et non sur une vérification. Des gens sont commis pour vérifier et pour juger. Ce n’est pas à nous de le faire. L’émotion est mauvaise conseilleuse. Il y a un pourcentage suffisant de personnes perturbées qui sont émotionnellement très puissantes. Je le sais, je l’ai vu.

            On estime au minimum entre 8 et 15% le nombre de fausses accusations aux USA, voire bien plus selon certaines enquêtes.

            Que des ignares suivent le troupeau, ma foi, c’est comme ça. Que les Femen viennent faire leur pub sans connaître l’affaire, c’est de l’ingérence indécente. Que les assoc féministes montent au créneau : elle défendent leur fond de commerce et leurs subventions. Que des ministres prennent parti contre la décision de justice, c’est inacceptable et grave. Oui c’est un déni de justice.

            @ Agafia :

            Ayant été victime d’une fausse accusation, avec 7 ans d’instruction et un acquittement total aux Assises (sans appel), je sais de quoi je parle. Vie piétinée, boulot perdu (que j’avais mis 25 ans à construire), un cancer du pancréas derrière opéré de justesse, et d’autres dommages corollaires. Devenu le bouc émissaire de féministes qui voulaient faire un exemple, sali durablement par des gens qui réglaient à travers moi d’autres problèmes, personnels.

            Depuis j’ai fait des recherches, étudié ces affaires, et je sais de quoi je parle.

            Alors allez donc vomir si cela vous fait du bien. Ça ne mange pas de pain...


            • Gabriel Gabriel 17 octobre 2012 13:37

              Hommelibre, je suis d’accord avec vous sur le fond mais pas sur la forme concernant cette affaire. Il me semble que la justice a reconnu des prévenus coupables en leurs donnant des peines avec sursis (pour viol !) c’est balèze ! Le père d’un des accusés a présenté ses excuses aux victimes et demandé à la justice de faire son travail correctement. Voir article ci-dessous.

              http://www.metrofrance.com/info/proces-des-tournantes-le-pere-d-un-acquitte-presente-ses-excuses-aux-victimes/mljp !YARRgS2iZJvQ/


            • Jean-Marc B 17 octobre 2012 11:37

              @ l’auteur
              Votre article sur le fond est abject .... Vous finissez par soutenir les acteurs d’une tournante....
              J’espère que les Agoravoxiens vont en convenir et intervenir ici pour dénoncer votre attitude.


              • hommelibre hommelibre 17 octobre 2012 11:43

                @ Jean-Marc :

                Réalisez-vous ce que vous écrivez ? Non seulement vous êtes à côté de la plaque mais en plus vous déformez sciemment mon propos.

                Je sais qu’en allant contre le tribunal de l’opinion je ne me ferai pas que des amis. Mais peu m’importe. Ce que j’écris dans cet article est parfaitement légitime et sensé. C’est vous qui dérapez.


              • al.terre.natif 17 octobre 2012 11:55

                où voyez vous que les acteurs d’une tournante sont soutenus par l’auteur ?

                Relisez, à mon avis vous vous êtes trompés.

                Ce n’est ni un encouragement au viol, ni une condamnation des victimes ! Juste un rappel concernant la difficulté entourant certaines accusations. Il arrive que les victimes mentent ou déforment la vérité. Le boulot de la justice est aussi de faire la part des choses, et surtout de ne pas prendre en compte « l’opinion publique », trop facilement manipulable !


              • Jean-Marc B 17 octobre 2012 12:40

                4 hommes ont été condamnés. Je crois qu’il y a lieu de bien montrer qu’il y a bien eu actes de violences sur au moins l’une des plaignantes. La justice a fait la part des choses : une plaignante a été déboutée et le doute a été émis à l’égard de certains hommes qui ont comparu.
                Je pense que si la plaignante se pourvoit en appel elle a des raisons qui lui appartiennent .... Il y a lieu de faire confiance au moins en partie à cette justice de Créteil.
                C’est cette suspicion d’une intervention politique ..... qui discrédite immédiatement et totalement la plaignante qui me parait très discutable. Vous ne vous rendez pas compte de l’impact de ces considérations . Au vu des dégâts causés par d’un viol .... J’espère que la justice saura y voir clair ....


              • hommelibre hommelibre 17 octobre 2012 13:16

                Jean-Marc :

                Vous semblez prendre parti. Or encore une fois rien ne permet de le faire. L’impact de mes propos ? C’est bien peu de chose après le défilé de grosses caisses, y compris gouvernementales, qui ont jeté les acquittés dans la fosse aux lions.


              • Jean-Marc B 17 octobre 2012 15:20

                En ce qui concerne les acquittés, je suis d’accord, il faut leur accorder du crédit. Et les protéger des politiciens et des pressions de l’opinion publique pas toujours informée. Vous voyez je nuance mon jugement à présent, mais je pense à cette plaignante et c’est elle qui est l’objet de toute ma compassion ....


              • al.terre.natif 17 octobre 2012 11:49

                Tout à fait d’accord avec l’auteur.

                La justice ce n’est pas le far west, ni la loi des foules, sinon on aurait déjà pendu Sarkozy pour Karachi et / ou pour les sous des Bettencourt !

                Que la justice puisse se tromper, c’est évident ! Elle est rendue par des hommes, et il s’agit de chercher la vérité sans pouvoir toujours la trouver ! On peut toujours essayer d’améliorer les choses, mais le système comprend déjà des posibilités de recours pour les victimes, si elles ne sont pas satisfaites du jugement, c’est ce qui va se passer dans ce procès. Donc pourquoi gueuler dès maintenant ? Peut être pour influencer la seconde décision de justice par une pression politique ? => ce n’est pas la vision de la justice que j’aime !

                @Agafia : Peut être qu’un bon vomis vous permettra de retrouver votre sang froid !


                • magma magma 17 octobre 2012 13:28

                  avec Sarkozy libre, c’est bien la preuve qu’on ne peut faire confiance dans la justice, mais c’est défoncer des portes ouverte quand il s’agit de juger les politiques, n’est ce pas charles pasqua...


                • magma magma 17 octobre 2012 13:26

                  j’ai vu le titre et j’ai tout de suite su de qui il émanait....

                  Je serais de toutes les manifestations. 75000 viols en france et 1/4 de plainte seulement. Comme dit précédement, le probléme c’est qu’il ya a toujours une grosse tolérance pour les petits sauvageons de banlieue pour éviter les émeutes, et pour qu’un de ses loustics (et je suis bien placé pour le savoir) se retrouvent en tole il faut un sacré pédigré.

                  Si je suis votre principe, alors dany leprince doit rester en taule


                  • hommelibre hommelibre 17 octobre 2012 14:03

                    Magma : petite attaque personnelle au passage, cela ne mange pas de pain...

                    75’000 viols : ce chiffre est une extrapolation. On n’en sait rien. C’est peut-être vrai, peut-être pas. Entendons-nous bien : même un seul viol est de trop. Mais sans chiffres sûr chacun peut dire ce qu’il veut. les seuls chiffres sûrs : environ 8’000 plaintes annuelles pour environ 1’600 condamnations.

                    Pourquoi 75’000 ? Ce n’est pas l’objet du débat. Nous y reviendrons probablement une autre fois.


                  • hommelibre hommelibre 17 octobre 2012 14:06

                    Au passage : pas une seule manifestation lors de la libération de Loïc Sécher, ni parole de regret du gouvernement. Y aurait-il deux poids et deux mesures ?

                    Naaannnn.... jamais... !


                  • Fergus Fergus 17 octobre 2012 16:53

                    Bonjour, Magma.

                    Désolé de vous contredire sur le présumé laxisme de la Justice qui relève trop souvent de la tarte à la crème. J’ai été juré d’assises et, lors de la session à laquelle j’ai participé, j’ai suivi à huis clos un procès pour viol qui concernait un jeune « sauvageon » comme vous les appelez. Résultat : 18 ans !!!


                  • magma magma 17 octobre 2012 18:26

                    oui oui et moi 5 ans a vivre avec un lieutenant de police chez moi... donc je peux vous donner 700.000 contre exemples.

                    je suis allé moi même au tribunal de Bobigny pour ceux qui ont le courage d’y aller. Il faut le voir pour le croire, entourage en nombre, menace, insultes, irrepect etc...



                    • hommelibre hommelibre 17 octobre 2012 14:16

                      Merci pour ce lien utile et intéressant. Ce qu’il dit en particulier à propos de la guérison des victimes devrait être entendu plus largement.


                    • magma magma 17 octobre 2012 16:05

                      http://www.contreleviol.fr/viol-en-france/les-chiffres

                      avez vous parlé a une femme victime de viol en réunion dans les yeux qui vous explique qu’elle ne peut ni y échapper ni en parler a ses parents ? Avez vous parlé a une fillette de 8 ans violée pendant 4 ans qui préfère pisser au lit que de passer devant le couloir ou se trouve son agresseur pour aller au toilette la nuit, qui ne porta pas plainte ? (je sais vous allez me dire c’est de la pédophilie) Avez vous déjà a eu dans vos bras une femme qui fut violée ? avez vous parlé a cette amie violée par son beau père et chassée par toute la famille ne la croyant pas ?

                      je crois au contraire que bien de femme savent que cela ne sert a rien, elles devront prouver qu’elles ne sont ni des « salopes » ni des mythomanes, que ce ne soit pas pour être néfaste ou pour de l’argent.... Nombre de femmes n’ont pas de pénétration d’un sexe mais de toute autre choses et c’est un viol quand même


                      • ZenZoe ZenZoe 17 octobre 2012 16:57

                        L’auteur :
                        Voici le jugement, que vous ne semblez pas connaitre :
                        "La cour d’assises du Val-de-Marne a reconnu des viols commis entre 1999 et 2001 dans les cités de Fontenay-sous-Bois, sur une seule des plaignantes, Nina. Les quatre hommes poursuivis pour les mêmes faits sur Aurélie, 28 ans, ont été acquittés."

                        Puisque les accusés étaient 14 au total, on en conclut que les violeurs de Nina étaient 10.
                        Puisqu’il y a eu 10 acquittements au total, on en conclut que 6 l’étaient pour les agresseurs de Nina. Si on récapitule, on a, pour Nina, 6 acquittements et 4 peines dont 3 avec sursis pour des viols. POUR DES VIOLS RECONNUS, ME LISEZ-VOUS BIEN ?

                        Le tollé porte non pas sur une erreur judiciaire possible, mais sur l’incohérence entre ce que la cour a elle-même reconnu, et les peines qu’elle a prononcées. Même pas besoin d’avoir assisté aux débats pour constater cela.


                        • hommelibre hommelibre 17 octobre 2012 18:38

                          @ ZenZoe :

                          Sur les 14 accusés, 4 ont été condamnés pour viol sur Nina et 10 acquittés. Concernant Aurélie aucun des 14 n’a été condamné.

                          Votre compte est donc erroné et votre conclusion fantaisiste.


                        • non667 17 octobre 2012 17:57

                          à homme
                          leur accusatrice, celle qui avait déjà monté une fausse accusation de viol à 15 ans (sans suite pénale contre elle), est déboutée. Ce huis-clos est d’ailleurs une pantalonnade. Les accusatrices ont été entendues partout avant, pendant et après le procès. Et les accusés ?

                          leurs passés plaidaient pour eux ??????????????????


                          • magma magma 17 octobre 2012 18:29

                            c ’est comme nafysatout dialo, elle a été prostituée et elle n’est donc pas crédible...donc le viol c’est pas grave, ça compte pas, c’est self service


                          • hommelibre hommelibre 17 octobre 2012 18:55

                            Il est invraisemblable qu’ici certains et certaines veuillent refaire le procès. Il est invraisemblable qu’autant de réactions dans la presse, dans la rue et sur le net refassent le procès. L’indignation c’est très bien, mais de quel droit ? Parce que l’on avait prévu dès le début que tous les accusés seraient condamnés ? Plus besoin de justice alors.

                            Mais on comprend autre chose : 34 (oui, 34 !) associations féministes ont écrit au président de la République pour « exiger » entre autre plus d’argent et pour soutenir les plaignantes avant même qu’une quelconque culpabilité n’ait été démontrée :

                            « - Les plaignantes doivent être soutenues, hébergées, protégées, entendues ;
                            - Les associations doivent avoir les moyens de remplir leurs missions ; »

                            Donc les plaignantes devraient bénéficier d’un traitement spécial, pas les accusés. Une justice à deux vitesses et c’est la fin de l’Etat de droit.

                            D’autre part les associations veulent plus d’argent, comme elles le disent ouvertement, alors qu’elles en reçoivent déjà beaucoup.

                            Mais à 34 associations (on se demande pourquoi autant), entre les querelles de cheffes, les places à se faire, la surenchère pour être plus médiatisée que les autres, cela demande beaucoup d’argent, évidemment...

                            Nina et Aurélie sont instrumentalisées par ces associations qui en font une cause nationale et politique. Mais le procès et l’affaire étaient déjà instrumentalisés avant le verdict. La presse et le public ont été pris en otage par les déclarations détaillées (plus détaillées à la presse qu’à la barre semble-t-il) des deux jeunes femmes avant même le procès. Elles ne pouvaient que susciter l’émotion et le soutien.


                            •  C BARRATIER C BARRATIER 17 octobre 2012 22:44

                              Un jugement qui part en appel y va pour une amélioration de la justice...Jusqu’ici les violées devenaient les accusées, et même dans certains pays sont condamnées à mort pour l’avoir été !
                              Je trouve positive la puissante réaction de soutien aux femmes en attendant la vérité. Nous étions habitués au contraire.
                              Voir en table des news les articles « Femmes »...et en particulier

                               
                              http://chessy2008.free.fr/news/news.php?id=22


                              • hommelibre hommelibre 18 octobre 2012 00:13

                                Votre argument est un mauvais argument : on ne règle pas une injustice en en créant une autre. Que des femmes n’aient pas été entendues dans l’histoire de la justice, c’est un fait. Que des hommes n’aient pas été entendus est aussi un fait. L’accusation de viol est ancienne. Elle existe depuis au moins 3’000 ans (punie par le code Hammourabi). Elle ne vient pas de sortir. Et des hommes ont été condamnés par le passé.

                                L’instrumentalisation politique du verdict de Créteil est une honte nationale.


                              • Inquiet 18 octobre 2012 08:32

                                Critiquer la raison dans la passion et critiquer la passion dans la raison ?

                                Problème vieux comme le monde.

                                Une justice devient-elle moins juste quand on y met ses colères, ses émotions, ses ressentiments ?

                                Une justice est-elle plus juste si on les écartent ?

                                Les commentaires montrent très bien qu’il s’agit en substance de cette problématique dont il s’agit.

                                A mon avis une question en émerge fondamentale dans nos démocraties en émerge :

                                A force de lois techniques visant à protéger ou à inculper à dessein, la loi n’a-t-elle pas fini par oublier l’esprit de la loi ?

                                Le problème n’est pas tant de connaître les verdicts que l’intention, les motivations et tout simplement l’argumentation de ces verdicts.

                                A l’heure d’Internet et du règne de l’information, comme disait Martine Aubry : « quand ce n’est pas clair c’est qu’il y a un loup ».

                                Le citoyen doit être un citoyen éclairé, et une justice moderne se doit aujourd’hui d’être pédagogue, communicante et plus être auto-suffisante.

                                Mon observation ne s’adresse pas uniquement aux personnels de la justice mais bel et bien aux représentants du peuple (et par là même au peuple).

                                Preuves de la difficulté de valider aujourd’hui les décisions de justice sans méfiance :
                                - pourquoi peut-on dire qu’il y a de bons et de mauvais avocats ? N’est-ce pas déjà le début d’une justice à géométrie variable ?
                                - pourquoi l’avis d’un fonctionnaire assermenté suffit souvent pour rendre la justice pour le Français moyen et que pour un notable il faille faire attention à tout prix aux vices de forme même avec le témoignage d’un fonctionnaire assermenté ?


                                • Nometon Nometon 18 octobre 2012 09:40

                                  Derrière votre pseudo « hommelibre » se cache une volonté très étrange de disculper des hommes immondes, dont la culpabilité a été prononcé pour au moins 4 d’entre d’eux, en dépit de peines incompréhensiblement légères.

                                  Le seul intérêt de votre article se résume en une phrase : tout accusé a droit à une défense équitable.

                                  Pour le reste, votre position fait l’impasse sur des faits reconnus par la cour et surtout, elle ignore totalement la gravité des actes. Le viol est un crime. Le viol collectif est un crime aggravé. Le viol collectif sur une période de plusieurs années... est un crime d’une lâcheté, d’une laideur et d’une ignominie sans nom.

                                  En France, on estime le nombre des viols par an à environ 300 000 ! Ce nombre, énorme, est le résultat d’un tabou et d’une tolérance complice et coupable. Et bien souvent, ce sont des hommes qui relativisent, jettent le doute, brouille les frontières, inverse la faute et la honte !

                                  Et vous ? Quelle est votre motivation profonde pour aller défendre ces condamnés pour viol ? Le sens de la justice ? Une profonde compassion pour des braves types qui n’ont rien fait (allez, juré, craché !) ?

                                  Au regard de votre article qui disculpe « par principe » ces hommes, je ne crois pas à que vous portiez de si belles motivations... « homme libre ».


                                  • hommelibre hommelibre 18 octobre 2012 10:36

                                    Soit vous m’avez très mal lu, soit vous êtes pervers pour m’attribuer des intentions qui vous appartiennent et des propos que je ne tiens pas.

                                    Par ailleurs, 300’000 viols par an : tiens, un nouveau chiffre...


                                  • momo momo 18 octobre 2012 14:09

                                    http://poilagratter.over-blog.net/article-le-viol-en-france-c-est-la-guerre-109561945.html

                                    Le vrai chiffre est de 75.000 / an en France... 20.000 pour toute la guerre de Bosnie.

                                    Coupables ou pas, cette affaire est devenu de toute façon politique et c’est de toute façon le procès du laxisme de cette justice maçonnique et communiste qui vient de s’ouvrir.

                                    C’est aussi la révélation de la réalité du viol en France, PIRE QU’EN TEMPS DE GUERRE.

                                    Raison pour laquelle, les communistes du comité de lecture d’Agoravox censurent mes articles. Encore 2 en attente, à leur attention.


                                  • Jean-Marc B 19 octobre 2012 07:56

                                    Vous voyez hommelibre... Votre article peut être interprété peut-être à l’encontre des intentions qui étaient les vôtres.... il n’est pas si facile d’être clair. Au lieu d’invectiver vos contradicteurs, relisez ce que vous avez écrit, voyez si les arguments avancés dans les commentaires ne sont pas pertinents par rapport à ce que vous avez effectivement posé sur le papier.
                                    Les agressions sur les femmes se banalisent. La justice met un temps par trop long pour traiter les dossiers. Il y a plein de signes qui montrent qu’on ne prend pas ce problème avec la vigueur qu’il mériterait ....
                                    Le fait que la justice traîne tellement, le fait que les tribunaux ne soient pas assez pourvus en fonctionnaires de justice, voilà peut-être quelque chose à dénoncer et qui est politique. Les politiques ont intérêt apparemment à ce que la justice n’ait pas les moyens de les poursuivre au cas où il le faudrait. Vous avez là matière à écrire un article décapant... ;


                                  • ecocool 26 octobre 2012 10:58

                                    Un article a vomir.
                                    @l’auteur : vous etes un homme libre, mais déficient moralement.

                                    Le seul fait d’employer le terme « tournantes », qui renvoie a un jeu (a l’origine, il s’agit de parties de ping-pong a plusieurs), est une insulte à l’humanité.

                                    Les crimes extrêmes (viols, pédophilie, torture) laissent une empreinte a vie dans la mémoire des victimes, et on pourrait imaginer infliger à leurs auteurs un juste chatiment, comme écouter toute leur vie durant, une fois par semaine, des hurlements enregistrés, à les rendre également fous. Ou du moins pointer toute leur vie durant, afin qu’eux non plus n’oublient jamais.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès