• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Analyse les Déclarations du « Général aventurier »

Analyse les Déclarations du « Général aventurier »

JPEG

Cet article était une réaction aux déclarations du Général Qasem Soleimani, commandant de la Force Qods au CGRI. « Vous allez commencer cette guerre mais nous serons les seuls à imposer sa fin », a-t-il déclaré, s’adressant au président américain Trump.

La déclaration de Soleimani était frappante. Il a parlé de la capacité de l'Iran à mettre fin à la guerre. Ce discours porte des messages implicites. Il doit alors posséder une arme nucléaire ou d'autres armes avancées, en particulier face à une superpuissance qui domine l'ordre mondial.

Soleimani a déclaré que « la mer Rouge, qui était sécurisée ne l’est plus avec la présence américaine ». Il a ajouté que les Etats-Unis l'avaient transformée en une mer peu sûre. Il a ajouté que Riyad était une ville sûre et que maintenant les missiles tombent dessus. Il est frappant de voir comment Soleimani relie l'Iran à la sécurité de la mer Rouge. Ces déclarations sont arrivées à un moment où les milices Houthies, soutenues par l'Iran, ont soumis un pétrolier saoudien à une menace militaire. Soleimani a envoyé un message aux États-Unis à travers cette déclaration.

La relation est claire entre le mouvement Houthi et les déclarations de Soleimani. Sa déclaration a confirmé les soupçons que le groupe Houthi a reçu des instructions des mollahs pour mener à bien cette opération criminelle. C'était une sorte de message naïf.

« En tant que soldat, il est de mon devoir de répondre à vos menaces ... Si vous voulez utiliser le langage de la menace ... adressez vous à-moi, pas au président (Hassan Rouhani) .Ce n'est pas dans la dignité de notre président de vous répondre », a déclaré Soleimani. C'est une autre chose étrange. Il a miné la position du président. Il a privé Rouhani des discussions sur les questions de sécurité et militaires, qui normalement appartiennent à l'Etat. Les gens élisent normalement un président pour prendre des décisions importantes dans divers domaines, y compris la sécurité et l'armée. Un général ne doit pas retirer ce devoir au président. Cependant, Soleimani l'a fait et a commencé à traiter avec le président des États-Unis.

La hiérarchie du pouvoir est inconnue en Iran. Cependant, le chef suprême prend les décisions finales. Sinon, les choses s'entremêlent entre politique, militaire, religieux, sectaire, réformiste, conservateur et extrémiste.

Soleimani croit qu'il est capable de confronter l'armée la plus forte du monde avec les milices arrogantes de l'Iran. « Je suis votre ennemi et ma Force Qods est votre ennemi, il n'y a pas une nuit où nous ne pensons pas à vous dans notre sommeil », a-t-il dit.

Cette déclaration est imprudente. Il continuait en disant : « Je vous dis, monsieur Trump, le joueur, je vous dis qu'en ce moment où vous êtes incapable de penser, nous sommes plus près de vous dans un endroit que vous n'avez même jamais imaginé. » Ce sont des déclarations absurdes. Les aventuriers célèbres n'ont jamais fait de telles déclarations. Mais le général Soleimani est un aventurier unique. Il croit que les forces américaines vont descendre sur le terrain pour lutter contre les milices sectaires dans une bataille non conventionnelle.

A quel point Soleimani est aventureux ! Il ne se souvenait pas des leçons de la guerre en Irak en 2003. Le régime des mollahs cherchait à ce que les Etats-Unis ne dirigent pas des attaques vers l'Iran.

Là, Téhéran a fourni aux États-Unis toute la coopération et les facilités nécessaires en Afghanistan et en Irak pour empêcher sa colère. Soleimani aurait dû se rappeler des événements qui se sont déroulés il y a 15 ans et s'abstenir de faire de telles déclarations.

La région, et même le monde entier, ne connaîtront pas la sécurité et la stabilité dans l'existence d'un tel contrôle imprudent du pouvoir. Toute discussion sur la sécurité, la stabilité et le règlement des crises avec telles mentalités semble dangereux.


Moyenne des avis sur cet article :  1.19/5   (32 votes)




Réagissez à l'article

76 réactions à cet article    


  • sls0 sls0 17 août 17:56

    La propagande passe encore mais les analyses stupides moins.


    • Ben Schott 17 août 17:58
       
      Tu commences à paniquer, hein, Salem ?  smiley
       
      Si tu as besoin de couches-culottes, demande à tes patrons, ils ont des stocks !
       



       
      Bien évidemment, on attend les commentaires de la petite horde habituelle des chacals sionistes...
       


      • Christian Labrune Christian Labrune 18 août 22:51
        ==========================
        @Ben Schott

        A la fin de l’article de Spartacus qui aura fait l’objet de si nombreux commentaires, vous vous plaigniez d’une « occupation », en France, de certains territoires, lesquels devraient selon toute vraisemblance (mais j’en suis réduit à interpréter) revenir à ceux qu’on appellera, pour faire court, des « Palestiniens ».

        Notre ami DACH ne comprenait pas de quelle « occupation » vous vouliez parler. Je me suis donc permis (voir lien ci-dessus), puisque vous ne lui répondiez pas, et en quelque sorte par délégation, d’écrire la réponse que vous auriez pu lui faire. J’espère qu’elle vous conviendra. Si ce n’était pas le cas, je ne verrais bien évidemment aucune objection à ce que vous produisiez dessous un démenti partiel voire total.

        Vous n’écrivez plus rien au-dessous de mes interventions, comme pour leur servir de soulignement ou d’encadrement. Pourtant, un cadre est quelquefois nécessaire. Je revoyais hier au deuxième étage du Louvre, au nord du Pavillon de l’horloge, l’exposition qui va durer encore quelques semaines et qui est consacrée aux encadrements. On y voit de très beaux cadres qu’on ne songerait pas à regarder quand ils sont autour d’un tableau, mais là on les présente vides, n’ouvrant que sur la grisaille du mur qui les supporte, puisqu’on ne veut montrer, précisément, que des cadres. Vous verrez, c’est plus intéressant qu’on ne pourrait le croire a priori.

        Ne perdons pas le contact : nous ne sommes guère d’accord, mais votre art de la polémique ; je veux parler de ce mélange de courtoisie très raffinée joint à une extrême pertinence dans l’argumentation - dont l’intervention à laquelle je réponds serait un parfait exemple -, me manquent déjà beaucoup.

      • Christian Labrune Christian Labrune 18 août 22:56
        ERRATUM
        Le lien que j’ai indiqué ne fonctionne pas bien correctement. Il renvoie à la bonne page, mais pas à la bonne intervention. Celle que j’avais faite et que je soumettais à votre approbation est datée ainsi : 18 juillet 00:18. Excuses.

      • Ben Schott 19 août 06:59

        @Zinzin

         
        Ah tiens maintenant, le zinzin quérulent veut communiquer avec moi !!!
         
        J’ai autre chose à foutre que d’aller répondre à des commentaires postés par des trolls postés une fois que l’article a disparu de la page d’accueil !
         
        Bouffon.
         


      • Ben Schott 19 août 07:08
        @Zinzin
         
        Mais si tu veux savoir de quelle occupation je parlais, je vais préciser : celle (massive) des parasites prédateurs voulue et organisée par d’autres parasites (moins nombreux mais ô combien plus nocifs). Pour plus de détails, contacte mon avocat !
         
         smiley
         


      • Christian Labrune Christian Labrune 19 août 12:25
        @Ben Schott

        minuscule dégonflé ! - CQFD.

      • Ben Schott 19 août 13:12
        @Zinzin
         
        Tu me lances un défi en MMA ?
         
         smiley
         
        Vas cuver...
         


      • phan 19 août 14:48

        @Ben Schott

        Dimanche 19 août 2018, le combattant de MMA Ben Schott a remporté le XFC International 3, catégorie Poids mi-moyens, en mettant un puissant et rapide coup de pied en pleine figure à son adversaire Zinzin. Sous l’extrême violence du front kick, Zinzin est tombé KO durant 3ème round.


      • Ben Schott 19 août 14:55

        @phan

         
         smiley
         


      • leypanou 17 août 18:05
        où les milices Houthies, soutenues par l’Iran, ont soumis un pétrolier saoudien à une menace militaire. .... Sa déclaration a confirmé les soupçons que le groupe Houthi a reçu des instructions des mollahs pour mener à bien cette opération criminelle  : si une menace militaire des Houthis contre un pétrolier saoudien est une opération criminelle, comment qualifier le blocus imposé par l’Arabie Saoudite et ses alliés contre le Yémen ?

        Quand à la menace réelle iranienne, elle est .

        • Xenozoid Xenozoid 17 août 18:08
          @leypanou

          comment qualifier le blocus imposé par l’Arabie Saoudite et ses alliés contre le Yémen ?

          woops !!!

        • Xenozoid Xenozoid 17 août 18:13
          @Xenozoid

          woops=word of omission partisan syndrom

        • Dom66 Dom66 18 août 00:46

          @leypanou
          Avec ce lien on devine d’où vient le danger...


        • jacques 17 août 18:07

          on voit clairement sur la photo que Jean Yann est dans le coup


          • phan 19 août 03:40

            @jacques

            Plutôt Sean Connery dans les « Aventuriers de la Tribu Perdue », qui va jouer dans le prochain film : « Souleimani, le Magnifique », celui qui va mettre une branlée aux Anglo-Sionistes !

          • papat 17 août 18:17

            « L’Iran n’est ni l’Afghanistan, ni l’Irak, ni la Syrie, et quiconque imagine attaquer l’Iran doit se rappeler le sort de Saddam Hussein », a déclaré Siamak Moreh Sedgh, député et représentant des juifs iraniens au Parlement.

            Se référant aux récents propos du Leader de la Révolution islamique d’Iran sur le dialogue « impossible » avec les États-Unis, il a déclaré que l’Iran ne négocierait pas dans les conditions actuelles avec Washington, ajoutant que le président américain, Donald Trump, était quelqu’un auquel on ne peut pas faire confiance.

            Le Leader de la Révolution islamique a évoqué le lundi 13 août le dialogue « impossible » avec les États-Unis : « Les Américains ont fait faux bond et sont revenus sur les engagements qu’ils avaient pris eux-mêmes. Pourquoi devrions-nous faire confiance à une administration US composée d’escrocs ? Ce n’est d’ailleurs pas la première fois que les Américains proposent de dialoguer avec l’Iran. Dès le lendemain de la Révolution islamique, ils ont demandé à dialoguer avec l’Iran. Pourquoi refusons-nous de dialoguer avec eux ? Car les États-Unis ont un seul et unique principe chaque fois qu’ils se mettent à la table des négociations : le dialogue est un marchandage pour eux et il ne tourne qu’autour d’un double axe : le pouvoir et l’argent. »

            « Il n’a pas honoré les engagements américains dans le cadre du Plan global d’action conjoint (PGAC) et a retiré les États-Unis de l’accord sur le nucléaire iranien. Comment peut-on lui faire confiance et négocier une fois de plus ? Je crois que négocier avec une telle personne n’est rien d’autre que de la perte de temps », a affirmé M. Moreh Sedgh.

            En ce qui concerne l’accord nucléaire de 2015, le Leader de la Révolution islamique a indiqué dans son discours devant des milliers d’Iraniens de différentes couches sociales : « Le PGAC est l’illustration même de cette méthode de dialogue dont usent et abusent les Américains. J’étais particulièrement sensible à nos lignes rouges dès le début et je ne croyais pas que cette entreprise puisse aboutir. L’Iran dialoguera avec les États-Unis quand il aura à sa disposition de quoi contrer les tapages et les pressions américains. Ce n’est pas le cas aujourd’hui. »

            Le représentant des juifs iraniens au Parlement a précisé que la structure militaire de l’Iran était basée sur la défense et non pas sur l’agression. Il a cependant ajouté que Téhéran n’attaquerait personne, « mais si un pays nous attaque, il recevra une réponse forte de notre part ».


            • Dom66 Dom66 18 août 00:44

              @papat

              Vieille tradition US de ne jamais tenir ses promesses et de respecter les traités.


              « "Quel traité le blanc a-t-il respecté que l’homme rouge ait rompu ? Aucun. Quel traité ’homme blanc a-t-il jamais passé avec nous et respecté ? Aucun.

              Paroles de Sitting Bull en 1875


            • Christian Labrune Christian Labrune 18 août 01:06
              La hiérarchie du pouvoir est inconnue en Iran. Cependant, le chef suprême prend les décisions finales. Sinon, les choses s’entremêlent entre politique, militaire, religieux, sectaire, réformiste, conservateur et extrémiste.
              ...................................................................... .
              à l’auteur

              Cela ne me surprend qu’à moitié. Je n’ai jamais pris au sérieux les naïfs qui dépeignaient Rohani comme un « modéré » : la répression en Iran n’a pas du tout régressé après son élection, mais il serait probablement capable d’essayer de négocier avec les Occidentaux ; du moins, de louvoyer, comme Zarif à Vienne. Son Führer Khamenei, lui, en est incapable. Or, les prises de position de Soleimani ont toujours été dans la droite ligne des orientations imposées par le « Guide », lesquelles ne sont, du reste, que le prolongement des ambitions déjà délirantes d’un vieil imam décérébré réfugié chez nous à Neauphle-le-Château à la fin des années 70. L’ambition de cet illuminé était, par la guerre sainte, de faire triompher l’islam « d’un bout à l’autre de la terre ». Vaste programme !

              Il n’y a jamais eu le moindre réalisme dans la position du régime iranien. On est confronté là une sorte d’ultime avatar du nazisme, et il est à craindre, ou plutôt à espérer, que l’issue soit exactement la même. Après avoir envahi pas mal de pays d’Europe, Hitler en 42 lançait le plan Barbarossa pour affronter le géant soviétique. L’entreprise était perdue d’avance.

              Après avoir pris le contrôle du Liban, de la Syrie, de la bande de Gaza, et de toute la mouvance terroriste internationale, travaillant encore à faire main basse sur l’Irak et le Yémen, l’Iran n’a plus qu’à lancer une grande opération guerrière contre le géant américain. Tout, dans l’idéologie délirante - et suicidaire - qui préside aux destinées du régime des mollahs conduit à un affrontement eschatologique avec le « grand Satan ».

              On pourrait penser que des gens qui gouvernent sont très bien placés pour savoir que les questions religieuses sont de la pure foutaise, on n’imagine pas un pape qui croirait à l’existence de Dieu, mais force est de constater que la politique de l’Iran et de son Führer dérive directement des délires eschatologiques du chiisme duodécimain. 

              Dès lors, il semble inévitable, si le peuple iranien ne parvient pas à abattre rapidement le régime, qu’il y ait une guerre. Ca éclatera probablement du côté du détroit d’Ormuz. L’issue est très prévisible : L’iran est encore en capacité de tuer beaucoup de monde, mais l’argent est le nerf des batailles et le pays est ruiné. L’Amérique, par ailleurs, n’est pas sans moyens militaires, et l’armée iranienne sera comme une mouche sous un marteau-pilon.

              On peut prophétiser sans risquer beaucoup de se tromper que la chute du régime d’Erdogan suivra probablement de très près celle de la théocratie iranienne.

              • JC_Lavau JC_Lavau 18 août 01:30

                @Christian Labrune. Pour ceux qui n’auraient pas encore compris qu’israël est derrière cette prochaine guerre comme derrière la guerre de Syrie, tu viens d’en fournir une belle démonstration.


              • phan 18 août 02:03

                @JC_Lavau
                Et une belle caricature de propagande !


              • Ben Schott 18 août 06:42

                @JC_Lavau

                 
                « Israël est derrière cette prochaine guerre comme derrière la guerre de Syrie »
                 
                Et encore, on ne parle que du XXIe siècle !
                 
                Mais il est certain que l’armée du Peuple élu ne peut sérieusement s’opposer qu’à des vieillards, des femmes et des enfants. Une armée de fiottes.
                 


              • papat 18 août 07:44

                @Christian Labrune
                 La décision de faire la guerre à l’Irak sous de faux prétextes, largement encouragée par un groupe d’éminents Américains juifs au Pentagone et dans les médias, a tué 4 424 Américains ainsi que des centaines de milliers d’Irakiens et aura coûté 7000 milliards de dollars au contribuable américain lorsque toutes les factures seront payées. Ce même groupe, principalement composé de néoconservateurs juifs, pousse maintenant à déclarer une guerre à l’Iran, en utilisant un plan tactique d’escalade concocté par Israël, qui s’avérera, sans nul doute, encore plus catastrophique.


              • DACH 18 août 09:47

                @Ben Schott=

                « Israël est derrière cette prochaine guerre comme derrière la guerre de Syrie »
                 
                Et encore, on ne parle que du XXIe siècle !
                 
                Mais il est certain que l’armée du Peuple élu ne peut sérieusement s’opposer qu’à des vieillards, des femmes et des enfants. Une armée de fiottes.=Mais alors qui est devant cette prochaine guerre ?

              • Ben Schott 18 août 09:50

                @DACH

                 
                Je sens bien que tu cherches à communiquer !...  smiley
                 


              • Christian Labrune Christian Labrune 18 août 12:04

                @JC_Lavau


                Je sais bien qu’il n’y a pas de traitement, et il est même question que la sécurité sociale ne rembourse plus des médicaments qui n’ont jamais fait la preuve de leur efficacité dans le cas de la maladie d’Alzheimer.

                Il semble que les recherches les plus en pointe concernant cette maladie, comme beaucoup d’autres encore réputées incurables, soient effectuées en Israël. Il y a donc de l’espoir.

                A condition, toutefois, de ne pas être du côté du BDS !!!

              • Christian Labrune Christian Labrune 18 août 12:30

                @papat


                Vive Macron ! Vive sa juste lutte pour la survie du régime théocratique islamo-nazi d’Iran !
                J’ai entendu trois fois depuis hier qu’un voyage en Israël, pourtant prévu de longue date, de notre bien-aimé président, venait d’être annulé. Mon intérêt pour les faits et dires de Jupiter ne m’a pas encore induit à essayer de connaître les raisons diplomatiques alléguées par ce sinistre collabo, mais il a dû finir par comprendre qu’il ne serait pas accueilli les bras ouverts dans la capitale éternelle de l’état juif. Pourtant, quand on fait une politique prédisposant à recevoir tous les coups de pied au cul possibles et imaginables, venant de l’intérieur du pays comme de l’extérieur, il ne serait pas mauvais de s’imposer un minimum d’entraînement. Une petite traversée de la Via Dolorosa, à Jérusalem, aurait pu lui faire le plus grand bien, sinon le faire réfléchir. Mais sur ses capacités à comprendre quelque chose à la réalité, il y a longtemps qu’on ne peut plus se faire la moindre illusion !

              • Christian Labrune Christian Labrune 18 août 12:49
                ADDENDUM
                Je viens de m’informer un peu. En fait, s’il faut en croire les déclarations de l’Elysée, le voyage en Israël aura bien lieu, il est seulement reporté sine die.

                En fait, Macron ira en Israël quand la solution à deux états sera sur le point d’être mise en place, quand Israël aura renoncé à Jérusalem pour capitale pour ne pas indisposer les Frères musulmans de nos banlieues ou, mieux encore, quand l’Iran aura pu avec succès et probablement avec l’aide d’une Turquie de plus en plus démocratique, « effacer Israël de la carte du temps ». C’est-à-dire, plus clairement, quand les poules auront des dents.

                Il serait largement temps de déclarer Macron persona non grata, et aussi bien en France qu’en Israël.


              • DACH 18 août 12:51

                @Ben Schott=On voit bien que mini Dalton interprète toujours à côté de la plaque ce qui lui est dit. Je sens mieux maintenant pourquoi tu perds tous tes combats ?


              • covadonga*722 covadonga*722 18 août 14:19

                @Christian Labrune
                soyez assez aimable d’arrêter vous etes en train de me rendre Macron sympathique 


              • DACH 18 août 09:51

                L’Iran des chites a des ambitions politiques qui inciteront le peuple iranien à foutre en l’air cette dictature religieuse d’apartheid qui les opprime. C’est ce qui s’annonce plus ou moins rapidement pour les prochaines années. 


                • papat 18 août 11:00
                  Union sacrée à Téhéran contre Donald Trump

                  Quoi qu’il arrive, le régime est renforcé plus qu’affaibli par l’hostilité américaine, et les conservateurs reviennent en force grâce à la divine surprise que leur offre Donald Trump.

                  Du point de vue iranien, les Américains et leurs alliés israélien et saoudien ont un problème non pas seulement avec le régime, mais avec l’Iran comme puissance régionale. Leur but serait donc de démembrer le pays, de le pousser à la guerre civile.

                  Une vision iranienne qui semble, en partie, conforme à une certaine réalité : on constate un intérêt marqué de l’Arabie Saoudite pour la minorité baloutche iranienne… et des mouvements financiers suspects qui pourraient profiter aux séparatistes djihadistes évoqués dans une précédente analyse.

                  La réaction nationaliste face à ces menaces réelles est telle qu’on constate une réconciliation des élites, dans un sens favorable au régime, y compris celles qui ont été réprimées pour leur association au Mouvement vert. L’idée des réformateurs et modérés, selon laquelle il serait possible d’avoir un dialogue avec l’Occident, semble être passée de mode, au moins pour un temps.

                  Quand on ajoute à cette union nationale, le fait que les récentes manifestations en Iran, y compris celles impliquant le bazar de Téhéran, ne sont pas forcément unies par un sentiment anti-régime, on comprend que le désir d’un changement de régime de l’intérieur a bien peu de chance de se réaliser.

                  Ce qui pourrait, en définitive, pousser certains faucons américains à demander une action militaire plus directe.



                  • Passante Passante 18 août 14:38
                    @Ben Schott et papat

                    vous ratez peut-être l’essentiel
                    vous avez bien vu dans l’article parallèle sur l’Iran que
                    l’art principal du Perse c’est la dissimulation.
                    Or que nous dit souleimani ?
                    qu’il est si proche de trump que trump pourrait même pas l’imaginer...

                    maintenant que nous disent des décennies de fréquentation du discours hezbollah ?
                    que leur fierté dans le discours militaire c’est de ne jamais mentir
                    (cf. la confiance du public israélien en ce que raconte nasrallah plus que personne d’autre,
                    ils savent d’expérience que quand il dit il fait, il invente pas..)
                    cela implique donc que la menace proférée par souleimani est peut-être vraiment réelle,
                    après tout ils doivent y travailler depuis 79...

                  • Ben Schott 18 août 14:53

                    @Passante

                     
                    De quelle menace parlez-vous ?
                     



                  • Passante Passante 18 août 15:06
                    @Ben Schott

                    « Il continuait en disant : « Je vous dis, monsieur Trump, le joueur, je vous dis qu’en ce moment où vous êtes incapable de penser, nous sommes plus près de vous dans un endroit que vous n’avez même jamais imaginé. »

                  • Ben Schott 18 août 15:21

                    @Passante

                     
                    Et que comprenez-vous ?
                     
                    Pensez-vous que la promesse de se défendre en cas d’agression est une « menace » ?
                     


                  • Passante Passante 18 août 15:24
                    on peut même pousser plus loin l’analyse :
                    souleimani emploie le mot « joueur », c’est choisi...
                    -en fonction de l’attitude légère vis-à-vis des traités internationaux ?
                    -ou plutôt en fonction de l’échec retentissant que fut dans la vie de Donald Trump le « Trump Entertainment Resort » et ses quatre banqueroutes alignées ?....


                    mais dans ce cas il ne lui annoncerait rien moins que son assassinat ?
                    voilà bien du false-flag dans mon linge sale...
                    la rivière m’attend.

                  • Passante Passante 18 août 15:38
                    @Ben Schott

                    ah oui c’est clairement une menace,
                    et justifiée en réponse à mille autres..
                    que dit-il ?
                    nous sommes au plus près et tu nous a pas repéré
                    attention donc au moindre faux pas..
                    c’est pour ça qu’il lui parle du « joueur »
                    parce que ce qu’il avance est un véritable coup de poker :
                    à trump de décider s’il bluffe...

                  • Christian Labrune Christian Labrune 18 août 11:54
                    Quand on ajoute à cette union nationale, le fait que les récentes manifestations en Iran, y compris celles impliquant le bazar de Téhéran, ne sont pas forcément unies par un sentiment anti-régime, on comprend que le désir d’un changement de régime de l’intérieur a bien peu de chance de se réaliser.
                    ===================
                    @ Papat

                    Je ne lis pour ainsi dire jamais vos interventions mais là, effaré par la sottise des réactions à cet article, et aussi parce que j’avais un peu de temps, j’ai lu jusqu’au bout.
                    La phrase que j’ai recopiée plus haut procède d’une très fine analyse et d’une très profonde connaissance de la réalité actuelle. Ce que veulent les Iraniens qui descendent dans la rue pour manifester, c’est la mort de Rohani et Khamenei. « Mort à Khamenei ! », « Mort à Rohani ! sont les slogans les plus fréquents. De fait, on voit mal qu’il puisse y avoir un lien quelconque entre le régime et ces deux personnages, et souhaiter leur mort n’implique pas qu’on porte nécessairement un jugement bien sévère sur leur politique.
                    Il y a plusieurs mois, il y a eu une grande manifestation des Iraniens de Paris. Au départ de la place d’Iéna, comme tout le monde -et non sans un vif plaisir !- j’ai piétiné deux immenses portraits de Rohani & Khamenei collés sur le bitume.
                    Quand les bazaris ont manifesté il y a quelques semaines, à ces slogans s’en ajoutait un autre et qui faisait fureur : »Mort à la Palestine".
                    Ils sont bizarres, ces iraniens. Qu’est-ce qu’elle leur a fait la Palestine ? On ne voit vraiment pas quel rapport il pourrait y avoir entre la Palestine et la politique du gouvernement iranien, diront les plus naïfs. Au besoin, s’il y en a qui ne comprennent pas un pareil slogan, je peux l’expliquer.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès