• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > AREVA : « plus kon que moi, tumeur ! »

AREVA : « plus kon que moi, tumeur ! »

Le nucléaire ou la bougie ! C'est avec cette boutade éculée que les contempteurs de l'énergie nucléaire prétendent envoyer dans les cordes ceux qui ouvrent les yeux sur cette horreur catastrophique, dangereuse, doublée d'un gouffre financier qu'est l'industrie nucléaire.

Fessenheim, la très ancienne et très controversée centrale alsacienne à l'arrêt pour une énième fois. Et surtout le premier groupe nucléaire français et mondial, Areva, « fleuron » de notre industrie nucléaire qui avoue être au bord de la faillite avec une perte abyssale de 4,9 milliards d'euros.

Brillants nos nucléocrates ! Surtout avec nos sous qu'ils balancent allègrement par les fenêtres... Parce qu'Areva est une entreprise dans laquelle l’État français est actionnaire à 87% et devra donc contribuer à son sauvetage financier. Ceci en pleine période d'austérité. On va donc piquer dans la poche des contribuables – contribuable mais aussi citoyens en majorité critiques vis-à-vis de l'industrie nucléaire – des milliards pour sauver une industrie passéiste, mortifère, gérée de manière aussi irresponsable qu'incompétente par une caste (le corps des Mines, Polytechnique).

Comment en est-on arrivé là ?

D'abord, il y a l'EPR. Ce réacteur « nouvelle génération » s'avère catastrophique. Son coût a quasi triplé, passant de 3 milliards à très de 9 milliards et ce n'est pas fini. Il n'est pas au point techniquement, comme le prouve les innombrables retards dus à des éléments de constructions défectueux à refaire, à des défauts de sûreté suite au nouveau cahier des charges tenant compte de la catastrophe de Fukushima, etc. Ce qui se passe à Flamanville, en Normandie, se passe aussi, en pire, sur le chantier de l'EPR en construction à Olkiluoto, en Finlande. Innombrables arrêts de construction, retards à répétition, magouilles dus à des entreprises de sous-traitance plus que douteuses qui sévissent aussi à Flamanville. Ce seul chantier finlandais a déjà généré une perte de 3,9 milliards d'euros et son coût est passé de 3 à 8,5 milliards d'euros. Et qui croyez-vous qui va payer la différence. Les Finlandais ? Tè ! Fumes... Ce sont les contribuables français puisque ce chantier est assuré par la COFACE.

Et puis il y a le scandale UraMin - du nom d'une société canadienne dont le siège est dans des paradis fiscaux des Caraïbes - qui a vendu aux « grosses têtes » d'Areva rien d'autre que du vent ! Le secteur minier étant le plus rentable, Areva s'est lancé dans une politique d'achat de sites uranifères partout dans le monde. C'est ainsi qu'elle s'est faite somptueusement enflée par une bande d'aigrefins, parmi lesquels apparaissent des noms bien connus en France... Areva a ainsi acheté pour 2,5 milliards de dollars, en 2007, à UraMin des sites soi-disant uranifères à Bakouma (République centre africaine), Trakkopje (Namibie) et Ryst Kuil (Afrique du Sud). On peut raisonnablement s'interroger sur le bien fondé de ces achats effectués sans que la compagnie, référence mondiale en la matière, n'ait mené quelque expertise que ce soit sur la valeur exploitable de ces sites, se fiant aveuglément aux documents fournis par le « cabinet d'experts » anglo-saxon SRK payé...par les vendeurs ! Or, tout était archi-faux, tant au plan des teneurs uranifères des minerais que des qualités du produit et des conditions d'exploitation. La teneur uranifère de ces « mines d'uranium » est moindre, parait-il, que les délaissés des anciennes mines uranifères du Limousin et de Lozère ! Du bidon ! Que du bidon !

Areva : « plus kon que moi, tu meurs ! »

Le plus scandaleux, c'est que tous les responsables qui suivent la gestion d'Areva savaient depuis longtemps qu'UraMin vendait des sites inexploitables. Le ministère des finances, le ministère des affaires étrangères, le CEA (premier actionnaire d'Areva) et même les barbouzes de la DCRI ont été avertis, par des filières plus ou moins discrètes, de la réalité sur ces sites. Mais rien n'y a fait. Pourquoi ? Qui avait intérêt à cette opération et à cette omerta ? Où sont passés les milliards ? Combien se sont-ils « évaporés », et dans quelles poches ? Qui lo sa ?

Résultats : des milliards d'argent public gaspillés en pure perte et probablement des milliers de travailleurs de la filière nucléaire au chomdu.

Ne serait-il pas temps, au vu de ce fiasco, de remettre au pas le trop puissant lobby des nucléocrates et d'arrêter les frais en ayant le courage d'abandonner le chantier EPR pour mettre enfin le pognon et les compétences nécessaires dans la tant espérée arlésienne qu'est la « transition énergétique » ?

 

Et qu'a trouvé notre grand stratège national ? Il va « rapprocher » Areva d'EDF. Ben voyons, comme ça il suffira d'augmenter les tarifs d'électricité et le « bonkon » renflouera Areva sans s'en apercevoir...

 

Sources :

http://www.mediapart.fr/journal/economie/220611/uramin-lautre-dossier-quareva-voudrait-oublier?page_article=2

http://sortirdunucleaire.org/Pertes-record-chez-Areva-ni-les-contribuables-ni

 

Illustration X - Droits réservés


Moyenne des avis sur cet article :  3.83/5   (24 votes)




Réagissez à l'article

28 réactions à cet article    


  • acetrip 7 mars 2015 17:50

    contempteurs ?

    vous voulez dire prosélytes !!
    sinon votre phrase n’a pas de sens !

    • JL JL 7 mars 2015 18:19

      @acetrip

      y a qu’à dire : ’’Le nucléaire ou la bougie ! C’est avec cette boutade éculée que les nucléocrates prétendent discréditer ceux qui ouvrent les yeux sur cette horreur catastrophique, dangereuse, doublée d’un gouffre financier qu’est l’industrie nucléaire.’’

      @ VIKTOR,

      Bon article.

      La mise en concurrence et compétition d’AREVA et d’EDF a été une très lourde faute dont nous les contribuables et consommateurs, n’avons pas fin de payer les factures.


    • VICTOR Ayoli VICTOR 7 mars 2015 19:11

      @acetrip
      EXACT !!! Plutôt le contraire : prosélytes, partisans, laudateurs, partisans. Merci d’excuser cette faute !


    • rotule 7 mars 2015 20:21

      En fait, le slogan, pour les Japonais depuis 4 ans, pour tout le monde à terme, c’est :
      Le nucléaire ET la bougie !

      La pollution nucléaire, les charges financières, les déchets nucléaires, les maladies d’origine .... ET la bougie.

      Au prix du Kwh qui sortira de l’EPR, ... la bougie sera moins chère !


    • JMBerniolles 7 mars 2015 19:18

      Ce sujet d’une importance majeure pour la survie industrielle de la France, mérite autre chose qu’un titre démago ouvrant sur un article qui étale d’entrée une méconnaissance du sujet.


      Si l’auteur connaissait précisément son sujet, sans lui demander de connaitre l’aspect technique, en ayant suivi les débats à l’Assemblée nationale sur la Loi dite de Transition énergétique, il aurait su que la facture, en 2012, du surcoût lié au financement de l’éolien et du Photovoltaîque se montait précisément à 5 milliards d’euros [déclarations de François Brottes]. J’imagine que dans l’esprit de l’auteur puisque que cela concerne les « green craps » cela n’a rien d’abyssal.

      Le problème est qu’autant dans le cas d’Areva on peut redresser la situation, par exemple le temps de construction des EPR finlandais et de Flamanville qui pèse très lourd dans le déficit, est un problème qui peut être corrigé comme le montrent les EPR chinois d’Areva, autant le surcoût des EnR éolien et photovoltaïque est permanent et croissant.

      L’expérience de PLUS DE 40 ans d’électronucléaire, montre que c’est le meilleur moyen d’avoir des prix de l’électricité à la fois bas et stables pour les consommateurs.

      Evidemment, aucune mention dans l’article de l’arrêt de l’EPR par l’irresponsable Dominique Voynet dans les années 90 et le quasi moratoire sur le nucléaire qui s’est étalé sur 15 ans si l’on prend Civaux comme référence. C’est pourtant un facteur déterminant dans les problèmes de l’EPR. Ainsi qu’une mauvaise alliance avec Siemens... 

      La corruption ne touche pas que le nucléaire. 









      • rotule 7 mars 2015 20:35

        @JMBerniolles
        Le nucléaire, on nous l’a vendu, dans les années 75 - 90, comme l’énergie de demain, le progrès, du Kwh pas cher pour tous, de l’énergie propre, sans CO2, .... mais les questions des déchets, des démantèlements, de la sécurité n’ont pas été réglées. Reportées à demain aussi.
        Et les couts des déchets, des démantèlements ne sont pas compris aujourd’hui dans le cout du Kwh, pas provisionnés. ces coûts viendront, un jour .... (je parie que les centrales finiront sous des tumulus, des terrils, des sarcophages ... monuments mortels à ne pas visiter)

        Pour la sécurité, c’est impossible. Aucun assureur ne peut assurer. Le cout sera supporté par les contribuables ... enfin, non, le coût d’un accident en France ne sera jamais couvert, par rien. Ce n’est pas une question de cout, c’est aussi une question technique : personne n’a les moyens d’aller récupérer et neutraliser les coriums au Japon, on parle de techniques à inventer, de 40 ans, .... on parle. Les coriums sont sous les centrales et peut être qu’ils y resteront quelques siècles.

        Il faut arreter cette folie nucléaire, non maitrisée, impayable. Vite. Avant.

        Et il faut changer et la consommation et la production (et la distribution !).

         


      • rotule 7 mars 2015 20:38

        @JMBerniolles
        Accessoirement, pouvez-vous déjà vous inscrire sur les listes des volontaires liquidateurs. Fessenheim va avoir besoin de vous. 4 jours mal payés, le temps pour vous d’accumuler LA dose.
        Que votre agonie soit aussi peu douloureuse que possible. Et MERCI !


      • JMBerniolles 7 mars 2015 21:21

        @rotule
        Si justement les coûts futurs de démantèlement et le retraitement/stockage combustibles/PF et actinides sont compris dans le coût du MWh. Provisionnés donc. De plus la durée de fonctionnement des réacteurs nucléaires va être portée à 60 ans. Ce qui améliore énormément la situation, surtout pour le démantèlement [Le capital réservé aujourd’hui est actualisé avec un taux de 5% jusqu’au moment où il sera mobilisé pour le démantèlement réel]


        En dépit du moratoire sur le nucléaire de1991 Civaux (1986 même si on considère le début de construction) à 2006, l’électronucléaire couvre près de 80% de notre production électrique actuelle. Vu depuis les années 70 et le lancement du palier PWR 900 MWe on peut dire qu’effectivement l’électronucléaire représentait l’avenir. Et comme c’est, contrairement à ce qui est affirmé sans réflexion, une énergie d’avenir avec beaucoup de développements possibles [Surgénérateur, cycles Thorium, transmutation des déchets nucléaires, suivi du réseau électrique... ] cela reste une énergie d’avenir.

        Je ne sais pas bien pourquoi (peut-être est ce du domaine de la psychanalyse), il y a toujours dans notre pays la stigmatisation des ingénieurs qui ont réalisé le développement du nucléaire et assuré sa sûreté.
        Ils ont pourtant placé la France en tête dans le monde sur le nucléaire, ce qui a été précisément détruit par l’action anti nucléaire, et obtenu un niveau d’incidents mineurs. Voilà près de 40 ans que la France est le pays finalement le plus nucléarisé du monde sans problèmes majeurs.

        Puisque l’on parle de compétences disons clairement que l’action anti nucléaire visant à démolir les acquis de la France dans ce domaine, est le fait de responsables politiques incompétents qui mènent également notre pays au naufrage sur tous les plans.




      • JMBerniolles 7 mars 2015 21:27

        @JMBerniolles

        A Fukushima Daiichi les corium ont été placé en arrêt froid « coldshutdown » reconnu officiellement en novembre 2011.

        A TMI on a récupéré le cœur fondu au tiers. A Fukushima Daiichi le problème est plus complexe et durera plus longtemps mais les corium seront aussi découpé, récupérés et transférés puis traités.







      • JMBerniolles 7 mars 2015 23:20

        @jarnicoton
        Oh !  si vous vous y mettez aussi, on est mort !


        Je respecte la défense de l’environnement, mais EELV et la mouvance anti nucléaire qui réduisent la défense de l’environnement à une position exclusivement contre l’atome, ne me paraissent pas être vraiment des écolos.

        Ce sont plutôt des gens qui exploitent ce créneau pour faire une carrière au-dessus de leurs capacités propres. Cécile Duflot en est l’exemple type.

        Dans les débats à l’Assemblée nationale j’ai été vraiment choqué par la nullité des interventions de Denis Baupin, par celles de De Rugy ... 



      • VICTOR Ayoli VICTOR 7 mars 2015 22:10

        L’industrie nucléaire est une industrie du passé. Sans avenir. Ou plutôt si : elle a un grand avenir mais…dans la gestion très approximative des déchets-merdes qu’elle fabrique et surtout dans le démantèlement des centaines de centrales qui vont fermer dans la décennie à venir.

        Sa part dans la production mondiale d’électricité est passée de 17,1% en 2001 à 10,9% en 2012 (chiffre provenant de l’Agence internationale de l’énergie atomique et publié dans son dernier rapport [PDF]). 

        Cette industrie crève ? Mettons-lui le pied sur la tête pour l’enfoncer dans sa merde ! Elle est caractérisée par son incompétence, ses mensonges, son irresponsabilité.

        Incompétence. Sans revenir sur le désastre de Tchernobyl, il y a quatre ans maintenant que les réacteurs en fusion de Fukushima crachent leur mort. Car aucune solution efficace n’a pu être mise en œuvre pour sortir du sol et neutraliser ces réacteurs. Les « spécialistes » industriels les plus pointus, venus du Japon, mais aussi de France et des États-Unis se montrent absolument incapables de mettre au point des procédures, des machines, des techniques appropriées pour  se saisir des coriums fondus et de les traiter. L’océan sert de poubelle où sont relâchées des quantités phénoménales de radioactivité. Sans qu’aucune solution sérieuse ne soit en vue.

        Irresponsabilité. Cette incompétence se combine avec une totale irresponsabilité reconnue par la Convention nucléaire de Paris de 1960 (https://www.oecd-nea.org/law/nlparis_conv-fr.html) qui reconnait que « la production et l’utilisation de l’énergie atomique comportent des risques sans commune mesure avec ceux dont le monde a l’expérience » et énonce explicitement l’irresponsabilité des exploitants. « Aujourd’hui, en France, en cas de catastrophe nucléaire, la responsabilité dommage de l’exploitant est limitée à 91 millions d’euros, celle de l’État, tous mécanismes confondus, à 345 millions d’euros. L’Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN) a récemment proposé une estimation de 430 milliards d’euros, pour un scénario d’accident nucléaire lui-même très minimisé : fusion d’un tiers d’un réacteur, dans la centrale de Dampierre (Loiret), et relâchement de radioactivité pendant seulement deux heures. Avec ce scénario très optimiste, 25 000 km² deviendraient inhabitables, il faudrait évacuer 2,6 millions de personnes (dont la ville d’Orléans) mais il serait « réaliste » d’en évacuer seulement 26 000 et d’indemniser les autres ; 50 000 cancers. Á Fukushima, ce sont trois réacteurs entiers qui ont fondu et le relâchement massif de radioactivité a duré des mois. » (http://rue89.nouvelobs.com/2014/10/14/salon-mondial-nucleaire-bourget-derniere-espere-255474)

        Mensonge. Le secret et le mensonge sont consubstantiels à cette industrie. Parce qu’elle est entachée des massacres épouvantables de sa composante militaire. Parce qu’elle s’est construite sur un culte du secret, du confidentiel, du mensonge, bref, du bourrage de crâne. Rappelons-nous le « professeur » Pellerin assurant que le nuage radioactif de Tchernobyl s’était arrêté…aux frontières de la France !!!). Cette culture du secret est officialisée par le fait que l’OMS (organisation mondiale de la santé), émanation de l’ONU chargée de résoudre les problèmes de santé publique et d’éclairer l’opinion mondiale, est directement liée à l’AIEA (Agence internationale de l’énergie atomique) par un accord signé le 28 mai 1959, qui stipule, dans son article 3, qu’il est possible « de prendre certaines mesures restrictives pour sauvegarder le caractère confidentiel de certains documents ». Ben voyons ! Dès lors, pourquoi se gêneraient-ils nos nucléocrates pour nous raconter des bolas ? Avec arrogance, voire mépris, ils nous assènent qu’un accident « est très peu probable chez nous ». Ben voyons… On est d’autant plus enclin à les croire que les dommages liés à leur industrie ont pour eux un coût quasi nul ! On comprend dès lors les insuffisances de la sécurité et le recours systématique à des sous-traitants mal formées, mal équipés, mal payés et irresponsables. L’irresponsabilité étant un dogme en la matière.

        Ainsi, mesdames et messieurs les nucléocrates qui vous vous gargarisaient du « développement », de « l’avenir » de votre industrie, vos rodomontades ne trompent personne : les contrats nouveaux ne concernent que la gestion et la réparation des 390 réacteurs encore en service sur Terre.

        Par contre, vous avez encore un bel avenir, et particulièrement les Français. Votre compétence, votre expertise sont indispensables pour mener à bien le grand chantier nucléaire des décennies à venir : le démantèlement des centrales.

        Sources :

        http://rue89.nouvelobs.com/2014/10/14/salon-mondial-nucleaire-bourget-derniere-espere-255474

        http://www.agoravox.fr/actualites/economie/article/wne-le-bourget-du-nucleaire-les-158066

         


        • JMBerniolles 8 mars 2015 11:15

          @VICTOR

          Il n’y a pas d’autre mot qu’imbécile pour qualifier votre attaque contre le défunt Professeur Pellerin.
          Vous répétez comme un âne les propos mensongers du gourou Mamère qui ont été condamnés à de multiples reprises par des tribunaux.

          Le Professeur Pellerin a contribué à la mise en place en France d’une surveillance de la radioactivité et le grand organisme qu’il a contribué à développer est maintenant intégré à l’IRSN.
          Il s’agissait souvent de mesurer des choses infinitésimales et il fallait mettre en place des moyens et méthodes de mesures ainsi que des protocoles. Contrairement à ce que vous affirmez, il n’y a pas d’affirmations sans éléments scientifiques. S’il y a une qualité de sûreté qui nous permet d’éviter des incidents nucléaires notables, c’est à dire supérieurs à >2 sur l’échelle INES, sur les installations, c’est que la France a investi dans de gros programmes d’études de sûreté. Depuis les années 70. Près de 40 ans d’électronucléaire avec les REP sans incidents > 2. Cela n’est pas une affirmation mais une réalité.

          Le Professeur Pellerin unanimement reconnu dans les milieux scientifiques, était une personne d’une autre qualité que Mamère. D’abord journaliste servile exposant notamment les intérêts de l’électronucléaire, puis opportuniste politique. Un de ces politiciens qui font que notre pays est à la dérive. Sans véritable prise en compte de la défense de l’environnement sous tous ses aspects, alors que les « Verts » ont été deux fois au pouvoir.

          Dans le style « passez il n’y a rien à voir » c’est Dominique Voynet qui s’est particulièrement illustrée avec la marée noire, AZF, l’affaire de l’incinérateur vers Albertville.....  

          Tout votre catalogue anti nucléaire formaté dans le style « observatoire du nucléaire » est une insulte à l’intelligence des gens auxquels s’adressent ses déclarations péremptoires.
          * Parler de statistiques mondiales sur l’électronucléaire alors qu’il y a 48 réacteurs nucléaires à l’arrêt au Japon dont la grande majorité seront redémarrés et qu’il est évident que des pays ne sont pas mûrs pour le nucléaire, tient de la manipulation grossière.

          * l’Angleterre après un long moratoire relance son nucléaire. Mieux avec la collaboration de l’EDF, le contrat, imposé à la commission européenne et combattu par l’Autriche pays viscéralement anti nucléaire, garantit un prix de vente du MWh. C’est une clause de fiabilité.

          * l’Allemagne malgré ses allégations lancinantes, la sortie du nucléaire est pour demain sur le mode promesse électorale, est toujours dans une part d’électronucléaire importante.

          * en ce moment se déroulent les dernières négociations visant à laisser l’Iran, un pays de pétrole et gaz naturel, développer son nucléaire civil sans sanctions. Pour ce pays dirigés par des chiites, c’est l’entrée dans le cercle des pays à la haute technologie. Et l’affirmation d’une puissance régionale. Pas un retour vers le passé. C’est justement ce qui est étonnant avec cette branche de l’Islam


          Enfin, la question sanitaire liée aux accidents nucléaires de Fukushima Daiichi doit être traitée avec sérieux, précision et respect.
          * Pour l’instant il n’y a aucun décès identifié comme résultant des irradiations liées aux accidents nucléaires du 11 mars 2011. Nous sommes presque au bout de la première période de 5 ans qui est révélatrice de l’ampleur de l’impact sanitaire.

          * Les dix techniciens de la Tepco les plus irradiés, les personnes les plus irradiées dans l’absolu, avec deux d’entre eux à une dose biologique qui atteint presque le sievert, sont toujours en vie.

          * Le suivi santé sur 360.000 jeunes des régions les plus touchées a révélé des cancers de la thyroïde. Pour quelques dizaines de jeunes l’hypothèse de l’irradiation, certainement par inhalation d’Iode 131 en l’absence de prise d’Iode neutre, est très probable. C’est pour l’instant l’impact sanitaire le plus notable. Comme prévu par l’US-DOE, l’UNSCEAR, l’OMS, le MIT ... et comme le laisse penser les cartes de doses biologiques intégrées données par l’IRSN, l’impact sanitaire des accidents de Fukushima Daiichi est très limité.








        • VICTOR Ayoli VICTOR 8 mars 2015 12:00

          @JMBerniolles
          Gardez vos insultes, je n’y répondrai pas. La pauvreté et la partialité de votre raisonnement alliées à votre fatuité suffisent à vous disqualifier


        • JMBerniolles 8 mars 2015 14:34

          @VICTOR

          Ne renversez pas les rôles, c’est vous qui insultez la mémoire du professeur Pellerin.

          Il se trouve que je l’ai eu au téléphone peu avant sa mort. Toute sa fin de vie a été une vraie souffrance à cause de ces accusations reprises par des médias anti nuléaires, c’est à dire quasiment tous.

          Sur les arguments l’esquive est facile, habituelle...


        • JL JL 8 mars 2015 08:34

          Le nucléaire et les profits c’est explosif.

          Le nucléaire et la rigueur c’est explosif.

          Conclusion : bous n’avons plus les moyens, ni du nucléaire civil, ni du nucléaire militaire.


          • Le p’tit Charles 8 mars 2015 08:35
            AREVA...est géré par des mafieux...voilà le résultat...C’est comme notre pays...en faillite.. !

            • Le p’tit Charles 8 mars 2015 09:12

              @Le p’tit Charles....Ah..l’éternel pédé du matin qui moinsse tous mes commentaires.. !


            • Le p’tit Charles 8 mars 2015 11:24

              @Le p’tit Charles...Le gâteau du dimanche....


              Manuel Valls : « J’ai peur que mon pays se fracasse contre le FN » 
              Le premier ministre a réaffirmé dimanche craindre de voir le Front national à 30% lors du premier tour des prochaines départementales. Il considère également que le parti d’extrême droite peut gagner la présidentielle de 2017....Il devrait aller chanter avec les « Enfoirés »... ?


            • rhea 1481971 8 mars 2015 09:25

              Dans tout mode de production d’énergie l’important c’est le rendement du moyen de production. Dans un réacteur il faut modérer la désintégration sans cela ça exploserait, le rendement de e=mc2 de ce fait est très faible. Plus rendement d’un moyen de production d’énergie est faible, plus ce moyen de production d’énergie nous emmerdera dans l’avenir. C ’est du niveau du cours élémentaire.


              • Le421 Le421 8 mars 2015 17:47

                @jarnicoton
                On finit avec des « abrutis » comme Doppler qui, travaillant sur des formules incroyables, arrivent à nous emmerder avec des radars au bord des routes...  smiley  !!
                L’histoire du tenant et de l’éternel pendant...


              • Le421 Le421 8 mars 2015 17:43

                Résultats : des milliards d’argent public gaspillés en pure perte...

                Là, je me permets d’émettre de sérieux doutes !!
                Cet argent n’a pas été perdu pour tout le monde, soyez-en convaincu...


                • phyto 8 mars 2015 21:22

                  Le nucléaire est le plus gros mensonge de la société hyper-consumériste. La France est le seul pays au monde à produire du chaud avec du nucléaire, puis à le transformer en électricité, puis transporter cette électricité sur des centaines de kms, pour ensuite la transformer en chaleur dans des convecteurs...
                  C’est une hérésie totale, une erreur que seuls des Ubu rois peuvent soutenir... non contents de ruiner le peuple de France ils contaminent ses enfants par leurs mensonges, leurs déchets, leurs rejets, leurs propagandes et au final leur folies aux USA, En Ex-URSS, au Japon et espérons jamais en Europe...


                  • christophe nicolas christophe nicolas 9 mars 2015 09:18

                    Le nucléaire chaud est à la science ce que la pétanque est à l’amour...


                    Ne parlez pas de sciences, lorsqu’on lit le rapport de Georges Lochak sur la tragédie de Tchernobyl, on comprend la débilité des explications en procès Stalinien qu’on nous a servi. Ces méthodes sont inacceptables car le CEA sait depuis longtemps avec les expériences de Georges Longchampt qu’ils ne comprennent pas tout (cf, fin de cet article)

                    Monsieur Raymond SENÉ, Physicien, Membre de la commission Castaing à l’assemblé nationale concernant les surgénérateurs : « Ces problèmes de sauts de réactivité sont importants. J’ai discuté avec des gens qui travaillaient sur place. Ils m’ont expliqué que ce n’était pas arrivé une fois, deux fois, trois fois, mais peut-être une dizaine de fois, avec des enregistrements qui sont quasiment superposables. Ils ont la même forme, c’est le même électroencéphalogramme, et cela, c’est inquiétant. Cela veut dire qu’il y a un processus qui se développe, que l’on ne sait pas ce que c’est et que l’on ne sait pas ce qu’il faut faire pour l’empêcher. »

                    Ce n’est pas maîtrisé d’un point de vue scientifique, c’est tout. La dure réalité montre que c’est un cul de sac scientifique et que la bonne voie est le nucléaire froid de l’ICCF19, c’est évident.

                    • bourrico6 9 mars 2015 12:19

                      Eh bien, après les extraterrestres, voici le nucléaire froid.... logique, quand on y pense.

                      Ce n’est pas maîtrisé d’un point de vue scientifique, c’est tout. La dure réalité montre que c’est un cul de sac scientifique et que la bonne voie est le nucléaire froid de l’ICCF19, c’est évident.

                      Bon sans mais c’est bien sur !!
                      Vous êtes le mieux placé pour faire l’état des lieux, suivi d’un diagnostic, et pour fournir le solution que vous qualifiez vous même de « bonne » et « évidente ».

                      Amen !


                    • Layly Victor Layly Victor 9 mars 2015 13:05

                      Déjà, apprenez le Français. Contempteur= celui qui méprise, comme l’indique l’Anglais contempt

                      J’apprécie souvent vos analyses, sur différents sujets, vos connaissances et votre érudition. Mais, dès que l’on tombe dans la démagogie écolo, que ce soit contre le nucléaire (ce qui est de bon ton quand on est un « homme de gauche », sans savoir que ce sont des hommes de gauche, pas des bobos, comme Joliot-Curie et Langevin qui ont été à l’origine du nucléaire français) ou pour baptiser les voyous zadistes en « courageux défenseurs de l’environnement », vous perdez tout contrôle et tout sens de la nuance.

                      Premier point : le nucléaire est une énergie du passé.

                      C’est totalement faux. La folie verte allemande est en train de tourner au désastre économique et technique, et à un désastre environnemental. Jamais, malgré toutes les actions de propagande des tenants de la bulle financière des EnR, celles ci ne pourront satisfaire la demande de l’industrie, à moins d’opter pour la disparition de l’industrie en France et la transformation de ce pays en plateforme financière et touristique, ce que veulent les bobo-écolos.
                      La seule utilisation pratique des EnR et non génératrice de GES supplémentaires pour l’industrie serait dans le stockage de l’énergie électrique, procédé qui n’arrivera pas au stade industriel avant trente ou quarante ans.
                      Donc, le nucléaire est indispensable, et est en train de redémarrer partout dans le monde, en particulier aux US où l’expérience des renouvelables a été cuisante.

                      Deuxième point : les difficultés d’AREVA

                      Vous vous réjouissez, comme tous les bobo-écolos, des difficultés d’AREVA. La France est le seul pays au monde où des gens, par pure idéologie, se réjouissent des difficultés d’une grande entreprise nationale. Il est vrai que l’immense majorité de ces gens ont des emplois protégés dans « l’éducation », « les collectivités locales », le « sociétal », « le vivre ensemble », « l’intermittent », etc.., toute cette immense réserve électorale que les démagogues du monde entier nous envient.
                      Mais je n’ai jamais vu quelqu’un travaillant réellement et produisant réellement s’en réjouir.

                      Il y a eu certes des erreurs d’investissement miniers que vous soulignez à juste titre.
                      Mais, il y a le reste. AREVA porte l’héritage de la COGEMA qui était une direction du CEA,, autrefois plus grand centre de recherche du monde dans le nucléaire.

                      Par exemple, AREVA possède la seule usine de retraitement du combustible au monde, issue d’un procédé qui est un exploit inégalé en ingéniérie chimique (réalisé il y a déjà plus de quarante ans, et en avance de loin sur le reste du monde)
                      AREVA retraite et vend du combustible dans le monde entier et a une expertise dans ce domaine inégalée dans le monde.
                      Alors, moquez vous, avec votre bande d’écolos ignares. Je suppose que l’immense contribution technique que vous apportez à la nation vous autorise à vous moquer.

                      Pour ce qui concerne la branche réacteur, ce qui pèse sur AREVA, c’est le retard dans la construction des deux EPR d’Okiliuko et Flamanville. Ce retard est en partie dû au fait que ce sont des réacteurs prototypes, des têtes de série, et en partie dû aux bons soins de l’ASN, qui est un nid d’énarques écologistes et anti-nucléaires. Le président de l’ASN est ouvertement anti-nucléaire. L’ASN a tout fait pour retarder le projet le plus possible, pariant sur le fait que le surcoût financier engendré par ce retard serait un argument en faveur des anti-EPR.
                      Mais le rapport de force va s’inverser puisque les deux EPR construits en Chine par AREVA vont bientôt être achevés.
                      Précisons que beaucoup de gens de l’ASN font bien leur travail, avec conscience, mais que les chefs sont nommés par les politiques.
                      Enfin, AREVA va construire deux Réacteurs EPR en Grande Bretagne, plus deux en option.

                      Je tiens donc a vous rassurer, vous et vos amis qui êtes de grands patriotes : dés que les deux EPR Chinois vont être couplés au réseau, AREVA va repartir.


                      • Trelawney Trelawney 9 mars 2015 16:33

                        Un grand merci à Victor pour cet article plein de bon sens et d’humour qu’on lit avec plaisir

                        Je voudrais aussi m’adresser au deux lascars « pro-nuc » que sont Jarnicoton et JMberniolle et dans un moindre mesure Layly Victor (parce que lui il est plus pondéré, mais il en faut peu pour qu’il dérape) et je vais leur pose une question : C’est quand que vous allez arrêter de nous prendre pour des truffes ?

                        On va commencer par Berniolle : « Ce sujet d’une importance majeure pour la survie industrielle de la France, mérite autre chose qu’un titre démago ouvrant sur un article qui étale d’entrée une méconnaissance du sujet. » et on remercie jarnicoton qui nous explique (des fois qu’on aurait pas compris) que si on divise 1 MWh par mille on obtient 1 KWh. Autrement dit : « Vous les nullos vous ne pouvait pas comprendre la complexité du nucléaire et que même si on vous l’expliquez vous ne comprendrez rien alors dégagez il n’y a rien à voir ».

                        N’empêche que messieurs, si un jour j’ai envi de faire des travaux chez moi et que je fais appel à une entreprise que m’a proposé un devis de 1000 euro et qu’au bout de 6 mois et après avoir cassé trois fois ce qu’il a fait, il me propose un devis de 3000 euro pour continuer et que ca va durer 1 an de plus et que c’est par certain qu’au final ca va marcher, bien que je sois d’un naturel calme, il ne me faut pas 30 secondes pour le satelliser. On en est où avec EPR, parce que pour Flamanville il me semble que l’ardoise monte à +5 milliards et qu’en Finlande itou et les Finlandais se marre parce que c’est nous les bonnes poires de Français qu’on va payer. Et arrêtez de nous saouler avec les 2 EPR chinois, parce que là c’est technologie chinois et qu’Areva ne fournit que le carburant contre des parts d’Uramin. mais à aujourd’hui, ce n’est pas du tout certain qu’Areva fournisse quoique ce soit au chinois.

                        Ce choix industriel est un désastre. Ca nous coute cette année 4.5 milliards d’euro rien que pour mettre Areva à flot et l’année prochaine ca va encore couter la même somme. EDF est dans la même mouise. Ensuite il faudra démanteler, mais comme ça ne marchera pas non plus on va pour faire simple laisser tourner les réacteurs à vide et croiser les doigts, parce que démonter une centrale sans process c’est à mourir de rire si s’en était pas aussi pathétique.

                        Aux mêmes gugusses qui vont nous dire que le savoir technologique français nous sauvera du désastre, je leur répondrais que l’industrie française (Areva compris) représente 11% de notre PIB, alors si on été de fins techniciens, ca se saurait.


                        • Layly Victor Layly Victor 9 mars 2015 21:34

                          @Trelawney
                          Tout y est dans votre propos, de la propagande écolo habituelle. D’abord l’insulte bien, sûr. Toute personne ayant fait des efforts pour acquérir un minimum de savoir scientifique est aussitôt traité de gugusse, c’est habituel. Ensuite, la haine habituelle et congénitale envers la France et et les scientifiques et techniciens Français. Dés qu’une technologie française marche, c’est que c’est une technologie chinoise ou autre. Un thème qu’on martèle comme un acte de foi, contre toute réalité. Si les chinois ont acquis deux EPR, alors qu’ils sont positionnés sur plusieurs autres filières nucléaires, c’est justement parce qu’ils veulent acquérir cette technologie que vous méprisez tant (vous les grands connaisseurs).
                          Enfin, la manipulation habituelle sur les chiffres, le grand dada du mage du col d’Eze. C’est d’autant plus facile que ce mage et ses ouailles peuvent balancer n’importe quoi dans la presse sans être le moins du monde critiqués. Comment d’ailleurs pourrait-on critiquer le sauveur patenté de la planète ?
                          L’auteur de cet article est un bateleur de comptoir, délibérément vulgaire et ignare (ça plait aux militants).
                          Enfin, vous le grand bobo-socialo, vous traitez de lascars pro-nuc ceux qui font des efforts pour défendre ce qui reste de notre pays et de son industrie.
                          Vous pensez bien que si je m’embête sur ce site à essuyer les insultes des bien-pensants, ce n’est pas dans l’espoir de convaincre une bande d’autistes. C’est uniquement pour dire aux deux ou trois qui ont le courage d’essayer de défendre notre pays qu’ils ne sont pas seuls.
                          Néanmoins, par respect pour ceux qui me lisent, même s’ils sont pleins de haine envers nous, j’essaie de formuler mes arguments en des termes qui ne sont pas la démagogie graveleuse et vulgaire de l’auteur


                        • Ruut Ruut 11 mars 2015 16:51

                          @Trelawney
                          Vous avez bien résumé la situation actuelle de la France sur le Nucléaire.
                          De plus le retour d’information officielle sur le Nuage de Tchernobyl nous montre a quel point cette technologie se mue dans le mensonge perpétuel.

                          En plus la volonté actuelle de notre Président de vouloir partir en guerre, pour masquer son incompétence a redresser notre pays industriellement, avec de telles bombes sales sur notre sol n’est pas rassurant.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès