• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Benoît 16, cardinal Sarah VS pape François ?

Benoît 16, cardinal Sarah VS pape François ?

Benoît 16 Benoît 16, Joseph Ratzinger, d'origine allemande, le "pape émerite" vit au Vatican au monastère Mater Ecclesiae après avoir démissionné le 28 février 2013 et avoir été le 265ème pape de l'Eglise catholique à partir du 19 avril 2005. Il a 92 ans et consacre sa fin de vie à la méditation et à l'étude, en érudit qu'il a toujours été. On se souvient de la pédagogie revendiquée de l'auteur dans la trilogie consacrée à Jésus de Nazareth. La force de sa parole dans son grand âge fait l'unanimité des observateurs.

Robert Sarah qui fut le plus jeune évêque ordonné en décembre 1979, est né en Guinée en 1945. Cardinal de Conakry il fut créé cardinal par Benoît 16. Benoît 16 s'est félicité, par la suite, de sa nomination par le pape François, à la tête de la Congrégation responsable de la célébration de la liturgie dans l'Eglise. Certains voient en lui le futur premier pape noir de l'histoire de la chrétienté.

Les 2 hommes publient en ce mois de janvier un livre, "Des profondeurs de nos coeurs", qui apporte la polémique puisque des commentateurs y voient une opposition frontale avec les options du pape François en ce qui concerne le célibat des prêtres et la réforme de l'Eglise qu'il a entreprise. Qu'en est-il ?

L'objet du livre est bien l'avenir des prêtres, le sacerdoce catholique, le respect du célibat des prêtres. 2 textes sont présentés au lecteur croyant ou non, l'un de Benoît 16 "le sacerdoce catholique", l'autre du cardinal Sarah "le célibat sacerdotal". Tous les 2 ont pour point de départ de leur réflexion, le synode d'octobre 2019 sur l'Amazonie. Cette assemblée d'évêques, de religieux, de religieuses et de missionnaires sur l'avenir de l'Amazonie.

Une introduction et une conclusion sont élaborées en commun par les 2 hommes "en hommage aux prêtres du monde entier", dans lesquelles ils expliquent qu'"un étrange synode des médias prend le pas sur le synode réel". Ils ajoutent qu'"il est nécessaire que tous, évêques, prêtres, laïcs ne se laissent plus impressionner par les erreurs à la mode qui veulent dévaloriser le célibat sacerdotal". Reconnaissant que "si l'idéologie divise, la vérité unit les coeurs", ils insistent bien sur le fait qu'ils offrent "ces réflexions dans un esprit de filiale obéissance au pape François".

Dans son texte Benoît 16 ne veut pas aller "vers une dictature du relativisme qui ne reconnait rien comme certain et ne retient comme critère ultime que son propre ego et ses propres intérêts". En 2009 déjà il dénonçait : "tout comme il existe une pollution de l'atmosphère qui empoisonne l'environnement et les êtres vivants, il existe aussi une pollution du coeur et de l'esprit qui mortifie et empoisonne l'existence spirituelle".

Et comme le célibat des prêtres est une proclamation de foi, il faut absolument le défendre comme "témoignage, c'est-à dire martyre". Le prêtre entre "dans une vie qui consiste à... renoncer à tout ce qui n'appartient qu'à nous. Tel est le fondement pour les prêtres, de la nécessité du célibat... de la méditation de la parole de Dieu et du renoncement aux biens matériels".

Benoît 16 ancre sa réflexion dans la profondeur de l'histoire. "Les prêtres de l'Ancien Testament ne devaient se consacrer au culte que durant des périodes déterminées ; le mariage et le sacerdoce étaient compatibles. Mais en raison de la célébration eucharistique régulière et souvent même quotidienne, la situation des prêtres de l'église de Jésus-Christ se trouve radicalement changée. Désormais leur vie entière est en contact avec le mystère divin. Cela exclut les autres liens qui, comme le mariage embrassent toute la vie". Pour Benoît 16 "sans le renoncement aux biens matériels, il ne saurait y avoir de sacerdoce...Le prêtre doit être une personne pleine de rectitude, vigilante, qui se tient droite". Il raconte un souvenir de la veille de sa réception de la tonsure, où il comprit :" le Seigneur voulait disposer entièrement de ma vie".

cardinal Sarah Le cardinal Sarah qui s'exprime en second dans le livre, pour 82 pages contre 42 pour Benoît 16, fait siennes les assertions du "pape émérite", en prélat venu de l'Afrique, donc des pays qu'on appelait il y a encore quelques temps le tiers-monde : "dans un monde miné par l'incroyance et l'indifférence, il est inévitable que l'apôtre souffre. Le prêtre brûlant de foi et d'amour apostolique prend vite conscience que le monde où il vit est comme renversé".

Il n'est donc pas concevable pour lui, que l'on touche au célibat des prêtres : "la possibilité d'ordonner des hommes mariés représenterait une catastrophe pastorale. Le célibat sacerdotal est l'expression de la volonté de se mettre à la disposition du Seigneur et des hommes"." Comment demander à un homme marié de changer de communauté en entrainant son épouse et ses enfants".

" Le concile Vatican II a mis en valeur la dignité du sacrement du mariage comme voie propre de sainteté par la vie conjugale". "Les enfants ont droit de jouir de toutes les ressources nécessaires à leur épanouissement". Et "de moins en moins de femmes émancipées acceptent de mener la vie exigeante d'épouse de clerc".

Qui plus est " on ne devient pas prêtre parce qu'il est nécessaire de combler un besoin de la communauté et qu'il faut bien que quelqu'un occupe le poste". "La prêtrise n'est pas une fonction mais un état de vie".

Et de reprendre la quasi-argumentation de Benoît 16 : "le passage du sacerdoce de l'Ancien Testament au sacerdoce du Nouveau Testament se traduit par le passage d'une abstinence sexuelle fonctionnelle à une abstinence ontologique...Le lien entre continence et célébration eucharistique n'a rien à voir avec un tabou rituel autour de la sexualité... La célébration de la messe suppose d'entrer de tout son être dans le grand don du Christ au Père".

Et de reprendre l'expérience personnelle : "en traversant les marais sur une pirogue de fortune, au milieu des lagunes avec une petite valise chapelle sur la tête ou en franchissant des torrents dangereux où nous craignions d'être engloutis, j'ai ressenti jusque dans mon corps la joie d'être tout entier donné à Dieu et disponible, livré à son peuple".

Le cardinal Sarah se place, dans son texte, sous l'autorité du pape François qui "a évoqué le nécessaire renouveau du zèle missionnaire". L'Eglise sait que "le sacerdoce traverse une crise. Des scandales détestables ont défiguré son visage... Les scandales sexuels éclatent à un rythme régulier, largement amplifiés par les réseaux sociaux. Ils nous couvrent de honte. Or au sein de l'Eglise les crises sont toujours surmontées par un retour à la radicalité de l'Evangile et non par l'adoption de critères mondains".

Et il s'adresse aux séminaristes et aux prêtres : " ne nous laissons pas prendre par la précipitation, l'activisme et la superficialité d'une vie qui donne la priorité à l'engagement social ou écologique comme si le temps consacré au Christ dans le silence était du temps perdu". "Le moment de la prière est le temps le plus important de la vie du prêtre". Pour le célibat "une préparation attentive est nécessaire... de même qu'un accompagnement tenace de la part de l'évêque, d'amis prêtres, de laïcs".

Le propos se termine par le rappel que "le pape François, en faisant siennes les paroles fermes et courageuses de Paul VI affirme : "je préfère donner ma vie plutôt que de changer la loi du célibat... Je ne suis pas d'accord pour permettre que le célibat soit optionnel".

Et pour répondre par avance aux critiques sur une éventuelle opposition entre les 2 papes, les 2 hommes Benoît 16 et le cardinal Sarah écrivent à 2 mains : "nous voulons demeurer éloignés de tout ce qui pourrait blesser l'unité de l'Eglise. Les querelles de personnes, les manoeuvres politiques, les jeux de pouvoir, les manipulations idéologiques et les critiques pleines d'aigreur font le jeu du diable, le diviseur, le père du mensonge".

.


Moyenne des avis sur cet article :  1.74/5   (23 votes)




Réagissez à l'article

30 réactions à cet article    


  • amiaplacidus amiaplacidus 29 janvier 16:03

    Mais qu’est qu’on en a à foutre des digressions vaticanes ?


    • mmbbb 2 février 12:33

      @amiaplacidus En effet ils peuvent s enfiler ( voir le livre SODOMA ) mais qu ils foutent la paix aux garcons mineurs, ces salopes 


    • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 29 janvier 16:10

      Quel cinéma !


      Ce n’est qu’au onzième siècle que Grégoire VII a imposé de choisir le clergé parmi les célibataires, pour éviter que les prêtres mariés aient l’idée de s’enrichir pour transmettre un héritage à leurs enfants, et donc pour préserver le patrimoine de l’église.

       

      Par contre, chez les protestants, Luther et consorts ont souligné la valeur du mariage des clercs sur le plan théologique comme sur le plan moral, étant donné les constats d’inconduite de certains ecclésiastiques, déjà... 

       

      C’est seulement depuis Chateaubriand et le « Génie du christianisme » que le prêtre est supposé « se conformer au Christ et l’offrande exclusive de lui-même pour le Règne de Dieu », et que la virginité du modèle constitue la référence de la tradition de l’église latine sur cette question  : les prêtres catholiques de rite romain font promesse de célibat et d’obéissance à leur évêque, et les moines font vœu d’obéissance, de pauvreté et de chasteté (donc, le célibat n’inclut pas forcément la chasteté ? ).

       

      Exception : dans les églises orientales rattachées à Rome (qui sont donc elles aussi « Catholiques Romaines »), les usages suivent la tradition de ces églises proches des Églises Orthodoxes : il arrive que des évêques Catholiques Romains ordonnent des prêtres mariés Catholiques Arméniens. L’Église Catholique Romaine de rite Latin peut même accueillir individuellement dans ses rangs des prêtres déjà mariés provenant d’autres Églises, comme cela s’est déjà produit pour des prêtres originaires de l’Église Anglicane au Royaume-Uni.

       

      Ce qui se joue en ce moment, ce n’est pas cette question, mais celle de la position en recul de l’église catholique en Amérique Latine et en Afrique face aux évangélistes financés par l’empire et les moyens d’y remédier.


      • V_Parlier V_Parlier 29 janvier 18:41

        @Séraphin Lampion
        Commentaire tout à fait pertinent, objectif et factuel, tout cela sans faire dans le catho-bashing primaire. C’est rare ici !


      • Jonas Jonas 29 janvier 23:00

        @Séraphin Lampion
        Le prêtre est à l’image du Christ, pour diffuser l’Évangile, la Bonne Parole, il doit être pleinement avec Dieu et en Dieu, c’est un Don de soi total et gratuit dans l’Amour de Christ.
        Le mariage est donc impossible, puisqu’il faudrait alors gérer une vie de couple avec des enfants.
        Comment le prêtre pourrait-il alors se dédier entièrement à ses ouailles, surtout le Dimanche, jour du Seigneur ?


      • Seul le contenu compte Seul le contenu compte 30 janvier 08:41

        @Jonas
         
        Il te reste à aller t’informer sur les contenus du séminaire, peut-être comprendras-tu à quel point tu ne sais rien...
         
        Dis, autant il y a, allez, 300 ans encore, le ’ prêtre ’ avait DES fonctions toutes autres que les ’ âmes ’ de ses ouailles à ’ culturer ’, autant aujourd’hui, disons depuis la séparation de l’église et de l’état... 
          
        Non mais laisse, ce n’est pas grave, nous savons tous que tu ne pourras que retourner dans ta grotte ou digresser comme un goret...


      • Jonas Jonas 31 janvier 08:10

        @Seul le contenu compte « Il te reste à aller t’informer sur les contenus du séminaire, peut-être comprendras-tu à quel point tu ne sais rien... »

        « En raison de la célébration eucharistique régulière et souvent même quotidienne, la situation des prêtres de l’Église de Jésus-Christ se trouve radicalement changée. Désormais, leur vie entière est en contact avec le mystère divin. Cela exige de leur part l’exclusivité à l’égard de Dieu. Cela exclut par conséquent les autres liens, qui, comme le mariage, embrassent toute la vie. De la célébration quotidienne de l’Eucharistie, qui implique un état de service de Dieu permanent, naquit spontanément l’impossibilité d’un lien matrimonial. On peut dire que l’abstinence sexuelle qui était fonctionnelle s’est transformée d’elle même en une abstinence ontologique. Ainsi sa motivation et sa signification étaient changées de l’intérieur et en profondeur. »
        Le Pape Benoït XVI « Des profondeurs de nos coeurs » p48-49


      • Seul le contenu compte Seul le contenu compte 31 janvier 22:10

        @Jonas
         
        Tu as digressé comme un goret...
         
        Tu n’as pas même pris la peine d’aller t’instruire sur les contenus d’un séminaire...
        Bon après, personne n’est dupe, tu as préféré copier-coller un passage d’un texte écrit par le patron qui ne veut surtout pas que ses employés commencent à remettre en cause le règlement intérieur...
         
        J’adore les crédules, surtout les intégristes qui défendent jusqu’au ridicule ce qu’ils ignorent totalement.
         


      • Jonas Jonas 31 janvier 23:31

        @Seul le contenu compte « Tu n’as pas même pris la peine d’aller t’instruire sur les contenus d’un séminaire... »

        Vous prétendez connaître l’Église catholique mieux que les catholiques eux-mêmes ?

        « Les conseils évangéliques sont, dans leur multiplicité, proposés à tout disciple du Christ. La perfection de la charité à laquelle tous les fidèles sont appelés comporte pour ceux qui assument librement l’appel à la vie consacrée, l’obligation de pratiquer la chasteté dans le célibat pour le Royaume, la pauvreté et l’obéissance. C’est la profession de ces conseils dans un état de vie stable reconnu par l’Église, qui caractérise la » vie consacrée « à Dieu. »
        Catéchisme de l’Église catholique — 915


      • Seul le contenu compte Seul le contenu compte 1er février 12:51

        @Jonas
         
        Le plus pathétique reste qu’à chaque fois que tu digresses, tu ne fais que démontrer le contraire de ce que tu imagines promouvoir.
         
        Mais tu n’es pas pitoyable.
        Tu le serais si tu étais ignorant.
        Ce qui de faits te qualifie comme pathétique.
         
        Je t’en ’ prie ’, continue tes copiés-collés hors-sujet...
         


      • Jonas Jonas 1er février 14:34

        @Seul le contenu compte « Mais tu n’es pas pitoyable. Tu le serais si tu étais ignorant. Ce qui de faits te qualifie comme pathétique. »
         
        Encore des insultes gratuites, qui démontrent le vide sidéral et la misère complète de votre pensée et raisonnement.


      • Seul le contenu compte Seul le contenu compte 4 février 12:47

        @Jonas
          
        Dixit le mec qui ne sait faire que des copiés collés pour toute réponse à des arguments exposés...
        Pitoyable si tu ne savais pas...
        Pathétique parce que préférant se voiler la face ( et « l’image » est volontairement choisie... )

        Tu vas sans aucun doute nous radoter une nouvelle citation ou digression, pour tenter de détourner l’attention, même si tu sais que tu t’es ridiculisé....
         
        C’est à cela que l’on vous reconnaît.
         


      • Decouz 29 janvier 16:17

        "Nombre de responsables religieux souhaitent la modification de l’obligation du célibat pour devenir prêtre. Le célibat n’est pas exigé par la nature du sacerdoce comme le montre la pratique de l’Eglise primitive et des premiers siècles de l’Eglise. Il n’a jamais été imposé par le Christ à ses apôtres qu’il avait choisis mariés. Ceux-ci n’imposèrent à personne cette obligation lorsqu’ils choisirent leurs successeurs ! Tout ce qu’ils demandèrent c’est de choisir, non pas un célibataire, mais un témoin  de la vie de Jésus depuis le commencement jusqu’à sa mort...

        La preuve, c’est que 39 papes furent mariés et eurent des enfants. Beaucoup de catholiques ignorent ce passé historique et le fait de le rappeler n’est pas une atteinte portée à l’honneur de l’Eglise."

        http://www.eglise-ste-marie.org/CELIBAT2.htm


        • amiaplacidus amiaplacidus 29 janvier 16:22

          @Decouz

          Vous oubliez les papes qui sans être mariés eurent des enfants, par exemple, Alexandre VI.


        • Ouallonsnous ? 29 janvier 22:35

          @Decouz

          Qu’est ce que c’est que ce Christ et ses apôtres sortis de la cervelles enfiévrée d’abrutis endoctrinés par la maffia des prêtres.

          Désormais, notre ére sera daté de 44avant l’ére actuelle soit soit pour notre année 2063 aprés JC (Jules César) car lui a existé  !!


        • Laconique Laconique 29 janvier 18:10

          Quod quaerit Cardinalis Sarah ? Habemus autem unus Pontifex : Franciscus. In periculum unitatis Ecclesiae cardinalis Sarah putat.


          • njama njama 29 janvier 18:30

            Pas une seule ligne des Évangiles ne pourrait justifier le célibat des prêtres que seule l’église catholique a institué par une décision pontificale de Grégoire VII en 1074. 

            Idéal sacerdotal diront certains, ou sombre histoire d’argent ou d’influence entre seigneuries, paroisses et éméchés (Querelle des investitures) ?

            simonie : « Dès le IXe siècle, de nombreux abbés et évêques entrèrent dans le système féodo-vassalique. Les seigneurs considéraient alors les églises et leurs biens comme leur propre patrimoine. Les princes donnaient l’investiture épiscopale, les seigneurs celle des desservants des paroisses rurales. Ainsi, prirent-ils l’habitude de nommer les curés dans les paroisses et de s’attribuer une partie de plus en plus importante des dîmes et denrées agricoles livrés par les paysans pour la subsistance du clergé. »


            • Yann Esteveny 30 janvier 13:34

              Message à avatar njama,

              Je vous cite : "Pas une seule ligne des Évangiles ne pourrait justifier le célibat des prêtres que seule l’église catholique a institué par une décision pontificale de Grégoire VII en 1074."

              Le pharisianisme de laïcs sur l’Eglise Catholique aujourd’hui vaut bien celui des pharisiens d’il y a deux mille ans.

              « Les pharisiens l’abordèrent, et dirent, pour l’éprouver : Est-il permis à un homme de répudier sa femme pour un motif quelconque ? Il répondit : N’avez-vous pas lu que le créateur, au commencement, fit l’homme et la femme et qu’il dit : C’est pourquoi l’homme quittera son père et sa mère, et s’attachera à sa femme, et les deux deviendront une seule chair ? Ainsi ils ne sont plus deux, mais ils sont une seule chair. Que l’homme donc ne sépare pas ce que Dieu a joint. Pourquoi donc, lui dirent-ils, Moïse a-t-il prescrit de donner à la femme une lettre de divorce et de la répudier ? Il leur répondit : C’est à cause de la dureté de votre coeur que Moïse vous a permis de répudier vos femmes ; au commencement, il n’en était pas ainsi. Mais je vous dis que celui qui répudie sa femme, sauf pour infidélité, et qui en épouse une autre, commet un adultère. Ses disciples lui dirent : Si telle est la condition de l’homme à l’égard de la femme, il n’est pas avantageux de se marier.Il leur répondit : Tous ne comprennent pas cette parole, mais seulement ceux à qui cela est donné. »

              Evangile selon Matthieu (Chapitre 19, Versets 3 à 12)

              Respectueusement


            • Samson Samson 29 janvier 18:30

              "Les scandales sexuels éclatent à un rythme régulier, largement amplifiés par les réseaux sociaux. Ils nous couvrent de honte. Or au sein de l’Eglise les crises sont toujours surmontées par un retour à la radicalité de l’Evangile et non par l’adoption de critères mondains« .

              Certainement ! Et ces scandales frappant l’institution ecclésiale soulignent toute l’importance d’un retour  »avant le chant du coq" à ce message évangélique qui la fonde et qu’elle a depuis Constantin et tout au long de son histoire si souvent trahi de toutes les manières.

              Mais en quoi le retour à la radicalité évangélique implique-t-il en quelque manière le maintien du célibat des prêtres, ou de tous les prêtres ???

              En vous présentant mes cordiales salutations ! smiley


              • François Vesin François Vesin 29 janvier 19:14

                Entre une religion viscéralement corrompue et « la » morale

                toutes les promesses des arrières mondes ne pèsent rien :

                « Jouis et fait jouir, sans faire de mal

                ni à toi même, ni à personne,

                voilà je crois toute la morale »

                Nicolas de Chamfort 


                • kirios 30 janvier 10:38

                  je comprends très bien le célibat des prêtres qui ont le même état d’esprit que cet évèque , mais je dois reconnaitre que dans le monde que je vois, avec une église catholique Vatican en tête  totalement imprégnée des valeurs paiennes (la politique , l’argent , la luxure,... )je suis convaincu que le mariage des prêtres ne pourrait qu’être utile à l’église.


                  • Armelle Armelle 30 janvier 14:38

                    Pfff, quoi bon se poser des questions de cet ordre quant à une institution qui vit ses dernières heures ? Et ce ne sera pas trop tôt ma « foi » !!! 

                    2000 ans d’hégémonie et de moralisme, tout en se permettant de vivre sur la misère de pauvres gens qui ne croient plus en eux même et se réfugient, contre des offrandes (en euros bien sûr) dans un conte pour aliéné irrécupérable. Pratiquant le racket pour volontaire paumé, ignorant toutes obligations légales étant exempté de tenue de comptes, donc de bilan, de contrôles fiscaux, et tout ça par l’entremise d’ agences commerciales plantées dans chaque village, lesquelles sont entretenues par des fonds publics, et tenues par une myriade de détraqués sexuels (ce qui ne peut être autrement). Il est donc peut être temps de mettre un terme à cette mascarade insensée, alors les problèmes de curetons mariés ou pas, je ne pense pas que ce soit là, la principale problématique des citoyens...

                    En fait le monde est tombé dans le jeu d’une poignée de charlatans, ayant en fait et tout simplement construit une énorme multinationale, vivant (et plutôt bien) depuis 2000 ans en ne vendant que du vent... (trop fort !!! Arnaud est une enfant de coeur à côté)

                    Et à côté de cela, le citoyen moyen est à la limite du dépôt de plainte si le produit qu’il a commandé (et qui lui, existe bel et bien) arrive 24h en retard... 

                    La foi est d’ordre intime et ne saurait être dispensée ou enseignée par une soit disant institution « légitime » (y a de quoi rire), alors les problèmes d’intendance de cet amas d’âneries n’a franchement que peu d’importance...


                    • Kylo REN 42 Chaussette42 30 janvier 14:48

                      @Armelle

                      Tss Tss Tss, ArnauLT pas ArnauD, et de toute façon c’est un nain, « corporatativement » parlant, le Bernardo ! smiley


                    • Armelle Armelle 30 janvier 15:33

                      @Chaussette42
                      Pardon ; « Arnault » mais peu importe, la phonétique suffit pour savoir de qui il s’agit quand on parle de pognon ou de multinationale !
                      Moi ce type m’indiffère totalement (autant que le pape d’ailleurs), tant mieux pour lui s’il est riche et tant pis pour lui s’il est super riche, je sais que son fric lui créée des inquiétudes et des soucis que je n’ai pas, ce qui, par rapport à lui me laisse du temps de cerveau disponible pour des choses bien plus importantes... à chacun son truc... Je considère avoir dépassé le « stade digestif »... smiley
                      Car pour moi, ce n’est pas l’argent et sa quantité qui est important, c’est ce qu’on en fait et comment on le fait. Et de ce que j’en sais, ce monsieur ne semble pas faire de grandes choses pour le monde, en proportion avec sa grande fortune. Donc oui, il se rapproche du nain (Fa dièse serait un joli surnom) !!!
                      Néanmoins, ce qui me console, c’est que ce n’est pas parce qu’il aurait 1000 fois moins que cela changerait quoi que ce soit à la vie des autres. C’est juste une question de morale, mais quand on voit où en est la morale de nos jours, laquelle passe inévitablement après le « légal », alors je m’en tape un peu... smiley
                      Dans notre monde, il n’y a plus besoin de « morale », puisque le « légal » nous dicte ce qu’il faut faire, quand et comment le faire, puis surtout ce qu’il ne faut pas faire, donc il n’y a pas à se prendre le chou, il suffit de consulter « légifrance » smiley


                    • Kylo REN 42 Chaussette42 30 janvier 15:40

                      @Armelle

                      Vrai vrai vrai et bien dit ! smiley

                      Et le pire de Legifrance je viens de le lire ce matin : ils vont faire passer une Loi pour interdire la vente d’alcool par les assos ! smiley smiley smiley

                      Ça c’est la déclaration de guerre ultime de Saturnin Micronibus ! smiley

                      Il va sentir passer la gravité de Jupiter !


                    • Samson Samson 30 janvier 17:26

                      @Armelle
                      "La foi est d’ordre intime et ne saurait être dispensée ou enseignée par une soit disant institution « légitime » (y a de quoi rire) ..."

                      Bien sûr, la foi est d’ordre intime, mais l’indicible nécessite pour son entendement un référentiel mythique sur lequel croître et évoluer. Ecclésiale ou autre, le rôle de l’institution religieuse se limite à la transmission du mythe et de ses référentiels fondateurs, ainsi bien évidemment que leur actualisation par l’exercice des rituels y afférents.

                      L’ambiguïté de l’institution ecclésiale catholique ainsi que ses futures autant qu’inévitables trahisons est inscrite et préfigurée dès les Évangiles : c’est le même apôtre auquel Jésus prédit qu’il aura trahi trois fois avant le chant du coq sur lequel, après sa résurrection d’entre les morts, Jésus-Christ institue ensuite par trois fois son Église.


                    • Armelle Armelle 30 janvier 18:02

                      @Chaussette42
                      Bah voyons !!!
                      Vous voulez dire, les alcools faisant l’objet de la licence 3 ?
                      Ils sont définitivement tarés, ça veut dire que les assos qui organisent des petites fêtes, spectacles et autres manifestations ne pourront vendre que de jus de fruit ? Et finis la bière et le pinard ?
                      Il faut vite les enfermer ou leur couper la tête !!!
                      Remarquez, il serait alors bon de se poser la question ; A qui pourrait profiter cette loi, car je ne vois pas bien quel en est le but !!!

                      Ceci dit, à l’échelle locale ils sont aussi cons ; dans ma ville, le transport d’alcool après 20h est interdit, une disposition qui n’est même pas préfectorale mais communale, alors on nous rétorque que le but est de bannir l’abus d’alcool sur la voie publique.
                      Non mais ! la grosse blague, je me vois bien le soir, invitée à dîner, me surprendre à siffler dans la rue la bouteille que j’apporte à mon hôte !!!
                      Plus on les laisse faire et moins on a de libertés, ce monde devient horriblement chiant. Et il ne faut même pas leur déclarer la guerre, il faut leur envoyer un scud sans même les prévenir... En Chine ils ont peut être le coronavirus, mais nous avons nous aussi le nôtre , il est aussi vicelard mais le plus con c’est que ce sont NOUS MEME qui le fabriquons tous les 5 ans, du coup, le taré en question se croit tout légitimé !!! Incroyable, enfin parfois je me demande si nous somme pas plus cons qu’eux finalement. Personne ne percute sur la différence avec les « soumis » de Louis 16 et les autres, eux n’avaient pas les petites aides permettant de ne pas crever de faim, c’est juste ça qui a fait que le peuple a emboîté le pas du projet de la bourgeoisie...Aujourd’hui, ils redonnent juste ce qu’il faut pour éviter la catastrophe !!!

                      Pour votre asso, vous demandez à votre fournisseur qu’il facture 20% de plus les boissons autorisées et il vous fournit en sous main l’équivalent de la surfacturation (moins une petite commission pour lui pour le service rendu)

                      en bière que vous vendez en douce !!! En plus pas besoin de déclarer puisque non connu... Et puis à votre bar, vous vendez une adhésion au prix de votre boisson et vous refilez la bière !!! (Si le consommateur est adhérent, ça devient du « PRIVÉ »)
                      Certains feront peut être 15 adhésions dans la soirée, oui et alors ?!?!!! 
                      ...à nous d’être plus rusés qu’eux...

                       smiley


                    • Armelle Armelle 31 janvier 00:18

                      @Samson
                      « L’ambiguïté de l’institution ecclésiale catholique ainsi que ses futures autant qu’inévitables trahisons est inscrite et préfigurée dès les Évangiles : c’est le même apôtre auquel Jésus prédit qu’il aura trahi trois fois avant le chant du coq sur lequel, après sa résurrection d’entre les morts, Jésus-Christ institue ensuite par trois fois son Église » 
                      Mouais... ça reste du jargon bien religieux tout ça, reposant sur des écrits, lesquels n’ont en tous cas jamais apporté la moindre preuve quant à la véracité du contenu, et pour cause...D’ailleurs le Vatican se garde bien de déclassifier bon nombre de documents bien gardés dans le blocosbobliothèque !!! Pourquoi ça ? Des preuves gênantes pouvant révéler l’incommensurable tromperie ? Allez savoir...
                      Et la religion n’a pas le monopole de la foi. La « foi » n’est pas une exclusivité religieuse, ce terme indiquant la croyance en qq’un ou même qqe chose, permet à chacun de croire en qqe chose de différent, qqe chose de sensé !!! Mais imposer hégémoniquement les tenants et aboutissants d’un personnage singulier pour en construire une histoire diabolique et bourrée de contradictions en tout genre jusqu’à en faire une religion capable de façonner la nature d’une société, ça n’a décidément aucun sens ni aucune raison !!! 
                      Imaginez, si prochainement une météorite éradiquait toute vie sur terre, et que dans 2000 ans de nouveaux être « intelligents » tombent sur un livre de Tobert Sylverberg par exemple, ces gens le liront-ils comme nous lisons la bible et les évangiles ?

                      Je comprends, entends et approuve les croyances, mais celles-ci se passent d’une institution, d’un pape, de cardinaux et autres marionnettes pour leurs donner une soi-disant légitimité !!!
                      La foi relève de l’intimité profonde, qui produit et fabrique une histoire et des personnages propres à chacun, et l’indicible que vous prétendez devoir nécessiter d’un référentiel pour son entendement est un non sens, puisque l’indicible par définition n’a pas d’expression possible et de plus ne peut construire une foi pure puisque celle-ci est influencée par un référentiel , crédible ou pas !!! Donc votre définition ne concerne pas la foi mais plutôt l’endoctrinement, à l’instar des méthodes sectaires, tout simplement.


                    • Samson Samson 2 février 12:31

                      @Armelle

                      « ça reste du jargon bien religieux tout ça, reposant sur des écrits, lesquels n’ont en tous cas jamais apporté la moindre preuve quant à la véracité du contenu, et pour cause...D’ailleurs le Vatican se garde bien de déclassifier bon nombre de documents bien gardés dans le blocosbobliothèque !!! Pourquoi ça ? Des preuves gênantes pouvant révéler l’incommensurable tromperie ? Allez savoir... »

                      De fait, et j’ai relevé plus haut les contradictions et trahisons inhérentes à toute institution religieuse ! Mais d’un point de vue anthropologique et contrairement à l’idéologie, le mythe (fable, légende, conte, tradition, ...) est vrai « en soi ». Tout simplement, on y adhère ou pas ! Et lorsque des Écritures le figent dans un Livre, elles nécessitent de s’interpréter sur plusieurs plans (cf ici et )

                      « Et la religion n’a pas le monopole de la foi. La « foi » n’est pas une exclusivité religieuse, ce terme indiquant la croyance en qq’un ou même qqe chose, permet à chacun de croire en qqe chose de différent, qqe chose de sensé !!! »
                      La religion n’a certes pas le monopole de la foi, mais elle fonde une tradition sur laquelle appuyer cette foi et fournit les référentiels symboliques et rituels qui lui permettent de s’y approfondir.

                      « ... jusqu’à en faire une religion capable de façonner la nature d’une société, ça n’a décidément aucun sens ni aucune raison !!! »
                      Sinon de fonder des civilisations, ... qui ne valent bien entendu que ce qu’elles valent ! smiley

                      « La foi relève de l’intimité profonde, qui produit et fabrique une histoire et des personnages propres à chacun, et l’indicible que vous prétendez devoir nécessiter d’un référentiel pour son entendement est un non sens, puisque l’indicible par définition n’a pas d’expression possible et de plus ne peut construire une foi pure puisque celle-ci est influencée par un référentiel , crédible ou pas !!! »
                      J’entends bien que la foi relève de l’intimité profonde. Mais comment l’« indicible » pourrait-il s’exprimer et accéder à notre entendement, sinon par le biais de nos propres croyances, représentations et figures familières à notre imaginaire ? Et comment interpréter ces dernières, sinon par le biais des référentiels civilisationnels, culturels, sociaux, environnementaux, ... qui nous façonnent et déterminent depuis notre plus tendre enfance ???

                      En vous présentant mes cordiales et très respectueuses salutations ! smiley


                    • Kapimo Kapimo 31 janvier 16:06

                      Ce qui aurait été intéressant, c’est de contextualiser un peu la parole de Benoit XVI. On sait que celui-ci est le premier pape à démissionner depuis 700 ans, et les raisons données sont obscures (nombre de catholiques considèrent d’ailleurs sa démission comme non valide : https://fromrome.info/2018/12/18/the-vatican-coup-detat-of-feb-2013/).

                      On sait aussi que Benoit XVI avait (et a) des positions conservatrices susceptibles de déplaire à différents courants de pensée mondialistes, et on sait qu’il y a eu des échanges d’e-mail Podesta-Clinton sur le sujet de son éviction du temps de l’administration Obama.

                      On sait aussi qu’un collectif de catholiques américains a demandé à Trump de lancer une enquete sur l’implication de l’administration américaines et autres lobbys libertaires (Soros) dans la démission (forcée) de Benoit XVI (qui s’apparente selon eux à un coup d’état).

                      https://gloria.tv/post/DbyFpcQKRK7i4jp3sei1peUS8

                      https://www.amazon.com/Catholic-Spring-Wikileaks-Orchestrated-Benedict/dp/1688555374

                      Et on peut constater jours après jours les dires et actes de François plutot étranges pour un pape gardien du dogme (notamment ses rites paiens au sein meme du Vatican et ses déclarations syncrétistes répétée), ce que certains catholiques dénoncent désormais en appelant à la démission de François :

                      https://edition.cnn.com/2018/08/27/us/vigano-pope-resign-abuse-analysis/index.html

                      Bref, le Vatican est-il encore partiellement indépendant, ou est-ce devenu comme nombre d’entités un simple bras de la pieuvre mondialiste ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès