• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Bibracte, c’est le Mont-Saint-Vincent, Gergovie, c’est Le (...)

Bibracte, c’est le Mont-Saint-Vincent, Gergovie, c’est Le Crest, le Beuvray, c’est Gorgobina. Archéologues, ouvrez les yeux !

Il est vrai que je ne m'attendais pas à ce que les archéologues fassent "surgir" du mont Beuvray une ville jusque-là inconnue. Malheureusement, cela les conforte dans l'idée qu'il s'agit de Bibracte, oppidum des Éduens, alors que je n'y vois que celui de Gorgobina, oppidum des Boïens que César a installés sur le site après sa victoire sur les Helvètes. Comment expliquer le phénomène ?

(Ci-dessous, à gauche, anneau en sapropélite, art boïen, trouvé au mont Beuvray.)

Tout d'abord, force est de constater qu'une fois de plus, les archéologues font le choix d'expliquer l'Histoire en partant de l'interprétation de leurs fouilles tout en reléguant aux deuxième et troisième rangs les textes anciens et la logique militaire. Pire, dans le documentaire récent de RMC découvertes, ils citent César, mais en lui faisant penser ou dire ce qu'il n'a nullement pensé ou dit.
"Bibracte oppido Haeduorum longe maximo et copiosissimo", Bibracte, l'oppidum des Éduens, de beaucoup le plus important et le plus riche (César, DBG I, 2, traduction E. Mourey) : oppidum le plus important qui s'explique par la hauteur de ses murailles, le plus riche par sa situation près des champs de blé de la Saône ; et non pas "Bibracte le plus vaste et le plus riche", comme le traduit le documentaire récent de RMC découvertes. Le mont Beuvray ne correspond pas à la description de César telle que je l'ai traduite ; ses murailles ne sont pas élevées, sa région n'est pas riche, le Mont-Saint-Vincent, si !

De même pour les murs gaulois.Trabes derectae perpetuae in longitudinem ...in solo collocantur... On place sur le sol, dans la longueur, de grandes poutres droites mises bout à bout... paribus iutervallis distantes inter se binos pedes... Entre deux lignes de poutres (posées au sol), il y a un même espace de deux pieds (traduction E. Mourey et suivante). Hae revinciuntur introrsus et multo aggere vestiuntur : ea autem, quae diximus... Après les avoir liées de l'intérieur (les deux lignes de poutres), on remplit l'espace de beaucoup de terre...ea autem, quae diximus, inter valla grandibus in fronte saxis effarciuntur... Dans l'espace dont nous parlons, on le garnit, en façade, de grosses pierres. His collocatis et coagmentatis alius insuper ordo additur... Une fois, ces grosses pierres placées et cimentées entre elles, on ajoute au-dessus, un autre rang...Par son aspect et sa variété, cet ouvrage n’est pas laid du fait de l’alternance des poutres et des pierres dont les rangs offrent à la vue des lignes droites (César, DBG, VII, XXIII).

Et non : on pose sur le sol, sans interruption dans toute la longueur du mur, des poutres perpendiculaires (? ??) à sa direction et séparées par le même intervalle. (En outre, il ne faut pas traduire le mot latin "intervallum " par intervalle, mais par espace).

En haut, à gauche : murus gallicus d'après ma traduction du texte de César, mais avec des pierres, en façade, beaucoup plus grosses. Au centre, interprétation fautive du mont Beuvray. À Bourges, Rampe Marceau. En-dessous, mur à Clermont-Ferrand dit "mur sarrazin". Il est possible que cela soit un murus gallicus dont les poutres de façade ont été remplacées par une rangée de briques.

Non, Monsieur Vincent Guichard, les "murus gallicus" que décrit César sont seulement ceux de Bourges. Les murailles de Bibracte, à Mont-Saint-Vincent, sont beaucoup plus anciennes ; aucun auteur ancien n'a dit qu'elles étaient construites différemment de celles des autres "arx" de l'époque, en Grèce ou ailleurs.

Bibracte, capitale du peuple éduen se trouvait donc à Mont-Saint-Vincent. La forteresse a été rasée par le roi Louis VII mais ce qui reste de son oppidum "troyen" est toujours là ; et il existe des preuves encore plus convaincantes. il suffit d'ouvrir les yeux.
À l'entrée du temple de Perrecy-les-Forges, dans le chapiteau de gauche, un ange apparaît, solidement campé sur le horst caractéristique de Mont-Saint-Vincent, véritable Bibracte, forme de lion couché, tête à droite, queue à gauche. L'épée dressée, il garde l'entrée du sanctuaire divin contre le “Mauvais” du dehors et il invite la population de la contrée à venir se placer sous sa protection, derrière son bouclier.

Dans le chapiteau de droite, un autre ange, porteur de la lance, écrase le dragon des anciennes croyances arvernes. Ce dragon est de toute évidence le dragon de Gergovie, la tête au Crest, le corps dans la montagne de la Serre. L'ange invite avec la plus grande douceur la population craintive. « Entrez dans le temple, dit-il, aux hommes et aux femmes apeurés. » Le message est clair. C'est comme un drapeau que la cité éduenne a planté face aux Arvernes, dans sa progression de conquête de la Saône à la Loire et dans laquelle s'inscrit l'installation des Boïens au mont Beuvray. 

Rien de romain ! Que du gaulois !

 

 

 

 

 

 

 

À gauche, relief de Mont-Saint-Vincent/Bibracte, forme de lion couché. L’enceinte de la ville en forme de courbe, avec ses deux extrémités garnies de tours, semblait avancer ses deux bras pour te recevoir, autre vision (Actions de grâces à Constantin Auguste, ch. VII ; il s'agit, en réalité, de Constance-Chlore).

À droite, relief de la montagne de la Serre, forme de corps de reptile, portant à son extrémité, sur l'éperon, l'oppidum et la ville de Gergovie. Ci-contre, art mystiqie de Gergovie ; en dessous, art mystique de Bibracte dans le temple de Mont-Saint-Vincent/Bibracte.

Mais alors, le mont Beuvray, c'est quoi ?

C'est la Gergovina, alias Gorgobina, des manuscrits anciens, une position forte qui protégeait la circulation sur la Loire, au profit des Arvernes de Gergovie. Pour les Éduens, c'est la position forte qui leur permettait de dominer le pays de la Saône à la Loire. C'est pour cela qu'ils y ont installés les Boïens en colonie puis en alliés.

Dans la thèse erronée de Mont-Beuvray/Bibracte, ce seraient les Éduens qui, s'en trouvant en nombre, l'auraient abandonné au temps d'Auguste pour s'installer dans la nouvelle ville d'Autun que l'empereur aurait fondée. C'est faux ! Strabon, si précis sur l'oeuvre d'Auguste - Octave de son vrai nom - ne le dit pas. 

Dans mon explication, Bibracte, à Mont-Saint-Vincent, est un "dunum" consacré à l'Auguste du ciel, d'où son autre nom d'Augustodunum, d'où le fait qu'il l'ait donné à sa colonie, alors simple marché, dans le cadre de ce que j'appelle la cité double d'Augustodunum. Que des citoyens de Mont-Saint-Vincent aient émigré dans la colonie, rien d'étonnant !

Or, au début du IV ème siècle, qu'écrit le rhéteur Eumène : Puisque les empereurs ont voulu relever cette colonie (Augustodunum/Autun) et la vivifier avec les plus grandes et les plus nombreuses ressources de l’empire, il ne conviendrait pas que les deux très beaux temples de notre ville (Mont-Saint-Vincent/Bibracte/Augustodunum) soient défigurés par les constructions en ruines qui se trouvent au milieu. (Discours pour la réparation des écoles).

Fondation du grand Autun au Ier siècle ? Non ! Au début du IVème siècle ? Oui !

De la victoire de César sur les Helvètes et les Boïens en 58 avant JC au début du IV ème siècle, cela fait 358 ans. Qu'ont fait les Boïens pendant ces 358 ans ? Réponse : ils ont colonisé le Morvan. Rien à voir avec Autun. Comme Eumène le dit dans ma précédente citation, Autun n'existe en tant que grande ville qu'au début du IVème siècle, par la volonté ses empereurs romains dont Constance-Chlore : Non contents de reconstruire la ville d'Autun, les empereurs y avaient fait venir de nombreux ouvriers d'outre-mer, des colons choisis parmi les plus illustres familles des provinces (Eumène, discours pour la réparation des écoles). Des Éduens, probablement de Mont-Saint-Vincent/Bibracte, oui, mais pas seulement.

La preuve que les Boïens ont colonisé le Morvan : la ville d'Alisincum/Luzy.

Pendant ces 358 ans de présence des Boïens au mont Beuvray, et avant la reconstruction d'Autun, les Boïens ont colonisé le Morvan. Ne voulant pas garder pour le mont Beuvray, le nom arverne de Gorgobina, ils l'ont appelé Alisum ou Alisincum, comme Alésia qui était alors le nom de Taisey/Chalon (ma thèse) ; d'où le nom d'Alisincum qu'on retrouve au pied du Beuvray dans l'une de ses fondations : Alisincum dans l'itinéraire d'Antonin, actuelle Luzy.

En 69 après JC... .En ce temps là où tout se jouait au niveau des grands - j’ai honte à le dire - un certain Mariccus, issu de la plèbe du peuple boïen, s’introduisit dans le cours de la fortune en osant provoquer les armes romaines au nom du ciel. Déjà, ce libérateur des Gaules, mais aussi dieu (comme il le prétendait) avait rassemblé 8000 hommes et cherchait à entraîner les pagus éduens les plus proches, lorsque cette cité très sage, choisie de la jeunesse, dispersa cette foule fanatique avec l’aide des cohortes de Vitellius. Fait prisonnier au cours du combat, Mariccus fut, peu de temps après, livré aux bêtes. Comme les lions ne le mettaient pas en pièces, la foule stupide le croyait invulnérable et il fallut que Vitellius le fit tuer à la vue de tous. (Tacite,Histoires,2,61)

Mon interprétation : en 69 après JC, 127 ans après leur instalation au mont Beuvray et dans le Morvan, 8000 Boïens se rassemblent au mont Beuvray et s'élancent vers la cité éduenne de Chalon/Taisey pour la défendre contre les légions pillardes de Vitellius qui sèment le désordre et la terreur dans le Chalonnais. Hélas ! La cité de Bibracte, à Mont-Saint-Vincent, n'a pas suivi et les légions de Vitellius ont écrasé ce que Tacite appelle une troupe fanatique.

Honneur aux Boïens du Morvan et du mont Beuvray ! Honneur et gloire à toi ! Mariccus !

Au début du IVème siècle, fondation de Noviodunum/Bourbon-Lancy sur un tracé semblable à celui de Taisey. Le pays éduen s'étend jusqu'à la Loire.

Sous le ciel du pays éduen, de la tour de Taisey à celle de Bourbon-Lancy, le futur empereur Constantin, annoncé par le Protévangile de Jacques, reçoit l'hommage des rois de la terre (cathédrale d'Autun, début IVème siècle).

Emile Mourey, 5 janvier 2021.


Moyenne des avis sur cet article :  4.25/5   (8 votes)




Réagissez à l'article

10 réactions à cet article    


  • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 6 janvier 11:53

    Bonne année, M. Mourey.


    • Emile Mourey Emile Mourey 6 janvier 12:23

      @Séraphin Lampion

      Merci ; à vous de même ;
      E.M


    • JPCiron JPCiron 6 janvier 12:48

      Sujet pointu.

      Intéressant et argumenté.

      Bonne année !


      • Emile Mourey Emile Mourey 7 janvier 23:49

        @JPCiron

        Merci, bonne année à vous.


      • Jjanloup Jjanloup 6 janvier 17:50

        Bonne année et bravo, Monsieur Mourey.


        • Emile Mourey Emile Mourey 7 janvier 12:44

          @Jjanloup

          Merci. Bonne année à vous.


        • Antenor Antenor 6 janvier 18:19

          La continuité d’occupation entre le Mont-Beuvray et Autun me paraît difficilement contestable. Des indices sérieux comme les monnaies montre un déclin du Mont-Beuvray au tournant de notre ère et une expansion progressive d’Autun à la même époque. La vague de grandes constructions à Autun serait à situer plus précisément à la fin du règne d’Auguste, ce qui explique son absence chez Strabon.

          https://journals.openedition.org/gallia/1521

          A mon avis, les Boïens ont dû progressivement abandonner le Mont-Beuvray trop mal situé et s’implanter peu à peu sur le site de la future Autun avec la bénédiction de Chalon et sous la surveillance de Bibracte. Les Romains n’y auraient fondé une colonie supplantant les Boïens que vers la fin du règne d’Auguste déclenchant peu après la révolte de Sacrovir. Marricus marque une nouvelle tentative boïenne pour reprendre pied à Autun.

          Là où César cherche à nous induire en erreur, c’est quand il essaie de faire passer Bibracte pour plus importante que Chalon. Étonnant tout de même que César ne paraisse à aucun moment devant le sénat éduen alors qu’il séjourne à Bibracte à de nombreuses reprises. Le mystère s’éclaircit si le sénat éduen siégeait dans une Chalon anti-romaine que César évitait soigneusement.

          Bibracte / Mont-Saint-Vincent plus riche que Chalon ? Rapporté au nombre d’habitants sans doute ! Il est certainement moins coûteux pour l’aristocratie de donner bonne allure à une citadelle qu’à une ville entière. Il suffit de voir la fière allure du Crest / Gergovie sur l’armorial de Revel. Mais qui a payé les murailles de Bibracte ? Réponse : les Chalonnais ! La véritable « cité-double » éduenne c’est Bibracte-Cabillo et non Bibracte-Augustodunum.


          • Emile Mourey Emile Mourey 6 janvier 23:01

            @Antenor
            Je ne nie pas l’importance de la recherche archéologique mais, comme je l’ai dit, en accord avec les textes et dans la logique militaire. Quand Euméne dit que Constance Chlore a ramené de ses campagnes en (Grande) Bretagne de nombreux prisonniers, cela signifie qu’il a eu la main d« oeuvre pour pouvoir édifier son théâtre (sur les marches duquel il s’est fait représenté trônant) + la basillque + les portes monumentales etc... Pour moi, il est clair que la fondation du grand Autun résulte d’une volonté politique romaine de fonder une ville romaine influente et concurrente, non pas de Mont-Saint-Vincent mais de Chalon/Taisey. Les Boïens n’ont rien à voir avec son peuplement. Les textes parlent d’étrangers et c’est logique. Un peuplement qui fut un échec relatif, qui n’est pas arrivé à remplir tout l’espace à l’intérieur des murailles..

            Pour moi, quand les Boïens de Mariccus interviennent, c’est en tant qu’alliés, pour porter secours à un Chalon/Taisey auquel ils doivent leur existence.
             
            Par contre, je suis d »accord avec vous que la capitale éduenne est beaucoup plus Chalon/Taisey que le Mont-Saint-Vincent.


          • Emile Mourey Emile Mourey 7 janvier 06:25

            @ Antenor
            Autun, ville pro-Romains, pouvait-elle courir le risque d’accepter dans ses murs, des Boïens qui, encore au temps de Vitellius, leur étaient hostiles ? Je ne le pense pas.


          • Emile Mourey Emile Mourey 7 janvier 12:41

            @ Antenor

            J’ai parcouru très rapidement votre lien https://journals.openedition.org/gallia/1521

            Je n’ai aucune objection au fait que les archéologues datent les retranchements du Mont Beuvray à l’époque julio-claudienne ; c’est l’époque du Ier siècle avant JC où Gergovie y renforce le retranchement et de la bataille de Magetobriga en 63 avJC qui a eu lieu à Mesvres, à son pied.... sauf qu’il ne s’agit pas de Bibracte.

            Aucune objection au fait qu’ils voient le site commencé à être abandonné au début du règne d’Auguste... sauf que ce n’était pas (les Éduens) pour aller à Autun mais (les Boïens) pour coloniser le Morvan.

            Pas d’objection à voir un courant sur une voie Agrippa venant de Chalon.

            Pas d’objection à voir le futur Autun commencer à se développer principalement au règne de Tibère (14 à 37 après JC)... mais dans le cadre de la cité double d’Augustodunum (Mt-St-Vincent/Autun).

            Pas d’objection que cela soit à l’époque du soulèvement de Sacrovir (21 après JC).

            Pas étonné qu’ils n’y retrouvent pas la trace du bâtiment de écoles puisque ces écoles étaient à Augustodunum/Mont-Saint-Vincent.

            Bien d’accord à ce qu’il y ait un doute sur la datation de construction des remparts.

            Doute sur le temple d’Apollon mentionné en 298 apr. J.-C. par le rhéteur Eumène (vu que ce temple d’Apollon est la cathédrale de Chalon-sur-Saône).

            Bref, nous sommes à peu près d’accord sauf sur le fait qu’il ne faut pas mettre Bibracte au mont Beuvray mais à Mont-Saint-Vincent. E.Mourey

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité