• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Bricoleurs du dimanche

Bricoleurs du dimanche

Martine a (parfois) raison...

             On pensera ce que l'on veut de la loi Macron, qui mélange un peut tout. Pour faire passer la pilule ?

 Certains, même au PS, estiment qu'elle ne fait que dans le détail sans toucher à des réformes essentielles (par exemple, celle annoncée mais jamais réalisée de la fiscalité) ou qu' elle ouvre la voie à une nouvelle percée social-libérale dans notre pays, qui aurait surtout besoin, plus que tout, d'envoyer des signes (souvent symboliques) d'enfant sage conformiste à notre voisine d'Outre-Rhin, qui fait la loi à la place de Bruxelles.

 

Même si certaines dispositions méritent débat, comme le statut de certaines professions réglementées, il en est une dont on se demande ce qu'elle pourrait bien rapporter, sinon faire plaisir aux grandes surfaces et aux boutiques de luxe parisiennes et dégrader un peu plus les conditions de travail de beaucoup, souvent précarisés. Le débat tourne surtout autour d'une des dispositions, qui peut-être, dans 10 ans, apparaîtra d'une grande banalité, sauf si elle gagne en extension et en généralisation : le travail du dimanche, serpent de mer depuis des décennies : les mastodontes de la vente surtout y tiennent. Même si cela se fait aux dépens du petit commerce, déjà écrasé par les mammouths, et de personnels surtout précaires, donc demandeurs pas nécessité, parfois manipulés :

    "... En matière de communication, le secteur de la grande distribution en connaît un rayon. En 1991, l’offensive patronale s’accompagnait d’une campagne concoctée par le publicitaire Jacques Séguéla : « Monsieur le ministre du commerce, si vous avez de bonnes raisons pour interdire aux commerçants d’ouvrir librement le dimanche, c’est que vous avez sûrement de bonnes raisons pour interdire aux Français de vivre librement leur dimanche. » Son association Liberté le dimanche, discrètement financée par Ikea et Virgin Megastore, bénéficie alors d’une large couverture médiatique. « Quand est-ce que ce pays va se réveiller ? Quand est-ce qu’on va aller de l’avant ? Il y a trente ans qu’aux Etats-Unis tous les magasins sont ouverts le dimanche ! », s’exaspérait M. Séguéla au JT de 13 heures sur Antenne 2, le 14 mai 1991. En 2013, une autre agence de communication, Les Ateliers Corporate, relaie le propos des entrepreneurs du bricolage. On découvre que les salariés de Castorama et de Leroy-Merlin regroupés au sein du collectif des Bricoleurs du dimanche, si prompts à soutenir leur direction, ont reçu quelques cours de coaching financés par leurs employeurs..."

  Après tout, comme tout le monde, je vais chercher ma baguette le dimanche, je suis déjà allé aux urgences le jour du Seigneur et j'ai même pris le train, parfois la tentation du restaurant me guette, j'aurais besoin des pompiers si ma maison brûle quand je suis au cinéma, etc... Donc je peux faire travailler pas mal de monde le dimanche....
 Nécessité et détente obligent : le travail du dimanche s'impose ou à fini par s'imposer dans certains cas.

 Mais en faire une règle universelle, aux effets incertains, non merc !. Même si c'est au début, comme promis, quelques dimanches, on sait comment l'exception finit par devenir la règle.

 

Selon les ardents promoteurs de l'idée, le travail dominical favoriserait la croissance et l'emploi (précaire ?). Amen !

 Ce n'est nullement démontré et certains pays européens ne suivent pas cette voie ou y ont finalement renoncé.

 IL faut résister au  totalitarisme marchand, qui est déjà assez envahissant, en faisant croire que l'on fait une politique de gauche.

 Le temps n'est pas que de l'argent...

     Comme dit Charles :

 On l’aime ou pas (Martine)peu importe. Ce qui est sûr, c’est qu’à gauche, seule Martine Aubry est audible et donne de la voix sur le sujet des 35 heures mais aussi et surtout sur le travail dominical.
« Valorisons l’être, plutôt que le tout avoir. Gardons du temps pour penser, respirer et vivre  », écrit l’ancienne ministre du Travail de Lionel Jospin, qui refuse la généralisation de la société de consommation, dénonce une « régression » sociale et promet de la combattre « au niveau national et dans ma ville ». 
Martine Aubry a été la seule à dire publiquement que le travail le dimanche et la loi Macron par extension c’est faire « de la consommation l’alpha et l’oméga  ».
Je pense en tant qu’économiste que le disponible de pouvoir d’achat est identique qu’il soit dépensé sur 5 ou 12 dimanches ou plus dans l’année. Vous pouvez dépenser vos 100 euros sur 5 jours ou sur 7, vous ne dépenserez que 100 euros.
 
 
Je pense, en tant que citoyen et humaniste, que l’homme ne peut pas et ne doit pas être réduit uniquement à sa dimension de consommateur...."
 
Que du bon sens, voire même de la sagesse !
 
 La gauche n'aurait-elle à proposer comme organisation de la vie que la promenade du dimanche au centre commercial et l’accumulation de biens de consommation ?

 Alain Minc, conseiller des banquiers et apôtre du libéralisme achevé, critiquait naguère l'argent fou.

 La vraie vie est ailleurs...que chez Auchan, Ikea ou Cartier.

 Le bonheur est en famille, dans le pré, au bout du guidon...ou ailleurs. Chacun, croyant ou non, devrait pouvoir s'inventer le dimanche qu'il veut, en s'échappant des contraintes physiques et/ou psychologiques de la semaine.

 Mais où sont les dimanches d'antan ?..


Moyenne des avis sur cet article :  4.43/5   (21 votes)




Réagissez à l'article

47 réactions à cet article    


  • Daniel Roux Daniel Roux 15 décembre 2014 11:22

    C’est évidemment une absurdité. L’organisation chronologique de la société pose des respirations indispensables à sa cohésion. Le repos dominical en est une.

    Généraliser le travail le dimanche, c’est mettre fin au Week-end, aux sorties familiales, aux réunions sportives, à l’excursion touristique. Ce que peut gagneront d’autres plus nombreux le perdront et la société française se délitera encore plus rapidement.

    Mais ce chiffon rouge agité devant les français et sur lequel se concentre toutes les critiques est l’arbre qui cache la forêt. Qui connait les autres articles de cette loi et leurs conséquences ?

    Qui sait par exemple que la loi Macron renvoie aux négociations entre « partenaires sociaux » les compensations salariales du travail dominical ?

    Comme d’habitude, le débat est réduit à peau de chagrin et l’on ne parle pas de l’essentiel, à savoir le Traité secret en cours d’élaboration entre le patron US et l’assujettis UE ou l’incroyable subordination de l’UE aux intérêts américains jusqu’à risquer une guerre européenne.


    • ZEN ZEN 15 décembre 2014 11:57

      Bonjour Daniel,

      L’arbre qui cache la forêt

      Tout à fait !
      De cela Martine ne parle pas, à ma connaissance...


    • Captain Marlo Fifi Brind_acier 15 décembre 2014 19:57

      Zen
      Et une sacrée forêt !

      Charles Sannat ( Le Contrarien matin) fait une analyse détaillée de toutes les mesures dont les médias ne parlent pas et qui sont dans la Loi Macron.


      Pour les professions libérales, il s’agit pour les banques d’entrer dans le capital et de les absorber comme elles ont absorbé les assurances.

      Mais ce sont les privatisations et les atteintes au droit du travail qui vont toucher les salariés.
      Sur tous ces sujets, silence radio, on ne parle que du travail du dimanche.

    • Trelawney Trelawney 15 décembre 2014 11:29

      Mais où sont les dimanches d’antan ?..

      Je ne veux pas jouer les anciens combattants, mais puisque vous insistez, je vais vous raconter mes « dimanches d’antan » quand j’étais enfant.

      J’ai passé mon enfance à une époque bénite (les 30 glorieuses) où il y avait du travail pour tout le monde, Mons père cumulait deux emplois : un emplois de cantonnier à la SNCF et un emploi de laveur de voiture, à mi temps, dans un garage. Ce qui lui faisait 65 heures de travail du lundi au samedi. Comme tout écolier, j’avais mon jeudi et samedi après midi de libre pour jouer avec les copains, et je passais mon dimanche avec mon père à (selon les saisons) ramasser du bois, cueillir les champignons, glaner les pommes de terre, s’occuper du jardin, s’occuper du poulailler et des lapins, couper de la luzernes et cueillir des pissenlits qui avec les œufs des poules nous faisait le repas du dimanche soir. Comme nous étions des purs laïques, nous échappions à la messe du dimanche matin. C’était du temps de gagné, car le dimanche était une journée où il ne fallait pas chômer

      Aujourd’hui avec (un peu) les 35 heures et (beaucoup) le chômage, les gens ont du temps de libre. Mais entre la TV, les courses au grand magasin, quoi faire d’autre ?


      • Robert GIL Robert GIL 15 décembre 2014 11:48

        Pour défendre cette « liberté » on a vu à la télévision des salariés « volontaires » accuser les syndicats de casser le travail, avec des propos bien rôdés qui ne sont sans rappeler ceux de l’UMP et du Medef. On a aussi découvert un collectif, « Les bricoleurs du dimanche » qui est en réalité un groupuscule financé et encadré par Castorama et Leroy-Merlin. Sur internet une déferlante de commentaires sur chaque article concernant le travail du dimanche mettent en doute leur provenance, d’autant que là aussi nous retrouvons les mêmes arguments de « liberté », et les attaques tout azimut sur ceux qui osent s’opposer à cette grande « avancée sociale ». La liberté, c’est en son nom que Tatcher et Reagan ont commencé à détruire les acquis sociaux dans leur pays, et que les capitalistes continuent de le faire aujourd’hui. C’est en prônant la liberté, que l’on asservit les peuples.
        .
        voir : APRES LE COUT DU TRAVAIL, VOICI LA LIBERTE DU TRAVAIL !


        • Captain Marlo Fifi Brind_acier 15 décembre 2014 20:02

          Robert Gil,
          C’est sous un autre argument, « la compétitivité » des entreprises, que la Commission européenne entreprend la même politique que celle de Reagan et Tchatcher.

          « Les Grandes Orientations de Politique économique » pour les 28 pays européens."


          Mais, bizarrement, je ne vous vois jamais condamner la politique économique européenne...

        • Robert GIL Robert GIL 16 décembre 2014 09:58

          fifi,
          voila de quoi lire sur l’europe : http://2ccr.wordpress.com/category/europe/
          .
          ensuite si vous vous promenez sur mes blog vous devriez vous faire une idéee sur ce que je pense du systeme capitaliste qui nous dirige et qui ne se limite pas a l’europe ... car croire que si l’on se contente de sortir de l’europe, tout d’un coup nos bons patrons capitalistes français vont nous faire des cadeaux est au mieux un leurre, sinon une supercherie !
          .


        • ZEN ZEN 15 décembre 2014 11:54

          Tretawney
          Cette formule ne contient aucune fausse nostalgie
          Fils de paysan, je sais ce qu’étaient les dimanches rivés aux tâches de la ferme, 365 jours pas an.
          Mais nous n’étions pas obsédés par la consommation, nous contentant de peu et les dimanches après-midi étaient souvent joyeux, sans télé ni voiture, donc sans visites au mammouths du coin (qui n’existait pas !)


          • Txotxock Txotxock 15 décembre 2014 11:54

            « Après tout, comme tout le monde, je vais chercher ma baguette le dimanche »

            Dommage, ce genre d’affirmation fout en l’air un article qui ne mérite pas ça


            • ZEN ZEN 15 décembre 2014 12:00

              Txotsock,
              Je dis aussi autre chose...
              Donc, on ferme les boulangeries le dimanche ?
              Attention à ne pas se tromper de cible..


              • L'enfoiré L’enfoiré 15 décembre 2014 15:09

                Se tromper de cible ?

                Zen, je vous l’apprends si vous ne le savez pas : 
                la cible, c’est le consommateur, rien d’autre.

              • rocla+ rocla+ 15 décembre 2014 12:41

                C ’est  drôle comme conception . 


                Certains ont envie de faire de la bicyclette le dimanche , d’ autres 
                aller chercher des champignons .

                Bon .


                Alors ils pensent que tout le monde doit faire ce qu’ ils font le 
                dimanche .

                Personnellement t je m’ en fous si les magasins sont ouverts ou fermés le 
                dimanche .

                Je trouve bizarre le fait que quelques uns décident pour tout le monde .

                • ZEN ZEN 15 décembre 2014 13:18

                  Sait pas lire, le troll boulanger... smiley


                • bakerstreet bakerstreet 15 décembre 2014 15:28

                  « Je trouve bizarre le fait que quelques uns décident pour tout le monde »


                  Ca, c’est la pensée du jour....
                  Je n’ose envisager ce que ça donnerait si on laissait chacun se débrouiller avec le port d’armes, voir la peine de mort...

                • rocla+ rocla+ 16 décembre 2014 13:09

                  et j’ ajoute , je trouverai toujours bizarre que quelques uns décident pour tout 

                  le monde , comme je trouve bizarre que c’ est le français lambda qui paye 
                  l’ électricité aux salariés EDF , et que je trouve bizarre que la SNCF 
                  effectue sa énième grève de salopards , trouve bizarre aussi que l’ EN fabrique 
                  des «  ni lire ni écrire  » à la pelle , je trouve également bizarre que des gugusses 
                   fassent amalgame avec l’ ouverture des magasins le dimanche et l’ autorisation du 
                  port d’ armes , trouve bizarre que des guguses pareils ne sont pas enfermés dans
                  des asiles psy , et trouve bizarre que l’ auteur , pourtant intelligent puisqu’ il 
                  était prof , trouve comme toute réponse à un de mes posts de parler de 
                  troll . 

                  Elle est bizarre la vie , ne trouvez-vous pas ?

                • ZEN ZEN 16 décembre 2014 13:28

                  Vous avez dit bizarre ?
                  Bizarre que les boulangers ne savent plus faire du (vrai) pain
                  Bizarre que le capitaine n’ai même pas lu l’article et réponde à côté pour épater la galerie ou faire diversion
                  C’est la définition même du troll


                • rocla+ rocla+ 16 décembre 2014 13:32

                  Dans ce cas s’ pèce de détrollé , traitez de troll tous les auteurs 

                  de commentaires ne parlant pas de ce que vous pensez avoir écrit .

                  Le mec qui parle de port d’ armes il est dans le sujet ?

                • Gasty Gasty 21 décembre 2014 10:59

                  Je suspect Rocla d’attendre le dimanche pour aller faire ses courses.


                • ZEN ZEN 15 décembre 2014 13:16

                  Une caricature suggestive...


                  • Rincevent Rincevent 15 décembre 2014 15:35

                    Bonjour ZEN

                    Votre lien n’est pas une caricature, plutôt une analyse logique. Elle est d’autant plus intéressante que son auteur, Charles Sannat, a un profil de financier bien dans la ligne, mais ça ne l’empêche pas d’y voir clair.


                  • rocla+ rocla+ 15 décembre 2014 13:26

                    Vrai , c ’est con un troll . 


                    • L'enfoiré L’enfoiré 15 décembre 2014 13:31

                      Salut Zen,


                      « Mais où sont les dimanches d’antan ? »

                      Vous voulez ma réponse ?
                      Ils sont morts. Pas pour tous, bien sûr.
                      Fini la chanson du dimanche... sauf en France 
                      Combien de jobs travaillent depuis longtemps le dimanche ?
                      Avec la récup le lundi.
                      Perso, j’ai souvent travaillé dans ma jeunesse, le dimanche.
                      Les vieux retraités détestent le dimanche. 
                      Ou est le concept « sacré » du dimanche ?
                      Dans la religion, mais...
                      Chez les juifs, ce sont les samedis
                      Chez les autres, le vendredi avec le jour du poisson pour les premiers.
                      En Belgique, en ce jour de grève générale, alors que Bruxelles étaient bondées hier avec tous les magasins ouverts.
                       

                      • L'enfoiré L’enfoiré 15 décembre 2014 15:07

                        Il faut écouter ce que dit la journaliste Alexandra Szacka dans l’émission Kiosque

                        Au Canada, la question du dimanche est réglée depuis 1992. 

                      • Fergus Fergus 15 décembre 2014 19:51

                        Bonsoir, L’enfoiré.

                        Pour illustrer à ma manière la question posée en conclusion : 1965 : un dimanche au village.

                        Cela dit, entièrement d’accord avec la tonalité de cet article.


                      • L'enfoiré L’enfoiré 15 décembre 2014 20:15
                        Salut Fergus,
                        Moi c’est avec la réflexion de trépas et plus haut qui racontait son passé ce passé là je l’ai connu.
                        Le samedi matin travail. Le dimanche réflexion pour que commence bien le lendemain.
                        Je l’ai tellement souvent mais pour vous je le répète :
                        Quand on fait ce qu’on aime, ce n’est plus du travail, cela devient une occupation comme de s’occuper de son jardin.

                      • L'enfoiré L’enfoiré 15 décembre 2014 20:19

                        Pseudo Trelawney voulais je écrire 


                      • bakerstreet bakerstreet 15 décembre 2014 15:25

                        Bonjour Zen


                        Reste qu’en Allemagne, le Merkeland si souvent montré en exemple, vous ne trouverez pas une boutique d’ouverte : Pas plus un supermarché qu’une banque ou un vendeur de groB saucisses. 
                        Tiens, étrange !

                        Pour une fois, nos girouettes ne nous montre pas ce pays en exemple !. 
                        Sans doute que le vent les aura mal orienté. 

                        Oh, ça fait plaisir à les voir mettre la voix à la patte, faire dans le populisme, défendre le petit, qui « après tout lui a peut être envie de gagner un peu de tune »....

                        Ils rentreront escortés de leurs motards, dés le samedi fuyant Paris, pour se réfugier dans leur bonne maison de famille, après ce dernier coup de collier de mise au point, destiné au vulgaire, faisant dans la philosophie dominicale.

                        Y aura le bon peuple pour les croire, penser qu’eux aussi auront à la prime du dimanche. 

                        Sauf que la pensée qui les a mis en place, reposait sur le fait justement que c’était une compensation liée à une particularité de servitude, et à un régime d’exception. 

                        Si celui- si disparaît, que pensez vous qu’il va advenir de la prime ?

                        • L'enfoiré L’enfoiré 15 décembre 2014 15:35

                          L’homme boulanger,


                           L’interlocuteur allemand de Kiosque donnait la raison : l’Allemagne n’est pas un pays laïque...
                          en prenant du recul, la France non plus.... 
                           

                        • ZEN ZEN 15 décembre 2014 16:40

                          Bonjour bakerstreet

                          En Allemagne, le repos dominical est constitutionnel
                          Sans doute l’effet de la pression des églises à l’époque d’Adenauer
                          Mais ça pourrait bien changer, du moins dans les grandes villes. Il y a de fortes pressions en ce sens. Eine Revolution !
                          Je propose un nouvel aménagement de la semaine, avec deux dimanches successifs (D1+D2), pour démultiplier les affaires sur les Champs El’  smiley
                          Bon, pas la peine d’en faire un fromage non plus, cette question est surtout un os à ronger pour oublier le reste de la loi...


                        • bakerstreet bakerstreet 15 décembre 2014 19:46

                          C’est vrai qu’on est dans un pays laïque, et que dieu n’est pas sensé nous imposer le jour du seigneur !

                           Mais néanmoins il serait naïf de croire que c’est la religion qui nous a concédé ce repos. 

                          En fait les fêtes religieuses, se sont greffés sur les vieilles fêtes païennes, sur les solstices, ou sur les usages. 

                          Mettre l’homme au repos, une fois par semaine, afin qu’il soit disponible pour les siens, et pour les fêtes du village, en toute bonne conscience, sans qu’il n’est peur qu’on lui pique son outil de travail ou qu’on le concurrence, voilà un des plus vieux droits que le moyen âge n’avait même pas envisagé de proscrire. 

                          D’ailleurs c’est du moyen age que nous vienne les premiers droits des travailleurs, sur les horaires, les heures supplémentaires. 

                          Des acquis venus des compagnons travaillant par exemple à l’édification des cathédrales. 
                          De la haute main d’oeuvre spécialisée, qu’on ne faisait pas encore venir des philippines, et avec lesquels les bourgeois étaient obligés de pactiser. 

                        • Fergus Fergus 15 décembre 2014 19:56

                          Bonsoir, Zen et Bakerstreet.

                          Pas sûr que les choses évoluent très vite en Allemagne, pas même à Berlin où l’athéisme progresse à grands pas, et avec lui une vision plus laïque de la société. Mais au moins dans cette ville peut-on constater que l’on vit très bien sans boutiques ouvertes, en se baladant sous les frondaisons du Tiergarten, sur les rives de la Spree ou le long du Landwehrkanal. 


                        • ZEN ZEN 15 décembre 2014 20:18

                          Au sujet du Merkelland, je viens de tomber sur cet article étonnant, car il vient d’un journaliste de Die Welt, O.Gersemann
                          Des yeux s’ouvrent au pays de Goethe


                        • Fergus Fergus 16 décembre 2014 09:39

                          Bonjour, Sampiero.

                          N’empêche, la possible émergence de Syriza au pouvoir en Grèce, la montée de Podemos en Espagne et les grands mouvements sociaux qui se développent ou s’amorcent en Italie ou en Belgique montrent que le moule germano-bruxellois est en train de craquer. Tout cela, ajouté aux lendemains difficiles qui se préparent pour l’Allemagne, montre que l’on va sans doute vers des changements radicaux dans la gestion de l’UE.


                        • L'enfoiré L’enfoiré 16 décembre 2014 14:04
                          Bonjour Zen,

                          « Au sujet du Merkelland, je viens de tomber su
                          r cet article étonnant, car il vient d’un journaliste de Die Welt, O.Gersemann »

                          J’ai lu. Ce qui est dit est tout à fait exact. Quand on gratte comme l’a fait l’auteur du livre, on trouve. 
                          Nous sommes à l’ère de l’image qu’on donne. On ne parle jamais longtemps du contenu.
                          L’Allemagne est-elle un modèle ?
                          Un modèle qui dit « arbeit mach frei », pour ceux qui y croient, bien sûr que oui.
                          Veut-on moins de chômage ?
                          Pas de problème divisions les tâches.
                          Jacques, tu travailles de 08:00 à 10:00 
                          Joseph, de 10:00 à 12:00
                          Pierre, de 13:00 à 15:00
                          et Roland de 15:00 à 17:00

                          N’oubliez pas de dire au suivant, le point d’impact et de fermer les stores en partant.

                          Jawhohl, Herr Doctor.
                           smiley

                        • Ruut Ruut 15 décembre 2014 16:02

                          Si travail le Dimanche il doit y avoir, dans la lois salaire double le Dimanche il doit y avoir aussi.
                          Mais pour une réelle équité, le plus gros salaire de la boite ne doit pas pouvoir être supérieure a 10 fois le salaire le plus bas. ( Les primes cumulées ne pouvant pas être supérieures a 2 fois le salaire le plus haut )


                          • ahtupic ahtupic 15 décembre 2014 17:52

                            En allemagne, les magasins ferment même le samedi sauf le premier samedi du mois. Mais ce que veulent nos salopards de politicards, c’est de payer l’employé le même tarif qu’en semaine. Et puis il faut bien que ces magasins ouvrent le week-end pour que ces feignasses puissent dépenser notre argent le week-end.


                            • L'enfoiré L’enfoiré 15 décembre 2014 19:10

                              « Et puis il faut bien que ces magasins ouvrent le week-end pour que ces feignasses puissent dépenser notre argent le week-end »


                              Evidemment, ceux qui travaillent en semaine ,ne peuvent pas le faire. smiley

                            • Le421 Le421 15 décembre 2014 18:02

                              y’a un type, si je me souviens bien, qui s’appelle Jean-Claude Bourrelier.
                              En fait, c’est le grand patron de Bricorama.
                              Il s’est battu comme un lion pour avoir son ouverture le Dimanche.
                              Et bien, devinez ce qui se passe !!
                              Remarquez, hormis les cons à tête d’ampoule, grands spécialiste de l’économie-qui passent en boucle à la télé-tout le monde devine que son chiffre d’affaire n’a pas changé et a même reculé au même titre que les collègues, car il n’a constaté qu’un transfert des autres jours de la semaine...
                              Perso, je laisserais faire, avec une obligation d’embauches sinon couic !!
                              Et tant pis si ils crèvent.
                              Quand y’en aura un ou deux qui aura sombré, peut-être que les autres se calmeront.
                              Ils bossent le Dimanche en Allemagne ?? Nein !!
                              Alors, arrêtons les conneries...


                              • ben_voyons_ ! ben_voyons_ ! 15 décembre 2014 18:46

                                N’oubliez pas de fermer l’internet le dimanche.

                                Parce que l’internet, c’est avant tout du bizness.


                                • L'enfoiré L’enfoiré 15 décembre 2014 19:11

                                  Excellente réflexion, ben_voyons

                                  Pas d’Agoravox...
                                   smiley

                                • Doume65 16 décembre 2014 01:15

                                  Les bricoleurs du dimanche, ils ne sont pas dans les magasins : c’est un très mauvais endroit pour bricoler.


                                  • marauder 16 décembre 2014 06:12

                                    Pas la peine de faire intervenir la simpliste idee de nostalgie ni encore moins le saigneur pour dire qu’on ne veux pas se soumettre aux dictats des patrons, financiers et autres bourgeois escrocs (pleonasme...). Concernant les patrons, les soit disant artisans et commercant sont dans le meme sac. Ce sont juste des capitalistes faibles et jaloux de l’argent de ceux qui gagnent a ce jeu de merdeux.

                                    Au fait miss fifi brindacier quand tu propagandes le dimanche on te paie combien ?


                                    • Captain Marlo Fifi Brind_acier 16 décembre 2014 09:27

                                      marauder, l’antifa de service.
                                      Où la pseudo Gôooche, qui traque tout ce qui dépasse de la pensée unique...


                                      « UPR : La Loi Macron, qui poursuit l démantèlement des protections sociales exigé par l’ UE, va aggraver la situation »

                                      Et vous, Marauder, on vous paie combien pour faire croire que vous êtes de Gauche ?

                                    • malitourne malitourne 16 décembre 2014 16:24

                                      @ Marauder,

                                      C’est le système capitaliste que tu vomis, ou bien c’est les gens que tu hais en général ?


                                    • marauder 16 décembre 2014 21:08

                                      Nan, en général, quand des gens parlent de solidarité, de paix, d’autre chose que prendre plaisir a raviver justement les vraies haines, celles qui font vendre des bateaux de guerre, celle qui promeut une religion sur une autre, celle qui contraint d’autre a vivre dans la coercition, ceux qui nous emmerde avec leur théorie fumeuse de la patrie, a part quand je lis tout ca, ca va plutot bien.

                                      Mais les paralèles avec les années 30 dans ces espaces de discussion ne peuvent que m’énerver.

                                      C’est sain, d’etre enervé a lire cela justement.

                                      Mais en ces temps ou tout est inversé, l’antifa est forcément le faf hein ?

                                      Ca vous plait, tant de binarité, surtout pour me balancer que je suis pro urkainien-sioniste-musulman... Sachant que normalement, un anar, c’est censé etre justement ni religieux, ni reconnu en tant que couleur de peau ou autre connerie.

                                      Pour l’ukraine :
                                      http://www.brasiersetcerisiers.antifa-net.fr/ukraine-declaration-du-sat-kiev/
                                      Le monde n’est ni tout noir, ni tout blanc, et c’est cette croyance stupide qui m’énerve.
                                      Votre monde semble bien rangé, la ou il faut, et ce serait « nous » qui serions binaire ? « On » a juste trouvé une limite, un point de bascule, rien d’autre.

                                      En tout cas, vous me dites enervé, mais c’est tres calmement que messire asselineau a cotoyé pasqua, sans que cela ne le gene que de le voir attaquer des manifestants (indirectement, vu que c’est un lache) via les crs.


                                    • malitourne malitourne 17 décembre 2014 10:48

                                      @ Marauder
                                      Je me sens pas concerné par ce que tu écris. Je te posais juste une question comme ça, parce que j’avais l’impression que pas grand monde ne valait cher à tes yeux.
                                      Sinon, « quand des gens parlent de solidarité, de paix, d’autre chose que prendre plaisir a raviver justement les vraies haines » pour reprendre tes propos, je pense que nous sommes une large majorité à penser celà dans la société et pas l’inverse.
                                      Peut-être que je me trompe.


                                    • Doume65 20 décembre 2014 20:11

                                      « Concernant les patrons, les soit disant artisans et commerçant sont dans le même sac. Ce sont juste des capitalistes faibles et jaloux de l’argent de ceux qui gagnent a ce jeu de merdeux. »

                                      Pauvre tache !
                                      Les petits commerçant et artisans (souvent des artistes) travaillent le dimanche seuls, sans employer personnes. Ils ont toujours eu le droit de le faire et continuent. Ils ne comptent pas leurs heures de travail. Le système capitaliste est leur pire ennemi, qu’ils en aient conscience ou pas. Ton post, servi comme un cheveu sur la soupe, s’apparente au troll.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité