• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Ce qui m’empêche me rend plus libre

Ce qui m’empêche me rend plus libre

JPEG

Mon désir et mon libre-arbitre se heurteront toujours à des obstacles mais l’expérience que je tire de la confrontation m’est toujours bénéfique. « Quoi qu'il arrive, j'apprends. Je gagne à tout coup » a dit Marguerite Yourcenar. Ce que j’apprends de mes échecs me rend plus libre. Cela me rend tellement libre que je me rends capable de m’autolimiter. Non par résignation mais en pleine conscience et en toute liberté : « un homme, ça s’empêche », a dit Albert Camus.

Sophie Pétronin, l’otage libéré après de longs mois de captivité, a préféré (librement ?) l’acceptation à la résistance. Pourquoi se consumer en une résistance perdue d’avance, s’est-elle dit, je vais entrer dans une retraite spirituelle. C’est l’acceptation d’une situation qui s’impose à elle et contre laquelle elle ne peut rien. « Libre dans sa tête » comme dit la chanson. A sa sortie, cette liberté ne paraît plus aussi évidente à la mesure des propos qu’elle a tenus. Mais là, c’est une autre histoire dont nous ne savons rien encore…

« Ce qui m’empêche me rend plus libre ». Il faut admettre que cette maxime n’est pas toujours vraie. Il est des empêchements qui portent atteinte à la liberté essentielle de l’être humain : la misère, la vie sous une dictature, l’emprisonnement, les politiques de discrimination, sont des limites intolérables à la liberté essentielle, à savoir la liberté consubstantielle à l’être humain, celle qui est liée intimement à sa vie même. Les victimes d’atteintes graves à leurs libertés fondamentales sont rarement libres. Rares sont les grandes âmes qui en ces circonstances se libèrent par la seule force de leur esprit. Mettons ces cas à part. Dans nos vies quotidiennes, les obstacles qui nous empêchent font notre éducation. Ils nous éclairent et nous apprenons à leur contact à mieux gérer notre liberté.

La liberté n’est pas d’agir selon son gré et sans aucune retenue. La vraie liberté s’est éduquée. En conséquence, elle sait dire « non ». C’est même là le début de toute pensée critique, de savoir dire non. La conscience de mes limites et de mon devoir me permettent de cerner l’étendue de ma liberté pour mieux l’exercer.

Il faut être lucide : notre vie est limitée quand les possibilités de choix qui se présentent à nous nous semblent infinies. La finitude de notre existence ne nous permet pourtant pas de tout embrasser. Il nous faut ainsi choisir, renoncer, parfois s’empêcher.

Les renoncements sont ainsi autant de directions données à notre liberté qui a besoin d’être canalisée. C’est le carcan de la liberté.

Autre exemple. Je me rends plus libre quand je renonce à un pouvoir qui n'est pas pour moi. Face à la tentation du pouvoir, je m'empêche. La puissance du self-contrôle est plus forte que le désir de régner. Le personnage de Tolkien prend l'anneau malgré lui et, par le pouvoir de sa liberté, renonce à s'emparer des pouvoirs infinis qu'il offre à son détenteur. Céder à l'envie du pouvoir est une faiblesse.

La vraie liberté est de s'empêcher quand le pouvoir n'est pas pour nos épaules. Celui ou celle qui peut plonger son regard du haut sommet sans ressentir ni ivresse ni vertige est apte à exercer le pouvoir avec tout son poids. L'attrait du gouffre ne l'entraînera pas. Il n'obéira qu'à lui-même pour le plus grand bien de tous.

Il existe un exemple d'empereur romain qui exerça le pouvoir le temps qui était nécessaire pour la nation, pour son pays, et qui s'en retourna ensuite cultiver paisblement ses occupations. Brutus - mal vu par l'Histoire mais réhabilité par Shakespeare - exerça son pouvoir pour éliminer César. Il le fit sans envie et sans ambition de s'emparer du pouvoir. Il le fit selon Shakespeare par idéal et pour rétablir l'esprit libre et républicain de ses compatriotes.

Excalibur se refuse à tous les chevaliers ; elle ne s'offrira qu'à celui qu'elle juge apte à régner sur les Bretons. Malheureusement, le pouvoir n'est pas comme Excalibur : il se laisse prendre par n'importe qui. A chacun donc, par esprit de responsabilité, de savoir s'emêpcher s'il ne sait pas apte à gouverner. Je vais en agacer plus d'un mais je dis qu'il ne suffit pas d'enfiler un gilet jaune pour se voir revêtu de la légitimé de réclamer des réformes insensées comme le référendum populaire généralisé ou la démission du président légitimement élu. Le peuple n'est pas pour autant privé de liberté de résistance voire de rébellion. Il suffit qu'il s'oppose et revendique avec un esprit de responsablité. "Ce qui m'empêche me rend plus libre" veut dire esprit de responsabilité.

Résister au pouvoir, c'est aussi résister au pouvoir de manipuler l'émotion pour influencer la pensée des autres. Les médias comme les réseaux sociaux ne savent pas toujours s'empêcher. Seuls ceux qui ont la capacité de s'empêcher sont véritablement libres et, partant, dignes de confiance.

La peur peut nous empêcher. Ce qui nous empêche, avec la peur, est en nous-même. Si nous laissons cette peur prendre le contrôle de nos choix, nous sortons de l’empêchement utile. Les citoyens gagnés par la peur et qui réclament - par peur de l'autre - des mesures excessives qui limitent les libertés, renoncent à leur liberté. La peur aliène le citoyen.

En revanche, un empêchement bien réel comme le couvre-feu ou le confinement ne nous interdit pas d’être libre. C’est tout au contraire un défi lancé à notre liberté. Car, si la liberté intègre les renoncements, elle vit aussi de défis ! Mes libertés de mouvement sont réduites ? Et bien, je vais trouver d’autres moyens d’exercer ma liberté !

« Un homme, ça s’empêche » mais un homme, ça se défie aussi.

Vive la liberté !


Moyenne des avis sur cet article :  2.63/5   (16 votes)




Réagissez à l'article

60 réactions à cet article    


  • AlLusion AlLusion 15 octobre 14:33

    Salut Paul,

     Bon billet. Je ne publie plus sur Avox. J’ai fait une exception cette semaine.

     Mais la conception de la liberté a changé. 

     Je retourne sur ma base en parlant de la liberté et un interview smiley


    • Taverne Taverne 15 octobre 14:55

      @AlLusion

      Salut Guy, je ne t’avais pas reconnu sous ce nouveau pseudo. J’ai vu ton article. Je vais vais y retourner faire un tour.


    • eddofr eddofr 15 octobre 14:41

      « La liberté ne se donne (demande) pas, elle se prends ».

      (Citation attribuée soit à T.E. Lawrence soit à Reine Malouin)


      En l’occurrence, notre liberté, on nous la prend.


      • McGurk McGurk 15 octobre 14:51

        @eddofr

        En a-t-on déjà eu ?


      • Taverne Taverne 15 octobre 18:55

        @eddofr

        Je préfère « la liberté se conquiert » car « elle se prend » peut vouloir dire qu’on la prend au détriment des autres.


      • Albert123 16 octobre 09:58

        @Taverne

        « Je préfère « la liberté se conquiert » car « elle se prend » peut vouloir dire qu’on la prend au détriment des autres. »

        dans un monde fini à somme nulle ce que l’on obtient pour soi est pris à un autre, 

        une prise ou conquête c’est la même chose, c’est une captation à son profit d’un espace limité pour l’ensemble des participants.


      • babelouest babelouest 16 octobre 10:05

        @eddofr selon ce que je pense, les libertés (car il n’y en a pas UNE) sont les fruits de l’égalité entre tous dans la différence entre tous (personne au-dessus, personne en-dessous) et de la fraternité qui en découle. Vu ainsi, c’est plus facile à concevoir quand PERSONNE n’est au-dessus.


      • Francis Francis 16 octobre 10:07

        @Albert123
         
         ’’dans un monde fini à somme nulle ce que l’on obtient pour soi est pris à un autre,’’
         
         Vous vous ne savez pas ce qu’est la liberté ni la coopération, ni la gratuité, ni l’altruisme, ni plein de choses. Cela se ressent dans tous vos posts.
         
        Vous êtes typiquement le contre exemple de cette phrase stupide attribuée à tort ou à raison à Woody Allen  : ’’Les méchants ont sans doute compris quelque chose que les bons ignorent’’
         
         
        ps. « méchant » doit être pris dans le sens de mauvais, erroné, asocial, ;..


      • McGurk McGurk 15 octobre 14:49

        Ce que j’apprends de mes échecs me rend plus libre.

        Allez dire ça aux chômeurs qui désespèrent de trouver un boulot, on verra la tête que vous aurez ensuite...


        • Taverne Taverne 15 octobre 16:23

          @McGurk

          L’apprentissage est parfois douloureux. Un rien de philosophie peut être utile au chômeur pour tenir psychologiquement. Bien que chômeur, il n’en est pas moins homme (ou femme) et trouvera donc du réconfort en conquérant un peu plus de liberté.


        • McGurk McGurk 15 octobre 17:41

          @Taverne

          Avez-vous déjà été au chômage ? Et si oui quelle durée ?

          Le chômage est une prison.

          Impossible d’évoluer alors que le monde extérieur évolue, impossible de s’acheter quoi que ce soit, de faire des projets.

          Si c’est ça être libre, je préfère crever...


        • Taverne Taverne 15 octobre 18:26

          @McGurk

          1°) Ne confondons pas la liberté avec le bonheur

          On acquiert plus de liberté aussi par la souffrance et l’épreuve. Les exemples que j’ai donnés (Sophie Pétronin, Albert Camus dont le père fut témoin d’un assassinat et qui dit à son fils « un homme ça s’empêche »). Quelquefois même vous devez renoncer au bonheur pour votre liberté.

          2°) Cet article s’adresse à tout être humain pensant au sens universel

          Il ne s’adresse pas spécifiquement aux chômeurs ni aux otages, ni...ni... Il parle à l’homme (à la femme) au sens générique et universel.

          Le chômeur est avant tout un être doté du libre arbitre et de la puissance de développer sa liberté intérieure. Il peut lui aussi accéder à la philosophie. Il n’est pas inférieur à l’homme universel. Mais comme je le dis au point précédent, la liberté peut être le résultat d’une souffrance voire de sacrifices.


        • McGurk McGurk 15 octobre 19:00

          @Taverne

          La souffrance n’est pas nécessaire au développement. Encore moins à la liberté.

          Ce n’est qu’une expérience qui se doit d’être passagère, exceptionnelle et non permanente.

          au sens générique et universel.

          Et c’est bien là que votre article perd de son sens à se vouloir trop universel en englobant tout et n’importe quoi.

          Votre exemple de Pétronin est irréaliste car elle a dû se convertir pour avoir une chance de sortir de sa prison. Magnifique exemple, me direz-vous, de « liberté » lorsqu’on la perd en prêtant allégeance à une religion non désirée auprès de fondamentalistes.

          Pour votre information, le côté « introspection intérieure » lors du chômage dure peu de temps. Il laisse place à l’ennui, la lassitude, la fatigue extrême, le déboussolement total, la prise de poids, les pensées de plus en plus noires, et j’en passe.

          La liberté, au-delà des droits inaliénables que nous devrions tous avoir (et perdu actuellement), se fait, selon moi, par l’indépendance du sujet. Indépendance qui est une base non négociable pour le développement personnel et extra-personnel.

          Celle-ci permet de pouvoir faire des choix et d’avancer. Mais, lorsqu’on est coulé d’avance, il est impossible d’en faire et donc de se développer. CQFD.


        • foufouille foufouille 15 octobre 19:06

          @Taverne

          pour être libre, il faut du fric mais tu ne peux pas comprendre avec 4000€ mensuel.


        • Taverne Taverne 15 octobre 19:21

          @foufouille

          Depuis le temps que tu me promets cette substantielle augmentation et que je ne vois rien venir !


        • foufouille foufouille 15 octobre 19:29

          @Taverne

          100€ est vraiment pas grand chose.


        • Taverne Taverne 15 octobre 19:41

          @foufouille

          Laisse tomber la comptabilité en même temps que tu abandonnes la voyance car manifestement ni l’un ni l’autre n’est ton point fort.


        • foufouille foufouille 15 octobre 19:45

          @Taverne

          3900 + 100 = 4000.


        • Taverne Taverne 15 octobre 19:53

          @foufouille

          Oui c’est bien ce que je disais... smiley


        • foufouille foufouille 15 octobre 20:05

          @Taverne

          c’est le chiffre que tu as donné il y a des années. ne soit pas modeste et tu as même chouiné que c’était pas beaucoup.


        • Taverne Taverne 15 octobre 20:19

          @foufouille

          Mauvais devin, mauvais comptable et mauvaise mémoire en plus. Je n’ai jamais donné un tel montant. Pour finir : mauvais perdant ! 


        • foufouille foufouille 15 octobre 20:31

          @Taverne

          mais si sauf que tu es sénile et tu as bien couiné avec le scooter du fiston, ta vieille voiture et la pension de ta femme, plus les restaux.

          ils t’ont payé gogovox pour ton article de pub ?


        • Taverne Taverne 15 octobre 20:36

          Réglons ce point une bonne fois pout toutes.

          Attaché territorial principal échelon 9. Soit 3229,60 euros (primes comprises) nets après IR. 33 ans d’ancienneté. Je vois assez de gens qui rament pour oser m’en plaindre.


        • Taverne Taverne 15 octobre 20:49

          @foufouille

          J’ai répondu avec précision. En revanche, je te suspends pour un temps car je n’accepte pas ton accusation de corruption. Je n’ai aucun lien financier avec Agoravox.


        • foufouille foufouille 15 octobre 20:52

          @Taverne

          si tu as couiné que tu étais pauvre comme sous le smic car fallait payer les études de ton gamin et le crédit de ton appart avec 3900.

          c’est pas la première fois.


        • The White Rabbit The White Rabbit 15 octobre 21:55

          L’usage de la censure revivifiante touche même le grand philosophe poète de l’agora.

          Quelle déception ! S’emprisonner en emprisonnant l’autre « pour un temps » sous un nartic parlant de liberté en période de couvre-feu...


        • OMAR 15 octobre 22:12

          Omar9
          .
          Bonsoir @Taverne
          .
          Sincèrement, je déplore votre décision de suspendre @coucouille, même si votre acte est temporaire et aussi, justifié.
          .
          Cependant @coucouille est plus à plaindre qu’à être interdit de commentaire.
          .
          Je reçois de sa part tellement d’insultes, de mensonges et d’inepties, que maintenant je le considère plus clown que facho.


        • Sozenz 16 octobre 09:59

          @Taverne
          Ne confondons pas la liberté avec le bonheur

          et hop encore des petites boites ! c et plus fort que vous .
          la vue d ensemble c est trop difficile pour vous .
          c est ce qu on appelle un esprit cloisonné !


        • Sozenz 15 octobre 16:55

          tu nous fais quoi là ; un article pour qu on accepte le couvre feu ?

           a quand l acceptation de se faire rationner ?

          ou de se faire enfeemer ( il y en a un qui a atteint la bodéité en prison .mais il a été formé . combien le sont ? ) ) , ou laisser crever parcequ’ au final , on ne nous retire pas notre liberté profonde ;

          tu vas bientot aussi nous dire que les camps sont des bonnes choses parce qu ils peuvent aussi apprendre à etre libre ?

          reflechis plus loin , creuse tout ce que tu dis au lieu de toujours faire des généralités sans en comprendre vraiment le fond .

          je voudrais savoir si tu as toi même testé ce que tu dis ? et jusqu’ ou .... .

          il y a des coté positifs que tu dis , mais aussi les ravages que cela peut apporter selon jusqu’ où tu pousses la petite plaisanterie .

          reflechis bien , reflechis bien, car la liberté a un prix . mais je ne sais pas si tu es préts , toi , a en payer vraiment le prix .


          • Taverne Taverne 15 octobre 18:37

            @Sozenz

            Je ne sais que vous dire sinon que vous êtes sans doutes imperméable à la philosophie. Mais que cela ne vous inquiète pas, on peut vivre sans. Moins libre cependant...


          • Sozenz 15 octobre 19:08

            @Taverne
            a la votre c est possible .
             quand je vois que vous tentez de montrer sous un nouveau jour un precepte de shakyamuni dit aussi 

            Siddhartha Gautama

            ( d autres s y sont aussi essayés )

            que vous ne prenez qu’ une seule partie qui est aussi un de ses premiers precepetes ( petits vehicules ) qui ont ete repris par quelques ecoles bouddhiques ( en gros il y a environ 350 courants bouddhistes ) qui ne sont pas allée plus loin ( le detachement de ce monde ; retirer tous les desirs pour gagner la liberté . sans avoir continué a lire ses autres preceptes ; ou siffartha parle bien aussi des desirs comme moteur de la vie

            le problème avec certains pjilosophes c est de montrer un aspect en ne precisant jamais que ce n est qu’ un aspect possible car le monde est fait de milles facettes qui sont mis entre les mains de ceux qui sauront jongler avec .

            alors si c est me détourner des parcellaires . oui , je suis perméable
            je sais que vous aimez rester dans votre propre monde que vous vous etes fabriqué ; amenageant ce monde comme in boite avec des tiroirs tout bien rangé . tout bien propret ...
            je ne pense pas me tromper sur la personne qui vous etes par contre
             je crois que vous vous trompez sur mon cas ; j ecris certes comme un pied . mais ....


          • Taverne Taverne 15 octobre 19:17

            @Sozenz

            On ne prend jamais autant conscience de la liberté que quand on en est privé, ou quand elle est limitée (comme en ce moment).

            Or, développer la conscience de la liberté est essentiel car le jour où il nous faudra résister à l’oppression, nous ne pourrons compter que sur ceux et celles qui ont développé cette conscience de ce qu’est vraiment la liberté.


          • TSS 16 octobre 10:09

            @Taverne
            Si c’est de la philosophie à la Enthoven ou à la BHL(botul) je préfère
            m’en passer.. !!


          • babelouest babelouest 16 octobre 10:39

            @Taverne qu’est-ce que la liberté ?
            – la liberté de penser est essentielle et primordiale, et totalement individuelle
            – la liberté d’exprimer cette pensée en revanche et déjà, est limitée par la façon de le dire (il ne faut pas être injurieux), par les personnes qui l’entendent qui peuvent considérer cela comme de la provocation gratuite, et aussi malheureusement par des lois, parfois injustifiées, parfois même scélérates et stupides
            – la liberté de se déplacer est fonction du fait qu’on n’a pas enfreint les lois, et aussi du fait qu’à part à pied (encore les pieds nus limitent les déplacements), cela a un coût.
            – la liberté de se réunir est octroyée par la loi, celle de se réunir en public dépend de la notion de trouble à l’ordre public : pas forcément simple
            – la liberté de s’instruire et de s’informer est un droit fondamental, auquel l’ État a le DEVOIR d’en donner la possibilité.
            – la liberté de se vêtir dépend des coutumes et des lois, ce qui la limite ; en revanche la liberté d’avoir un toit pour se loger est essentielle, et là encore l’État a le devoir de faire ce qui est en son pouvoir pour y pourvoir.
            — la liberté d’agresser verbalement, physiquement ou par d’autres moyens éventuels d’autres personnes est réprimée justement par la loi : ce qui oblige l’État, quand il s’en mêle, à être très très exigeant avec lui-même pour ne pas ajouter l’injustice à l’injustice.
            .
            Pour conclure, définir les libertés n’est pas simple du tout. Notons que normalement l’État est l’émanation directe des citoyens d’un pays, et que lui aussi a des comptes à rendre, selon des modalités à débattre selon les pays.
            .
            Je me devrai d’ajouter qu’actuellement, l’État n’est plus l’émanation du peuple, mais d’un groupe, disparate mais efficace, d’intérêts représentés par différentes catégories parfois minuscules de personnes pensant non à l’intérêt général, mais au leur. Là devrait intervenir pleinement l’article 35 de la déclaration des droits de l’homme de 1793.


          • babelouest babelouest 16 octobre 10:49

            @babelouest je dois ajouter (mais c’est tellement évident, trop sans doute) la liberté de se nourrir, d’en assumer les déchets, de se laver.... mais hélas là encore intervient le coût, qui pour certains est rédhibitoire. Terrible !


          • Taverne Taverne 16 octobre 11:13

            @babelouest

            « qu’est-ce que la liberté ? »

            La liberté, c’est ce dont on prend pleinement conscience quand on en est privé. La liberté en dépit de tout, la liberté vraie, irréductible au couvre-feu et à toutes formes de pression. Mais la liberté que je ne prends à personne. Car la liberté essentielle et légitime de l’autre doit m’empêcher.


          • Taverne Taverne 16 octobre 11:33

            Ce qui renforce la liberté de conscience (car c’est de celle-là dont je parle), c’est :

            1 Les tentatives extérieures de réduire ou d’attenter à ma liberté. Car la pleine conscience de ce qu’est la liberté me vient à ce moment-là.

            2 La prise de conscience de la liberté de l’Autre en face de ma propre liberté. Car concevoir et comprendre la liberté de l’Autre élargit ma conception de la liberté en l’étendant au-delà de ma simple personne. La liberté de l’Autre qui m’empêche m’oblige à un effort de liberté supplémentaire.


          • Djam Djam 15 octobre 18:17

            @ Taverne

            Il est toujours confortable de deviser et de théoriser sur la liberté quand on a soi-même jamais connu ni l’horreur des geôles ni la terreur de la dictature.

            La version « solft » de la dictature mondialiste en marche commence à nous donner une petite idée de l’étouffement qu’il génère.

            L’homme n’a pas besoin qu’on lui inflige ces tortures illégales de surcroît pour apprendre et progresser. On s’excuse de vous rappeler que la Vie en tant qu’expérience pleine de dangers est bien suffisante pour nous faire avancer.

            Pour ma part, je vous laisse l’expérience du couvre-miche imbécile pour « apprendre » et « progresser ».


            • Taverne Taverne 15 octobre 18:35

              @Djam

              Justement, j’ai en mémoire de nombreux cas de personnes célèbres ayant vécu l’enfer et qui ont témoigné de leur liberté conservée et même renforcée. Je n’ai cité que Sophie Pétronin parce que c’est l’actualité. Mais les lecteurs auront eux aussi de nombreux noms en tête. Des gens qui ont vécu les camps ou autres formes d’épreuves atroces et qui ont célébré la liberté.

              « Ce qui m’empêche me rend plus libre » : tout ce qui m’empêche n’est pas à prendre au sens négatif. La liberté de l’Autre m’empêche d’exprimer la mienne. La liberté de l’Autre est une force positive. Là est l’une des idées essentielles de mon article.


            • Sozenz 15 octobre 19:29

              @taverne
              c est bien de vivre à travers les autres , mais toi ?
              combien s en sortent mentalement intacte ? voir renforcés ?

              je ne dis pas que c est une mauvaise chose d apprendre de la vie .
               mais franchement pas besoin de tarés pour en remettre des couches .

              donc si on peut leur dire d aller se faire .... c est aussi un autre apprentissage du petit manuel de la vie ..


            • Djam Djam 18 octobre 13:05

              @Taverne

              Je veux bien vous croire Taverne, simplement je doute de l’efficacité de cette jolie maxime que l’on entend toujours sortant de la bouche d’intellos médiatiques. Je ne parle pas de vous Taverne, mais des blablateurs pseudo philosophes genre BHL, Ferry, Enthoven et consort qui adorent gourmander avec des petites phrases de penseurs antiques.

              La réalité de la vie démontre sans appel que « ce qui m’empêche » me force surtout à trouver des chemins de traverse, non pas pour la beauté philosophique d’un hypothétique progrès mais plus trivialement pour survivre dans un monde assez peu reposant.

              Les témoins que vous mentionnez (les gens dans les camps, les emprisonnés partout dans le monde) sont minoritaires. La grande majorité des enfermés, quel que soit le mode infernal qu’ils ont subi, sont soit morts soit largement détruits.


            • Je me sens d’autant plus libre que les passions ou les envies ne dominent pas ma vie. Maître(sse) ne ma demeure....


              • Sozenz 15 octobre 19:39

                taverne qu est ce que tu aimes vraiment ?

                pourrais tu te destituer de tout ce que tu as tout de suite ?


                • Taverne Taverne 15 octobre 20:00

                  @Sozenz

                  Je ne prétends pas être doté d’une force surhumaine. Mais ce n’est pas une simple question de choses matérielles. J’ai écrit une ode à la liberté. Il ne faut pas l’entendre dans le sens contraire.


                • Sozenz 15 octobre 21:29

                  @Taverne
                  tu t es grillé ....


                • ETTORE ETTORE 15 octobre 20:30


                  Voilà, notre Darmalin national va mobiliser ses troupes pour faire respecter le couvre feu.

                  Stupéfiant quand même, comme quelques petits euros sonnants et trébuchants, peuvent si facilement acheter ces troupes de sécurité.....Républicaines !

                  (Des mercenaires, en « somme » )

                  Peut être faudra t-il leur donner encore une petite rallonge pour qu’ils aillent patrouiller dans les ’« territoires à reconquérir de la RAIEpouxblique »

                  En attendant, les pompiers, les soignants.....Que pouic !

                  Faudra qu’ils attendent que les pv collectés par la branche «  Sécurité Supérieure » de cet état « KGB », remplissent les caisses de l’Elyséum.


                  • Old Dan Old Dan 15 octobre 22:39

                    Bon article.

                    La« limitation » de la vitesse pour tous nous laisse encore libre de vivre...

                    .

                    [ ... mais avoir assisté à l’intubation d’un pensionnaire d’EHPAD ne laisse pas de choix entre masque ou pas, couvre-feu ou pas. Ca s’impose ! ]


                    • pierrot pierrot 16 octobre 09:29

                      @Old Dan
                      Bonjour,

                      il sera pertinent que les anti masques, anti couvre feu ... aille voir ce que représente l’agonie des patients dans les salles de réanimation et les EHPAD cela devrait leur inculper la nécessaire solidarité même au détriment de la perte de la liberté de boire toute la nuit dans les bistrots.


                    • nono le simplet nono le simplet 16 octobre 09:48

                      @pierrot
                      « inculper »
                      lapsus qui garde du sens !


                    • TSS 16 octobre 10:17

                      @pierrot
                      il sera pertinent que les anti masques, anti couvre feu ... aille voir ce que représente l’agonie des patients

                      Et les cancereux ,les diabetiques graves dont les interventions furent repoussées
                      pour le Covid, dernière maladie à la mode,et qui en sont morts.. !!


                    • Taverne Taverne 16 octobre 10:43

                      @TSS

                      Oui mais le couvre-feu contestable - sera-t-il utile contre l’épidémie ou est-il pris avant tout pour créer un effet de choc dans l’esprit des électeurs ? Sauvera-t-il vraiment des gens ? J’en doute un peu. Le renforcement de l’hôpital et une meilleure anticipation avec une vraie stratégie de test et de protection auraient été plus efficaces. Mais la politique...la politique...


                    • HELIOS HELIOS 16 octobre 10:54

                      @Old Dan

                      la liberté, cela ne se découpe pas en rondelle.

                      La liberté, c’est la responsabilité, envers soi et envers les autres.
                      Or la responsabilité, c’est la loi d’une philosophie, d’une culture exprimée a travers des valeurs.
                      Tant qu’on n’enseigne plus la philosophie et la culture, la république ne se perpétue pas.

                      Notre pays confond aujourd’hui syntaxe et sémantique. Les lois, la police et la justice ne jouent plus ensemble sur le même court, chacun fait ce qu’il veut l’essentiel etant de contraindre plutôt que d’orienter. Donnons un brin de pouvoir et celui qui recolte ce brin voudra envers et contre tout s’en servir pour montrer sa puissance... bien sûr au détriment de la liberté.

                      Tous coupables.... les gouvernements, l’enseignement et globalement tout le monde économique endosse cette responsabilité... mais rassurez vous, tout change et rapidement. Demain, nous changeons de paradigme, ce ne sera plus l’individualité contraignante qui aura raison, c’est le dogme qui reprend le pouvoir... le dogme Vert qu’il soit écologique ou spirituel. ... les 2 ont le même objectif...

                      Je trouve cet article et la majorité des commentaires excellents.


                    • Taverne Taverne 16 octobre 12:30

                      @HELIOS

                      C’est juste. j’ajoute que pour trop de gens (dont certains commentateurs primesautiers) la liberté est une aisance, une facilité, un laisser-aller.

                      La liberté d’aller au bistrot jusqu’à 1 heure du matin, de vomir dans le caniveau (et de tenir des propos qui s’expriment de ce point de vue...) doit être toujours possible.

                      Mais la liberté est avant tout EFFORT. Effort de saisi sa substance même au travers des épreuves et de ce qui la menace intrinsèquement, effort de responsabilité (ainsi que vous le dites), effort de comprendre la liberté de l’Autre qui doit m’empêcher.

                      Sur votre point de conclusion : la vraie liberté nous préserve de la dogmatisation.


                    • zygzornifle zygzornifle 16 octobre 09:26

                      Sauf quand on s’empêche d’aller aux toilettes ....


                      • Taverne Taverne 16 octobre 11:45

                        Couvre-feu = étouffement ?

                        La notion de « couvre-feu » contient l’idée d’étouffement (à l’origine : couvrir le feu) qui alerte ma conscience.

                        Personne, me semble-t-il, n’a encore relevé ce point. Il y a dans tout pouvoir une pulsion constante d’étouffement qui ne peut que déplaire à la conscience libre. Vigilance.


                        • Taverne Taverne 16 octobre 11:58

                          Si on retient l’hypothèse de l’étouffement par le pouvoir, quel étouffement ce dernier poursuit-il ? Etouffer les polémiques sur les masques et les tests, étouffer l’opposition ?

                          Je ne réponds pas moi-même car je me pose en philosophe qui s’efforce de ne pas prendre position politiquement (sauf cas particuliers).


                        • ETTORE ETTORE 16 octobre 12:01

                          Les conséquences de l’annonce du couvre feu, font plus d’amas de conneries que le couvre feu lui même.

                          Je prend pour exemple, le tram qui va de Strasbourg à Kehl ( Allemagne)

                          A l’annonce du couvre feu, les tram étaient bondés de gens, qui se déversaient en vague successives pour aller acheter leur PQ en Allemagne.

                          Une augmentation irrationnelle de tous ceux qui ont peur de ne plus pouvoir se torcher à moindre coût....

                          Et vous venez parler d’assister à un soin de mourant ?

                          C’est toute cette société dégradée qui est mourante, et on voit courir vers la fin de cette histoire, en masse compacte, tous les neuneus masqués, que les peurs ne rendent même pas constipés, si ce n’est la constipation de leurs cerveaux !

                          Bêêêêê ! ( Cela se dit pareil en Allemand,pour le dégout des Franzosiche )


                          • pipiou2 16 octobre 12:39

                            Réflexion intéressante, et qui sort carrément de l’ordinaire sur ce site.

                            ça change des « oui, ouin, on est en dictature ».


                            • Darks67 Darks67 16 octobre 13:06

                              Un article digne d’un votant Macron, on brasse beaucoup de vent, on se fait ch... en le lisant, on fait 60 lignes inutiles pour en sortir une idée. 


                              • pierrot pierrot 17 octobre 15:33

                                C’est une bonne synthèse qui sort des habituelles pleureuses et de Macron démission !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité