• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Chronique orwellienne de la semaine

Chronique orwellienne de la semaine

Comment peut-on vivre avec 560 euros par mois ? / GriveauxGate / Extinction Rebellion censuré, Blackrock envahi / Violence policière et mensonge d'Etat / Journalistes citoyens disparus en Chine / Bernie Sanders ?

JPEG

Tant que les lapins n’ont pas d’historien, l’histoire est écrite par les chasseurs.

Howard Zinn

Comment George Orwell (1903-1950), l’auteur du célèbre et tristement prophétique 1984, commenterait-il, lui qui fut aussi journaliste, l’actualité contemporaine ? Sans prétendre bien sûr atteindre son indépassable génie, ni sur le plan des idées ni sur celui de la forme, les chroniques orwelliennes entamées dans le présent billet par L’impertinent sont une tentative de chroniquer l’actualité en essayant d’imaginer ce qu’il pourrait bien en dire s’il ressuscitait en ce monde… et se connectait, vraisemblablement fasciné, sur les réseaux sociaux où le monde donne à se voir.

Parmi les grands thèmes qu’il développa dans les années trente et quarante : la condition prolétarienne et sous-protélarienne, le socialisme démocratique et libertaire, la défenses des libertés individuelles, la dénonciation des totalitarismes de droite comme de gauche et une critique des intellectuels complices de la montée de ces totalitarismes. Au sens de 1984, le monde que nous vivons – nous aurons l’occasion de le commenter en détail sur ces pages – est profondément orwellien et ses thèmes de prédilection ont très largement survécu au contexte bien particulier du fascisme et du stalinisme de son époque : et l’actualité de cette semaine le montre bien.

Qu’aurait-il par exemple pensé du GriveauxGate ? Il aurait sans doute eu une opinion sur cette affaire, et nous y reviendrons plus loin pour la deviner. Devant l’intensité de la mobilisation politico-médiatique sur ce scandale, il se serait peut-être d’emblée demandé – question de priorité dans l’indignation – si la misère du prolétariat et du sous-prolétariat qu’il décrit notamment dans Dans la dèche à Paris et à Londres et Le quai de Wigan a finalement disparu en ce XXIème siècle bien avancé. 

« Comment peut-on vivre dignement avec 560 euros par mois ? » peut-on lire dans une tribune publiée dans Le Monde (enfin, sa version numérique, elle n’a pas été reproduite dans la version papier !) par un collectif d’associations. L’article alerte sur le niveau croissant de paupérisation du pays et plaide pour un relèvement des minima sociaux à au moins 870 euros mensuels par personne, soit le seuil de pauvreté actuel. Nul doute qu’ils soient entendus au haut lieu… La grande pauvreté en quelques chiffres : entre 2017 et 2018, 400 000 personnes en plus sont passées sous le seuil de pauvreté ; en 2018, 9,3 millions de français vivaient sous le seuil de pauvreté ; en 2019, près de 5 millions de ménages sont en situation de précarité énergétique ; 50% de personnes sans domicile en 10 ans entre 2001 et 2012 ; 445 décès à la rue ont été comptabilisés en 2019 dont 11 mineurs, l’espérance de vie à la rue est de 49 ans ; 500 enfants dorment à la rue ou dans des abris de fortune tous les soirs à Paris.

Voilà de quoi, vraiment, s’indigner. Mais le sujet est totalement absent du débat public. Détail qui aurait plu à Orwell, cette tribune a été publiée dans la version numérique mais n’a pas été reprise dans la version papier de référence : pour les historiens du futur elle n’aura donc jamais existé… contrairement à l’abondance de nouvelles dans les médias dominants sur la prétendue baisse du chômage, auxquelles personne ne croit vraiment, à l’instar des statistiques en régime totalitaire. Tout le monde aura noté que les supposées création d’emplois sont largement le fait de la création de micro-entreprises, pour la plupart des travailleurs précaires ubérisés dont le salaire mensuel moyen est de moins de 500 euros par mois. La France sous Macron se paupérise et se précarise à vitesse accélérée.

Et en ce sens le concert d’indignations politico-médiatique sur l’affaire Griveaux a quelque chose d’indécent. On aimerait voir la même combativité de l’establishment sur des sujets autrement plus préoccupants pour la population d’en bas. Que n’a-t-on pas entendu sur le thème de la « grande menace contre la démocratie » que poseraient les réseaux sociaux ?

Les réseaux sociaux sont pourtant un des rares lieux de liberté d’expression qu’il nous reste encore. Et de pluralité de l’information, de par le travail de millions de micro-journalistes citoyens qui produisent ou relaient des informations que les médias dominants se gardent bien de donner, comme en matière de mouvements sociaux… et de leur répression.

L’affaire Griveaux va encore apporter de l’eau au moulin de tous ceux toujours plus nombreux qui veulent aujourd’hui en France, avec notamment la loi Avia en préparation, censurer le net pour tout propos « haineux », terme et notion on ne peut plus vagues et liberticides. Macron et sa clique LREM se savent haïs par la vaste majorité de la population et cherchent désormais à tout prix à museler toute opposition un peu trop véhémente à notre régime de démocrature. Voilà l’enjeu réel, et il y a de quoi s’inquiéter pour la liberté d’expression dans ce pays.

Le site internet où l’artiste et activiste Piotr Pavlenski avait publié la fameuse vidéo compromettante – alors même qu’elle avait été supprimée et que donc le site était inoffensif – ne répond plus. Pour reprendre un terme orwellien, il a été « vaporisé ». Et c’est comme cela qu’on musèle un opposant aujourd’hui. Car c’est ce qu’est Pavlenski en France, comme il le fut en Russie. Il faut rappeler que c’est Griveaux qui a commencé dans cette histoire en instrumentalisant sa famille à des fins politiciennes en se faisant passer pour un père de famille respectable et en érigeant la famille traditionnelle comme fondement de son programme politique. Sur cette base cela fait partie du droit à l’information du citoyen de savoir que c’est au final un beau Tartuffe. Cela n’est peut-être pas « légal » – comme l’incendie du FSB ou de la Banque de France de la Bastille par l’artiste – mais politiquement légitime et défendable.

Cette disparition électronique de toute trace d’opposants sur la toile aurait fasciné – et terrorisé – Orwell. On a aussi appris cette semaine que tous les administrateurs de la page Extinction Rebellion France ont été bannis de Facebook sans explications. Ce qui revient à neutraliser son organisation et sa communication. Et l’on sait que des voix gouvernementales s’élèvent en Grande-Bretagne pour les classer comme « terroristes ». Ce qui se profile donc à l’horizon – et c’est encore une fois tout le sens de la loi Avia – c’est la généralisation du qualificatif de « terroriste » à toute entreprise de désobéissance civile, comme l’envahissement cette semaine des locaux parisiens de Blackrock par Youth for Climate.

Dans cette logique, nous avons aussi eu cette semaine un cas flagrant de mensonge d’Etat pour couvrir de la violence policière. La vidéo, produite par un média de journalisme citoyen, avait fait le buzz avec plus de trois millions de vues et montrait une arrestation violente d’un manifestant dans le cadre de l’Acte #65 des Gilets jaunes à Bordeaux. Cet évènement, pourtant assez marginal par rapport au flot de violence policière en répression du mouvement, avait indigné et questionné beaucoup de personnes sur les méthodes de la police. A l’Assemblée nationale Castaner a légitimé l’interpellation musclée en expliquant que l’individu en question était un membre des Blackblocs – un « terroriste » donc – et avait en sa possession une barre de fer. Or il s’est avéré à peu près au même moment que l’individu était libéré après 30 heures de GAV sans qu’aucune inculpation ne soit retenue contre lui. Castaner a donc menti de manière éhontée devant la représentation nationale et c’est excessivement grave : qui s’en émeut ?

On s’émeut assez peu en France aussi de la disparition de deux journalistes citoyens qui couvraient l’épidémie de coronavirus à Wuhan et qui donnaient des informations assez embarrassantes pour le régime. On pourrait demander à Raffarin s’il a quelque information. En tournée actuellement sur tous les plateaux télé pour vendre son livre sur la Chine, Raffarin en lobbyiste payé par ce régime fait la promotion du modèle chinois et de ses méthodes autoritaires prétendument efficaces pour gérer l’épidémie. Il incarne le type même d’intellectuel, au sens large, vendu à une cause totalitaire qu’il dénonçait à son époque.

Dans ce panorama morose Orwell aurait pu se réjouir des succès récents de Bernie Sanders aux primaires démocrates. Se réjouir avec une certaine dose de prudence car il est évident que Sanders, socialiste démocratique, s’il était élu représenterait une révolution aux Etats-Unis : difficile de ne pas anticiper que l’establishment fera tout pour lui barrer la route. Et que tous les coups seront permis.

 


Moyenne des avis sur cet article :  4.94/5   (17 votes)




Réagissez à l'article

27 réactions à cet article    


  • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 17 février 10:12

     « Dehors, les yeux des animaux allaient du cochon à l’homme et de l’homme au cochon, et de nouveau du cochon à l’homme ; mais déjà il était impossible de distinguer l’un de l’autre. » - George Orwell - La ferme des animaux


    • rita rita 17 février 11:31

      Benjamin Griveaux : « DSK boy » du PS au caniveau !

       smiley


      • Léonard 18 février 06:14

        @rita DSk et Griveaux étaient très amis


      • Martha 17 février 12:13

        Il faudra bien y arriver et que Agoravox joue son rôle :

         Comment se fait-il qu’un citoyen Suisse, professeur à Oxford, soit retenu en France sur des accusations mensongères depuis plus de deux ans, après avoir été mis dix mois à l’isolement à Fresnes ?

         Et que la quasi totalité des médias « mainstream »** aient orchestré le tribunal médiatique accusatoire univoque démentiel auquel nous avons assisté.

         ** « Mainstream » synonymes : dominant, incontournable, grand public, populaire, tendance....


        • Traroth Traroth 17 février 16:16

          @Martha
          La France peut parfaitement emprisonner des citoyens suisses, même professeurs à Oxford. Concernant les accusations mensongères, qu’est-ce qui vous permet d’affirmer une chose pareille ?


        • Martha 17 février 17:06

          @Traroth

           Informez-vous.
           Quelques pistes :

           Le réveil citoyen : le dossier Tariq Ramadan.

           (en particulier) Affaire Tariq Ramadan : une gestion de l’instruction critiquée par le CIPIJ (Comité International Pour l’Indépendance de la Justice)

           Pour y voir bien clair, cliquer sur : CIPIJ - communiqué de Presse - Affaire Tariq Ramadan.

           Vous trouverez les mêmes informations sur Médiapart.


        • Traroth Traroth 17 février 17:55

          @Martha
          ...ou alors, vous pouvez tout simplement exposer vos arguments, au lieu de demander aux autres de se débrouiller pour les trouver tous seuls.


        • Martha 17 février 18:34

          @Traroth

          Vous faut-il du tout-cuit ?

           C’est pourtant un texte extraordinaire et excellemment bien tourné que ce texte signé par le Comité International Pour L’Indépendance de la Justice (CIPIJ), à Genève le 6 février 2020 !

           Il est incontournable, comme on dit maintenant.

           « C’est pourquoi fault ouvrir le livre et soigneusement peser ce que y est déduict.
          ... Puis, par curieuse leçon et méditation fréquente, rompre l’os et sugcer la substantifique moelle, ... »
           écrivait Alcofribas, en son temps, lui qui avait édité de si belles pages, drôles mais sévères et justes au sujet de la justice des hommes.

           En 2020, trois clics suffisent pour avoir accès au texte véritable. Faites cet effort : il en vaut la peine.


        • Martha 17 février 19:05

          @Traroth

          Dans cette affaire, il m’a semblé revoir en plus dingue Tintin chez les Picaros : c’était tellement évident.
           Lisez-le, c’est génial et magnifiquement belge !


        • Traroth Traroth 18 février 15:47

          @Martha
          Vous semblez vous faire une idée bizarre de ce qu’est un débat. Si vous avez la flemme d’exposer vos idées, pourquoi devrais-je faire l’effort de chercher VOS idées à VOTRE place ? J’ai mieux à faire, tout simplement.


        • Martha 18 février 20:56

          @Traroth
          C’est tout simple :
           il me semble évident que Tariq Ramadan a subi pendant plus de deux ans un traitement judiciaire ahurissant, tout à fait hors normes et contraire aux règles d’équité et de prudence que recommandent nos lois françaises.
           Nous avons là dans le réel ce que G.Orwell brosse très bien dans son roman court publié en 1945 : « la ferme des animaux ». Et sur la méthode employée, RG a été génial lorsqu’il montre la puissance des médias entre les mains de tyrans abusifs : en 52 pages il tourne une histoire indémodable : « Tintin et les Picaros » que je vous conseille vivement de lire.

           Quand à Alcofribas, vous avez bien sûr reconnu Rabelais et vous connaissez aussi le personnage de Picrochole et son triste devenir.


        • Martha 18 février 21:33

           PS : Lire 62.


        • Traroth Traroth 19 février 17:37

          @Martha
          Vous ne dites toujours rien sur Ramadan et pourquoi selon vous il est traité injustement. Il a été accusé de viol par ses victimes supposées. Il est normal que la justice enquête.


        • Martha 20 février 00:46

          @Taroth

           Votre réponse est étonnante, elle dénote une méconnaissance totale de cette affaire scandaleuse qui est en train de couvrir de honte notre justice républicaine française. => informez-vous S.V.P

           Il s’agit ici d’une affaire médiatico-judiciatiaire qui dépasse toutes les bornes et qui est en train de prendre une dimension historique séculaire.

           Six journaux ont tiré la sonnette d’alarme : Le Monde (depuis février 2020), Médiapart, Le Réveil citoyen, Alterinfo, Sputnik et RT.

           Trouvez en trois clics, sur Coogle : « CIPIJ - communiqué de presse - Affaire Tariq Ramadan. »
           
           CIPIJ = Comité International Pour l’Indépendance de la Justice.
           Il s’agit d’une lettre signée à Genève le 6 février 2020. Elle a été envoyée au conseil supérieur de la magistrature (CSM).
           C’est une enquête qui fait parti d’un mémoire qui sera transmis à la cour Européenne des droits de l’homme (CEDH).

           Ne dites pas, une fois de plus que vous avez la flemme de chercher et de lire ce texte. Tout y est très bien expliqué en termes simples, clairs et précis.


        • Traroth Traroth 20 février 10:35

          @Martha
          Si, c’est exactement ce que je vais dire, puisque vous semblez « avoir la flemme » d’expliquer vos arguments. Vous semblez penser que je vous dois de lire ce que vous m’ordonnez de lire. Détrompez-vous ! Si vous ne prenez pas la peine d’expliquer vos arguments en termes clairs et compréhensible, je ne vois pas pourquoi je devrais faire plus que hausser les épaules en lisant vos commentaires.


        • Traroth Traroth 20 février 10:40

          @Martha
          Et maintenant, ça suffit. Puisque vous semblez incapable de dire quoi que ce soit de concret, pour moi, la discussion s’arrête là.


        • Martha 20 février 12:15

          @Traroth

          Merci d’avoir pris la mouche.
          Cela m’a permis de dire sur Agoravox, bien silencieux actuellement sur ce scandale judiciaire en cours, oû en est de cette affaire.

           En cliquant sur votre « pseudo » on voit mieux ce tableau inquiétant et sinistre que vous avez choisi, accompagné de cette phrase horrible : « une guerre contre le peuple est en cours. Choisissez votre camp ».
           Il me semble que vous l’avez choisi : vous m’avez tout l’air d’être un troll avec une queue en tire-bouchon, qui grouine.

           


        • pemile pemile 20 février 12:30

          @Traroth "Et maintenant, ça suffit. Puisque vous semblez incapable de dire quoi que ce soit de concret, pour moi, la discussion s’arrête là."

          Là, c’est petit petit comme refus du débat smiley

          La publication du rapport du CIPIJ sur le blog de mediapart

          @martha

          Par contre, si on cherche qui est le CIPIJ, y’a pas grand chose comme informations ??!!



        • pemile pemile 20 février 13:17

          @Traroth « Vu. »

          Quoi ?


        • Martha 20 février 16:17

          @pemile

          Merci d’avoir publié ce texte ici, Il a le mérite de bien clarifier la situation. Il montre à quel point dans cette affaire on est chez le roi UBU ou dans l’univers orwellien.
           
           C’est monstrueux la manière de faire de cette équipe de faussaires et celle de ces trois juges.

           Il est important que ce texte dise en termes juridiques, avec exactitude ce qu’il s’est passé, les atteintes aux droits les plus élémentaires du prévenu et le côté hallucinant du comportement de ces trois juges à son égard : Il fera date.
           Il nous interpelle tous, mais aussi : les Nations Unies par la charte des droits de l’homme, la Cour Européenne de Justice et surtout notre Conseil Constitutionnel, garant de notre Constitution.

           Il y a un avant* et un après** !

           * un avant : la bouillie médiatique infâme qui nous a été servie, sans limite dans l’horreur et le mensonge.
           **Maintenant : un texte clair et rigoureux qui donne la mesure exacte de ces procédés abjects. Ce qui va tout changer.


        • pemile pemile 20 février 16:47

          @Martha « Merci d’avoir publié ce texte ici, »

          Sauf que j’aurais aimé avoir un peu plus d’infos sur son bien mystérieux auteur, le CIPIJ smiley


        • Initiativedharman Initiativedharman 17 février 19:03

          Les premiers succès de Bernie Sanders dans les primaires démocrates aux Etats-Unis sont une heureuse et surprenante nouvelle. Malgré Boris Johnson, Trump et Bolsonaro, on voit poindre d’autres voies plus modérées, plus justes, plus réalistes, plus dignes, plus empathique. Nul doute qu’en France nous avons de nombreux hommes ou femmes capables de porter ces idéaux en 2022, en écartant bien sûr l’extrême-droite.


          • Traroth Traroth 20 février 10:37

            @Initiativedharman
            Il y en a.


          • Mouais 18 février 02:05

            Bonjour.

            En fait, c’est plutôt, comment vivre avec 492,5 Euros par mois. 560, c’est uniquement pour les personnes qui n’ont pas de domicile fixe.
            J’ai remarqué que quasiment tous les articles sur le RSA parlent du montant des personnes qui sont à la rue ( les journalistes se renseignent ou le font exprès ??). En fait, il y a bien plus de personnes avec un toit sur la tête, donc on devrait indiquer le montant du RSA moins le « forfait logement » qui est de 67 Euros et quelques centimes pour le RSA 1 personne. Le montant le plus courant est celui qu’on a lorsqu’on a un logement ou quand on est hébergé gratuitement. Les journalistes devraient préciser « plus 67 Euros » pour une personne étant à la rue.
            Personnellement, j’estime qu’une personne à la rue devrait avoir au moins 150 Euros de plus sur son RSA mais à condition que ce ne soit pas pour acheter de la bière ou du pinard ainsi que des clopes !

            Personnellement je touche l’ASS, soit à peine plus que le RSA. Suis dans un logement HLM et j’ai les APL. J’arrive à me débrouiller. Jusqu’à aout dernier j’avais même une voiture assurée tous risques (65 % de bonus, ça aide) ! Mais bon, la Police avait estimé que je ne roulais pas avec (suis un sale pauvre à ses yeux, je pense...) et la donc faite enlever par la fourrière. Motif : plus de 7 jours sur un même emplacement alors que j’avais roulé avec 25 heures avant... La fourrière a bousillé ma voiture et me voilà à pieds ! Merci la Police qui me fait faire des économies tout en bousillant plus ma jambe droite qui est handicapée suite à une sciatique ! (le témoignage d’un voisin et une facture d’un frigo/congélateur, pour remplacer mon frigo de 31 ans et mon congélateur de 30 ans, acheté la veille à l’autre bout de la ville n’avaient pas suffit à « convaincre » le ministère public... et sans oublier l’expert de mon assurance qui s’est carrément foutu de ma gu*ule au téléphone...)

            Suis dans un quartier peuplé de RSA. Ils se plaignent quasiment tous ! Bah oui, les cigarettes, l’alcool, les packs de bières, les pizzas et autres à domicile, le smartphone neuf tous les ans, les chiens et les chats qu’il faut nourrir aussi et bien d’autres choses. En ce qui concerne les frigos et autres appareils électroménagers petits ou gros, on les change régulièrement car « y a un nouveau modèle ». Ensuite, on retrouve les emballages en vrac près des containers à ordures car c’est trop dur de déchirer les cartons !
            J’en connais au RSA qui font la fine bouche pour certaines denrées qu’on leur donne. Tant mieux pour moi, je les récupère !

            C’est sur que ce n’est pas la grosse fortune mais faut faire un choix : gaspiller bêtement ou gérer son argent et ne pas être jaloux des « riches » ou même de moi qui ne fume pas ni ne bois ni ne commande de pizza ni ne dégrade/casse/brule, etc, les biens des voisins et des HLM...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

L’impertinent


Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès